En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Lundi 30 Janvier 2017

Ross Brawn veillera à ne pas froisser la FIA
Ross Brawn, nouveau manager des sports mécaniques de la F1, devra travailler en étroite association avec la FIA. Engagé par Liberty Media, l'ancien homme fort de Mercedes et de Ferrari sait que la Fédération emmenée par Jean Todt sera un partenaire incontournable - mais peut-être aussi, parfois, un adversaire. Comment Ross Brawn compte-t-il mener cette cohabitation?

"Nous ne voulons certainement pas une confrontation, nous voulons travailler avec la FIA. Ils ont leurs objectifs et leurs priorités, ils sont le régulateur de ce sport, pour qu'il soit honnête et sûr, et ils veulent avoir une influence sur la direction future du sport. Mais s'ils pensent comme nous et si nous pensons comme eux, alors, le sport progressera. C'est bien sûr quand il y a un désaccord que nous sommes dans l'impasse et que rien n'arrive."

Ross Brawn compte donc s'appuyer sur sa relation personnelle avec Jean Todt pour faire avancer les choses...

"Jean et moi, nous nous connaissons très bien, nous avons travaillé ensemble pendant 10 ans, nous savons comment nous pensons et nous travaillons. Donc je suis optimiste, nous pourrons trouver des solutions avec la FIA, avec les équipes et avec les autres actionnaires. Le chantier ne sera pas aisé, il y aura des difficultés énormes et il y aura des moments où ce sera très frustrant parce que les gens diront 'Non, nous ne voulons pas faire cela', et ils auront leurs propres raisons. Mais s'il y a un peu de logique, alors, je pourrai surmonter tout cela. C'est quand c'est illogique que cela devient très frustrant."

"Au fond, j'ai le profil d'un ingénieur, donc j'utilise tout le temps la logique, ou je pense le faire. Donc il y a des occasions où je suis sûr que ce sera frustrant, mais du moment que nous réussissons une bonne partie de nos objectifs pour améliorer le sport, du moment que nous les identifions et que nous les introduisons sagement et logiquement, alors j'espère que nous pourrons avancer avec tout ce monde sur ce chemin."

Et Ross Brawn de conclure sur une question rhétorique à l'adresse des écuries: "Du moment que les équipes ne sont pas désavantagées individuellement, et du moment qu'il n'y a rien qui les blesse vraiment en aucune manière, alors, pourquoi ne voudraient-elles pas accompagner un processus qui essaie d'améliorer le spectacle et d'augmenter l'intérêt pour la F1?"
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo met une pièce sur Red Bull pour le titre mondial
Daniel Ricciardo s'est imposé comme le troisième homme de la saison 2016. En 2017, avec le grand changement réglementaire, nul doute que l'Australien espère mieux encore, avec un possible titre mondial si les Red Bull sont capables d'aller chercher les Mercedes.

"2016 était réellement encourageant pour toute l'équipe. Nous nous sommes trouvés à nouveau en mesure de nous battre pour des victoires, des podiums et des pole positions. Nous nous sommes grandement rapprochés de la position que nous voulons réoccuper. Et de ce que j'ai entendu de la nouvelle voiture, je me risquerais vraiment à parier sur nous!" confie Daniel Ricciardo au site officiel de la F1.

Cette année, Daniel Ricciardo aura un adversaire de moins à affronter: Nico Rosberg, le néo-retraité. L'Australien peut maintenant l'avouer: a-t-il été surpris voire déçu par la décision de l'Allemand?

"D'abord c'était une surprise, mais une fois que j'y ai repensé, et que je me suis mis à sa place, j'ai bien mieux compris. Il a une famille maintenant, il est dans ce sport avant même d'y avoir couru avec un père comme Keke [Rosberg, Champion du monde de F1], donc c'est une longue carrière à cet égard. Tous les voyages, tous ces engagements, vous épuisent. Et Nico avait atteint son but, donc maintenant, il est temps pour lui de se détendre."

