En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Mardi 20 Décembre 2016

Massa aurait accepté de revenir, Bottas libre d'aller chez Mercedes
Le marché des transferts et la course à la succession de Nico Rosberg vont-ils trouver leur dénouement très prochainement?

Selon le média brésilien 'Grande Premio', et d'autres sources concordantes ce soir, Felipe Massa aurait accepté l'offre de Williams de rester au sein de l'écurie en 2017. Aucun document officiel ne serait signé à l'heure actuelle, mais un accord de principe aurait été trouvé. Le Brésilien rempilerait ainsi pour une saison supplémentaire, après avoir pourtant annoncé sa retraite l'automne dernier.

Williams avait laissé clairement entendre qu'elle n'accepterait de laisser partir Valtteri Bottas chez Mercedes qu'à la condition de trouver un autre pilote d'expérience, comme Felipe Massa. La prolongation surprise de Massa chez Williams ne signifierait donc qu'une seule et unique chose: l'arrivée du Finlandais chez Mercedes.

Aucune partie n'a pour le moment officialisé la nouvelle. Il importe donc de rester prudent, d'autant plus que Mercedes évoquait l'échéance de fin janvier pour régler la succession de Nico Rosberg. Avec un accord si rapide de Felipe Massa de renoncer à sa retraite (pour 6 millions d'euros selon les rumeurs, le double de son salaire 2015), nous aurons peut-être finalement des annonces avant Noël!
source: Nextgen-Auto.com

La présence réduite des Britanniques en Formule 1 n'inquiète pas Palmer
Le contingent de pilotes britanniques en Formule 1 a bien failli se réduire à une seule unité pour la saison 2017: Lewis Hamilton.

A la suite de l'annonce de Jenson Button de prendre une année sabbatique (qui augure bien d'une future retraite) et des incertitudes qui ont longtemps entouré l'avenir de Jolyon Palmer, la Grande-Bretagne était dans une situation délicate.

Palmer a depuis été confirmé chez Renault pour 2017 et il assure qu'il n'y a "pas de raison de paniquer à propos des Britanniques".

"Il y a toujours eu beaucoup de bons pilotes du Royaume Uni qui ont frappé aux portes de la Formule 1. Nous avons encore deux représentants, c'est encore un chiffre raisonnable, d'autant plus que l'un d'entre nous est un triple Champion du monde et peut encore jouer de nouveaux titres."

"Je suis certain aussi que nous serons bien représentés en GP2, GP3 et Formule 3. Ce n'est donc qu'une question de temps avant qu'un nouveau pilote britannique arrive en Formule 1."

"Il y a un grand héritage de pilotes de notre pays et 8 des 11 équipes sont basées en Angleterre. Sans compter toutes les équipes des catégories inférieures. Je ne m'inquiète pas pour le sport automobile britannique, nous sommes toujours dans une bonne position."
source: Nextgen-Auto.com

Officiel - Pat Symonds quitte Williams
Les rumeurs de ces derniers jours disaient vraies, Pat Symonds va bien quitter l'écurie Williams. Claire Williams a aujourd'hui confirmé dans un communiqué le départ de son directeur technique, qui sera probablement remplacé par Paddy Lowe dans les jours ou semaines à venir.

"Pat a été un atout incroyable pour l'équipe ces trois dernières années. Sa nomination a marqué le début d'un exercice majeur de restructuration, et le rôle de Pat a été essentiel pour réorganiser Williams pour faire de l'écurie ce qu'elle est aujourd'hui, une écurie de course bien plus forte. Je voudrais le remercier pour tout son dur labeur et son engagement durant tout ce temps. Nous nous tournons désormais vers le futur et annoncerons bientôt d'autres détails sur le leadership technique de notre équipe en temps voulu."

Il s'agit d'une perte notable pour l'équipe de Frank. Car, à l'âge de 63 ans et après plus de 35 années passées dans le paddock, le désormais ex-directeur technique de l'écurie de Grove est une véritable figure de la discipline.

Ingénieur aérodynamicien, Pat Symonds a occupé plusieurs casquettes en F1. En 1981, il débute chez Toleman, une modeste écurie, comme responsable de la recherche et de développement. L'année suivante, il devient chargé de l'exploitation, ce qui l'amène en 1984 à devenir ingénieur de piste pour un certain Ayrton Senna, qui faisait alors ses débuts en F1. Pat Symonds s'impose alors comme une des figures de proue de Toleman. Personnage indispensable, il participe à la conception aérodynamique de la voiture de 1985, sans budget considérable.

Fidèle à la structure Toleman (quoiqu'un temps tenté par la brève expérience Reynard Motorsport en F1), il reste dans l'écurie quand celle-ci est rachetée par Benetton. C'est ainsi qu'il devient l'ingénieur de piste d'une autre légende de la F1, Michael Schumacher, à compter de 1992.

