En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Vendredi 16 Décembre 2016

Cyber-sécurité en F1 - Faut-il craindre le pire?
Acronis est une société informatique spécialisée dans la protection des données numériques. L'entreprise compte 500 000 entreprises partenaires qui utilisent ses technologies dans plus de 145 pays différents. En F1, Acronis est également investie dans le sponsoring de Toro Rosso.

C'est justement en tant qu'expert des données informatiques que le PDG d'Acronis - et docteur en physique -, Serguei Beloussov, a alerté le paddock sur la sécurité informatique des écuries de la discipline.

"Je suis surpris qu'il y ait très peu d'inquiétude autour de la sécurité informatique en Formule 1. Donc quelque part, j'imagine que la F1 n'est pas une cible importante pour le moment. C'est surprenant pour moi parce que je suis très familier avec les coulisses du monde de la sécurité informatique, et tout le monde est une cible. Par exemple, nous, nous connaissons des attaques de sécurité tous les jours, comme Microsoft, Google, comme n'importe qui."

De nos jours, toutes les données des écuries sont enregistrées sur des serveurs. On imagine la catastrophe si une équipe venait à perdre ou à se faire voler l'ensemble de son travail! Mais l'informatique est également présente à bord, notamment par l'intermédiaire des multiples capteurs qui informent en temps réel le muret des stands sur le comportement des monoplaces via la télémétrie.

Là encore, ces capteurs pourraient être piratés, précise Serguei Beloussov. "C'est relativement facile d'attaquer des capteurs. Je comprends, techniquement et mécaniquement, comment le faire. Et je suis surpris que personne ne les pirate. Je n'ai aucune mauvaise intention, mais je pense que ce sera une inquiétude pour la F1 et il y a vraiment des besoins de cryptage et de protection des données pour rendre meilleure Toro Rosso, et je l'espère d'autres écuries. Mais protéger leurs réseaux et leurs systèmes, je pense que ce devrait être aussi un sujet d'inquiétude pour les équipes, et ça ne l'est pas actuellement."

Volonté de noircir le problème afin de vendre davantage de solutions? Ou réel motif d'inquiétude? Quoi qu'il en soit, les directeurs d'écurie ne pourront pas dire qu'ils ne savaient pas...
source: Nextgen-Auto.com

Clap de fin pour la diffusion gratuite de la F1 en Autriche?
En Autriche, les téléspectateurs se retrouveront peut-être privés de diffusion gratuite des Grands Prix de F1 à partir de 2020. Actuellement, c'est la chaîne ORF qui assure les retransmissions, mais il se pourrait qu'une politique de réduction des coûts ait raison de la Formule 1 sur son antenne.

"Il est clair pour nous qu'il n'est absolument pas question d'arrêter la diffusion des compétitions de ski ou de la Bundesliga, et il ne reste donc que la Formule 1", a ainsi déclaré le directeur général de la chaîne, Alexander Wrabetz.

Il se dit qu'ORF doit chaque année débourser 10 millions d'euros pour diffuser les Grands Prix de F1.
source: Nextgen-Auto.com

Sebastian Vettel, candidat idéal pour Mercedes en 2018?
Alors que se pose toujours la question de savoir qui va remplacer Nico Rosberg au sein de l'écurie Mercedes en 2017, son directeur Toto Wolff commence déjà à penser à 2018... et c'est ainsi que l'Autrichien a déclaré que "certains pilotes bien connus seront en fin de contrat en 2018, alors je crois qu'il faudra envisager la piste Sebastian Vettel".

L'Allemand avait en effet indiqué qu'il ne quitterait pas Ferrari avant la fin de son contrat la saison prochaine, et il faut donc encore que Mercedes trouve un coéquipier à Lewis Hamilton pour 2017. Mais l'heureux élu sera-t-il sur un siège éjectable si d'aventure l'équipe allemande vise à s'attacher les services d'un autre pilote renommé par la suite? Pas forcément, à en croire Helmut Marko de Red Bull: "certaines rumeurs avancent que Hamilton pourrait décider de partir mener une carrière d'acteur. Que ferait alors Mercedes?"

Quoi qu'il en soit, il semblerait que les deux autres cibles de choix pour Mercedes, Max Verstappen et Fernando Alonso, ne soient pas près de s'installer au volant d'une Flèche d'Argent. Le journal Espagnol 'Marca' affirme ainsi que le jeune Néerlandais serait en effet "convaincu qu'il sera champion avec Red Bull en 2017. Il veut rafler plusieurs titres et ainsi mieux pouvoir se vendre". De plus, le contrat de Verstappen courrait jusqu'en 2019. Quant à Alonso, son écurie McLaren serait tentée de lui proposer un nouveau contrat de trois ans, et le directeur de Honda F1, Yusuke Hasegawa, voudrait donner à l'Espagnol "l'assurance d'avoir choisi la bonne équipe".

Vettel se retrouverait ainsi le premier choix de Mercedes en 2018, une occasion que le quadruple Champion du monde serait bien mal avisé d'ignorer, selon l'ancien pilote Christian Danner.