Mercedes a donc dû en urgence trouver un remplaçant à Nico Rosberg. La place était ô combien alléchante! On sait que c'est Valtteri Bottas qui a finalement été choisi, mais Daniel Ricciardo aurait-il voulu rejoindre la firme à l'étoile?

"Mercedes s'est retrouvé dans une situation dingue. Je suis sûr que chaque pilote les a appelés, ou a pensé appeler Toto Wolff et Niki Lauda. C'était intéressant de voir la situation évoluer, et maintenant Bottas a cette grande chance. Nous verrons comment cela se passe. De mon côté, je suis mieux où je suis: chez Red Bull Racing. C'était tentant, bien sûr, de savoir comment se comporte cette voiture. Mais 2017 est une nouvelle année et j'espère que ma voiture sera désormais la voiture championne du monde!"

Le favori pour le prochain championnat n'est cependant pas Daniel Ricciardo, mais Lewis Hamilton, qui semble avoir un boulevard devant lui après la retraite de Nico Rosberg. Mais le pilote Red Bull ne dépose pas les armes. "Je pense que nous pouvons le défier, oui. Si nous nous améliorons autant que l'an dernier, alors, Lewis n'aura pas la vie facile, croyez-moi."

Avec Max Verstappen et Daniel Ricciardo, Red Bull pourra s'appuyer sur deux pilotes talentueux, qui forment la meilleure paire en F1... selon Ricciardo lui-même. "Je le pense vraiment. Je ne suis pas sûr de savoir qui est le deuxième meilleur line-up. Je m'en fiche un peu!".

Le simple talent brut de pilotage ne suffira cependant pas cette année. En effet, les F1 seront bien plus physiques à piloter, ce qui demande un entraînement intensif de la part des pilotes en ce mois de janvier. Et Daniel Ricciardo semble apprécier ce surcroît d'intensité dans un mois de janvier habituellement plus calme pour les pilotes...

"C'est amusant d'accélérer encore plus notre entraînement en janvier cette année, en particulier quand vous vous entraînez à Los Angeles! C'est sympa ici, et les installations sont incroyables. Chaque année, janvier est un peu une période intense, mais cette année, nous pouvons nous permettre de nous entraîner plus dur, et de ne pas trop nous inquiéter de notre poids et de notre masse musculaire. C'est amusant. L'intensité est accrue, et je peux aussi manger un peu plus après l'entrainement, et ça permet de me sentir bien! Qu'est-ce que je fais? Tout! Du cyclisme, de la salle de gym, de la boxe... La liste peut continuer encore et encore."

Les F1 seront plus physiques car elles seront plus rapides à piloter en courbe. Ce point est d'ores et déjà acquis. Mais on ne sait pas encore si le plaisir de pilotage ou le spectacle en sortiront renforcés. Daniel Ricciardo préfère plutôt pointer du doigt une bonne nouvelle pour les pilotes: la plus grande mansuétude des commissaires pour tout accrochage en course.

"J'espère que la situation s'améliorera tout au long de la saison parce qu'à partir de Melbourne, nous pourrons conduire l'un contre l'autre plus durement, sans avoir des pénalités qui menacent de nous tomber dessus tout le temps."

Une autre donnée importante à prendre en compte est l'arrivée de pneus plus larges et plus endurants que par le passé. Daniel Ricciardo a pu déjà les tester en essais privés l'année dernière...