Son rôle est d'autant plus précieux que ses missions sont polyvalentes. Tout en étant ingénieur de piste, il continue d'assumer la responsabilité du département de Recherche et Développement. C'est ainsi qu'il participe à concevoir le système de suspension active (en 1993) et les quatre roues directrices sur la Benetton B193, à la fin de l'année 1993. En 1994 et 1995, Michael Schumacher porte Benetton et Pat Symonds vers les sommets de la discipline. A la fin de l'année 1996, Symonds est logiquement nommé directeur technique de Benetton. C'est cependant la fin de la domination de l'écurie.

Directeur exécutif de l'ingénierie chez Benetton à partir de 2001, après l'arrivée de Mike Gascoyne, Pat Symonds survit à un autre changement de propriétaire, à un autre rachat: celui de Benetton par Renault en 2002. Il reste à son poste jusqu'à 2009, et remporte donc deux autres titres mondiaux grâce à Fernando Alonso, en 2004 et en 2005.

L'année 2009 est cependant un tournant dans sa carrière, un point bas, une fêlure. Pat Symonds est directement accusé par Nelsinho Piquet d'être l'un des instigateurs du "crash-gate" du Grand Prix de Singapour en 2008. L'affaire éclate. Pat Symonds évite une suspension à vie, mais est banni de la discipline pour cinq années, jusqu'en 2013. Son ascension s'arrête ici.

Cependant, dès 2011, il se rapproche de Marussia pour devenir "consultant technique", un rôle assez flou et obscur (a-t-il plus de responsabilités en réalité?) pour lui permettre de rester dans les règles.

Ce rôle de consultant laisse présager son retour en grâce, dès 2013, chez Williams, comme directeur technique. Conscient d'avoir réussi un joli coup, Frank Williams se réjouissait alors de compter dans ses rangs une figure du plateau: "Ses capacités techniques et ses succès sportifs parlent d'eux-mêmes et je suis sûr que ses connaissances et son habilité à mener les hommes vont contribuer considérablement au succès auquel tout le monde chez Williams travaille dur". Pat Symonds, même après sa suspension, bénéficie alors toujours d'une excellente réputation.

L'objectif est clair et net: refaire de l'écurie de Grove une des figures majeures du plateau. C'est chose acquise dès 2014, grâce à une monoplace particulièrement compétitive. Williams semble renaître grâce au nouveau règlement technique. Cependant, peu à peu, Pat Symonds ne peut empêcher le relatif déclin de l'écurie dans la hiérarchie générale, plus notable encore cette année (5ème place au classement, derrière Force India).

Au cours de sa carrière, Pat Symonds a donc occupé un rôle à la fois opérationnel et technique. Ingénieur de piste de Derek Warwick, de Bruno Giacomelli, de Gerhard Berger, mais surtout d'Aryton Senna, et de Michael Schumacher, personnage essentiel de Benetton, Renault et Williams, sa polyvalence est une donnée rare dans la discipline, une marque de fabrique des ingénieurs de la vieille école. Son départ de Williams va-t-il peser lourd dans la balance à l'avenir? L'avenir le dira. Mais c'est bel et bien une page qui se tourne pour Williams.
source: Nextgen-Auto.com

Marchionne - Il manque toujours plusieurs choses à Ferrari
Sergio Marchionne, le président de Ferrari, a plusieurs fois cette saison mis publiquement la pression sur son écurie de course, et notamment sur son directeur, Maurizio Arrivabene. L'objectif est bien entendu de motiver ses troupes en jouant de la carotte et du bâton, en vain pour le moment. Comme il le reconnaît lui-même, la saison 2016 a été décevante pour le cheval cabré. Cependant Marchionne espère que les restructurations récemment opérées au sein de la Scuderia porteront bientôt leurs fruits.

"Ecoutez, 2016 a été une année difficile. Je pense que nous avons beaucoup appris et que le succès des autres équipes nous a rendus humble, de même que leur rapidité à rendre leur voiture meilleure tout au long de la saison."

"Nous avons restructuré l'équipe et je préfère voir le futur d'une manière différente. Je ne regrette pas les choix qui ont été faits, ils ont été bien pesés, donc il n'y a pas besoin de changer d'idées", a-t-il poursuivi.

Sergio Marchionne fait ici référence à la nouvelle structure horizontale de Ferrari, censée faire oublier le départ précipité et imprévu de l'ancien directeur technique, sur lequel Ferrari fondait beaucoup d'espoirs: James Allison.

L'auto-satisfaction ne domine cependant pas totalement le discours de Marchionne. Celui-ci reconnaît volontiers "qu'il manque toujours plusieurs choses à Ferrari". Et de préciser: "Mais l'équipe est telle qu'elle l'est, sa situation est le fruit d'un travail de plusieurs années, et nous n'allons pas changer cela maintenant. Nos manières de travailler sont déjà différentes si on les compare à celles d'août, quand Mattia Binotto a pris les commandes [comme directeur technique]. Le changement organisationnel a été aussi décidé en partie pour amener un peu de calme. Une fois le travail mis en place, les résultats viendront", a assuré Marchionne, qui tend donc à adoucir son discours envers Maurizio Arrivabene.

