En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Mercredi 15 Février 2017

Stroll et Massa, un duo qui réjouit déjà Claire Williams
Williams associera cette année la jeunesse et l'enthousiasme de Lance Stroll à l'expérience tranquille de Felipe Massa. Cette paire allie les extrêmes, mais elle est en même temps parfaitement complémentaire, se réjouit aujourd'hui Claire Williams, la directrice adjointe de l'écurie.

"Je pense que c'est une paire vraiment forte, une paire excitante, avec l'expérience de Felipe, et le talent de rookie de Lance. Je pense que ça marchera très bien entre eux en tant que coéquipiers."

L'écurie de Grove devait initialement titulariser pour une nouvelle saison Valtteri Bottas, mais la retraite surprise de Nico Rosberg en aura décidé autrement. Qu'importe: pour Claire Williams, le retour de Felipe Massa ne change finalement pas grand-chose aux plans initiaux.

"Notre nouvelle paire est assez similaire. Nous avions avec Valtteri un pilote expérimenté, avec quatre saisons derrière lui, et maintenant nous avons Felipe et ses 15 années d'expérience."

"L'une de nos plus importantes considérations, c'est de savoir à quel point les pilotes travailleront bien ensemble. Nous sommes préoccupés avant tout par le Championnat des Constructeurs, donc pour nous, avoir deux pilotes qui savent et comprennent l'importance de notre place au classement des constructeurs, c'est crucial."

Claire Williams est d'autant plus confiante en sa paire de pilotes que Lance Stroll n'est pas tout à fait un nouveau venu dans l'écurie. Le Canadien a pu collaborer avec le Brésilien la saison dernière, dans son rôle de pilote de réserve, comme le rappelle Claire Williams.

"Lance et Felipe ont travaillé ensemble l'an dernier, parce que Lance faisait partie de notre programme de développement, donc ils ont passé du temps ensemble et nous savons qu'ils s'entendent déjà bien. J'ai hâte de voir ce qu'ils pourront s'apporter mutuellement."
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo - Enchainer les tours à Barcelone sera le plus important
Daniel Ricciardo vient d'apporter de l'eau au moulin de ceux qui pensent que nous ne verrons pas les performances réelles des Formule 1 de 2017 à l'issue des huit journées d'essais de Barcelone.

Seul Niki Lauda, directeur non exécutif de Mercedes, a affirmé que nous aurions une première idée assez claire des forces en présence avant que le cirque de la F1 ne décolle pour le premier Grand Prix, en Australie, à Melbourne.

L'Autrichien estime que les équipes devront aller chercher la performance (et les données les plus représentatives possibles) lors des derniers jours des essais hivernaux afin de mieux guider les ingénieurs sur les premières grosses évolutions à développer.

Pour le pilote Red Bull, ce n'est pas la priorité.

"La première chose que l'on recherche est la fiabilité. Parce qu'il y a très peu de journées de tests disponibles. Vous savez que le temps passé en piste est important pour la voiture, pour le développement mais aussi pour nous, les pilotes, sur le plan physique", commente Ricciardo.

"Je sais que ma préparation physique cet hiver a été la meilleure possible mais c'est toujours très différent du pilotage en réel d'une voiture de course. J'arriverai en forme et prêt pour la première journée d'essais dans la RB13 mais ça fera mal quand même parce que votre corps n'a pas subi ce genre de forces depuis longtemps."

"Vous voulez toujours vous retrouver au volant, faire les tours et voir ce que ça donne. Parce que rien ne vaut l'entrainement en piste."

C'est dans un 2ème temps que la performance sera l'objectif. Mais pas le chrono absolu.

"Une fois que la fiabilité de la machine est atteinte, vous voulez effectivement passer un virage le plus vite possible et sentir dans vos fesses si vous avez une voiture rapide à disposition. Une fois que vous avez fait un tour rapide, vous avez une première idée. Vous cherchez à voir comment ça freine, comment ça tourne, juste pour savoir. Ce premier tour chrono vous donne, on l'espère en tout cas, un premier bon feeling."
source: Nextgen-Auto.com

King - Manor était mon objectif en 2017
Pilote de développement de Manor en 2016, Jordan King avait roulé quelques vendredis matins la saison dernière avec le petit poucet du plateau. Pour cette saison 2017, il visait donc logiquement une promotion en tant que pilote titulaire. Mais la disparition de Manor, pour des raisons financières, en décidera autrement.