"C'est difficile de vraiment les évaluer. Bien sûr, j'ai ressenti plus d'adhérence avec des pneus plus larges, mais la voiture était quelque chose comme de très hybride, avec des réglages aléatoires, donc les sensations n'étaient pas vraiment pas celles de 2017. Mais les pneus ont semblé amusants, donc j'en espère de bonnes choses une fois que nous les testerons en piste, à Barcelone. De ce que j'ai vu dans le simulateur, ce sera un vrai défi. Mais Barcelone nous dévoilera ce qu'il en est en réalité."
source: Nextgen-Auto.com

Prost - La priorité? Réduire le prix des billets!
L'arrivée de Liberty Media à la tête de la Formule 1 a redonné de l'espoir aux promoteurs des Grands Prix, beaucoup ayant du mal à être rentables avec le prix exigé (différent pour chaque circuit) lors des négociations qui ont eu lieu avec Bernie Ecclestone.

Pour Alain Prost, quadruple Champion du monde du sport, il est temps que ces circuits fassent à nouveau le plein. Et pour cela il n'y a pas énormément de solutions: il faut notamment baisser le prix des billets. Cela doit même être la première priorité selon le Français.

Lorsqu'on lui demande ainsi ce qu'il aurait fait s'il venait tout juste de racheter la F1, Prost répond: "Des prix de billets plus accessibles pour accéder aux circuits."

"A l'heure actuelle, la politique tarifaire n'a aucun sens. Parce qu'avec des tribunes vides, tout le monde finit par mourir."

"Je suis ainsi d'accord avec Ross Brawn: nous avons besoin d'un projet pour les 4 à 5 prochains années, avec des réformes structurelles bien ciblées dans plusieurs domaines: la technique, les règles sportives, la communication et le marketing."
source: Nextgen-Auto.com

Ecclestone va-t-il s'en aller sans faire plus de bruit?
Bernie Ecclestone va-t-il accepter sans faire plus de bruit son nouveau rôle de président d'honneur de la Formule 1?

Même si l'ancien grand argentier de la Formule 1 a fait savoir qu'il ne ferait rien pour endommager l'image du sport, et a exclu la création d'un championnat parallèle, certaines personnes pensent que le Britannique de 86 ans ne va pas rester silencieux très longtemps..

"Pourquoi un homme, qui a toujours été le même pendant 86 ans, accepterait-il soudainement de partir sans rien dire, avec ce nouveau poste au nom très comique?" lance l'ancien pilote de F1 Christian Danner.

"Désolé, mais ce n'est pas Bernie. Je ne serais pas surpris de voir que quelque chose se passe en coulisses et que, tout à coup, la situation venait à être complètement différente."

Toto Wolff estime lui qu'il aurait été préférable que Liberty garde une "vraie place" à Ecclestone.

"Cela aurait été un avantage pour Liberty, et pour chacun d'entre nous, si nous avions pu garder l'expertise d'Ecclestone. Mais la frontière est mince entre garder cette expertise et vouloir que le sport s'émancipe enfin après Ecclestone."

Pour Alain Prost, "tout chose a une fin. Bernie a 86 ans. Il est naturel, et même juste, que tôt ou tard son ère se termine. La bonne nouvelle est que je perçois que les nouveaux propriétaires ont une idée claire de ce qu'ils veulent. Ce sont des experts en communication et en spectacle."
source: Nextgen-Auto.com

Les grandes équipes vont mettre la pression sur Liberty
Le rachat de la Formule 1 par Liberty Media est une nouvelle qui a été plutôt bien accueilli par tous les acteurs du sport. Mais il faut s'attendre à quelques débats houleux en coulisses, notamment concernant la répartition des revenus.

Liberty souhaite en effet que certains avantages du passé soient supprimés, tel le mega-bonus de Ferrari (près de 80 millions d'euros par an, juste pour participer au championnat), afin de mieux redistribuer les revenus.

Mais les primes perçues par Red Bull, Mercedes ou encore McLaren sont également loin d'être négligeables.

Pour l'ancien pilote de F1 Christian Danner, un bras de fer est en vue. Et si Ferrari menace à nouveau de partir "alors ils devront partir. S'ils ne veulent pas rester (sans bonus) sur la scène qui les a fait prospérer alors ils n'ont qu'à aller au Mans... où personne ne vous voit."