Ferrari a été la première équipe à annoncer la date de présentation de sa future monoplace: ce sera le 24 février prochain, quelques jours avant le début des essais de Barcelone. Marchionne espère logiquement que cette monoplace marquera la renaissance de Ferrari, mais, prudent après une saison 2016 bien moins réussie que prévu, il se refuse à fixer tout objectif précis.

"Je suis très, très optimiste pour 2017. Comme je l'ai déjà dit, je ne vais faire aucun pronostic sur notre nombre de victoires - sur la date de nos victoires. Mais je sais que nous n'aurions pas pu travailler plus dur que jusqu'à présent pour amener la voiture vers les sommets. Je pense que nous sommes excités de voir ce que nous allons être capables de montrer, excités d'essayer d'amener à l'avant de la grille notre voiture, lors de la première course de la saison en Australie. J'espère que 2017 sera une année bien plus facile, avec bien plus de succès."
source: Nextgen-Auto.com

Red Bull a le meilleur duo de pilotes selon Marko
Helmut Marko n'a pratiquement que des compliments à faire, quand il évoque les pilotes de Red Bull Racing.

Daniel Ricciardo et Max Verstappen ont eu l'occasion de montrer leurs talents à plusieurs reprises cette année, à sa plus grande satisfaction. De bon augure pour 2017!

"Nous avons le meilleur duo de pilotes", lance-t-il.

"Ricciardo a livré des performances incroyables. Il est loyal envers l'équipe et c'est une excellente chose qu'il soit sous contrat avec nous pour encore longtemps. Verstappen a fait un début sensationnel, en remportant sa première victoire lors de sa toute première course avec Red Bull Racing. Il est peut-être un peu resté dans l'ombre de Ricciardo lors de leurs duels roues contre roues, mais, sur toute l'année, il a clairement été le pilote le plus rapide et le plus constant des deux."

L'Autrichien revient sur les aptitudes hors-normes du plus jeune de ses protégés en Formule 1. Il reconnaît que Verstappen a encore certaines choses à améliorer, mais que, de manière générale, le Néerlandais donne entièrement satisfaction.

"L'apprentissage de Verstappen a été particulier. Il a eu grâce à son père un entraînement optimal mais aussi très dur, en roulant pendant des années en kart. Il devait piloter sous une pluie battante, sous laquelle aucun autre ne roulait. Le résultat de cela, nous l'avons vu au Brésil. Il fait preuve d'une rapidité exceptionnelle, et avec lui, on ne voit jamais de limite. Quand on lui dit - nous avons besoin que tu gagnes 2 dixièmes supplémentaires - il te le fait. On se réjouit de cela, et j'espère que l'on va assister l'an prochain à une amélioration de sa pointe de vitesse, et bien sûr, aussi à la correction de certaines de ses erreurs durant cette saison, comme celle à Monte Carlo ou encore celle à Austin, où il est rentré au stand sans prévenir. Ce sont des erreurs de jeunesses, qui sont également dues à un manque de routine. Mais jusqu'à présent, il n'a pas commis deux fois la même erreur."

Niki Lauda est tout à fait d'accord avec son compatriote, quand il s'agit de Max Verstappen. Pour le triple Champion du monde, le jeune pilote n'a pas encore montré tout ce dont il est capable.

"Le gars est incroyable. Je redoute seulement le potentiel qu'il a encore en réserve. Il a seulement 19 ans et roule tout aussi bien que les autres, et ce talent qu'il peut encore développer, c'est un danger pour tous les autres pilotes."
source: Nextgen-Auto.com

Pat Symonds défend la constance des pneus Pirelli
2016 n'a pas été l'année où Pirelli a vu le nombre de critiques à son égard à la baisse. Les pneus pluie ont été particulièrement la cible des avis négatifs: pas assez d'adhérence, pas assez d'évacuation d'eau et beaucoup trop d'aquaplaning.

Ces détails ont été surtout remarqués lors du très pluvieux Grand Prix du Brésil, à Interlagos, en novembre dernier.

Au cours de la saison, les autres mélanges ne furent pas non plus épargnés, et ont rendus beaucoup de pilotes mécontents, avec un manque de constance dans le comportement des gommes, parfois d'un train à l'autre. Mais ces critiques ont été faites plutôt à tort, selon Pat Symonds.

Le directeur technique de Williams sait à quel point le style de pilotage peut influencer les performances des pneus. Selon lui, beaucoup de pilotes prétendent volontiers avoir reçu un mauvais train... mais ceci est bien souvent un prétexte. Car il révèle qu'en réalité, avoir cette mésaventure est plutôt rare.