Jordan King devra donc se rabattre sur une troisième saison en GP2. Après un passage chez Racing Engineering, il connaîtra une nouvelle équipe avec MP Motorsport. Il ne cache pas aujourd'hui que la F1 était son véritable objectif.

"Manor était définitivement mon but. Malheureusement, ça n'est pas arrivé. La situation a mal tourné, et nous avons dû réévaluer nos options pour cette année. C'est probablement pourquoi mon annonce au sujet du GP2 a été très tardive en comparaison des autres. Les autres pilotes ont fait leur annonce ces deux dernières semaines, mais nous savons que leurs transferts étaient réglés depuis très longtemps."

"De mon côté, une autre saison en GP2 n'était pas le premier choix, c'était la Formule 1. Mais c'était comme appuyer sur le bouton 'reset' une fois que Manor a annoncé que l'entreprise avait été mise en redressement judiciaire."

Jordan King avait-il déjà un contrat en poche avec Manor pour la saison prochaine?

"Dire que j'étais proche de signer, je pense que c'est probablement un peu trop s'avancer. Mais il y avait des négociations précises en cours."

Assuré de signer chez Manor ou pas, Jordan King regrette vivement la disparition d'une équipe qui donnait sa chance aux jeunes pilotes.

"Je pense que dans l'ensemble, c'est assez dévastateur. D'abord pour le sport: vous avez maintenant moins de baquets disponibles en F1, alors que vous aviez trois équipes (Virgin, Lotus et Hispania) qui étaient arrivées en 2010. Et il n'en existe plus aucune. Manor avait fait en fait un travail formidable. Ils ont marqué un point et ils montraient une bonne pointe de vitesse. Et la voiture de cette année aurait été bien meilleure, tout le monde le pressentait. Je pense que cela montre que le sport a besoin de changements."

Le cas Jordan King illustre enfin les difficultés de nombreux jeunes pilotes à réussir le grand saut dans la discipline reine. Et la disparition de Manor ne va rien arranger...

"Vous voyez beaucoup de jeunes pilotes dans mon cas... Je suis probablement l'un des 10 pilotes qui pourraient courir en F1, mais c'est difficile pour nous, puisque tout est régi par un nombre limité de personnes et de baquets."
source: Nextgen-Auto.com

Ferrari et McLaren, les surprises de l'année?
Tout le monde ou presque parie sur un duel au sommet entre Mercedes et Red Bull en 2017.

La première équipe sort de trois années de domination et a eu le temps, et les ressources, nécessaires pour bien se préparer au changement de règles techniques du côté du châssis, en gardant l'avantage, pour l'instant, côté moteur.

Quant à la 2ème, elle peut compter sur le génial Adrian Newey et son équipe technique pour tirer le meilleur parti de l'aérodynamique, qui redevient très importante dans les performances d'une Formule 1 cette année.

Mais certains se plaisent à rêver de surprises... du côté de Ferrari et McLaren par exemple.

"Peut-être qu'avec tous ces changements, Mercedes ne sera plus l'équipe à battre. Et que d'autres équipes comme Red Bull, Ferrari ou même McLaren seront dans la bataille également", confie Paul Hembery, le responsable de Pirelli en Formule 1.

David Coulthard, ancien pilote McLaren, mettrait bien une pièce aussi sur une surprise venant de Woking en 2017. A une condition.

"McLaren a peut-être réalisé quelque chose de spécial avec son châssis. Il restera toutefois à voir où se situe le nouveau moteur Honda."

"McLaren a perdu beaucoup de talents ces dernières années mais ils en ont aussi gardé beaucoup. Le problème fondamental ces 2 dernières années était bien le moteur Honda."
source: Nextgen-Auto.com

Boullier - Alonso est impatient de voir ce que donne la MCL32 en piste
Chez McLaren, on a aucun doute sur la motivation de Fernando Alonso pour cette saison de Formule 1.