"Ferrari va menacer de partir. Mais il y a aussi Mercedes, qui parlera de son histoire en Formule 1. Et Renault qui dira que sans eux il n'y a pas assez de moteurs pour toutes les équipes. Et ainsi de suite."

"Tout le monde va trouver le maximum de moyens pour mettre de la pression sur Liberty afin de garder ses propres avantages."
source: Nextgen-Auto.com

Carey - Nous n'allons pas renégocier avec Silverstone
A peine une semaine après avoir officiellement racheté la Formule 1 et mis en place Formula 1 Group, Liberty Media et Chase Carey ont donné un premier signe fort à tous les acteurs du sport qui comptaient profiter de l'absence de Bernie Ecclestone pour renégocier, à la baisse, certains contrats: "No way!"

La semaine passée, le British Racing Drivers Club, qui organise le Grand Prix de Grande-Bretagne à Silverstone, saluait l'arrivée des nouveaux propriétaires, en espérant qu'une solution financière soit trouvée pour permettre au circuit anglais de continuer à héberger la course après 2019.

Mais la réponse de Carey, par médias interposés, a été cinglante hier: "Nous n'allons pas renégocier avec Silverstone. Mais nous allons travailler avec eux pour voir comment être de bons partenaires."

Et il prévient:

"Le Grand Prix de Grande-Bretagne est une course importante du calendrier mais nous souhaitons aussi nous rapprocher de grandes villes telles que Londres. Avec Silverstone, nous pouvons les aider à promouvoir la course."
source: Nextgen-Auto.com

Sainz ne veut pas céder à la panique pour le spectacle
De nombreux observateurs s'inquiètent de l'absence de spectacle et de dépassements cette saison en F1 avec l'apparition des nouvelles monoplaces, qui seront plus rapides en virage et réduiront drastiquement les distances de freinage. A contre-courant de la tendance actuelle, Carlos Sainz ne veut pas encore s'inquiéter et garde confiance en l'avenir de sa discipline.

"Comment les gens peuvent-ils savoir?" s'interroge l'Espagnol. "Je n'aime pas entendre autant de personnes négatives comme ça a été le cas depuis quelques mois. Et je ne sais pas comment ils peuvent dire cela avant que nous ayons testé les voitures. Nous avons la chance d'une F1 renouvelée, voyons ce qu'elle donnera. Peut-être que le DRS aura plus d'effet, peut-être que les pneus nous permettront d'attaquer plus et de dépasser plus, cela pourrait être positif".

Le pilote Toro Rosso est confiant que la formule appliquée pour 2017 est la bonne et qu'elle marquera un vrai progrès pour améliorer le spectacle de la discipline qui a été très critiquée dans les dernières années pour le manque de vitesse et d'exigence envers les pilotes.

"Les moteurs font déjà 1000 chevaux, nous aurons les appuis les plus élevés depuis longtemps, similaires à la grande époque dont tout le monde parle. Nous n'avons pas vu des pneus aussi larges depuis des décennies et Pirelli assure qu'ils se dégraderont moins afin que l'on puisse attaquer. Les dépassements? Il n'y en avait pas énormément en 2004 et 2005 et des millions de personnes regardaient".

Comme Vettel, Sainz a enfin tenu à souligner la très bonne décision, selon lui, de laisser les pilotes se battre en les punissant moins: "Il y aura plus de tension, plus de dépassements car nous étions très limités par ce que les commissaires acceptaient, et c'était assez inconstant. Il semble qu'ils vont lâcher du lest et nous laisser nous battre, c'est ce que tout le monde veut".
source: Nextgen-Auto.com

La Formule 1 ne doit pas se passer de l'hybride selon Wolff
Quel sera le moteur de la Formule 1 après 2020? La question a été clairement posée par Ross Brawn, le nouveau manager du sport.