"Pirelli fournit 2000 pneus par course. Donc c'est quand même plutôt impossible, statistiquement, que ce genre de choses vous arrive très souvent. De temps en temps, tu peux recevoir un mauvais pneu, mais c'est vraiment très exceptionnel."

Symonds n'hésite pas à dire qu'une équipe se rend compte si les pilotes disent vrai, si jamais un telle mésaventure leur arrive.

"Quand c'est comme ça, quand ça arrive vraiment, nous le voyons aussi. Depuis que Pirelli nous fournit les pneus, cela a peut-être dû nous arriver une ou deux fois."
source: Nextgen-Auto.com

Kaltenborn - Une nouvelle ère commence pour Sauber
2016 a été une année charnière pour Sauber. L'écurie était au bord du gouffre avec les divers problèmes financiers qui traînaient depuis des mois. Mais le 20 juillet dernier, le rachat de l'équipe par la société d'investissement Longbow Finance a changé la donne.

Depuis, Monisha Kaltenborn souhaite repartir sur des bonnes bases et faire souffler un vent nouveau au sein de l'équipe.

"Il s'agit de trouver la meilleure façon d'avancer maintenant", explique la directrice de Sauber.

"Nous tournons à présent complètement la page, une nouvelle ère commence, où nous voulons nous positionner de manière nouvelle. Nous avons un nouveau propriétaire, qui place la marque Sauber au premier plan, et qui veut utiliser les possibilités que nous avons avec notre savoir-faire issu de notre secteur technologique, pour atteindre quelque chose de nouveau."

L'Autrichienne est très claire et confirme des ambitions élevées pour son équipe.

"Nous voulons que l'on nous remarque beaucoup plus, et que l'on nous connaisse en tant que marque technologique qui réalise des performances de haut niveau. Naturellement, nous allons garder notre compétence principale en F1. Mais nous voulons pouvoir l'utiliser dans d'autres domaines."

Des changements ont déjà été réalisés au niveau de l'équipe. L'ancien ingénieur Xevi Pujolar, qui a déjà officié chez Williams et Toro Rosso, a rejoint les rangs de Sauber. Le Suisse Nicholas Hennel, venant de Renault a été désigné nouveau chef de l'aérodynamique et l'ingénieure en stratégie Ruth Buscombe va apporter une approche nouvelle à l'écurie.

Cependant, le recrutement de nouveaux employés va prendre bientôt fin, selon Kaltenborn.

"Il n'y aura pas un grand nombre de personnes, car nous avons montré que nous pouvons faire de belles choses avec une équipe très restreinte, tant que la stabilité est là."
source: Nextgen-Auto.com

Steiner regrette le peu d'essais possibles lors d'une saison
Avec ses 29 points inscrits et sa 8ème place au Championnat des Constructeurs, l'équipe Haas a connu une année plutôt bonne, compte tenu des circonstances: elle a commencé de zéro, ce qui en Formule 1 est particulièrement difficile, même si Haas a pu compter sur un solide partenariat technique avec Ferrari.

Mais la saison 2016 aurait été encore meilleure sans les nombreux problèmes de freins et de fiabilité sur la VF-16 pilotée par Romain Grosjean et Esteban Gutiérrez.

Günther Steiner, le directeur de l'écurie, sait où le bât blesse et tient à le faire savoir pour essayer de faire bouger les choses. Le temps dédié aux essais libres n'est pas suffisant.

"Si nous pouvions tester durant deux jours complets, alors nous apprendrions sûrement plus vite. Mais nous avons juste les vendredis et lors de cette journée, nous n'avons que 3 heures pour rouler. Et nous devons aussi évaluer les pneus. Cela rend les choses difficiles."

L'équipe a dû changer en fin de saison de marque de freins et Steiner sait que ce genre de changement réclame du temps pour arriver à maturité. Avec le peu de roulage à disposition des équipes, il était évident qu'Haas n'allait pas faire de grands progrès instantanément.

"Le système de freinage est devenu si complexe en Formule 1 (freins arrière électriques), on ne peut pas dire après seulement 20 ou 30 tours quel système est bon et lequel est mauvais."

C'est pour cela que le changement de Brembo à Carbon Industrie n'a pas eu l'effet escompté sur les résultats.

"Il y a, dans la configuration du matériel, juste une petite différence. Mais c'est au niveau du logiciel qui gère les freins que la différence est plus grande. Il faut le régler, nous devons en tirer les leçons pour 2017. Nous savons que nous sommes sur le fil du rasoir dans ce domaine et nous devons être prudents pour la nouvelle monoplace."
source: Nextgen-Auto.com

Lauda reconnaît que Mercedes se retrouve en mauvaise posture
Il y a 3 semaines, Niki Lauda n'avait pas hésité à exprimer son mécontentement du départ de Nico Rosberg. Le directeur non-exécutif de Mercedes, qui a été lui-même pilote de Formule 1, comprend toutefois pourquoi l'Allemand a pris une telle décision et revient aujourd'hui sur ce qui continue à faire couler beaucoup d'encore.

