En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Lundi 10 Avril 2017

Williams - Les freins, un défi exigeant pour la FW40 à Bahreïn
La course à Bahreïn sera exigeante pour les châssis, les moteurs et les pneus des nouvelles F1. Williams sera ainsi confrontée à un défi technique exigeant qui ne manquera pas de solliciter les performances de la nouvelle FW40, comme l'endurance de ses deux pilotes.

Paddy Lowe, le directeur technique de l'écurie, rappelle les exigences techniques du circuit moyen-oriental.

"Bahreïn est une piste formidable qui s'est transformée puisque la course se déroule au crépuscule depuis 2014, dans une ambiance géniale avec les lumières qui s'allument, et une impression magique quand la course se termine alors que la nuit tombe. Nous avons eu quelques batailles très excitantes en piste entre les pilotes ces dernières années, et cette année ne promet pas d'être différente. La piste est très rude avec les freins donc ce sera intéressant de voir comment les équipes y font face avec cette nouvelle génération de voitures plus rapides. Ce pourrait être chaud. Il faudra tester les systèmes de refroidissement, et le vent comme le sable peuvent aussi être un facteur, en particulier en début de week-end. Donc ce sera un test délicat pour l'équipe et les pilotes."

Felipe Massa, du haut de sa longue expérience, insiste lui aussi sur l'importance du facteur freinage en piste.

"C'est une piste un peu différente des autres. Vous devez avoir une voiture solide s'agissant du freinage, ce qui est particulièrement important pour ce circuit. Vous devez aussi avoir une voiture fiable qui a une bonne vitesse et une bonne traction. J'aime vraiment Bahreïn, j'ai gagné deux fois ici donc c'est vraiment un endroit où j'aime me rendre."

Lance Stroll aborde Bahreïn avec moins d'ambition et encore bien moins de passif. Il s'attend à un véritable test d'endurance et de compétitivité.

"Ce sera une tâche assez rude que d'avoir mes premiers week-ends de course qui s'enchaînent, de la Chine à Bahreïn. Cependant, Bahreïn sera le premier circuit de la saison où j'ai auparavant conduit, donc ce sera un peu comme une respiration pour moi. C'est une bonne piste, elle peut être assez glissante parfois, quand le vent souffle sur la sable, car c'est une course dans le désert. C'est un circuit très moderne, mais assez bosselé en certains endroits et, comme bien d'autres circuits, il a ses propres défis. J'ai vraiment apprécié la fois où j'ai couru ici donc j'ai hâte de disputer la course. C'est vraiment l'un de ces circuits du désert où il n'y a pas beaucoup d'herbe, mais c'est toujours un endroit sympathique."
source: Nextgen-Auto.com

La FIA a rencontré plusieurs motoristes intéressés par l'aventure F1
Une réunion s'est récemment tenue à Paris, au siège de la FIA, pour évoquer le nouveau règlement moteur qui entrera en vigueur en 2021. Les représentants des motoristes actuels (mais aussi des représentants de constructeurs potentiellement intéressés pour rentrer en F1) ont assisté à cette réunion.

Devant la presse, Cyril Abiteboul a assuré que le tout fut constructif, sans pour autant rentrer dans les détails... Le directeur général de Renault F1 a ainsi refusé de révéler les conclusions précises de cette réunion, ou même l'identité des personnes présentes.

"C'était une bonne réunion, une réunion productive, présidée par la FIA sur la place de la Concorde, et en présence de plusieurs constructeurs, plus un certain nombre de personnes intéressées pour devenir motoristes dans le futur, pour qu'ils aient une réponse de Ross Brawn [manager des sports mécaniques]. Donc c'était une bonne réunion qui nous a permis de partager un diagnostic au sujet du règlement moteur actuel. Nous avons dit ce qui allait, ce qui allait moins, et ce qui pouvait être fait pour améliorer tout cela, en précisant les processus associés et le calendrier. Donc je ne pense pas que ce soit mon devoir de communiquer sur le résultat de cette réunion. Mais en général, je crois que c'est un signe positif pour la direction de la F1. C'est selon moi un peu plus constructif que ce qui a été fait récemment."

