En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Mardi 21 Février 2017

Abiteboul - Renault devrait battre facilement Force India
Renault visera très officiellement un Top 5 cette saison, comme l'ont affirmé les dirigeants de l'écurie lors de la présentation de la RS17 ce mardi. Si les écuries de pointe (Red Bull, Ferrari, et bien sûr Mercedes) semblent hors de portée de l'écurie tricolore, pourquoi ne pas pour autant viser la 4ème place, celle occupée par Force India en 2016?

Cyril Abiteboul s'est justement exprimé plus en longueur sur ce sujet. L'ingénieur français confie se méfier en particulier du retour en force de McLaren-Honda, et veut ainsi rester prudent à l'aube de la saison.

"Je m'attends à ce que Mercedes, Ferrari et Red Bull - je ne vois aucune hiérarchie en particulier, même si j'en préférerais une [Red Bull-Renault en première place] - soient à l'avant. Ensuite, je m'attendrais... une grande inconnue pour nous, c'est de savoir ce que fera Honda en termes de développement moteur, parce que je suis sûr que McLaren est capable de produire une voiture très convenable, en particulier avec un changement si spectaculaire dans le règlement aérodynamique."

"Ensuite, je pense que ce sera intéressant de voir la hiérarchie. Nous devrions nous battre contre Williams, Force India, Toro Rosso. Nous avons la même unité de puissance que Toro Rosso. Ils ont deux très bons pilotes, ils sont très bien établis, donc nous pensons que nous devrions nous battre contre ce genre d'équipes."

La hiérarchie du début de saison ne devrait d'ailleurs pas être celle de la fin d'année. Le directeur général de Renault F1 s'attend à une course au développement effrénée en 2017.

"Je pense que cette saison sera vraiment une course à l'armement. J'ai vraiment une pensée pour les équipes qui n'ont pas assez de ressources, parce que clairement, quand je vois la voiture que nous avons présentée, ce ne sera pas la voiture que nous aurons pour les tests de Barcelone, et cette voiture de Barcelone ne sera pas la voiture qui courra à Melbourne. Course après course, nous introduirons de nouvelles pièces."

Cyril Abiteboul s'en vante et ne le cache pas: Renault est désormais une écurie aux moyens sans commune mesure avec les écuries privées. Les résultats sur la piste doivent donc suivre!

"Franchement, j'ai été dans une dans petite équipe [Caterham], et vous savez que cette expérience n'a pas été vraiment une réussite, mais j'ai vraiment une pensée pour ces équipes qui devront économiser leurs ressources. Le règlement sera très difficile pour les petites équipes. Je pense que la plupart du budget de Force India pour construire la voiture est désormais consommé, simplement pour coller au nouveau règlement. Donc c'est quelque chose que nous prenons aussi en compte. Avec le niveau de ressources que nous avons, nous devrions être capables de battre facilement des équipes comme Haas, Force India, et ainsi de suite."
source: Nextgen-Auto.com

Force India dévoile son programme pour les essais de Barcelone
En attendant la présentation, demain à 15h, de la VJM10, Force India a révélé son programme pour les essais de Barcelone.

Pour l'occasion, Force India a décidé de faire confiance à son jeune pilote d'essais, Alfonso Celis, en lui confiant une journée entière de tests.

Lors de la première session d'essais (27 février - 2 mars), Sergio Pérez roulera le premier jour et Esteban Ocon le deuxième. La troisième reposera entièrement sur les épaules d'Alfonso Celis. Enfin, le dernier jour, Sergio Pérez roulera le matin et Esteban Ocon l'après-midi, pour les essais pluie de Pirelli.

Alfonso Celis ne roulera pas en revanche lors de la deuxième session (7 mars - 10 mars). Esteban Ocon et Sergio Pérez se partageront le roulage: le Français roulera les 7 et 9 mars, et le Mexicain les 8 et 10 mars.

Esteban Ocon, qui n'a qu'une demi-saison d'expérience en F1, n'aura donc que trois journées et demie pour se familiariser à sa nouvelle voiture comme au nouveau règlement.
source: Nextgen-Auto.com

Prost devient conseiller spécial pour Renault en F1
Alain Prost a fait une apparition remarquée à Londres, lors de la présentation de la nouvelle R.S.17. Le quadruple Champion du monde sera cette année le conseiller spécial de l'écurie tricolore. Il a également été nommé au comité exécutif de Renault Sport, où il siègera aux côtés du président, Jérôme Stoll.

Ambassadeur de Renault depuis de longues années, et surtout co-propriétaire de l'écurie Renault e.Dams en Formule E, Alain Prost a déjà un agenda bien chargé. C'est pourquoi il ne pourra s'engager à plein-temps dans ses nouvelles fonctions de conseiller spécial - aux contours encore un peu flous.