"Bien sûr, j'ai tranquillement discuté avec lui sur sa décision soudaine d'arrêter, et je dois dire que ma théorie est la même qu'avant: quand on mène la vie intensive que l'on a en tant que pilote de course, il arrive que l'on ait besoin d'une pause pour se consacrer à sa famille et à d'autres choses. Je peux comprendre cela, quand on est accablé par le sport. Après, il est possible qu'il revienne un jour, mais il est certain que ce n'est pas pour tout de suite. Je comprends vraiment tout ça, mais j'ai aussi une certaine responsabilité vis-à-vis de l'équipe, composée de plus de 1200 personnes. Nous avions la meilleure paire de pilotes. Et perdre Rosberg après avoir signé avec lui un nouveau contrat pour 2 années supplémentaires, cela m'a vraiment surpris."

Le départ de Rosberg fait l'affaire de Red Bull. Helmut Marko explique en quoi son équipe a les meilleures chances de réussir lors de la saison 2017.

"Nous ne sommes pas tristes de la situation dans laquelle Mercedes se trouve, car ce qui rend une équipe compétitive, c'est la synergie entre le moteur, le châssis et la paire de pilotes. Avec le départ de Rosberg, il est évident que Red Bull Racing a maintenant clairement la meilleure paire de pilote avec Max Verstappen et Daniel Ricciardo. Concernant le moteur, nous allons recevoir un propulseur complètement nouveau, ce qui signifie que nous allons encore plus nous rapprocher de Mercedes. Enfin, le châssis peut être décisif. C'est pourquoi nous abordons l'avenir très positivement. Et à mon avis, Mercedes n'est plus aussi forte que ces trois dernières années, car sinon, ils auraient pris un risque dans le choix du 2ème pilote. Comme il s'agit tout de même du Championnat du monde, c'est la raison pour laquelle ils s'orientent davantage vers le choix de la sécurité en envisageant la piste Bottas."

"Mais je dois dire qu'avec Noël qui approche, je suis très triste pour Niki, parce qu'il se retrouve dans une situation de merde (sic)."

L'année 2017 s'annonce des plus compliquées pour Mercedes. Lauda reconnaît à quel point la paire de pilotes importe dans un Championnat du monde. Et à ce niveau-là, Red Bull est très bien loti.

"Nous sommes en face d'un immense problème: nous avions jusqu'à maintenant la meilleure paire de pilotes, et je dois dire que Ricciardo et Verstappen, qui est encore un talent qui n'a pas encore fini de prendre de l'expérience, forment un duo qui était déjà cette saison très proche du nôtre. Je l'avoue: il est clair que l'année prochaine, ces deux pilotes auraient été au même niveau qu'Hamilton et Rosberg, si ce dernier était resté. Maintenant, arrive le nouveau règlement, les pneus vont être plus larges, tout est différent. Quand il y a un nouveau règlement, les cartes sont redistribuées. Et c'est pourquoi cela nous fait mal, qu'un des éléments les plus importants, que l'un de nos deux top pilotes soit parti."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel est-il moins polyvalent qu'Alonso?
Il est indéniable que l'écart entre Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen était beaucoup plus faible cette saison, en comparaison de l'année dernière.

En 2015, 128 points séparaient l'Allemand du Finlandais au classement des pilotes, alors qu'en 2016, seulement 26 points séparent les deux coéquipiers de Ferrari.

Pour l'ancien pilote Marc Surer, Vettel a eu un meilleur niveau lors de la saison 2015 et il explique pourquoi.

"Vettel a eu beaucoup plus de mal avec cette voiture que celle de 2015", affirme-t-il à 'Speedweek'.

"Lors des qualifications, Sebastian sortait auparavant de son chapeau 3 dixièmes de secondes, ce qui n'a pas été le cas en 2016."

Pour le Suisse, Alonso a davantage de capacités à sortir de bons résultats de n'importe quelle voiture, contrairement au quadruple Champion du monde.

"Alonso est rapide dans toutes les voitures. Vettel roule vite seulement quand la voiture lui va. Nous l'avons déjà vu en 2014 chez Red Bull Racing, où la voiture n'était pas facile à maîtriser, si bien que Daniel Ricciardo s'est mieux débrouillé que lui au final."

Le pilote allemand s'est fait beaucoup remarquer avec ses échanges radios cette saison, où il a usé d'un vocabulaire coloré, insultant certains pilotes et même le directeur de course, Charlie Whiting. Or Hamilton comme Alonso, qui se sont fait montrés du doigt pour la même chose par le passé, ont souligné que leur statut de Champion du monde fait que leurs interventions radio sont plus diffusées, mais que les autres pilotes en font tout autant.