Monisha Kaltenborn, la directrice de Sauber, a en tout cas une requête précise et extrêmement importante à formuler au motoriste français - comme à tous les autres...

"Eh bien, pour une écurie privée, il est absolument important que les coûts baissent de nouveau. Nous avions atteint un point, avec les derniers moteurs V8, où nous parlions de moteurs à 8 millions de dollars, et ce prix était censé baisser encore. Et maintenant, nous avons simplement emprunté la voie totalement opposée. Donc nous voulons que les moteurs reviennent à un prix abordable. Mais il y a plus important: il devrait y avoir une certaine parité entre les unités de puissance. Nous ne voudrions pas que le moteur soit le facteur déterminant de la performance, le facteur qui fasse la différence. Donc ce qui est très important, ce sont la parité et les coûts."

En conférence de presse ce vendredi en Chine, Guenther Steiner a lancé deux pistes pour aller dans le sens de Monisha Kaltenborn: geler les moteurs ou revenir à une technologie moins ambitieuse et donc moins coûteuse.
source: Nextgen-Auto.com

Lowe - C'était une journée difficile pour Williams
En forme à Melbourne et performantes en qualifications, les Williams n'ont pas connu une course positive à Shanghai. Lance Stroll s'était très bien qualifié mais a été impliqué dans un incident avec Sergio Pérez dans le premier tour qui a mis fin à sa course, tandis que Felipe Massa a vécu une course complètement transparente.

"C'était une difficile journée pour nous" reconnaît Paddy Lowe. "On savait que ce serait une journée compliquée dans ces conditions changeantes. Malheureusement, la course de Lance s'est arrêtée très rapidement après qu'il a été percuté au virage 10. C'est vraiment dommage après une qualification très réussie la veille."

"Du côté de Felipe, l'après-midi a été très compliqué et il a manqué d'adhérence du début à la fin. Avec le recul, nous aurions fait de nombreuses choses différemment. Je pense que tout le monde prévoyait une course à un seul arrêt sur le sec mais nous avons dû faire un arrêt supplémentaire."

Lowe assure que la Williams vaut mieux que ce qu'elle a montré hier.

"Malheureusement, nous n'avons pas pu montrer le vrai rythme de la voiture à Shanghai, il y a beaucoup de travail et d'analyses à faire à l'usine afin d'être meilleurs à l'avenir. C'est l'une de ces journées où l'on doit convertir la déception en développement constructif."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel est satisfait du spectacle donné par la F1 en Chine
Critiquées après Melbourne pour le manque de dépassements en piste, les nouvelles monoplaces ont montré de belles choses à Shanghai, où les manœuvres ont été nombreuses. Alors qu'on attendait de voir l'efficacité du DRS sur les nouvelles monoplaces, la plupart des dépassements ont eu lieu dans une zone où le système de réduction de la traînée n'était pas actif.

L'aérodynamique poussée des monoplaces, ainsi que la moindre dégradation des pneus, permet aux pilotes d'aborder les virages avec différentes trajectoires. Ainsi, on a vu des attaques très surprenantes de Romain Grosjean, Sebastian Vettel ou Max Verstappen, qui ont réussi à se frayer un chemin dans le classement grâce à des freinages très tardifs.

"C'était difficile de se rapprocher, comme lors de la dernière course, on ressentait l'effet de la voiture qui nous précédait, mais la piste était bien plus propice aux dépassements" explique Vettel.

"C'est comme ça que ça doit se passer, on doit réussir à boucler nos dépassements parce qu'on a tenu bon, ça ne doit pas être simple. On ne devrait pas avoir à ouvrir un volet et dépasser tranquillement. C'était vraiment sympa."

"C'est comme en football, tous les matchs ne sont pas beaux. Il y a eu peu de manœuvres en Australie, c'est vrai, mais c'est souvent le cas à Melbourne. Ici, tout est revenu à la normale donc je ne vois aucun problème" conclut l'Allemand.
source: Nextgen-Auto.com

Wolff confiant de voir Wehrlein au volant à Bahreïn
Toto Wolff semble maintenant plutôt confiant de revoir Pascal Wehrlein au volant de la Sauber C36 Ferrari dès ce week-end à Bahreïn.