Brawn souhaite se réunir avec les constructeurs pour savoir quelle est la voie à suivre, sachant que les voitures de route ont bénéficié d'un fort développement ces dernières années vers l'électrification et la conduite autonome. Deux pistes qui ne sont pas compatibles avec les attentes des fans.

Pour Toto Wolff, le patron de Mercedes en Formule 1, il y a déjà une évidence: le sport ne pourra pas se passer des moteurs hybrides.

"Selon nous, il faut regarder comment nous pouvons tirer encore plus de puissance de ces moteurs hybrides. La Formule 1 est le laboratoire le plus rapide du monde et nous ne devons pas abandonner ça."

Côté spectacle, Wolff ajoute que des solutions radicales sont également à éviter. Ainsi, revenir à des moteurs atmosphériques, très bruyants, serait la mauvaise route à emprunter "dans un monde où, d'ici 10 à 15 ans, il est probable que nous ayons une grande majorité de voitures 100% électriques."

Bref un équilibre doit être trouvé et cela promet des débats passionnants!
source: Nextgen-Auto.com

Hülkenberg promet une vitesse folle avec les nouvelles F1
En attendant que les nouvelles monoplaces prennent la piste fin février à Barcelone, pour les premiers essais hivernaux, les pilotes en découvrent les caractéristiques dans les simulateurs des équipes afin de ne pas tomber des nues lorsqu'ils se mettront pour la première fois derrière le volant.

Alors que des rumeurs font état de certains virages passés 40 km/h plus vite, Nico Hülkenberg a confirmé une tendance à la vitesse.

"Les nouvelles voitures sont brutalement rapides. Les virages trois et neuf de Barcelone se passent à fond maintenant" explique le nouveau pilote Renault, tempérant toutefois son optimisme par quelques inquiétudes.

"Il sera impossible de doubler à Monaco, on ne fera que rouler au milieu de la piste avec nos voitures larges et c'est tout".

L'Allemand affirme également avoir passé énormément de temps à se préparer physiquement pour ces nouvelles exigences.

"Je pense que j'ai fait 20 à 30% d'exercice supplémentaire. Je peux promettre à tout le monde que pour nous, dans les voitures, ce sera de nouveau très compliqué."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel heureux d'avoir plus de liberté en piste
Sebastian Vettel est le premier pilote à se réjouir, publiquement, des dernières décisions du Conseil Mondial de la FIA.

Comme annoncé la semaine dernière, les commissaires ne sont plus dans l'obligation d'enquêter sur des incidents identifiés par le directeur de course, Charlie Whiting. Ils seront plus indépendants et pourront d'ailleurs, si besoin, lancer leurs propres enquêtes.

Mais la FIA a surtout annoncé que les pénalités ne tomberaient en course que si l'un des pilotes est clairement identifié comme coupable indiscutable, à blâmer pour une mauvaise action qui le mérite vraiment.

"C'est une bonne décision. Les duels roues contre roues sont toujours les bienvenus, les gens veulent voir des duels", indique Vettel, soulignant ainsi que les risques de pénalité étant amoindris, les chances de voir les pilotes se frotter les uns aux autres vont donc augmenter.

"La course doit toujours être la préoccupation principale des décisions prises", conclut le quadruple Champion du monde.
source: Nextgen-Auto.com

La FIA touche 80 millions de dollars de la revente de la Formule 1
La FIA a été l'une des grandes gagnantes de la revente de la Formule 1 à Liberty Media.

La Fédération, qui avait obtenu 1% du sport de la part de CVC en 2013, pour un prix symbolique de 500.000 dollars, a revendu ses parts pour près de 80 millions de dollars, puisque le sport a été valorisé à environ 8 milliards de dollars suite à cette revente.

Ce qui chagrine certains observateurs toutefois c'est que la FIA ait été juge et partie dans cette affaire puisque c'est elle qui a également dû donner son feu vert à la revente du sport. Un conflit d'intérêt qui irait à l'encontre d'un accord signé en 2001 avec la Commission Européenne, dans lequel la FIA s'engageait à n'être qu'un régulateur du sport.