"Il est évident que les pilotes stars sont plus exposés. Mais pour moi c'est incompréhensible qu'un homme aussi intelligent que Vettel puisse manquer autant de maîtrise de soi. Il est clair que c'étaient des crises de frustration. Cela montre qu'il peut redescendre à un niveau qui ne lui correspond pas du tout", conclut Surer.
source: Nextgen-Auto.com

Marko ne comprend pas pourquoi Mercedes pense à Bottas
Le consultant pour le sport automobile de Red Bull, Helmut Marko a eu un échange assez vif sur Servus TV avec Niki Lauda, le directeur non exécutif de Mercedes F1, concernant le futur remplaçant de Nico Rosberg.

Comme nous le rapportions plus tôt dans la matinée, il va falloir peut-être attendre plus longtemps que prévu pour connaître l'identité du pilote qui va occuper la place libre chez Mercedes.

Lauda n'a pas boudé son plaisir en rappelant à son compatriote et rival de chez Red Bull, que Daniel Ricciardo et Max Verstappen se sont montrés intéressés par le baquet tant convoité.

Lauda: "Je ne te dirai sûrement pas qui nous allons prendre, car tu es notre plus grand concurrent. Mais je peux te rassurer - chaque pilote qui roule aujourd'hui nous a appelé. A part Maldonado, qui a eu besoin de 4 jours pour comprendre que Nico (Rosberg) a arrêté. Et tes pilotes, Helmut, ont été les premiers à appeler."

Marko: "Niki, j'ai été opéré du genou, pas de la tête! (Marko sort d'une opération au genou, ndlr)"

Lauda: "C'est logique, qu'ils appellent tous. Mais tous les contrats étaient encore valables. Et tout le monde sait que toi, Helmut, as ligoté tes 2 pilotes jusqu'en 2019. Donc je n'ai pas besoin de parler avec eux avant 2018. Le Docteur est le Docteur, il fait ses contrats correctement."

Le consultant de Red Bull ne comprend pas vraiment pourquoi le nom de Valtteri Bottas figure sur la liste de Mercedes pour remplacer Rosberg.

Marko: "Vous avez votre programme pour les pilotes juniors, vous avez un pilote très estimé, Monsieur Wehrlein. Selon nos informations, c'est terminé pour lui. Cela signifie que vous n'avez pas confiance en votre propre programme de juniors."

Lauda: "Je dois corriger. Le programme de juniors, comme tu le dis si bien, est un programme de juniors. Les jeunes pilotes doivent y accumuler de l'expérience. Bien sûr, nous pouvons discuter sur le fait de savoir si Wehrlein est prêt ou pas. Mais je voudrais rappeler le cas de Max Verstappen, qui a été au début parqué chez Toro Rosso, jusqu'à ce que le Russe (Daniil Kvyat) ne pilote plus correctement. Alors, tu es allé chercher Max."

Marko: "Oui, Wehrlein est encore très jeune, mais 'no risk, no fun'. Vous prenez Valtteri Bottas et il va vous falloir faire un rabais sur le moteur pour Williams de plusieurs millions, probablement plus d'une dizaine. Bon, vous avez un budget en plus de 22 millions, ce que Rosberg vous aurait coûté. Mais s'ajoute à cela le fait qu'il va vous falloir payer pour placer Wehrlein dans une équipe, qui roule avec un moteur concurrent. Mais maintenant, il y a une chose que tu dois me dire. Valtteri Bottas a un contrat avec Didier Coton, Mika Häkkinen et Toto Wolff. Ce qui veut dire que votre directeur d'équipe bénéficie d'un tiers des parts sur un pilote qu'il engage. Que reste-t-il de la conformité des règles internes à l'entreprise?"

Lauda: "C'est réglé de manière très simple, parce que tout cela était déjà le cas avant que Toto devienne le directeur général de l'écurie. Si Bottas vient chez nous, Wolff ne peut pas être son manager."

Finalement, Lauda reconnaît à quel point le départ de Rosberg peut handicaper les Flèches d'Argent pour la saison prochaine, au profit de Red Bull.

"C'est compliqué pour nous. Nous avons deux chemins devant nous: un jeune comme Wehrlein, qui pourrait devenir comme Verstappen, ou peut-être pas, ou prendre un homme expérimenté, qui pourrait être Bottas. Nous n'avons pas encore fini de réfléchir. C'est une discussion énorme. Notre triple Champion du monde a l'air considérablement affaibli. Le départ de Rosberg et la recherche continuelle d'un coéquipier convenable pour lui ouvre une porte pour Red Bull que nous ne pouvons plus fermer. C'est évident que le départ de Nico fait mal. Nous avions avec Hamilton et Rosberg la meilleure paire de pilote. Maintenant, un pilote de pointe n'est plus là. C'est un problème. Avoir un coéquipier de haut de niveau aide toujours l'autre pilote à évoluer."
source: Nextgen-Auto.com

Magnussen va enfin pouvoir passer un hiver sans stress
Kevin Magnussen n'a pas vécu des hivers faciles ces deux dernières années: il a été mis à l'écart de McLaren à la fin de la saison 2014 et il n'a appris son retour en Formule 1 qu'à la dernière minute cette année, à la place de Pastor Maldonado, chez Renault.

