En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Samedi 10 Décembre 2016

Stroll a encore des tests à effectuer
Depuis des semaines, Lance Stroll effectue des essais privés taillés sur mesure et ils ne sont pas encore terminés: il a encore beaucoup de travail en perspective.

"J'ai encore 2 jours de tests à bord de la Williams de 2014. Cet hiver, je vais beaucoup travailler avec l'équipe à l'usine. Sinon, je compte aussi recharger mes batteries" révèle-t-il.

Stroll a beaucoup tourné au volant d'une ancienne Formule 1 pour s'améliorer. C'était la première fois qu'il pilotait ce genre de monoplace.

"Lors des tests dédiés au pilotage, j'ai incroyablement beaucoup appris. En comparaison de la Formule 3, tu as beaucoup plus de puissance, plus d'adhérence, plus d'appui aérodynamique. Mais finalement, ce n'est qu'une voiture avec 4 roues. C'est simplement plus rapide qu'un karting ou qu'une Formule 3. J'ai pu avancer graduellement dans ce défi."

L'âge du jeune pilote fait aussi parler. Aura-t-il les capacités à assurer les résultats attendus en Formule 1? Pour le principal intéressé, il est évident qu'il est prêt et il n'est pas le seul à le penser.

"Williams ne m'aurait pas pris si les personnes avaient été d'avis que je ne suis pas prêt. J'ai remporté mon titre de Formule 3 avec une grande avance. C'était le but. La Formule 3 est une bonne école. La voiture t'apprend comment aller vite avec beaucoup d'adhérence et moins de puissance. Tu dois essayer d'utiliser le plus d'adhérence possible avec un rendement de moteur limité. Bien sûr, la Formule 1 est un autre monde: en Formule 3, il y n'a qu'un châssis et deux constructeurs moteur. En F1, il y a 11 voitures et 4 moteurs. Chaque détail est important."

Le programme particulier de tests que Stroll suit avec Williams lui apporte énormément, même si ce système a ses limites.

"C'est un petit pas en avant, parce que je peux m'exercer à toutes les situations de course et aux procédures. Je vais prendre la saison 2017 course après course. Williams attend de moi que je m'améliore progressivement. Mais bien sûr, tourner en rond tout seul est autre chose qu'une course. Je vais devoir apprendre beaucoup d'autres choses l'an prochain, comme la gestion des pneus, l'économie du carburant. Il y a beaucoup de choses que tu ne peux pas travailler en simulateur ou lors de tests. Tu as besoin des courses."

Bien qu'il commence sa carrière en catégorie reine à un âge très jeune, Stroll refuse d'être comparé à Max Verstappen, qui détient le record du pilote le plus jeune à avoir débuté en F1. Mais il ne se cache pas d'avoir un modèle.

"Je veux être moi et pas comme n'importe quel autre sur la grille de départ. Pour moi il est juste important que je fasse mon travail du mieux que je peux. Michael Schumacher m'a inspiré. Sur et en dehors de la piste. Son intelligence de la course, son travail, son talent. Il était un vrai champion et mon idole, lorsque je suivais la Formule 1 à la télé."
source: Nextgen-Auto.com

Bottas - Le style de pilotage ne changera pas beaucoup en 2017
Le suspense entoure encore les performances des monoplaces de l'an prochain. Seront-elles plus rapides de deux, trois, quatre ou cinq secondes? Valtteri Bottas, dans sa prudence légendaire, a choisi de ne pas choisir en donnant une fourchette assez large.

"Cela dépend du circuit. En moyenne je pense que ce sera entre deux et cinq secondes, mais pas plus que cela - même si je l'espère. A Monza, ce pourrait deux être secondes, avec les lignes droites à haute vitesse, mais sur des circuits où il y a de l'appui, ce sera bien sûr bien davantage. Nous faisons juste des estimations avec les pneus dans le simulateur puisque nous ne savons pas à quel point ils seront tendres" a précisé le pilote Williams.

En ligne droite en effet, les monoplaces de l'an prochain devraient avoir moins de vitesse de pointe. Cependant la différence sera plus sensible en courbe. Et dans le simulateur de Grove, Valtteri Bottas a bien ressenti ce changement.

"C'était plus rapide. Le ressenti est bien plus positif avec davantage de grip mécanique et de charge aérodynamique. Nous serons plus lents dans les lignes droites mais plus rapides dans les virages, donc les temps au tour seront bien plus rapides, ce qui est bien. Mais pour le moment, nous ne faisons que du simulateur, donc à première vue, le ressenti est sympathique et ce devrait être le cas pour toutes les équipes qui font des tests dans le simulateur."