Le directeur de Mercedes F1, qui chapeaute aussi le programme jeunes pilotes de la marque allemande, a eu des nouvelles rassurantes de l'Allemand ces dernières heures.

"Pascal a pu suivre un bon entrainement ces derniers jours. Il a pu soulever des poids et se préparer autant que possible pour Bahreïn", explique Wolff.

"Je n'ai eu que de bons échos de ce qu'il a pu faire. Il se sent mieux et plus fort. A l'heure actuelle, tout indique qu'il pourra piloter ce week-end."

Antonio Giovinazzi, qui a accidenté par deux fois la Sauber ce week-end en Chine, devrait donc retrouver son poste de réserviste chez Ferrari.
source: Nextgen-Auto.com

Red Bull signe son 100e podium et un beau résultat d'ensemble
Mal embarqué après la qualification catastrophique de Max Verstappen et le manque de rythme affiché par Daniel Ricciardo sur un tour face aux Mercedes et aux Ferrari, le Grand Prix de Chine a finalement tourné en faveur des pilotes Red Bull qui l'ont terminé aux 3ème et 4ème places. Verstappen a profité de la voiture de sécurité pour remonter et signe le premier podium de l'équipe cette année.

"Une grande performance par l'équipe en Chine, Max a profité des conditions glissantes au début de course pour faire un très bon départ et il a fait un premier tour fantastique pour remonter jusqu'à la 7ème place. Les bonnes décisions stratégiques nous ont permis d'amener nos voitures aux 2ème et 3ème places devant les Ferrari, nos mécaniciens ont très bien travaillé" déclare Christian Horner, le directeur de Red Bull.

"Max a ensuite fait une belle manœuvre sur Daniel et semblait très fort à ce moment-là de la course. Daniel a retenu les Ferrari aussi longtemps que possible avant que Sebastian ne parvienne à le dépasser. Comme nous avions décidé de partir avec les pneus super-tendres, il était prévu que nous fassions deux arrêts. Nous avons choisi le bon moment pour changer de pneus et en fin de course, Daniel était satisfait de l'équilibre de la voiture et s'est rapproché de Max."

"La lutte intense entre eux lors des 10 derniers tours ont offert un beau spectacle et une belle fin de course. Terminer aux 3ème et 4ème places est un très bon résultat et nous avons également signé notre 100ème podium. Il y a encore beaucoup à faire mais quitter la Chine avec 27 points supplémentaires est extrêmement positif" conclut Horner.
source: Nextgen-Auto.com

Steiner - la hiérarchie va évoluer tout au long de la saison
Haas a montré en Chine sa capacité à rentrer dans les points à la régulière, grâce à la 8ème place probante de Kevin Magnussen. Disputée sur une piste humide, l'épreuve chinoise était-elle pour autant représentative du véritable niveau de la Haas? Guenther Steiner, le directeur de Haas, pense aussi que l'on ne connaîtra avec précision la hiérarchie de la discipline qu'à la fin des premières courses de la saison.

"Le tableau deviendra plus clair d'ici Barcelone, mais ce qui arrive maintenant, ce sont les évolutions que les équipes vont apporter. Ces évolutions seront-elles fréquentes? A quel point seront-elles efficaces? Tout cela continuera à faire évoluer la situation. Nous aurons toujours le milieu de peloton dans le viseur cette année - il s'agit de savoir qui sera le meilleur et qui sera dernier. Les évolutions cette année seront importantes. Nous avons une voiture encore très immature parce que le temps de développement ne fut pas long. Nous aurons un tableau plus clair, mais guère définitif."

Comment Guenther Steiner compte-t-il décider du bon moment pour introduire les évolutions sur la Haas? En se calquant aux autres écuries? Ou compte-t-il garder son propre calendrier?