L'Espagnol, qui a clairement laissé savoir l'an dernier qu'il attendrait de voir si la F1 version 2017 lui plairait pour décider de la suite de sa carrière, s'est entrainé comme jamais cet hiver. Et, selon Eric Boullier, il est "prêt et motivé."

"Fernando travaille très, très dur cet hiver. Il est vraiment prêt et motivé pour cette saison", confie le patron de McLaren F1.

"Il a déjà conduit ce genre de Formule 1, et même des plus rapides dans le passé. Il sait donc à quoi s'attendre. Il est très impatient de la piloter. Il l'a piloté dans le simulateur mais ce n'est pas la même chose. Je suis certain qu'il a hâte de la conduire sur la piste et de voir si elle est bien au niveau de notre attente."

Si Alonso sait à quoi s'attendre, ce n'est pas le cas de son équipier, le débutant Stoffel Vandoorne, plus jeune de 11 ans que le double Champion du monde.

"Stoffel n'a jamais piloté de monoplace avec autant d'appuis ou de puissance. Il aura peut-être besoin de quelques jours pour que son corps s'acclimate et qu'il soit certain de bien être en forme pour ce genre de défi. Mais il a aussi travaillé très dur cet hiver, il est prêt. Ils sont tous les deux prêts."
source: Nextgen-Auto.com

Vandoorne - La nouvelle McLaren est bien plus rapide
Stoffel Vandoorne a tenu à confirmer, si des doutes étaient encore là, que la vie des pilotes de Formule 1 serait bien plus dure cette année.

Le Belge, qui a maintenant une bonne idée de ce que seront les performances de la McLaren MCL32 grâce au simulateur à Woking, a beaucoup travaillé sa condition physique cet hiver.

Il a lui aussi gagné plusieurs kilos de muscle, comme Carlos Sainz (4 kilos) et Esteban Ocon (5 kilos).

"Il est déjà très clair pour nous que les Formule 1 vont aller beaucoup plus vite cette année. J'ai fait beaucoup de sport pour être en forme. C'est la seule façon de faire puisque nous ne pouvons pas piloter pendant l'hiver", explique Vandoorne.

"Ces changements dans les règles techniques signifient que ce sera probablement plus difficile pour les pilotes. Mais je ne pense pas que ce sera un problème pour moi. J'ai eu une bonne préparation. La saison pourrait démarrer maintenant pour moi."

Tout le monde prédit une bien meilleure saison pour le duo McLaren Honda mais où se situera-t-il par rapport à la concurrence? La question reste sans réponse, même pour Vandoorne, pour l'instant.

"Je n'en sais pas grand chose. Je n'ai testé la nouvelle voiture que dans notre simulateur. Il est déjà très clair qu'elle sera bien plus rapide que les monoplaces des années précédentes. Mais ces années ont été difficiles pour McLaren. Et, en même temps, l'équipe a beaucoup progressé."

"J'espère que nous pourrons commencer cette année dans deux semaines avec de bons essais à Barcelone", conclut-il.
source: Nextgen-Auto.com

Pirelli attend beaucoup de sa journée sur le mouillé à Barcelone
Pirelli est bien avancé sur le travail sur ses gommes slicks pour la saison à venir mais beaucoup moins sur ses gommes pluie.

Le manufacturier italien, qui a repris le travail avec Ferrari à ce sujet la semaine dernière à Fiorano, manque encore beaucoup de données pour produire un pneu capable d'évacuer beaucoup d'eau, et qui pourra donc, enfin, satisfaire les pilotes.

Les Italiens espèrent maintenant que la journée "pluie" prévue à Barcelone fasse progresser les choses.

"Avec une empreinte au sol plus large, avec ces nouveaux pneus, la possibilité pour les F1 de partir en aquaplaning augmente sensiblement", explique le manager de Pirelli en F1, Mario Isola.