"Ce qui est important, c'est que Renault puisse être compétitif et gagner dès que possible. Ce n'est pas la première fois que je m'engage pour Renault, mais pour être clair, je n'aurai pas une présence quotidienne dans l'équipe. Je serai plutôt dans les coulisses. Parfois, il est bon d'avoir ce genre de situation. Siéger dans les comités est important. Il est important de donner la meilleure décision et la meilleure stratégie, et d'être une écurie gagnante dans le futur", a confié Alain Prost.

L'ancien pilote Ferrari, McLaren et Williams se réjouit déjà de la saison qui s'annonce. Une saison qui devrait être celle de nets progrès pour Renault, qui a annoncé vouloir viser la 5ème place.

"Je suis très excité - comme vous pouvez l'imaginer, en regardant la taille de la voiture, cela me rappelle les vieux jours, quand nous avions de gros pneus. J'irai lundi à Barcelone [pour les essais privés], et je serai curieux de voir ce que les pilotes diront. Les virages rapides seront rudes pour eux physiquement. Ce sera bon pour la F1. Vous aviez besoin d'un nouveau cycle. J'espère que nous pourrons attirer de nouveaux fans et de nouveaux spectateurs - et des jeunes spectateurs, j'espère."

Président de Renault Sport Racing, Jérôme Stoll a eu des mots chaleureux pour un champion qu'il connaissait déjà très bien...

"Vous avez vu cet après-midi cette présentation, vous avez vu que nous avons décrit l'équipe et les personnes formidables qui ont fait un travail remarquable ces derniers mois. Vous avez vu les pilotes, l'organisation, les partenaires, donc je suis très confiant en nos futures performances."

"Et en plus de tout cela, nous avons un nouvel atout avec nous, qui nous aidera et contribuera à réaliser nos ambitions ces prochaines années: cet atout est Alain Prost. Je suis très heureux d'avoir Alain avec nous, comme conseiller spécial de Renault Sport Racing. Alain sera aussi membre du Comité Exécutif de Renault Sport Racing."

"Il apportera à l'équipe son expérience formidable, son réseau formidable, sa renommée formidable, et il a aussi cette capacité à parler aux pilotes, et il a un réseau spécifique pour cela. A une époque où la F1 évolue vers une nouvelle ère, ce sera très intéressant d'avoir Alain avec nous."
source: Nextgen-Auto.com

Stoll - Enstone se renforce chaque jour un peu plus
Directeur général délégué et président de Renault Sport, Jérôme Stoll a pris part à la présentation de la nouvelle R.S.17 à Londres aujourd'hui.

Le dirigeant de l'écurie tricolore fonde de grands espoirs sur la saison à venir. Après une année de transition, Renault a en effet eu l'opportunité de développer, dans le calme et sans précipitation, une monoplace entièrement nouvelle, qui portera la griffe d'Enstone comme de Viry-Châtillon.

"Il y a un peu plus de douze mois naissait l'entité Renault Sport Racing. Un an plus tard, nous sommes à l'orée d'une nouvelle saison pour Renault Sport Formula One Team avec la R.S.17, la première voiture entièrement conçue par nos soins dès sa genèse."

"En plus de notre nouvelle monoplace, nous présentons également la nouvelle identité de Renault Sport qui contribue à la livrée de la R.S.17."

"L'an passé, nous avons posé les fondations de nos futurs succès. Nous disposons d'une feuille de route précisant où nous voulons être, mais aussi ce que nous croyons être la meilleure façon d'y parvenir."

La monoplace a été dévoilée devant un parterre de journalistes, mais il ne s'agit là que de la surface émergée de l'iceberg. Jérôme Stoll rappelle ainsi tout le travail de refondation mené depuis plus d'un an...

"Tout au long de l'hiver, les usines d'Enstone et de Viry ont été très animées. A Viry, les fruits de nos ajustements et de la restructuration ont été visibles à travers le solide pas en avant de nos performances en 2016. Nous savons qu'il y a encore davantage en réserve pour 2017."

"A Enstone, l'activité est incessante. Partout l'on y voit de nouveaux employés, de nouveaux bâtiments et de nouveaux équipements. Ces ressources sont mises à profit chaque jour."

"La R.S.17 est la première monoplace qu'Enstone et Viry ont pu intégralement planifier et développer et nous sommes très satisfaits de cette première coopération."

Les nouveaux sponsors de l'écurie n'ont bien sûr pas été ignorés...

"L'enthousiasme suscité par la R.S.17 s'accompagne de l'arrivée de BP, un partenaire essentiel à travers les marques BP et Castrol. Cette nouvelle relation s'annonce passionnante et nos attentes sont grandes."

Ses fonctions de directeur général délégué ne font pas oublier à Jérôme Stoll le but final de l'engagement de Renault en F1: bénéficier d'une solide couverture marketing. Et les premiers résultats semblent encourageants...