Pour le nouveau patron de la Formule 1, Chase Carey, il n'y a pas matière à polémiquer même si certains parlementaires britanniques souhaitent porter l'affaire plus loin.

"Mon expérience avec la FIA n'est vieille que de quelques mois", dit-il. "Elle régule le sport de manière juste et équilibrée."

"Je n'étais pas impliqué (dans cet accord entre la FIA et CVC). Je ne pense pas que ce soit à moi de donner mon opinion sur des choses qui ont été décidées dans d'autres temps, par d'autres parties."

"La FIA avait 1% du sport. Elle a obtenu un montant juste pour ce qu'elle possédait."
source: Nextgen-Auto.com

Wolff prêt à signer un nouveau contrat avec Mercedes
Toto Wolff et Niki Lauda sont tous les deux actionnaires de l'équipe Mercedes en Formule 1 mais ils n'en sont pas pour autant, de manière automatique, les dirigeants.

Ce choix reste celui de la maison-mère, Daimler Benz, basée à Stuttgart en Allemagne.

Les deux hommes, qui arrivent en fin de contrat cette année, devraient toutefois être prolongés sans aucun souci, étant donné l'excellent résultat d'ensemble de Mercedes en Formule 1 depuis 2014.

En tout cas, pour Toto Wolff, il n'y a aucun souci à l'horizon.

"Le travail avec le conseil d'administration de Mercedes se passe très bien. Il y a beaucoup de gens chez Mercedes desquels je ne cesse d'apprendre, chaque jour, et c'est ce qui fait que je continue à vraiment apprécier mon travail. Alors vous pouvez vous attendre à ce que je poursuive à mon poste un bout de temps encore."
source: Nextgen-Auto.com

Haas et Force India trouvent un accord grâce à la FIA
Force India n'avait pu recevoir de la part du Formula 1 Group ses paiements en avance, suite à un blocage de l'équipe Haas F1.

Les droits de la Formule 1 perçus suite aux résultats de l'année précédente sont normalement versés en 10 paiements égaux, répartis entre février et novembre. Mais les petites équipes ont souvent obtenu lors des saisons précédentes des avances afin de pouvoir régler les fournisseurs pour la construction des nouvelles monoplaces.

Finalement un accord a été trouvé pour que Haas lève son blocage: l'équipe américaine a retrouvé, en avance, les 20 millions de dollars de caution déposés auprès de la FIA pour garantir sa solvabilité.

Normalement la caution est rendue au bout de deux saisons seulement. Force India peut donc dire merci à la FIA cette fois.
source: Nextgen-Auto.com

Prost souhaite voir une équipe Ferrari 'plus posée' cette année
Alain Prost souhaite que Ferrari aborde la saison 2017 de manière plus calme que 2016.

L'équipe de Maranello s'était fixée des objectifs très élevés, sous l'impulsion de Sergio Marchionne, qui venait de reprendre la présidence de Ferrari. Mais l'année s'est terminée sans aucune victoire!

Ferrari avait alors été critiquée, notamment par Bernie Ecclestone qui affirmait que la Scuderia comptait un peu trop sur les Italiens.

"Ce que Bernie a dit était un peu dur", déclare aujourd'hui le quadruple Champion du monde.

"J'ai passé deux saisons chez Ferrari. L'une a été magnifique, l'autre terrible. Ce que je peux dire c'est que gagner dans un environnement aussi compétitif que la Formule 1 demande un comportement plus posé, avec moins de changements d'humeur."

