En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Lundi 05 Décembre 2016

Certaines équipes espèrent un changement dans la hiérarchie
Le Grand Prix d'Abu Dhabi marquait la dernière course de l'ère actuelle des Formule 1 avant de passer au nouveau règlement technique qui devrait, selon toute logique, rebattre les cartes de la hiérarchie. Les équipes y voient autant une opportunité qu'un grand danger.

"Pour une équipe comme la nôtre, c'est un immense défi de repartir de zéro" reconnaît Omar Szafnauer, directeur exécutif de Force India. "Nous n'avons pas les infrastructures des grosses équipes, beaucoup de nos pièces viennent de fournisseurs, nous ne les faisons pas nous-mêmes. Nous espérons avoir un fait un beau travail et que d'autres non!"

"Nous espérons la même chose!" s'amuse Claire Williams. "Que tout le monde se soit planté. Nous sommes dans une bonne santé financière et nous avons pu commencer très tôt le développement de la voiture de l'an prochain, sans que ça nous dise où nous serons en termes de performances. Personne ne le saura avant les premières courses, où la hiérarchie se dessinera. C'est en tous cas une belle chance pour la Formule 1 de redistribuer ses cartes. Je sais que les gars à l'usine travaillent très dur sur la prochaine voiture afin de trouver le maximum de performance, mais il faudra attendre pour voir ce qu'il se passe."

C'est surtout pour les petites équipes que l'espoir est le plus grand, elles qui sont empêtrées en fond de grille, comme c'est le cas de Sauber et de Manor. Pour Sauber, la partie s'annonce très compliquée avec un moteur daté d'une année.

"Nous partageons cet espoir, nous savons qu'il faudra faire un grand pas en avant donc nous voyons ce changement comme une chance car nous voulons être de retour dans le peloton l'année prochaine et nous en avons les moyens. Nous espérons surtout que ça rendra notre sport plus intéressant, de nombreuses personnes sont très critiques mais j'espère que la hiérarchie en sera changée" lance Monisha Kaltenborn.

Pour Manor, 2017 ressemblera finalement à 2016, avec une nouvelle voiture à construire: "Déjà cette année nous avons dû en construire une toute nouvelle, ça n'avait pas été le cas en 2015 à cause de problèmes administratifs, donc nous avons l'impression d'avoir déjà vécu ça. Il y avait tellement d'écart que nous avons dû faire un pas aussi grand cette saison. J'ai donné des instructions claires à l'équipe pour que tout le monde se concentre sur le programme 2016 afin de marquer des points et de terminer à la dixième place."

"A partir de l'Autriche, nous nous sommes lancés dans le programme 2017 et beaucoup de travail a été accompli. Nous avons développé les ressources de l'équipe, nous avons changé d'usine, utilisé la soufflerie de Mercedes et ça a mené à de grands progrès aérodynamiques. Je ne peux pas dire que j'espère que les autres se loupent car j'ai beaucoup de respect pour eux et je ne les en crois pas capables, mais la saison 2017 sera intéressante."

Pour Toto Wolff, qui n'est pas contre un peu de concurrence, ce nouveau règlement n'était pas le bienvenu, mais l'Autrichien veut maintenant le voir en action pour en mesurer les avantages.

"Nous n'étions pas de grands fans de ce règlement, non pas car nous voulions geler les positions, mais parce que plus le règlement est stable, plus les écarts rétrécissent. Mais nous n'étions pas certains que c'était la bonne direction pour la Formule 1 mais c'est comme ça, et les voitures sont impressionnantes en soufflerie, elles sont très larges, tout comme leurs pneus, et j'ai hâte de les voir en piste pour la première fois."

"Ce sera plus compliqué pour les pilotes, ils prendront plus de force centrifuge dans les virages. Les simulations que nous en avons sont très intéressantes, des virages qu'on est loin de passer à fond aujourd'hui le seront l'an prochain et les records du tour vont tomber. J'espère qu'il ne sera pas difficile de dépasser à cause de la largeur des voitures et des turbulences."
source: Nextgen-Auto.com

Button veut courir jusqu'à 70 ans
Maintenant qu'il s'apprête à se retirer des paddocks de F1, Jenson Button a du temps pour penser à l'après. Quel est le sport automobile qui l'intéresserait le plus pour une éventuelle reconversion? L'Indycar, le NASCAR?

"Aucun d'entre eux. Définitivement, le rallycross, que ce soit en Amérique ou dans le cadre du Championnat du monde - un jour, j'adorerais y courir. L'an prochain, je vais vraiment courir en rallycross d'une manière ou d'une autre, ou tester les voitures" a annoncé le Champion du monde 2009.

A l'image de Fernando Alonso, ne serait-il pas non plus intéressé par la perspective de courir au Mans, en endurance? "J'adorerais faire Le Mans. Mais il faut trouver les bonnes opportunités, le bon volant, et s'assurer que quand je courrai, le sport sera en bonne forme. Il est triste qu'Audi ait décidé de partir. Cela fait un compétiteur de parti, ce qui est très triste, et je ne sais pas combien de temps Porsche va rester aussi. Donc c'est quelque chose de délicat; j'adorerais aussi courir en Super GT, à Suzuka, ce que j'espère faire l'an prochain... et qui sait ce que je ferai d'autre."

Jenson Button a donc disputé à Abu Dhabi son dernier Grand Prix en F1 - une course qui a malheureusement tourné à l'abandon pour lui. L'Anglais n'est-il pas trop ému? "D'abord, je ne prends pas ma retraite de pilote automobile. Je vais probablement me retirer de la F1, mais je vais continuer à courir, jusqu'à ce que j'aie 70 ans. C'est juste une question de savoir si je serai payé ou non."