"En dehors des circuits, nous avons enregistré une forte croissance des ventes pour Renault Sport Cars durant l'année 2016. Nous croyons que cette tendance se poursuivra grâce à des modèles à venir toujours plus innovants et performants."

Jérôme Stoll a enfin rappelé l'objectif de Renault cette saison: finir dans le Top 5 au classement des constructeurs.

"Pour 2017, nos objectifs en piste sont clairs pour Renault Sport Formula One Team. Nous voulons effectuer un pas en avant visible et tangible sur le plan des performances et des résultats. Nous visons la cinquième place du Championnat des Constructeurs."
source: Nextgen-Auto.com

Renault - Sirotkin devient le troisième pilote et veut un baquet en 2018
Sergey Siroktin a pris du galon. A l'occasion de la présentation de la R.S.17 à Londres, le Russe a révélé qu'il serait le troisième pilote (et pilote de réserve) de Renault en 2017. Jusqu'à présent, Siroktin avait le statut de "pilote d'essais", mais avait pu rouler un vendredi matin dans son pays natal en 2016.

"Travailler ensemble l'an dernier a été une très bonne expérience pour nous, et avec cette base, je franchirai un palier avec ce nouveau rôle en 2017", s'est félicité Sirotkin, 3ème du dernier championnat GP2.

"Les EL1 feront partie de mon programme. Je sais que pour l'équipe, ces sessions sont un élément important pour la préparation de la course. Donc mon devoir sera de remplir tous ces objectifs, plutôt que de simplement essayer de signer le temps le plus rapide possible à n'importe quel moment."

En disputant plusieurs séances d'essais libres, Sergey Sirotkin a l'opportunité de se montrer auprès des décideurs de l'écurie tricolore. Il aura sans nul doute dans le viseur des ambitions bien plus élevées pour 2018: remplacer Jolyon Palmer comme second pilote de l'écurie. Le Russe ne le cache d'ailleurs pas...

"Je ne pense pas que je surprendrais tout le monde en disant que mon objectif principal, pour 2018, est de trouver un baquet en F1. J'y travaille. Je suis ici pour apprendre et être un atout pour l'équipe, et aussi pour montrer que je mérite d'avoir d'autres opportunités dans le futur."

"Peu importe si j'apprends de Nico [Hülkenberg] ou de Jolyon [Palmer], ou de n'importe quelle autre situation. Il y a toujours beaucoup à apprendre dans cette vie. Si je passe un jour sans m'améliorer d'une certaine manière, alors, c'est une journée perdue. Je ne changerai jamais d'approche dans tout ce que je fais et bien sûr, j'espère apprendre quelque chose des deux pilotes titulaires et aussi de toute l'équipe".
source: Nextgen-Auto.com

Abiteboul - La R.S.17, une voiture dont nous pouvons être fiers
Aujourd'hui à Londres, Renault Sport Formula One Team a levé le voile sur sa monoplace 2017, la R.S.17, lors d'une cérémonie en présence des média internationaux et des partenaires de l'écurie.

Mettant en avant les nouveaux partenaires et sponsors, dont BP, Castrol et MAPFRE, la présentation était également l'occasion de dévoiler la nouvelle identité de Renault Sport, destinée à renforcer les liens entre Renault Sport Racing et Renault Sport Cars.

Motorisée par le R.E.17, le groupe propulseur de Renault Sport Racing, la R.S.17 ne présente aucun composant commun avec la R.S.16. Les équipes sont parties d'une feuille blanche et ce afin de répondre au nouveau règlement. Il s'agit de plus de la première F1 intégralement conçue par Renault Sport Racing depuis ses deux bases situées à Enstone (Royaume-Uni) et à Viry-Châtillon (France).

Thierry Koskas, Groupe Renault Executive Vice President, Sales & Marketing, Jérôme Stoll et Cyril Abiteboul respectivement Président et Directeur Général de Renault Sport Racing, étaient présents aux côtés du management et des pilotes du Renault Sport Formula One Team.

La R.S.17 a été présentée par les pilotes titulaires, Nico Hülkenberg et Jolyon Palmer. En parallèle, Sergey Sirotkin était officialisé comme troisième pilote et pilote réserviste, et Alain Prost comme Conseiller Spécial de Renault Sport Racing.

La voiture était présentée avec l'hashtag #RS17Launch.

La promotion 2017 de la Renault Sport Academy a également été révélée. Elle se composera de Jack Aitken, Max Fewtrell, Jarno Opmeer et Sun Yue Yang, tous soutenus par Renault Sport Racing lors de leurs campagnes en 2017. Jack sera aligné en GP3 Series tandis que Max, Jarno et Sun seront alignés en Formule Renault Eurocup dont la grille devrait atteindre un record avec 30 pilotes engagés.