"C'est pourquoi nous avons demandé à la FIA que la 4ème journée des premiers essais de Barcelone se déroule sur une piste arrosée artificiellement (si l'une des 3 premières journées ne s'est pas déroulée sous la pluie, NDLR), afin que nous puissions continuer notre développement."

Isola souligne toutefois un côté positif. A conditions égales, les pneus 2017 seront plus performants que les précédents.

"Des pneus plus larges peuvent évacuer une plus grande quantité d'eau. J'espère donc que la performance de nos pneus intermédiaire et pluie s'améliorera."
source: Nextgen-Auto.com

Zanardi doute de voir Bottas menacer Hamilton pour le titre
L'ancien pilote de F1 Alex Zanardi, présent hier lors de la présentation du programme F1 de Pirelli, a exprimé ses doutes quant aux performances de Valtteri Bottas cette saison face au triple Champion du monde, Lewis Hamilton, son nouvel équipier chez Mercedes.

Plusieurs personnalités de la Formule 1 ont tenu à exprimer leur confiance dans le Finlandais, alors que d'autres pensent que l'ancien pilote Williams va avoir du mal à soutenir la comparaison. L'Italien se classe dans la 2ème catégorie.

"Hamilton a prouvé à plusieurs reprises qu'il évolue à un niveau un peu supérieur aux autres", commente Zanardi.

"Rosberg a certes réussi à le battre, mais en optimisant toutes ses qualités", ajoute-t-il, en référence à tous les sacrifices qu'a fait l'Allemand la saison dernière, tant sur le plan physique que mental.

"Bottas est un très bon pilote, il n'y a aucun doute à ce sujet, mais il n'est pas un Nico. Pour Lewis, cela va lui rendre la tâche bien plus facile pour dominer le championnat. Derrière lui, je vois effectivement de meilleures chances pour Red Bull que pour Ferrari d'aller se frotter aux Mercedes."

"J'ai confiance en Daniel Ricciardo mais, encore plus, en Max Verstappen", ajoute Zanardi. "C'est Red Bull qui a probablement la paire de pilotes la plus équilibrée à l'avant du peloton."
source: Nextgen-Auto.com

Hembery - Il y aura moins de dépassements, mais ils seront réels
Les inquiétudes sont réelles quant à un manque de spectacle cette saison, avec des voitures très chargées aérodynamiquement et capables de distances de freinage beaucoup plus courtes.

La F1 a beaucoup été critiquée ces dernières années pour les dépassements artificiels grâce au DRS, mais il ne faut pas oublier que la saison 2016 a vu le plus grand nombre de dépassements depuis qu'ils sont comptabilisés. Pirelli a une idée de ce à quoi l'on peut s'attendre en 2017: moins de dépassements, mais de vrais dépassements.

"En toute logique, nous verrons moins de dépassements, mais ils seront réels" explique Mario Isola, manager de la compétition du manufacturier italien. "Il n'y aura pas de discussions pour savoir si la manœuvre était réelle ou assistée. Et le spectacle ne vient pas que des dépassements."

Les nouveaux pneus sont censés être plus solides et moins sujets à la surchauffe, de manière à donner aux pilotes l'opportunité d'attaquer sans cesse.

"Je pense que nous verrons moins d'arrêts aux stands, les voitures seront plus rapides, les pilotes seront à la limite, feront des erreurs, et nous verrons des dépassements dus à cela. C'est comme ça que la F1 doit être, nous aurons de nouveau un vrai championnat et les courses seront plus simples à comprendre" ajoute le directeur de Pirelli F1, Paul Hembery.

Hembery s'attend en revanche à des difficultés pour établir une vraie hiérarchie entre les nouvelles équipes, puisqu'un changement de règlementation amène toujours son lot de surprises, bonnes ou mauvaises, et il ne s'attend pas à ce que les essais hivernaux livrent une réponse précise.