La prudence de Bottas restera semble-t-il de mise jusqu'aux premiers essais en piste à Barcelone, en février prochain. Et si le règlement a été modifié pour amener plus de spectacle et d'exigence physique, on ne devrait pas pour autant parler de révolution dans le pilotage.

"J'aime ces voitures dans le simulateur mais il faut le vérifier sur une vraie piste. Honnêtement, le style de pilotage ne change pas tant que cela, vous pouvez juste aborder les virages avec plus de vitesse et il peut y avoir de plus petites différences dans les trajectoires pour prendre les virages, mais ce n'est pas comme si vous avez besoin de changer votre style de pilotage complètement" a affirmé Bottas.

"C'est légèrement plus difficile pour tirer le maximum de la voiture puisque vous devez pousser plus dur plus trouver les limites, et ensuite, quand vous avez plus d'appui et que vous abordez les virages avec plus de vitesse, si vous allez au-delà de la limite, l'erreur peut avoir plus de conséquences qu'aujourd'hui. Mais c'est seulement de la spéculation. La différence n'est pas massive" a conclu l'ancien champion de GP3, qui devrait d'ailleurs rester chez Williams l'an prochain et non pas filer remplacer Nico Rosberg chez Mercedes.
source: Nextgen-Auto.com

Kaltenborn - Les équipes doivent en faire plus pour les courses historiques
Monisha Kaltenborn avait déjà évoqué son désarroi concernant le fleurissement de nouveaux Grands Prix là où il y a de l'argent, au détriment de circuits légendaires qui sont de plus en plus menacés de disparaître du calendrier.

Pour la directrice de Sauber, les écuries de Formule 1 ont une sorte de devoir sacré.

"Je trouve l'évolution très préoccupante. En tant qu'équipe nous devrions tous dire clairement à quel point il est important d'avoir des courses historiques au calendrier."

Le Grand Prix d'Allemagne est déjà touché puisqu'il a été retiré de la saison 2017 et ce n'est un secret pour personne que Silverstone se trouve dans une situation délicate. Monza a été menacé mais bénéficie d'un sursis de 3 ans. Pour Kaltenborn, il est temps que tout le monde s'unisse pour stopper l'arrêt des courses mythiques de la F1.

"En fait, avec le retrait d'Hockenheim, c'est aussi Sauber qui a été touchée: c'est pour nous comme une course à domicile. Il y a là-bas une ambiance fantastique. On sent vraiment à quel point la F1 est présente dans la ville. On y ressent beaucoup de joie."

"Il est temps que nous, les écuries, nous nous dressions un peu plus et que nous ne regardions pas qui apporte le plus d'argent."

Kaltenborn espère que l'arrivée de Liberty Media va aider à arranger les choses.

"J'espère que Liberty Media - après qu'ils disent que les billets d'entrée doivent devenir moins cher - s'attaque à ce problème pour nous assurer une situation plus saine."
source: Nextgen-Auto.com

Mercedes doit aussi régler le 'problème' Paddy Lowe
Même quand on est une équipe triple championne du monde, la vie n'est pas forcément facile en Formule 1.

Alors que Mercedes doit trouver un successeur à Nico Rosberg, elle a un autre problème à régler sur le feu: celui du contrat de Paddy Lowe.

Comme nous vous le rapportions ces dernières semaines, le contrat de Lowe arrive à son terme et Mercedes ne l'a pas encore renouvelé.

Le directeur technique exécutif laissait entendre lors du dernier Grand Prix que les négociations concernant son avenir se règleraient d'elles-mêmes, probablement lors de ce mois de décembre.

Mais les rumeurs vont bon train et les médias italiens voient Lowe s'en aller. Malheureusement pour eux, ce ne sera pas chez Ferrari.

Et McLaren a aussi démenti être intéressée: "Nous n'avons absolument aucun plan pour faire revenir Paddy chez nous. Nous sommes totalement satisfaits de notre management technique", nous a confié un porte-parole.

Difficile d'imaginer alors que Lows pourrait quitter Mercedes pour rejoindre Williams, Renault ou encore Red Bull.

Ces spéculations pourraient simplement servir à faire monter son salaire mais certains l'ont déjà prévenu de ne pas trop jouer avec Toto Wolff et Niki Lauda: James Allison attendrait bien sagement pour prendre sa place...
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Flux RSS ::.
>> Soyez averti des changements apportés sur le site ou des messages postés sur le forum!
RSS • Abonnez-vous à nos différents Flux RSS!
.:: Publicité ::.