"La R.S.17 est la première monoplace qu'Enstone et Viry ont pu intégralement planifier et développer et nous sommes très satisfaits de cette première coopération. C'est une magnifique voiture. L'enthousiasme suscité par la R.S.17 s'accompagne de l'arrivée de BP, un partenaire essentiel à travers les marques BP et Castrol. Pour 2017, nos objectifs en piste sont clairs. Nous voulons effectuer un pas en avant visible et tangible sur le plan des performances et des résultats. Nous visons la cinquième place du Championnat des Constructeurs", commente Jérôme Stoll, Président de Renault Sport Racing.

Cyril Abiteboul, Directeur Général de Renault Sport Racing, ajoute: "Nous sommes parfaitement placés pour franchir le cap que nous voulons tous passer en 2017. La R.S.17 est le fruit de nombreuses et longues heures de travail sur nos deux sites en tant qu'écurie intégrée. Le résultat est une voiture dont nous pouvons être fiers. Nous avons un personnel de qualité à tous les niveaux de l'équipe et nous sommes ravis de voir Nico et Sergey s'aligner aux côtés de Jolyon en 2017. Un groupe solide de partenaires nous rejoint avec BP, Castrol, MAPFRE et SMP Racing au terme d'une fantastique campagne hivernale d'acquisition de partenaires. Nous sommes l'équipe de Formule 1 avec la plus forte croissance à tous les niveaux et nous devons désormais faire nos preuves en piste. Notre objectif est de marquer des points à chaque course."
source: Nextgen-Auto.com

Objectif 5ème place pour la Renault F1 R.S.17
Renault F1 a présenté tout à l'heure à Londres sa R.S.17, la première vraie Renault selon Cyril Abiteboul, le directeur de l'équipe.

La saison 2016, qualifiée de transition, fait désormais partie du passé.

"Avec le règlement qui changeait, cela n'avait pas beaucoup de sens de nous disperser l'année dernière sur l'ancienne voiture. La R.S.17 est donc la première vraie Renault depuis notre retour et nous avons particulièrement soigné l'intégration du moteur dans le châssis, ce qui n'avait pu être le cas l'an passé faute de temps."

"Nous avions la pression quand nous sommes revenus en 2016", ajoute-t-il. "L'équipe travaille maintenant en harmonie parfaite. Les gens communiquent bien pour réaliser l'objectif commun. Nous sommes l'équipe qui avons le plus grandi en un an. Il y a 25% de gens en plus."

"L'équipe Renault est celle qui progresse le plus actuellement en F1. Sur le plan technologique, nous disposons des outils ultra modernes pour démontrer notre savoir-faire et nous avons investi massivement dans le recrutement. Nous sommes également le team qui monte le plus vite sur les réseaux sociaux, ce dont nous sommes très fiers."

Jérôme Stoll, le président, a fixé le cap: la 5ème place au championnat.

"L'objectif est très simple. C'est notre première voiture développée par nous et nous voulons être au moins 5ème. Nous avons l'équipe, les pilotes, les partenaires et l'organisation nécessaire. Nous avons faim, nous aimerions signer des podiums."

"2017 sera une très belle année, une année cruciale pour nous à Enstone et à Viry et nous sommes impatients de voir la R.S.17 en piste, impatients de la voir signer des résultats."
source: Nextgen-Auto.com

Renault F1 présente sa R.S.17 à Londres
Après la Williams FW40 (en virtuel) et la Sauber C36 hier, Renault F1 est devenue la troisième équipe à présenter sa monoplace pour la saison 2017.

C'est lors d'une présentation tenue à Londres cette après-midi, à 15h30, que la marque au losange a dévoilé la R.S.17. La livrée reste à dominante jaune et similaire à celle vue l'an dernier... sur l'avant de la voiture. L'arrière fait la part belle au noir.

Les objectifs fixés pour cette monoplace seront encore peu ambitieux puisque Cyril Abiteboul, le directeur de Renault F1, souhaite simplement progresser par rapport à la 9ème place au championnat obtenue l'an dernier.

C'est notamment du côté du moteur R.E.17 que les progrès sont attendus, un moteur qui équipera les Red Bull et les Toro Rosso cette année.

Chez Renault F1, on compte beaucoup sur l'arrivée de Nico Hülkenberg, très bon en course, pour ramener de nombreux points, en compagnie de Jolyon Palmer, dont la côte est repartie à la hausse lors de la 2ème moitié de la saison 2016. (voir la présentation)

photo
source: Nextgen-Auto.com

Chez Red Bull Racing on rassure sur les dépassements
Du côté de la direction technique de Red Bull Racing, on se veut rassurant pour le spectacle offert par la Formule 1 en 2017.