Chez McLaren, Eric Boullier a prédit des premiers essais "en forme de tests de routine" et Hembery abonde en ce sens: "Nous n'aurons les premières informations pertinentes qu'à Melbourne, car on voit souvent du bluff l'hiver."
source: Nextgen-Auto.com

Esteban Gutiérrez cherche un rôle de pilote essayeur en F1
Il est l'un des deux grands perdants des chaises musicales de cet hiver, mais Esteban Gutiérrez n'a pas envie de s'éloigner de la Formule 1 pour autant. Celui qui était pilote de réserve chez Ferrari il y a deux ans aimerait retrouver le même rôle dans une équipe en 2017, tout en ne gardant aucune rancœur au sujet de son ancienne équipe, Haas.

"Je ne les blâme pas, je ne blâme personne d'ailleurs car c'est moi qui était trop confiant" explique-t-il, avant de préciser qu'il était persuadé avoir une deuxième saison au sein de l'équipe américaine, et ne pas s'être inquiété d'une éventuelle rupture entre les deux parties.

"C'était le plan, j'étais trop confiant à ce sujet et ça a été mon erreur, de penser que tout était déjà fait".

"Je me concentrais sur les résultats et j'étais confiant en l'équipe pour continuer à progresser de la manière prévue au départ. Au final, j'ai réalisé que cette confiance n'était pas réciproque et quand je l'ai réalisé, c'était déjà trop tard".

Gutiérrez a déjà fait part de son souhait de s'engager en Formule E mais ne s'y est assuré une place que pour la manche mexicaine. En parallèle de ce programme léger, il espère garder un pied en F1 dans le rôle de pilote essayeur et compte prospecter en ce sens.

"Je ne ferme jamais de porte, jamais. J'aime la Formule 1, ces quatre années ont été très compliquées mais j'ai énormément appris. Je ne me considère pas malchanceux, la Formule E représente un nouveau départ pour moi, une nouvelle chance, et j'ai en plus trouvé l'amour de ma vie" conclut celui qui vient de se marier.
source: Nextgen-Auto.com

McLaren milite pour le retour des suspensions actives en F1
Un vent de polémique souffle actuellement sur la F1. Ferrari conteste auprès de la FIA la légalité des suspensions hydrauliques utilisées par Mercedes et Red Bull. La Scuderia pense qu'il s'agit de systèmes similaires au FRIC et à la suspension active, tous deux interdits par le règlement.

Dans ce débat technique, une voix s'est manifestée aujourd'hui pour plaider en faveur d'une évolution du règlement. Le Français Eric Boullier, directeur de la compétition de McLaren, milite ainsi pour le retour des suspensions actives, bannies depuis 1994, et qui avaient bâti le succès des Williams en 1992 et en 1993.

"Les suspensions, c'est un sujet amusant actuellement. Nous devrions peut-être arrêter ce débat et copier les voitures de série, c'est-à-dire remettre les suspensions actives au goût du jour, parce qu'au moins, cela permettrait de clore la discussion" a argumenté Eric Boullier.

"Aujourd'hui, tout ne tourne qu'autour de l'interprétation du règlement. Et ensuite, vous pouvez pousser pour un concept, qui peut être différemment interprété par d'autres. C'est pourquoi Ferrari essaie de mettre en avant son opinion ou son interprétation, et veut que la FIA la valide. En réalité, nous sommes en plein dans ce débat. La plupart des équipes nous ont contactés sur ce sujet. Ferrari a une interprétation différente concernant ce qui peut être fait et ils essaient de mettre leur opinion en avant, ce qui bien sûr ne plaît pas à quelques autres équipes."

"Aujourd'hui, nous avons des règlements bien trop restrictifs sur le châssis" a ajouté le Français, tout en précisant que sur ce débat en particulier: "nous restons neutres à ce sujet."

Une clarification est maintenant attendue de Charlie Whiting. Le directeur de course de la FIA osera-t-il remettre en question le design des Mercedes et Red Bull à quelques semaines du début de la saison?
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo - Il y aura moins d'opportunités pour dépasser cette saison
Les personnalités du paddock sont de plus en plus nombreuses à tirer la sonnette d'alarme avant le début de la saison. Après Patrick Head encore récemment, c'est au tour de Daniel Ricciardo de s'inquiéter de la possibilité de dépasser avec le règlement qui entrera en vigueur cette année.