"Sebastian a besoin d'une équipe qui tienne parfaitement compte de ses préférences. Parce que s'il remonte des informations aux ingénieurs Ferrari, il ne se passe rien. Mais s'il dit la même chose chez Mercedes, ils vont essayer de lui proposer une voiture qui réponde parfaitement à ses besoins. Ce seraient les meilleures conditions possibles pour Vettel."
source: Nextgen-Auto.com

Valentino Rossi a vraiment failli devenir pilote de F1
Le père de Valentino Rossi, lui-même ancien pilote de moto, a révélé que les contacts de son fils avec la Formule 1 il y a quelques années avaient été plus sérieux que ce qu'on aurait pu croire, quand l'Italien avait à l'époque pris part à des essais avec Ferrari.

"Valentino était très, très proche de devenir pilote en Formule 1", avance ainsi Graziano Rossi dans la presse italienne. "La seule chose comparable au MotoGP, c'est la F1. Toutes les autres disciplines auraient fait figure de pas en arrière. Mais il ne l'a finalement pas fait par amour pour la moto."

"S'il veut encore poursuivre sa carrière après la MotoGP en Rallye, par exemple, ou en voitures de tourisme, ou encore autre chose que la Formule 1, il le pourra. Mais il ne le fera qu'après avoir réussi sa mission: devenir le meilleur en dépassant le record de 122 victoires de Giacomo Agostini."

Rossi n'est plus qu'à 8 victoires de ce record.
source: Nextgen-Auto.com

Sauber contrainte d'attendre janvier pour annoncer son 2ème pilote
Sauber subit l'effet domino de la décision de Mercedes d'attendre la nouvelle année pour désigner le remplaçant du Nico Rosberg.

Ce n'est plus un secret que l'équipe Championne du monde cherche à engager Valtteri Bottas, plus expérimenté que Pascal Wehrlein.

Mais pour y arriver, Williams a posé une condition hier soir: que Bottas soit remplacé par un pilote qui représente une alternative crédible. Le retour de Felipe Massa ou l'arrivée de Jenson Button sont déjà des pistes explorées.

En conséquence, Sauber va devoir attendre pour décider qui sera l'équipier de Marcus Ericsson.

"A l'heure actuelle, notre plan est maintenant d'annoncer notre 2ème pilote au début du mois de janvier 2017", confirme ce matin un porte-parole.

Dans le cas où Bottas pourrait intégrer Mercedes, Wehrlein devrait rejoindre Sauber, comme l'admettait il y a quelques jours Toto Wolff.

De son côté, Felipe Nasr espère toujours pouvoir profiter de cette situation inédite.
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton - J'ai beaucoup appris sur moi-même cette année
Bien que ses statistiques soient meilleures que celles de son coéquipier Nico Rosberg cette année, Lewis Hamilton a finalement manqué le titre mondial de cinq petits points. En cours de saison, le Britannique a en effet souffert de problèmes mécaniques mais également de départs quelque peu laborieux, en plus d'avoir raté le podium en Azerbaïdjan suite à une erreur en qualifications et un réglage moteur erroné en course. Mais, loin de se lamenter, Hamilton compte au contraire rebondir.

"J'ai appris beaucoup de choses sur moi-même cette année. J'ai compris où se trouvaient mes faiblesses et je pourrai y remédier l'an prochain, même si j'ai déjà commencé cette saison."

"J'ai lu quelque part que mes performances avaient été mauvaises à Bakou pendant la course, mais c'est plutôt en qualifications que je n'ai pas été bon. Le dimanche, j'étais bloqué avec un réglage sans pouvoir avoir d'informations sur ce que c'était. Mais sinon, il n'y a aucun doute que j'aurais pu mieux faire lors de certains Grands Prix, ou bien prendre un meilleur départ. Peut-être que j'aurais gagné si j'y étais arrivé, mais je ne veux pas refaire la saison après coup parce que sur le moment, on fait du mieux qu'on peut."

"J'ai remporté les quatre dernières courses et je pense que j'ai été plutôt bon pendant l'année: j'ai enregistré 10 victoires et 12 pole positions, dont je suis très content puisque je n'ai pas pu défendre mes chances à trois reprises en qualifications. Mon objectif l'an prochain est d'essayer de faire mieux, et ça s'annonce incroyablement dur."

Hamilton estime ainsi qu'il a dû se surpasser en 2016.

"Je pense que je pilote bien chaque année, mais je crois que j'ai été plus courageux que jamais: j'ai rencontré beaucoup d'obstacles en chemin, comme partir en pole position puis chuter dans le classement et devoir me battre pour remonter. J'ai probablement dû m'employer davantage que les autres années, quand je partais premier et disparaissais en tête. Et je dirais donc que ça m'a demandé bien plus de force et de courage pour relever le défi."
source: Nextgen-Auto.com

Ecclestone - Je ne sais pas si Manor sera encore là en 2017
L'équipe Manor n'est pas encore assurée de disputer la saison 2017 selon les dernières informations en provenance d'Angleterre.

La perte de la 10ème place au Championnat des Constructeurs crée un premier trou de 10 millions d'euros au minimum dans les caisses, qui pourrait être de 35 millions en 2018 si Manor termine 11ème une deuxième fois de suite.