De nombreux acteurs du sport craignent en effet un manque de dépassements cette année, suite au changement de règlement. Avec des voitures plus rapides, plus larges et dotées de plus d'appuis aérodynamiques, les pilotes pourraient avoir du mal à se suivre de près, et donc à se dépasser.

L'ingénieur en chef de l'équipe autrichienne, Paul Monaghan, croit que les nouveaux pneus Pirelli, qui seront plus larges et plus durables, pourrait contrer l'effet négatif de l'aéro augmentée.

"Les pneus en eux-mêmes, s'ils sont effectivement plus résistants que ceux des générations précédentes, changeront la course selon moi. Et pour le meilleur. Potentiellement, je pense que nous pourrions voir plus de dépassements", lance-t-il.

Cette vision est partagée par le responsable de l'aérodynamique, Dan Fallows.

"Il ne faut pas oublier que plus une monoplace génère d'appuis, plus elle souffre de la trainée provoquée par les autres voitures autour d'elle. Ils se pourraient donc que les voitures se suivent de plus près et utilisent donc davantage l'aspiration en ligne droite. Les dépassements pourraient donc être facilités de ce point de vue."

Et pour Pierre Waché, le Français responsable de la performance, le discours n'est pas différent non plus.

"La voiture 2017 est clairement plus agressive en termes de look. Elle est plus large, elle ressemble à une muscle car, avec ses gros pneus. Avec une voiture plus large, on peut penser qu'il sera plus difficile de dépasser. Mais, à cause de la trainée aérodynamique, il y aura plus de temps passé sur les lignes droites, ce qui crée plus d'opportunités que dans le passé pour dépasser dans ce genre de conditions."
source: Nextgen-Auto.com

Vergne se plait en Formule E
Jean-Eric Vergne a confié à Canal+ qu'il se sentait aujourd'hui mieux en Formule E qu'en Formule 1.

L'ancien pilote Toro Rosso, qui n'a jamais pu accéder à Red Bull Racing et a été réserviste de Ferrari l'an dernier (non reconduit cette année), semble avoir tiré un trait définitif sur la catégorie reine.

"Pour moi, la page F1 est tournée. J'étais arrivé dans une équipe, Toro Rosso, qui est ce qu'elle est: une équipe de milieu de peloton. Ca m'avait mis un coup à la tête, en finissant huitième à mon deuxième Grand Prix. Je n'étais pas spécialement heureux mais quand je suis arrivé, toute l'équipe sautait de joie comme si on avait gagné une course."

"Je ne me suis jamais fait à l'idée que terminer huitième ou septième était un superbe résultat pour Toro Rosso. Ca m'a un peu joué des tours", ajoute le Français.

"Arriver en Formula E, peu importe l'équipe dans laquelle vous êtes, vous pouvez vous battre pour des poles ou des victoires. Cela m'a redonné énormément d'énergie. Ca me fait plaisir d'être dans un championnat ou dans une équipe, où on arrive à chaque course et on sait qu'on peut faire la pole, on sait qu'on peut gagner la course. L'objectif, à moyen terme, est de gagner le championnat."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel - Ferrari est sur la bonne voie
La saison dernière a été un cauchemar pour Ferrari. Le réveil a été brutal pour l'écurie qui pensait encore un an auparavant pouvoir donner du fil à retordre à Mercedes. Non seulement les Rouges ne sont pas montés une seule fois sur la plus haute marche du podium, mais ils ont dû s'incliner devant Red Bull, qui les a délogés de la deuxième place du championnat.

Malgré toutes les difficultés traversées en 2016, Sebastian Vettel se montre optimiste pour la saison à venir. Alors que beaucoup doutent des progrès de l'équipe de Maranello, les déclarations de l'Allemand laissent à penser qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter.

"Quand je fais un retour en arrière sur 2016, je suis convaincu que Ferrari, et moi-même, en tant que pilote, sommes sur la bonne voie" affirme-t-il.

"A ce stade de début de saison, le travail de l'équipe est beaucoup plus avancé que beaucoup de gens ne le croient. C'est pourquoi je suis convaincu que nous allons atteindre les buts désirés et que nous nous sommes fixés."

Le pilote de 29 ans compte toujours réaliser son plan grand rêve et n'envisage pas d'abandonner.

"Parce que je poursuis encore et toujours mon plan de devenir Champion du monde avec Ferrari avec une grande passion et que j'y crois."

Même si pour l'instant, comme la plupart des pilotes, le quadruple Champion du monde ne sait pas vraiment à quoi s'en tenir, en ce qui concerne la saison 2017...

"C'est toujours la question à laquelle personne n'a de réponse. Nous avons cette année un règlement qui change beaucoup, avec, avant tout, une aérodynamique complètement différente ainsi que des pneus plus larges. En résultent une vitesse plus élevée dans les virages, des temps au tour plus rapides, et des efforts bien plus intenses pour tous les pilotes."