"Les évolutions sont normalement décidées par les gains que vous faites en soufflerie. Vous ne réagissez pas à ce que font les autres. Vous gardez votre propre calendrier parce que tout d'abord, vous devez mener votre travail de développement, et ensuite, parce que vous devez concevoir vos pièces, et les produire. Nous avons établi notre calendrier jusqu'au milieu de saison, d'ores et déjà - quoi apporter, et quand, tout cela est prévu. Nous ne le modifierons pas spectaculairement. Vous pouvez toujours faire des petits ajustements, mais vous ne pouvez pas changer les bases de votre plan. C'est la même chose pour toutes les autres équipes, à l'exception des trois écuries de pointe qui pourraient apporter des évolutions n'importe quand, parce que leur capacité est vraiment plus importante en termes de conception et d'usinage."

Le seul élément qui ne variera pas d'une course à l'autre sera les pneus (médiums, tendres, supertendres). Du moins sur le papier, rappelle le directeur de Haas...

"Même si nous aurons les mêmes pneus, les circonstances sont différentes. Les températures seront largement différentes. La Chine est bien plus froide que Bahreïn, où l'on attend une température proche de 40 degrés. Nous en apprendrons beaucoup sur les pneus. C'est bien sûr utile, mais je ne dirais pas que ce que nous avons appris en Chine ou à Melbourne nous donnera un avantage en particulier à Bahreïn."

Avec les nouvelles monoplaces, les pilotes, et notamment les moins expérimentés, doivent prendre plus de risque pour pousser les voitures à leurs limites, ce qui cause parfois quelques sorties de route (ainsi d'Antonio Giovinazzi en Chine le week-end dernier). Or à Bahreïn, il y a de larges zones de dégagement, typiques des circuits modernes. Est-ce que les pilotes seront ainsi encouragés à prendre encore plus de risques? Guenther Steiner le pense.

"Je dirais que oui. Si vous savez que vous pouvez sortir au large sans endommager la voiture, ou vous blesser, alors vous saisissez cette occasion, au moins. Je pense que nous verrons les pilotes, lors des essais libres, essayer de voir jusqu'où ils peuvent pousser la voiture. Rien n'arrivera. Ils partiront simplement au large. D'un certain point de vue, c'est une bonne chose. D'un autre, ce n'est pas si bon parce que pendant que vous apprenez jusqu'où vous pouvez aller, si vous vous trompez, le prix à payer est lourd. Tout est une question de pour et de contre, et c'est cela qui rend le tout intéressant. Ce n'est jamais la même chose, chaque week-end est différent."

En poussant encore plus la voiture, n'est-on pas capable d'en apprendre enfin davantage à son sujet? Là encore, le directeur de Haas remet les choses en perspective...

"En théorie, vous pouvez pousser plus fort et trouver la limite sans endommager la voiture. A quel point vous est-il possible d'en profiter? C'est vraiment difficile de le dire. Vous pouvez trouver la limite, mais ensuite, si vous la dépassez, vous perdez votre tour, et ce n'est jamais positif. Si vous avez un nouveau train de pneus et si vous perdez le tour, vous ne savez pas en fait ce que vous auriez pu faire durant le reste du tour. Ce n'est pas un 'oui' ou un 'non' franc."
source: Nextgen-Auto.com

Lauda - La clé de la réussite de Ferrari est Mattia Binotto
Le retour en forme de Ferrari, annoncé par la Scuderia durant l'intersaison, a surpris Mercedes et la victoire de Vettel en Australie a envoyé un signal fort: il faudra compter avec l'équipe italienne cette saison. Niki Lauda avait dit que la Scuderia avait besoin de s'affranchir du tout italien mais reconnaît que le nouveau directeur technique, Mattia Binotto, est l'artisan de cette réussite.

Lauda préfère toutefois occulter le fait que Binotto possède la nationalité italienne et se repose sur le fait que l'ingénieur est avant tout suisse: "Vous considérez Binotto comme un Italien? Il est Suisse et ça se voit. Ferrari fonctionne car il y a un Suisse pour organiser les Italiens, les faire travailler, mais leur laisser la possibilité d'exprimer leur imagination et leurs idées."