Le pilote australien ne pointe pas du doigt l'augmentation de l'appui aérodynamique, mais un problème encore plus simple: l'étroitesse des circuits avec des voitures plus larges...

"Les voitures vont être plus rapides, les pneus plus larges, donc peut-être que sur des circuits étroits, ce pourrait être un peu plus difficile, en particulier avec une voiture plus large. Il y aura un peu moins d'espace à exploiter pour se créer des opportunités" a averti Ricciardo. Les dépassements sur des circuits étroits seront donc plus difficiles - les rares tentatives à Monaco que l'on a vues ces dernières saisons pourraient ainsi se réduire à néant.

En plus d'être plus larges, les voitures seront plus rapides en virage et donc plus physiques à conduire. Comme ses homologues, Daniel Ricciardo s'y prépare en s'entraînant plus durement que d'habitude, entre Los Angeles et Perth.

"Nous ne nous entraînons pas pour perdre du poids, mais pour prendre un peu de muscle et gagner un peu de force, parce que si les voitures sont bien plus rapides en virage, les forces-G et l'impact physique sur le corps seront plus élevés, donc le plus important, c'est la force de supporter cela" a précisé l'Australien.

Une dernière conséquence du nouveau règlement pourrait être de bouleverser la hiérarchie et de renverser la suprématie de Mercedes. Mais Daniel Ricciardo ne se livre pour le moment à aucun pronostic précis.

"Je pense qu'il y aura des changements. Mais pour savoir à quel point la hiérarchie sera modifiée... il faut attendre pour être fixés. Je crois toujours que Mercedes et Red Bull seront à l'avant, mais je l'espère, pas dans le même ordre qu'en 2016."

Quant à se fixer un but pour cette année, ce n'est pas encore le moment.

"Je n'aime pas dire que je veux être sur le podium à Melbourne ou faire ça à tel autre endroit. Je veux juste faire de mon mieux et être prêt pour chaque course. Je l'ai dit depuis des années, la seule chose que je veux, si on peut qualifier ça de but, c'est que quand je quitte un circuit le dimanche soir, je ne veux pas penser que j'aurais dû faire ceci ou cela. Je veux tout donner sur la piste, tout le temps."
source: Nextgen-Auto.com

Pirelli promet des surprises en 2017
Paul Hembery a tenu aujourd'hui à donner quelques précisions sur les futures performances des F1 cette année. Pour le responsable de Pirelli, les monoplaces devraient être jusqu'à 40 km/h plus rapides en virages, ce qui occasionnerait un surplus de 1G à supporter. Toutefois, l'ingénieur ne se prononce pas encore sur le niveau final d'appuis qu'auront les F1. On sait qu'il s'agit là d'une préoccupation majeure, puisqu'avec un niveau d'appuis trop important, il serait bien plus difficile aux monoplaces de se suivre, et donc de dépasser. Le futur niveau de dégradation des pneumatiques figure aussi au rayon des inconnues.

"Aujourd'hui, nous savons seulement ce qu'il est possible de savoir à partir de nos simulations et de nos essais réalisés avec des voitures modifiées. La grande interrogation, c'est le niveau que produira l'aérodynamique en termes d'appuis. Jusqu'au Grand Prix d'Australie, nous ne saurons pas vraiment les conséquences qu'auront sur les performances réelles le niveau de traînée et - plus important - la durée de vie des pneus" a précisé Paul Hembery à Turin, lors d'une journée de présentation de la saison aux médias.

Les pneus, certes plus larges, seront aussi bien plus endurants. Le nombre d'arrêts aux stands par course devrait ainsi diminuer. La distance de freinage sera aussi plus courte. Quant aux chronos, ils devraient être entre trois et cinq secondes plus rapides qu'en 2016 - selon les circuits. A Silverstone, Spa ou Suzuka, composés de nombreux enchaînements rapides, la plupart des virages devrait se passer à fond, et les temps au tour devraient ainsi plus spectaculairement chuter.

Le chantier qu'a mené Pirelli pour s'adapter à la nouvelle réglementation est donc d'ampleur. Si quelques sceptiques en doutaient encore, Paul Hembery a tenu à mettre les points sur les i.