Ce dont Vettel est certain, c'est qu'il va falloir plusieurs semaines pour pouvoir vraiment se forger un avis.

"Je pense que l'on va avoir une idée claire sur les capacités d'une équipe, des voitures et des pilotes après 3, 4 ou 5 Grands Prix disputés."

L'Allemand est persuadé que son équipe a su tirer des leçons des erreurs passées.

"Ferrari a retenu beaucoup de leçons du passé, qui vont nous rendre beaucoup plus forts à l'avenir. L'écart avec Mercedes a déjà diminué en 2016 - mais il est aussi vrai qu'en 2016, tout ne s'est pas passé sans accroc chez nous."

Lors de la saison dernière, le Cheval Cabré a fait l'objet de nombreuses critiques, ce que Vettel a très peu apprécié.

"Ce qui m'énerve par contre, c'est quand on interprète mal les résultats. Cette critique n'est pas justifiée. Ferrari a fait des progrès, et même des très grands progrès, si l'on tient compte du fait que l'on affronte des équipes qui n'ont pas été obligées (suite au départ de James Allison) d'opérer des changement internes fondamentaux."
source: Nextgen-Auto.com

Marko soutient la position de Brawn sur le DRS
Ross Brawn a lancé de nombreuses idées pour améliorer la Formule 1 depuis son arrivée à la tête du sport en tant que manager.

Et s'il admet que certaines prendront du temps pour être débattues ou appliquées, d'autres pourraient être appliquées plus rapidement. Comme la suppression du DRS, l'aileron arrière mobile qui a facilité (un peu trop) les dépassements ces dernières années.

"Tout le monde sait que le DRS est une solution artificielle. Nous devons trouver des solutions plus pures pour les dépassements en Formule 1", déclarait Brawn.

Chez Red Bull Racing, c'est une idée que l'on soutient.

"Avec le DRS, dans une lutte entre deux pilotes, celui qui est devant ne peut tout simplement rien faire", reconnait Helmut Marko. "Ce n'est pas un vrai dépassement."

"Faire un freinage à l'extrême limite, c'est l'un des talents les plus importants chez les meilleurs pilotes. Quand vous remontez l'histoire de la Formule 1, quand vous regardez Prost et Senna par exemple, un super freinage c'est souvent ce qui définissait l'issue d'une course."
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen Champion du monde 2017? Trop tôt selon son père
Avec les changements significatifs qu'impliquent le nouveau règlement technique de 2017, Red Bull peut prétendre être le principal adversaire de Mercedes. Alors que Max Verstappen semble prédestiné à devenir un jour Champion du monde, son père tient à minimiser les probabilités que cela se réalise cette saison.

Jos Verstappen qui est lui-même un ancien pilote de F1, pense que ce serait "trop tôt" pour son fils.

"Bien sûr, on parle d'un titre mondial, mais mon opinion personnelle est que c'est encore un peu tôt pour cette année."

Mais Red Bull se montre très confiant dans le fait qu'Adrian Newey puisse se surpasser dans l'application des nouvelles règles aérodynamiques, et Christian Horner pense que Renault est à présent prêt à augmenter les performances de son moteur pour faire face à Mercedes.

La marque au Losange, dont le moteur est rebadgé Tag Heuer pour l'équipe de Milton Keynes, s'est donné les moyens de combler l'écart creusé par Mercedes ces trois dernières années.

"Renault a eu un hiver très chargé" déclarait hier Horner.

Jos Verstappen est ainsi d'accord pour dire que 2017 devrait être une bonne année pour Red Bull.

"L'an dernier, Max a gagné en Espagne, donc espérons qu'il puisse rempoter plus de courses cette année. J'aimerai bien le voir gagner 3 ou 4 courses, et je pense que c'est possible" confie-t-il.

"Red Bull a toujours été forte avec les nouvelles règles, et avec l'information que j'ai en ma possession, je pense que ça s'annonce plutôt bien."

L'ancien pilote a déclaré récemment que Max Verstappen s'est entrainé tellement dur, qu'il est "épuisé" le soir.

"Il a pris 3 ou 4 kilos, principalement en masse musculaire. Vous pouvez le voir au niveau de son cou et de ses bras. Il s'entraine dur, mais il fallait qu'il le fasse parce que les voitures vont être beaucoup plus rapides, particulièrement dans les virages."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton ne visait pas Bottas
Lewis Hamilton a indiqué ce week-end sa position concernant le partage de la télémétrie entre équipiers et souhaite que cette pratique s'arrête.

Le pilote Mercedes en a fait la demande à son équipe mais il tient à clarifier les choses: ce n'était pas une attaque contre Valtteri Bottas, son nouveau coéquipier. C'était une opinion générale de ce qui doit se passer en Formule 1 afin que chaque pilote puisse faire la différence.