Les progrès de Ferrari sont nombreux mais l'Autrichien assure que c'est principalement l'organisation technique qui a propulsé la Scuderia sur le devant de la scène: "La clé est Binotto, il n'y a aucun doute, du moins de l'extérieur."

Binotto a remplacé James Allison, qui avait voulu quitter l'Italie après le décès de sa femme. Allison aurait eu, selon la rumeur, quelques échanges tendus avec Sergio Marchionne, avant de rejoindre Mercedes où il officie désormais en tant que directeur technique, en remplacement de Paddy Lowe.

"Je ne sais pas ce qu'il s'est passé entre Marchionne et James" poursuit Lauda. "Tout ce que je peux dire, c'est que je suis très heureux que nous l'ayons avec nous."

En attendant, Ferrari a surpris agréablement là où Red Bull, attendue comme la principale épine dans le pied de Mercedes, est en difficulté. Ferrari et Mercedes ont remporté chacune une course et les deux monoplaces ont montré de très bonnes choses, à des moments différents des courses.

"Nous attendions une Red Bull très forte, et nous avons finalement une Ferrari très forte. Pour le moment, Red Bull n'est nulle part. J'ai l'impression que la Ferrari est plus rapide lorsqu'il fait chaud tandis que notre voiture est plus rapide lorsque les températures sont plus basses."
source: Nextgen-Auto.com

Vandoorne - la McLaren est plus rapide que la Williams en courbe
McLaren, c'est entendu, pâtit d'un lourd déficit de puissance en ligne droite. Toutefois, en courbe, la monoplace née à Woking serait bien plus compétitive, grâce à son châssis hautement compétitif.

Selon Stoffel Vandoorne, la McLaren serait même plus véloce que la Williams - en virage uniquement.

"Le ressenti dans la voiture est assez bon. Quand j'étais derrière la Williams de Massa, j'ai même dit que j'étais plus rapide dans chaque virage."

Pour autant, avec un moteur Honda qui rend au moins 50 chevaux au moteur Mercedes, il était impossible pour le Belge de tenter le moindre dépassement.

"Attaquer? Notre vitesse de pointe, en ligne droite, est trop faible pour faire la course. C'est impossible pour nous. Au début d'une ligne droite, vous regardez dans le rétroviseur, et à la fin de la ligne droite, la voiture est proche de vous. Nous avons urgemment besoin de plus de puissance. Même avec le DRS ouvert, nous ne pouvons pas dépasser."

Stoffel Vandoorne a voisiné en fin de peloton en Chine, tandis que Fernando Alonso s'est longtemps battu pour les points. Pour autant, il affirme qu'il aurait pu rouler aussi vite que son coéquipier.

"Les ingénieurs ont dit que nos temps au tour potentiels étaient similaires, mais nous roulions dans des groupes différents. A l'avant, le rythme est plus élevé, mais à l'arrière, où j'étais, vous perdez du temps parce qu'il y a plus de voitures lentes."

"Le ressenti dans la voiture est assez bon, les évolutions semblent fonctionner, le châssis progresse dans la bonne direction. Nous manquons juste de vitesse en ligne droite."

Dès ce week-end, Stoffel Vandoorne ne s'attend pas de miracle en raison du délai trop court entre le Grand Prix de Chine et celui de Bahreïn...

"C'est la deuxième course de l'année, nous savons que ce n'est pas facile avec notre voiture en ce moment, mais nous faisons du mieux que nous pouvons, et il y aura des évolutions bientôt. Mais ce ne sera probablement pas pour Bahreïn. Je pense que ce sera encore un week-end un peu difficile pour nous."
source: Nextgen-Auto.com

Trop flexible la Ferrari SF70H?
La Ferrari SF70H disposerait-elle d'éléments aérodynamiques un peu trop flexibles?

Le doute est permis après le visionnage de plusieurs séquences vidéo de caméras embarquées sur les voitures de Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen.