Le pilote danois va donc savourer, pour une fois, un hiver sans stress même s'il va connaitre une 3ème équipe de Formule 1.

"C'est la première fois que je vais pouvoir me préparer à une saison de Formule 1 en sachant exactement où je vais être", déclare le nouveau pilote Haas.

"Je n'ai pas eu des hivers faciles ces dernières années et, enfin, je vais pouvoir me relaxer un peu pendant cette période, sans le stress de savoir ce que je vais faire l'année qui suit. Je suis déjà très excité par ce nouveau chapitre de ma carrière en F1 qui s'ouvre avec Haas."

Son passage chez Renault a donc été éclair et ne lui laissera pas un grand souvenir, sur le plan des résultats au moins.

"Oui, de ce point de vue, c'est difficile à encaisser de n'avoir pu marquer des points qu'en trois occasions. Cela était un peu frustrant et dur. Mais cette saison a été très fun avec les gens de l'équipe Renault. Il y a beaucoup de gars et de filles vraiment très cools là-bas. Je me suis beaucoup amusé à travailler et à voyager avec eux pendant un an."
source: Nextgen-Auto.com

Ferrari - Marchionne ne veut pas parler de titre pour 2017
Lors du déjeuner de Noël qui s'est tenu hier à Maranello avec la presse italienne, Sergio Marchionne, le président de Ferrari, a reconnu qu'il avait tiré les leçons de la saison 2016: il ne fera aucune prédiction pour 2017.

L'Italien avait lancé, pour sa première saison à la tête de Ferrari, que la Scuderia visait de nombreuses victoires et les titres mondiaux.

"N'attendez pas de moi des promesses!", lance Marchionne. "La dernière fois je n'ai pas été prudent. Alors tout ce que je demande maintenant c'est une meilleure saison que 2016. Ca ne me semble pas difficile."

Ferrari devra tout de même montrer de grands signes de progrès puisque Sebastian Vettel pourrait être tenté d'aller voir ailleurs: chez Mercedes. Marchionne ne dément pas.

"Vettel et Mercedes? Lauda parle à tout le monde ces derniers temps mais, pour 2017, Seb est bien avec nous. Je sais que je dois donner de la stabilité à l'équipe et à ceux qui pilotent pour nous une très bonne voiture."

"Il est évident qu'il ne servira à rien de parler d'avenir avec Seb si nous ne pouvons pas lui donner une voiture capable de gagner. Il veut toutefois gagner avec Ferrari, nous le savons. Nous devons lui donner de la confiance, du calme. Il doit se concentrer sur la piste et non sur des batailles personnelles."

Marchionne a révélé également qu'il avait discuté avec Paddy Lowe, le directeur technique de Mercedes, annoncé sur le départ pour Williams.

"Nous n'avons pas cherché à l'avoir à tout prix. Il y a eu des propositions mais elles n'ont pas fait partie de nos plans de développement technique. Nous avons une équipe technique établie et nous ne la changerons pas. Si nous continuons à ne pas gagner, ce sera ma faute."
source: Nextgen-Auto.com

Sainz - Aucune chance d'aller chez Mercedes en 2017
Carlos Sainz n'a pas démenti son intérêt pour le baquet Mercedes laissé vacant par Nico Rosberg, suite à l'annonce surprise de sa retraite il y a quelques semaines.

Mais le pilote espagnol, sous contrat ferme avec Red Bull, écarte toute possibilité de transfert avant le début de la prochaine saison.

"Qui ne voudrait pas être dans une Mercedes? Mais est-ce un vrai choix? Pour 2017, non en tout cas", déclare le pilote Toro Rosso.

"J'ai l'esprit bien concentré sur mon équipe pour la prochaine saison mais aussi sur le fait que je veux intégrer une grande équipe en 2018. Je souhaite plus tout que cette équipe soit Red Bull Racing mais je veux me laisser autant de portes ouvertes que possible."

Selon les spéculations, Sainz aurait obtenu de son employeur la possibilité d'intégrer un top team rival en 2018 si aucune place ne se libérait dans l'équipe principale. Ce qui reste encore à prouver.

En attendant Sainz doit ronger son frein. Et même s'il a admis qu'il avait été "amer de voir que Max a obtenu cette promotion et pas moi, je me suis quand même amusé cette saison".

Son point d'orgue? Son Grand Prix à domicile, à Barcelone.

"Cette course a été la meilleure et la plus complète pour moi. Avec tout le tapage qu'il y a eu autour de Max ce week-end là, ce que j'ai réalisé avec ma Toro Rosso m'a fait sourire dans mon casque."