"Je souhaite clarifier les choses, ce n'était pas une attaque contre mon équipe, absolument pas", explique le triple Champion du monde.

"Ma déclaration sur le partage de la télémétrie était seulement le reflet de mon opinion sur le sport en général."

"C'est comme cela que je le ressentais le jour où je suis arrivée en Formule 1 et ça n'a pas changé 10 ans après. Il n'y a aucun problème avec mon équipe, aucun problème avec Bottas."

Le message est en tout cas passé...
source: Nextgen-Auto.com

Marko - Sainz est le réserviste de Red Bull Racing
Red Bull Racing ne nommera pas de pilote de réserve officiel cette saison selon Helmut Marko, son consultant.

L'Autrichien est bien conscient du potentiel de Carlos Sainz, qui attend patiemment sa chance chez Toro Rosso. Donc, en cas de souci pour Daniel Ricciardo ou Max Verstappen, c'est Sainz qui sera appelé à piloter la RB13 cette saison.

"Nous avons un contrat à long terme avec Carlos et la situation qui s'est produite chez Mercedes cet hiver (le départ soudain de Nico Rosberg à la retraite, ndlr) montre à quel point il est important d'avoir des pilotes en réserve", explique Marko.

"Et Sainz est clairement notre pilote de réserve au cas où quelque chose surviendrait chez Red Bull Racing."

On peut alors imaginer dans ce cas que Pierre Gasly, engagé en Super Formula cette saison, serait appelé à faire son premier Grand Prix chez Toro Rosso à la place de Sainz. Marko fixe d'ailleurs des objectifs élevés pour la petite équipe de Faenza.

"Toro Rosso doit réussir de meilleurs résultats cette année. Nous devons finir 5ème avec eux en 2017. Avec un bon designer comme James Key, cette équipe en a le potentiel. Elle peut compter sur un atout, la stabilité de son duo de pilotes (Sainz et Daniil Kvyat)."

"Toro Rosso est une bonne équipe de milieu de grille et ce que Renault proposait à Sainz n'était ni meilleur ni moins bon que ce qu'on peut continuer à lui offrir."
source: Nextgen-Auto.com

Stroll évoque ses premières impressions en F1
Dans un peu plus d'un mois, Lance Stroll va effectuer un pas de géant dans sa carrière: il va disputer sa toute première course en Formule 1.

Fort d'un entraînement sur mesure, il souhaite apprendre le plus possible pour être très rapidement à la hauteur de ses adversaires sur la piste.

Le Canadien explique pourquoi il a choisi de ne pas passer par la case GP2, pourtant reconnue comme l'antichambre de la F1.

"J'ai décidé cela lorsque la possibilité de rouler chez Williams s'est présentée" déclare-t-il.

"Pour cela, j'avais d'abord besoin de tous mes points pour obtenir la super-licence. C'était clair pour moi: j'obtenais la place chez Williams seulement si je devenais champion en F3. Il n'y a pas de meilleure préparation pour la Formule 1 que de courir en Formule 1. Une année de GP2 ne te préparera pas aussi bien à cela. Parce que c'est trop éloigné (de la F1). Quand une telle chance est proposée, tu dois la saisir. La place peut de nouveau ne plus être libre l'année d'après. A présent, j'ai 20 courses pour apprendre."

Cependant, le pilote de 18 ans n'aura pas que son titre de champion de Formule 3 en poche en foulant la piste de l'Albert Park. Il bénéficie depuis plusieurs mois d'une préparation hors du commun pour aborder sa toute première saison de F1 au mieux, avec des tests privés, dont le montant astronomique a fait couler beaucoup d'encre.

"Jusqu'à Noël dernier, j'ai participé à 4 tests de deux jours chacun et un essai d'un jour à Silverstone. Puis, j'ai roulé à Monza, Spielberg, Budapest, Barcelone et enfin à Abu Dhabi. D'ici le début de la saison, il va encore y avoir quelques tests en dehors de l'Europe. Nous devons encore nous arranger avec les différents circuits. Sinon, je me rends un jour par semaine à l'usine chez Williams. S'ajoute à cela l'entraînement physique. Je suis bien occupé!"

Un soin a été particulièrement apporté pour garder ces tests à bord d'une Williams de 2014 le plus secret possible.

"Il n'y avait aucune raison de les rendre publiques. Williams voulait tout simplement que je me concentre sur mon travail. Hamilton et Villeneuve ont aussi beaucoup roulé comme ça, pour se préparer. Tout le monde a eu une préparation. Pour Bottas c'était de nombreux essais libres les vendredis matins."

Stroll revient sur l'expérience unique de piloter une Formule 1. Selon lui, les différents tests auxquels il a participé lui permettront d'être complètement à l'aise dès le début de la saison 2017.