Plusieurs observateurs ont noté, pendant la course, que l'aileron avant mais aussi le fond plat se déformaient beaucoup.

A priori tous ces éléments sont légaux puisqu'ils passent systématiquement les tests de la FIA le jeudi, lors des vérifications techniques. De nouveaux tests auront lieu ce jeudi à Sakhir et il se dit déjà qu'ils seront particulièrement surveillés par les équipes concurrentes.

Grâce à de nouveaux procédés de fabrication, Ferrari serait à la limite de ce qui est toléré et possible de faire avec le carbone. Ainsi la Scuderia arriverait à concevoir des pièces avec une marge sur la flexibilité encore plus faible qu'auparavant.
source: Nextgen-Auto.com

Une clarification est demandée sur la position de départ de Vettel
Sebastian Vettel s'est placé hier très à gauche de sa position de départ à Shanghai, certainement pour placer ses roues sur un emplacement plus sec afin de prendre un meilleur envol.

Le pilote Ferrari a surpris beaucoup de monde, y compris les commissaires de course de la FIA. Ils ont relevé l'incident mais n'ont pas sanctionné l'Allemand. Des clarifications sont toutefois attendues avant le prochain Grand Prix, ce week-end à Bahreïn.

C'est en tout cas ce que souhaite Christian Horner, le directeur de Red Bull Racing.

"Je peux comprendre ce que Seb a voulu faire", déclare son ancien patron. "Il voulait s'élancer sur une partie un peu moins humide sur son emplacement de départ. Mais a-t-on le droit de le faire?"

"Nous devons savoir, clairement, ce qui est permis ou non dans ce domaine."

Vettel s'est en tout cas justifié: "Rien dans les règles n'interdit de faire ce que j'ai fait. Tant que le capteur de position communique avec la voiture, c'est bon", dit-il, en référence au capteur placé dans le sol et qui permet de détecter si un pilote s'élance avant l'extinction des feux au départ.
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen a un 'sixième sens' sur une piste humide pour Horner
Max Verstappen a été élu "Pilote du jour" pour le Grand Prix de Chine et il faut dire que sa performance a été en tout point remarquable. Le Néerlandais, parti 16ème, a gagné 9 places durant le premier tour, a merveilleusement profité des conditions de piste humides et, grâce aussi à l'excellente stratégie de son équipe, a réussi à obtenir un podium inespéré en début d'épreuve. Sa performance rappelle ses faits d'armes au Brésil, en fin de saison dernière. Max Verstappen est donc l'homme des pistes humides et séchantes.

Christian Horner, le directeur de Red Bull, a logiquement tenu à féliciter son pilote pour cette brillante démonstration.

"Ce fut remarquable. Son premier tour en particulier était puissant. J'ai vu l'un de ses dépassements, quand il est allé à l'extérieur et a dépassé à peu près trois voitures. C'était évident qu'il savait ce qu'il faisait. Il a émergé du premier tour à la 6ème ou 7ème place [7ème place], c'était extrêmement impressionnant."

"Je pense que la performance de Max fut une fois de plus brillante. Une fois de plus, sur le mouillé, son premier tour fut fantastique. Arriver à la 6ème ou 7ème place après le premier tour... Il a conduit de manière rude, mais juste, durant toute la course."

"Il semble avoir presque comme un sixième sens sur une piste humide. Il ne semble pas intimidé par quoi que ce soit et il est préparé pour explorer toutes les frontières du circuit pour trouver où est l'adhérence. Il y a un dépassement qu'il a fait à l'extérieur, au virage 6, où il est simplement allé droit vers l'extérieur, face à deux ou trois concurrents, et ensuite il est revenu sur eux. C'était très, très impressionnant."

"Ce n'est pas une coïncidence, maintenant vous pouvez voir que le Brésil n'était pas un cas isolé. Je pense que sa formation, passée en karting, à conduire sous la pluie avec des pneus slicks et des choses comme ça, lui a permis de développer un vrai instinct, un vrai feeling."

On dit souvent que les pistes humides sont les révélateurs des immenses talents, et à ce petit jeu-là, Max Verstappen est donc particulièrement placé. Christian Horner le compare ainsi déjà à des champions du monde.