"Maintenant, place à 2017. Pour commencer, le moteur ne sera plus un problème. Nous allons gagner entre 15 et 20 km/h en ligne droite. Et comme Toro Rosso a toujours produit de bons châssis, je pense que nous pouvons viser la 5ème place au Championnat des Constructeurs."

Sainz aura de la pression pour bien faire mais il attend aussi beaucoup de fun.

"Ces nouvelles F1, c'est prometteur. Ce sera comme passer dans une nouvelle catégorie, comme passer du GP2 à une Formule 1. Ces F1 pourraient devenir des 'super F1' et je pense que c'est ce dont le sport a besoin."
source: Nextgen-Auto.com

Lauda - Peut-être pas d'annonce avant fin janvier pour le 2ème pilote Mercedes
Mercedes a déjà annoncé qu'elle ne donnerait pas le nom du remplaçant de Nico Rosberg pendant la période des fêtes et qu'il ne faut s'attendre à aucun communiqué sur la question avant le 3 janvier.

Mais cette date est bien un minimum puisque Niki Lauda affirme dorénavant que les choses pourraient trainer en longueur.

"Cela pourrait nous prendre jusqu'à la fin du mois de janvier pour savoir quelle direction nous allons prendre avec le 2ème pilote. Nous ne sommes pas prêts pour l'instant. Les négociations en cours sont assez compliquées", déclare le directeur non-exécutif de Mercedes F1.

Lauda ne donne évidemment pas de noms mais il s'agit bien des négociations qui impliquent Williams, Valtteri Bottas et Felipe Massa. Le Brésilien voudra-t-il sortir de sa retraite? Cela débloquerait évidemment les choses.

Mais quoi qu'il arrive, Lauda admet que "Mercedes commencera la saison 2017 du mauvais pied. Nous n'avons plus la meilleure paire de pilotes du plateau. C'est Red Bull qui l'a maintenant."

Un bel hommage à Daniel Ricciardo et Max Verstappen ou un moyen de faire changer la pression de camp? Lauda ne tarit pas d'éloges sur le Hollandais en tout cas.

"Chaque pilote est différent mais le potentiel de Senna, Schumacher et Verstappen est comparable."
source: Nextgen-Auto.com

Webber a beaucoup de respect pour Rosberg
L'ancien pilote de F1 et d'Endurance Mark Webber tient à exprimer le respect qu'il a envers Nico Rosberg.

Pour l'Australien, le nouveau Champion du monde se démarque aussi à cause de ses origines: le fait de venir d'un milieu privilégié et d'être le fils d'un Champion de monde de F1 aurait pu perturber sa motivation. Mais non.

"Il y a beaucoup de pilotes, qui sont tout aussi talentueux que lui, mais qui n'ont pas la même faim de victoire", déclare-t-il à 'Motorsport Total'.

"Et pour Nico, il aurait été facile de ne pas avoir cette faim, car il avait une belle vie. Ce n'était pas une nécessité, mais il voulait faire ses preuves et il a réussi."

Webber se rappelle les débuts du nouveau Champion du monde, en 2006.

"On pouvait voir, lors de sa première année, que la pression de la Formule 1 le secouait. Je me rappelle d'une discussion que j'ai eue avec lui à Budapest. Il a dit - tout est si intense, si imposant, tu es tout le temps en train de tout contrôler concernant ton pilotage et ta télémétrie. L'équipe veut toujours gratter encore et encore pour trouver plus de vitesse -, c'était la période de la Formule 1 où tout était concentré sur la performance pure. De nos jours, tu dois gérer beaucoup plus de choses, beaucoup plus agir sur les réglages, penser beaucoup plus à la tactique et à la gestion des pneus. Le sport a beaucoup changé du côté du pilote."

Là où Rosberg a le plus époustouflé Webber, c'est lors de ses débuts chez Mercedes, où il a dû faire face au septuple Champion du monde, Michael Schumacher, qui fut son coéquipier chez les Flèches d'Argent.

"Ce qui m'a le plus impressionné chez Nico, c'est la manière dont il a géré la situation avec Schumacher. Je ne pourrais jamais estimer à quel point Nico était affamé ni à quel point il voulait le succès. Mais j'ai le plus grand respect devant ce qu'il a réalisé, tout comme les autres pilotes: Fernando (Alonso), Jenson (Button), Lewis (Hamilton): tous ont du respect pour ce qu'il a réussi à atteindre. Nico a démontré son envie de victoires et sa faculté de concentration. Il a été sans aucun doute l'un des pilotes en F1 les plus concentrés sur sa saison. Devant cela, il faut vraiment lui tirer notre chapeau."
source: Nextgen-Auto.com
Suivez le marché des transferts et découvrez le calendrier définitif du championnat 2017.

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Site Mobile ::.
>> Suivez toute l'actualité de la Formule 1 où que vous soyez!
mobile • Connectez-vous sur notre mobile à l'adresse:
mobile.zonef1.com
.:: Publicité ::.