"Je me souviens bien sûr du tout début. Le premier jour a été évidemment une expérience incroyable. La voiture est super rapide, a beaucoup de puissance et vachement (sic) d'appui, ça tire sur le cou. Cela a été un grand pas en avant en termes de puissance et d'appui par rapport à une F3. La première fois est toujours impressionnante. C'est un grand changement. Tout est plus grand. Tu vois la piste complètement différemment et pratiquement rien de la voiture. C'est comme passer du kart à une voiture de ville. En kart, tu apprends les bases, comment tu doubles et comment tu défends ta position. Puis tout repart de zéro. Dans une voiture de course, tu dois apprendre comment régler la voiture au mieux, afin de pouvoir rouler au plus vite. Mais tu t'y habitues. Lorsque tu as trouvé ton rythme, cela devient simplement une autre voiture. Lors de mes premiers tests, j'étais à 1,5 seconde des temps compétitifs. Puis je suis arrivé finalement à 1 seconde des temps des pilotes expérimentés. A ce moment-là, je me suis dit "tu n'y arriveras jamais". Mais à un moment donné, tu t'habitues à tout."

Détail qui a son importance: ces tests apportent un bagage que Stroll n'avait pas, mais ils ne font pas tout. En effet, il a effectué ces tests sans concurrent, se retrouvant seul sur les circuits.

"C'est quand même quelque-chose de différent. Nous roulons avec les données de 2014 et aussi un peu de 2016. Ce n'est pas la même chose. Mais je ne pourrai de toute façon pas appliquer tout ce que j'apprends à 2017, parce que les voitures vont être tellement différentes. Ce qui aide aussi, c'est que je travaille déjà avec les ingénieurs qui travailleront dans mon équipe."

Le Canadien admet que la Formule 1 est une discipline à part dans les sports moteurs. Car le pilotage à lui seul ne suffit pas. Il a dû apprendre à combiner chaque détail qui compose une course en catégorie reine.

"C'est bien plus que seulement piloter. La Formule 3, c'est une succession de courses sprint du début à la fin. En Formule 1, il y a beaucoup de choses qui s'ajoutent. Les départs, les arrêts au stand, les briefings, les installations, les réglages sur le volant. Donc j'apprends déjà les procédures. Tu dois ménager les pneus. Je ne sais pas à quel point les pneus que j'ai en test sont proches des "vrais". Mais nous allons avoir des nouvelles gommes cette année. Donc ce n'est pas grave si je n'ai pas 100% des sensations des pneus lors de mes tests."

Concernant ses objectifs pour cette saison, Stroll se montre réaliste et raisonnable. Il sait qu'il a encore beaucoup de choses à apprendre avant de prétendre à plus dans sa carrière de pilote.

"C'est difficile de se fixer un but. En Formule 3, je savais ce qui m'attendait, parce que les voitures sont très semblables entre elles. En Formule 1, personne ne sait à quel point les voitures vont être bonnes. Chaque année, c'est nouveau. Je n'ai pas cela sous contrôle. Je veux extraire le maximum de la voiture et de ce qu'on me donne. Et je veux m'améliorer course après course. Je ne vais pas déjà être parfait en arrivant à Melbourne. Je dois me perfectionner dans tous les domaines. Je vais travailler le plus dur possible, aussi bien dans qu'en dehors de la voiture."
source: Nextgen-Auto.com

Wolff et Lauda peuvent avoir le sourire après leur prolongation de contrat
Comme Daimler Benz l'a annoncé hier, Toto Wolff et Niki Lauda ont été reconduits à leur poste respectif à la tête de l'équipe Mercedes F1.

Ce n'était pas une surprise pour les deux Autrichiens, qui négociaient depuis quelques mois, et sont aussi actionnaires de l'équipe.

Cette reconduction de contrat s'accompagne d'une belle hausse de salaire pour les deux hommes, qui ont engrangé trois titres mondiaux depuis leur arrivée.

Pour Wolff, qui possède 30% des parts de l'équipe, c'est un salaire de 300.000 euros / mois qui lui sera versé. Pour Lauda (actionnaire à hauteur de 10%), c'est un peu plus de 150.000 euros / mois.

Pour les deux hommes cela représente environ 30% de plus qu'avant. Une belle affaire, méritée pour beaucoup d'observateurs. Et aussi selon la maison-mère, qui a donné plus de pouvoirs de décision à Toto Wolff.

En effet, alors que Paddy Lowe avait un rôle exécutif, James Allison sera sous les ordres directs de Wolff. Lauda gardera lui un rôle non exécutif, comme avant.
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Site Mobile ::.
>> Suivez toute l'actualité de la Formule 1 où que vous soyez!
mobile • Connectez-vous sur notre mobile à l'adresse:
mobile.zonef1.com
.:: Publicité ::.