"Je me rappelle que Sebastian [Vettel] était fantastique sous piste mouillée. Sa première course qu'il a gagnée [Monza, 2008, sous la pluie] était remarquable. Nous avons vu Lewis Hamilton à Silverstone en 2008... Les pilotes formidables laissent toujours une trace."
source: Nextgen-Auto.com

Prost apprécie son rôle de conseiller chez Renault F1
Alain Prost travaille beaucoup pour aider au mieux Renault à progresser en F1.

La marque au Losange éprouve des difficultés depuis son retour en tant qu'équipe d'usine l'an dernier, mais Nico Hülkenberg a été recruté en tant que pilote n°1 et la légende de la Formule 1, Prost, en tant que conseiller officiel.

Et le quadruple Champion du monde reconnaît qu'à travers la relation qu'il avait déjà avec Renault en Formule E et en tant qu'ambassadeur de la marque, il ne pouvait pas résister à l'idée de se rapprocher de l'écurie de F1.

"Je voulais rester éloigné de la Formule 1, mais ce nouveau rôle était intéressant pour moi. Je ne fais pas partie de l'équipe cependant, je n'interviens pas directement. Je regarde tout de loin", explique le Français.

Mais en ce qui concerne son rôle précis, le Français reste évasif.

"L'intitulé de mon rôle est resté longtemps ouvert, mais, pour faire simple, disons que je prends soin de tout ce qui peut nous rendre meilleurs."

"Cela peut être parler avec les pilotes, s'occuper de marketing, mais aussi l'ensemble des choses en coulisses. Je voulais un rôle qui ait une certaine distance des activités quotidiennes. J'ai ainsi une meilleure vue d'ensemble."

"Une partie de mon travail est donc ne pas dire à la presse ce que je fais exactement", sourit-il. "Mais nous avons beaucoup à faire, vous pouvez compter là-dessus."
source: Nextgen-Auto.com

Mercedes a effacé la déception de Melbourne à Shanghai
Le Grand Prix de Chine a été très positif pour Mercedes, malgré un résultat en demi-teinte pour Valtteri Bottas. Après la défaite à Melbourne, Lewis Hamilton a remporté la course devant Sebastian Vettel. Au Championnat des Pilotes, les deux hommes sont à égalité tandis que du côté des constructeurs, Mercedes mène d'un point.

"Lewis a très bien piloté et signe un très bon résultat" félicite Toto Wolff. "D'un point de vue du rythme, c'était positif dans toutes les conditions, même si l'écart avec Ferrari était minime. Lewis a passé une course assez tranquille, il a géré son rythme de la bonne manière et notre stratégie était bonne. Il n'a pas fait une seule erreur alors que la course y était très propice."

"Valtteri a fait un tête à queue derrière la voiture de sécurité, c'est malheureux et ça lui a coûté beaucoup de temps. Des erreurs comme celle-ci arrivent et c'était encourageant de voir qu'il avait un bon rythme, nécessaire pour récupérer la place qu'il avait avant son erreur. Il doit maintenant tourner la page et se concentrer sur la prochaine course. On est à une course partout face à Ferrari et la course au développement est lancée, ce n'est que le début."

James Allison a vécu sa première victoire en tant que directeur technique de Mercedes et s'en réjouit, surtout après la défaite il y a quinze jours. Mercedes lance sa saison et confirme que la lutte sera sans merci face à Ferrari.

"Chaque victoire en Formule 1 est géniale, mais celle-ci l'est particulièrement après avoir quitté Melbourne sans la victoire, c'est bien de la récupérer ici" explique l'Anglais. "Nos stratégies étaient bonnes et bien exécutées dans ce qui était un début de course compliqué. Lewis a fait une course parfaite mais Valtteri a payé au prix fort une petite erreur derrière la voiture de sécurité."