"Les mots doivent être choisis de manière plus prudente. Il est clair que si vous promettez de gagner le championnat, il devient difficile de garder le calme quand les choses tournent mal."
source: Nextgen-Auto.com

Ecclestone n'exclut pas de se rendre sur quelques courses
Après avoir démenti le fait qu'il avait dans l'idée de créer un championnat parallèle à la Formule 1, Bernie Ecclestone a donné un nouveau signe démontrant qu'il accepte le fait d'avoir été remplacé à la tête du sport par Chase Carey.

Pour le Britannique de 86 ans, devenu président d'honneur (sans aucun pouvoir), il n'est pas question de partir du jour au lendemain. Et il honorera encore le paddock de sa présence... de temps en temps.

"Mon nouveau rôle de président d'honneur est un terme très américain. J'ai maintenant ce titre sans savoir vraiment ce qu'il signifie", déclare Ecclestone.

"Je me rendrai probablement sur des Grands Prix à l'avenir. Comme je l'ai dit, j'ai encore beaucoup d'amis en Formule 1 et si je veux me payer une place (VIP) dans le paddock j'ai assez d'argent pour le faire."

Ecclestone verra toujours son avocat, Sacha Woodward-Hill, concservé par Liberty, tout comme le directeur financier, Duncan Llowarch. L'ancien grand argentier ne pourra toutefois plus voir dans les paddocks son bras droit de toujours, Pasquale Lattuneddu.

Chase Carey a déjà répondu que Bernie Ecclestone sera "toujours cordialement invité à venir sur les courses, parce qu'il fait partie de la famille de la Formule 1", ajoutant que "nous espérons qu'il trouvera dans ce nouveau poste un moyen de continuer quelque chose qui soit gratifiant pour lui."
source: Nextgen-Auto.com

Ferrari homologue sa monoplace 2017
Bonne nouvelle pour Ferrari: le nouveau châssis 2017 a passé les différents crash-tests de la FIA et a été homologué.

Ce n'est toutefois pas la Scuderia qui le communique mais la Gazzetta dello Sport, qui affirme que le châssis de la nouvelle monoplace a réussi l'ensemble des tests en fin de semaine dernière.

Le nom de la voiture 2017 est encore inconnu, le sponsor Santander commettant toutefois une boulette en annonçant sur Twitter le nom SF17-JB, JB en hommage à Jules Bianchi. Ferrari a depuis démenti.

Seule chose certaine, nous découvrirons la Ferrari 2017 le 24 février (comme la nouvelle McLaren), 3 jours avant le début des essais hivernaux à Barcelone.
source: Nextgen-Auto.com

TF1 compte aussi disputer les droits de la F1 à Canal+
La chaine 'SFR Sport' ne devrait pas être la seule concurrente de 'Canal+' pour obtenir les droits de la Formule 1 après 2018.

Alors que 'Canal+' entre dans sa dernière année de contrat, les négociations vont bientôt commencer en coulisses. Et pour une fois, sans Bernie Ecclestone. De quoi espérer une remise sur le tarif annuel? Rien n'est moins sûr. Mais 'TF1' indique vouloir se positionner, si le prix demandé est le bon.

"On ne peut jamais dire que c'est définitivement terminé", confie François Pellissier, le directeur des sports de 'TF1', à 'Puremedias'.

"Pour l'instant, l'appel d'offres n'a pas été lancé. Nous rencontrerons les dirigeants de la F1, et nous en discuterons avec eux."

'Canal+', qui avait repris la Formule 1 à 'TF1' à la fin de l'année 2013, ne compte pas se laisser faire.

"On a pour règle de ne jamais parler d'une concertation", déclare pour sa part Thierry Cheleman, le directeur des sports de 'Canal+'. "L'appel d'offres de la F1 n'est pas lancé. Quand il le sera, nous regarderons. La F1 fait partie des piliers de la programmation de Canal."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Twitter ::.
>> Actualité, commentaires, résultats... retrouvez les tweets postés par notre équipe!
Twitter • Suivez-nous sur Twitter à l'adresse:
twitter.com/ZoneF1
.:: Publicité ::.