"Toutes les données de n'importe quelle équipe jusqu'à présent peuvent être jetées à la poubelle. C'est donc un changement massif, et cela donne beaucoup de possibilités, à toutes les équipes, de trouver un avantage pour être à l'avant de la grille. Il y a quatre ou cinq équipes qui pensent avoir cette opportunité. Je serai sous le choc si une des équipes dont nous n'attendrions normalement pas grand-chose, ne créait pas la surprise."

Présent à Turin lui aussi, Eric Boullier, le directeur de la compétition de McLaren, s'est quant à lui réjoui de ce changement de règlement. "Plus d'adhérence, des freinages plus tardifs, des virages à plus haute vitesse, cela fait des pilotes heureux" a commenté le Français.
source: Nextgen-Auto.com

Boullier s'attend à une convergence des performances
Eric Boullier, le directeur de McLaren Racing, était présent à la journée de lancement de la saison de Pirelli Motorsport, à Turin.

Le Français a tenté d'effacer les craintes de nombreux observateurs qui craignent de gros écarts entre les équipes, comme c'est souvent le cas lorsque de nouveaux règlements techniques entrent en vigueur.

"Il est certain que, cette année, avec l'apparition d'une toute nouvelle aérodynamique sur les Formule 1, des équipes feront meilleur travail que d'autres au début de l'année", concède Boullier.

"Donc au début de la saison, nous verrons des écarts et des différences d'interprétation. Je parie même sur quelques surprises."

"Mais les équipes vont, comme d'habitude, vite se copier les meilleures solutions les unes sur les autres. Elles vont intégrer les concepts des autres dans leurs propres concepts. Il y aura un peu plus de disparité mais je suis certain que ça va être plus proche."

Et qu'en est-il de McLaren dans tout ça?

"Il est clair pour tout le monde chez nous que nous devons produire une voiture capable de gagner le plus vite possible. Nous pouvons être l'outsider, la surprise de la saison. Honda travaille bien sur les moteurs. Et nous pouvons nous mêler à Red Bull, Ferrari et Mercedes. C'est une toute nouvelle voiture, un tout nouveau moteur, nous ne sommes pas repartis de zéro toutefois car nous avons utilisé toute notre expérience pour progresser."

Quant à la livrée que l'on dit orange... "Vous allez voir du changement mais attendez, plus que quelques jours de patience et vous la verrez (le 24 février)!"
source: Nextgen-Auto.com

Rosberg, révélation de l'année aux Laureus Awards
Le Champion du monde en titre, et nouveau retraité de la Formule 1, Nico Rosberg, a été récompensé hier soir à Monaco au Laureus Awards.

Il n'a pas obtenu le titre de sportif de l'année, qui est revenu à Usain Bolt, mais celui de révélation de l'année.

C'est le double Champion du monde de F1, Emerson Fittipaldi, qui a donné son trophée à l'ancien pilote Mercedes en Formule 1.

Ont déjà été distingués par le passé aux Laureus Juan Pablo Montoya (2002), Lewis Hamilton (2008), Jenson Button (2010) et Daniel Ricciardo (2015).

"J'ai grandi à 40 mètres d'ici, dans le bâtiment qui est juste à côté. J'avais 14 ans et je regardais cette cérémonie depuis le balcon, avec la TV allumée pour la suivre. Je me souviens de Mandela sur cette même scène. Depuis, cela a toujours été mon rêve d'être ici un jour et c'est incroyable de réaliser que c'est arrivé, ce soir. Merci à tous ceux qui ont pris part à mon succès", a déclaré Rosberg.

Son ancien team, Mercedes, nominée pour la 3ème fois dans la catégorie "Equipe de l'année", n'a toujours pas été récompensée. Ce sont les Chicago Cubs (vainqueur de la ligue de Baseball aux USA après 108 ans d'attente) qui ont obtenu cette distinction.
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> La F1 s'emmêle les pédales!
taquin • Reconstituez l'image originale découpée en 15 petits carrés mélangés!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.