"Il a bien roulé après celle-ci mais sa course était compromise par ce tête-à-queue? Nous allons à Bahreïn sur une bonne note et nous savons que nous reviendrons à la case départ en ce qui concerne le niveau de nos rivaux. Nous savons que nous devrons être à notre meilleur niveau et nous essaierons de répéter ce très bon résultat."
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen, un vent de fraicheur en F1 selon Hamilton
Lewis Hamilton a été étonné de retrouver sur le podium de Shanghai, hier, le jeune pilote de Red Bull, Max Verstappen.

Parti 16ème sur la grille de départ, le Hollandais a réussi à remonter à la 3ème place grâce à un très bon départ et un début de course fantastique dans des conditions difficiles.

"J'apprécie pas mal de le voir avec nous sur le podium. Sebastian et moi, nous sommes bien plus âgés! Alors ça me donne aussi l'air plus jeune quand il est là!" plaisante Hamilton.

"Max a vraiment fait du travail fantastique lors de cette course mais aussi de manière générale, depuis qu'il est arrivé en Formule 1. C'est étonnant de le voir 3ème. Mais c'est bien de voir un pilote plus jeune parmi nous."

"Max est, selon moi, un vent de fraicheur pour tout le monde. Il est particulièrement suivi, il sait faire de grandes courses et maximiser toutes les opportunités. C'est pourquoi il a encore été élu Pilote du Jour en Chine."

"Ce qu'il fait est bien plus dur que lorsque vous êtes en tête de la course. Je n'ai pas beaucoup de dépassements à faire. Ma course est devenue enfin excitante quand Sebastian est passé à la 2ème place et a commencé à réduire l'écart sur moi."

"Mais pour en revenir à Max, j'espère vraiment que Red Bull pourra progresser avec sa voiture cette saison. Avoir un 3ème élément dans la bataille pour les victoire et le titre serait encore plus excitant!"

source: Nextgen-Auto.com

Marchionne appelle à une discussion avec Raikkonen
Jusqu'à présent, les performances inférieures, en moyenne, de Kimi Räikkönen face à Sebastian Vettel ne chagrinaient pas trop Ferrari.

Mais avec une voiture qui semble être maintenant capable de jouer les victoires et le titre mondial, avoir deux pilotes performants est devenu primordial.

C'est en tout cas ce qu'a laissé suggérer le président de Ferrari, Sergio Marchionne, après l'arrivée du Grand Prix de Chine. Présent à Shanghai, l'Italien n'a pas été impressionné par le Finlandais qu'il paie plus de 15 millions par an...

"J'en ai parlé avec Maurizio Arrivabene. Ils devraient peut-être se réunir autour d'une table avec Kimi et lui parler. Lors de la course il semblait avoir l'esprit occupé ailleurs. Vettel semblait bien plus agressif et concentré", lance Marchionne.

"Nous nous battons contre Mercedes. Et sans l'intervention de la voiture de sécurité, l'histoire aurait pu être différente pour nous et pour Sebastian. Il a fait le bon choix de passer en slicks avant, c'était le choix correct, je le confirme."

"J'ai assisté à une belle course, nous avons fini 2ème, nous sommes 2ème au championnat, à un point de Mercedes. Et Sebastian a le même nombre de points que Lewis Hamilton. Pas mal après deux courses."

Pour Maurizio Arrivabene, ce Grand Prix a été la preuve que Ferrari est bien dans la même bataille que Mercedes cette année, celle pour le championnat.

"Nous sommes finalement capables de nous battre avec la Mercedes. C'est une bonne nouvelle. Malheureusement, nous n'avons pas été chanceux avec l'intervention de la voiture de sécurité. Dans ce genre de courses, parfois vous avez de la chance, parfois pas. Mais ce sera la beauté de ce championnat cette année."

Et que pense Arrivabene de l'attitude de Räikkönen, qui était très mécontent à la radio tout au long de la course?

"Kimi est toujours comme ça au début d'une saison. Il a été sous pression, de la part de Sebastian à un moment. Nos pilotes savent bien que Ferrari compte plus que tout."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> La F1 s'emmêle les pédales!
taquin • Reconstituez l'image originale découpée en 15 petits carrés mélangés!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.