C'est pourquoi le propriétaire de l'équipe, Stephen Fitzpatrick, compte beaucoup sur l'arrivée de nouveaux investisseurs cet hiver.

L'affaire semblait entendue avec Tavo Hellmund mais l'argent promis n'est pas arrivé, comme nous vous le rapportions hier. Et Bernie Ecclestone a également fait savoir qu'il doutait que Hellmund ait les fonds nécessaires pour racheter Manor.

"Je ne sais pas si Manor sera encore là en 2017", poursuit Ecclestone. "C'est une question à poser aux propriétaires, pas à moi. Mais si Fitzpatrick n'avait pas repris l'équipe, elle ne serait déjà plus là."

Nous évoquions également hier l'arrivée de nouveaux investisseurs dans les discussions. L'un d'eux serait le groupe Jangonya, la branche indonésienne du géant du fast food, KFC.

Jangonya est arrivé en GP2 cette année, en collaboration avec Campos. Adrian Campos reconnaissait lui-même que Jangonya était "un sponsor qui avait le potentiel pour la Formule 1".
source: Nextgen-Auto.com

Rosberg évoque les comparaisons avec son père
Lewis Hamilton a souvent utilisé cet argument pour jouer contre son équipier chez Mercedes: Nico Rosberg a eu une enfance dorée, fils d'un Champion du monde de F1, alors que le Britannique a dû se construire seul, avec l'aide de son père, qui n'avait aucun moyen financier.

Alors le nom "Rosberg" a-t-il été un handicap finalement pour Nico?

"Les comparaisons avec mon papa ont parfois été difficiles à gérer au début. Mais en même temps, être son fils m'a beaucoup aidé pour commencer ma carrière, trouver de l'argent et des sponsors", reconnait le nouveau Champion du monde dans les colonnes du 'Figaro'.

Et de révéler: "Frank Williams m'a aussi pris dans son équipe il y a dix ans parce que j'étais le fils de Keke."

La famille de Nico Rosberg est très importante pour lui et c'est aussi pour ça qu'il considère sa première victoire à Monaco, en 2013, comme la meilleure de sa carrière.

"C'est un circuit légendaire, le plus emblématique de la Formule 1. En plus, c'est chez moi. Gagner devant ma famille et mes amis, c'était un moment très spécial."

Ce n'est toutefois pas auprès de son père que Nico a le plus appris.

"Quand on travaille pendant trois ans avec un pilote comme Michael Schumacher, on sait pourquoi il a été sept fois Champion du monde. Il poussait toujours plus loin dans toutes les directions. J'ai énormément appris à ses côtés. Le battre a aussi été un moment clé de ma carrière."
source: Nextgen-Auto.com

S'adapter à la Red Bull, le plus grand défi de Verstappen en 2016
Max Verstappen avait connu un premier Grand Prix avec Red Bull absolument magique, puisque le Néerlandais s'était imposé en Espagne pour ses grands débuts dans l'écurie autrichienne: coup d'essai, coup de maître. Le jeune prodige n'a fini la saison qu'à 29 points de son coéquipier Daniel Ricciardo, alors même qu'il a commencé l'année dans une Toro Rosso.

C'est cette capacité à s'adapter et à passer d'une écurie à l'autre qui fait aujourd'hui la fierté de Verstappen. Passer de Toro Rosso à Red Bull fut même son plus grand défi de la saison selon lui.

"Vous devez être bon et bien sûr, vous ne savez pas ce qu'il va se passer... Vous ne savez pas comment vous allez vous sentir dans la voiture, vous ne savez pas si vous rattraPérez bien tout. Tout a heureusement bien marché, mais j'ai eu aussi une très bonne préparation."

La victoire en Espagne ne doit pas occulter les difficultés initiales d'adaptation de Verstappen, que le Néerlandais reconnaît volontiers lui-même.

"Au début, il est très difficile de dire ce que vous voulez changer sur la voiture, parce que vous avez très peu d'expérience avec. Au commencement de ma 2ème année chez Toro Rosso, je savais exactement comment tout fonctionnait. Si les freins, la direction ou l'accélérateur étaient modifiés, je le savais. Toutes ces choses qui font finalement la différence. En Malaisie, j'étais enfin bien. Il a fallu du temps. C'est vrai que la voiture correspondait plus à mes préférences, et la vitesse était aussi super bonne. Les arrêts aux stands et les voitures de sécurité ne m'ont pas beaucoup souri, mais c'est la course."

L'an prochain, Max Verstappen devra aussi réapprendre bien des choses concernant son pilotage avec l'apparition du nouveau règlement. La bonne nouvelle, c'est que tous ses homologues seront cette fois-ci dans la même situation.

"Tout le monde partira de zéro l'an prochain. Ces trois dernières saisons, vous pouviez construire la voiture avec la même philosophie (étant donné la relative stabilité du règlement technique), mais maintenant, nous partirons de nouveau de zéro", a-t-il commenté.
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> La F1 s'emmêle les pédales!
taquin • Reconstituez l'image originale découpée en 15 petits carrés mélangés!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.