Mais s'il a voulu quitter la F1 par lui-même, c'est sans doute par manque de plaisir. A quel moment a-t-il cessé de s'éclater en F1? "Je pense que c'est une question difficile. J'ai pris du plaisir lors de quelques courses cette année - le Brésil, je n'ai pas aimé du tout. Demain, j'espère que je prendrai du plaisir, donc cela va et vient... Mais en F1 vous ne pouvez pas attendre que le plaisir revienne, il doit être là tout le temps."

Jenson Button a gagné Monaco. S'il triomphe aux 500 Miles et au Mans, il remportera la plus haute distinction du sport automobile, la triple couronne. Est-ce enfin son objectif? "J'adorerais gagner Le Mans. J'adorerais simplement le fait de participer au Mans, c'est une ambiance vraiment admirable quand vous êtes dans une équipe. Cependant, l'Indycar, ce n'est pas pour moi."
source: Nextgen-Auto.com

Horner fait l'éloge de Verstappen pour le retenir chez Red Bull
Cette saison, Max Verstappen a certes impressionné la plupart des observateurs, mais il les a aussi souvent énervés à de multiples reprises. En Belgique notamment, le Néerlandais s'était vu coupable de multiples changements de ligne pour défendre sa position. Critiqué de toutes parts, il avait répondu au tac au tac, sans jamais concéder ses torts. Mercedes avait encore vertement critiqué l'attitude du jeune prodige au départ du Grand Prix du Mexique.

Aujourd'hui, Christian Horner est venu à la défense de son pilote afin de mettre fin à une réputation qu'il considère injuste. Mais de telles déclarations ne sont pas non plus innocentes au moment où un siège s'est libéré dans la deuxième Mercedes...

"Je ne comprends vraiment pas de quoi ils se plaignent. Max fait un travail formidable et il conduit âprement. Quand parfois un nouveau arrive et perturbe un peu l'ordre établi, alors il reçoit un peu de critiques. Max ne s'y abaisse pas. Il garde la tête froide et profite de la course" a expliqué Horner.

"Je ne pense pas que Max ait fait quelque chose de mal. Il conduit âprement, il est excitant et il donne tout dès qu'il est dans la voiture, il adore ce qu'il fait, ça le passionne."

Décidément soucieux de flatter son pilote en cette période d'incertitude, Christian Horner a retracé en quelques étapes marquantes la saison pleine de réussite du Néerlandais.

"Il a fait un travail extrêmement impressionnant: être grimpé dans la voiture et avoir gagné son premier GP et ensuite continuer à signer de nombreux podiums... Il a eu des courses remarquables, non seulement à Barcelone, mais aussi à Montréal, où il était très fort. Il a conduit brillamment sous la pluie à Silverstone, il a été très fort en Autriche, il a conclu un GP formidable au Japon, il a été très fort au Mexique, le Brésil fut un de ses pilotages absolument remarquables. Et il a aussi formidablement bien piloté à Abu Dhabi. Il s'est fait reconnaître comme un homme sur lequel il faudra compter dans le futur."

Max Verstappen est aussi encore très jeune. Christian Horner insiste donc enfin sur les vertus qu'apportera le temps à son jeune pilote. "N'importe quel sportif peut toujours s'améliorer dans tous les domaines. Max prend de l'expérience tout le temps. Et comme il gagne cette expérience, cela le met simplement dans une meilleure position pour les années à venir. Bien sûr, il y a toujours des domaines où vous pouvez vous améliorer. Cela fonctionne selon la règle des retours marginaux."
source: Nextgen-Auto.com

Ferrari risque de perdre Vettel et Räikkönen après 2017, avertit Marchionne
Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen, c'est entendu, courront pour Ferrari l'an prochain. Mais qu'en sera-t-il en 2018? Le contrat des deux champions du monde de la Scuderia se termine à la fin de la saison 2017. Comme le reconnaît aujourd'hui Sergio Marchionne, Ferrari pourrait bien perdre sa paire actuelle si conduire une Scuderia ne se montre pas aussi attractif que prévu pour Vettel et Räikkönen sous le nouveau régime de règles aérodynamiques.

"Les deux pilotes sont sous contrat pour 2017. Ce qui arrivera ensuite, je ne le sais pas, mais je pense que cela dépend beaucoup de la manière avec laquelle nous gérerons la saison 2017" a confié Marchionne depuis Daytona.

"Si nous répétons 2016, je ne pense pas que nous aurons la possibilité d'attirer d'excellents pilotes" a-t-il même admis, mettant donc une nouvelle fois la pression sur Maurizio Arrivabene et l'ensemble de l'équipe de course.

Sergio Marchionne a profité de sa prise de parole pour s'exprimer également sur l'annonce surprise de Nico Rosberg, le néo-retraité. Est-ce que cela n'arrange pas Ferrari?

"J'étais surpris, mais je ne m'attends pas à ce que Mercedes soit moins forte sans lui. N'oublions pas qu'ils ont toujours Lewis Hamilton à bord. Et je suis sûr qu'ils choisiront un pilote au potentiel et au calibre équivalents. J'espère plutôt que Ferrari sera plus forte."

"J'ai envoyé un message à Toto [Wolff], j'étais dans l'avion quand la nouvelle est parue, et j'étais surpris. J'ai en fait félicité Rosberg pour avoir eu le courage de faire ce qu'il fait. Je pense que le timing est tout dans une vie. Rosberg quitte la saison en champion. Il ne pourra mieux faire que cela. Je pense que Nico avait atteint un âge où il avait énormément investi - une grande partie de sa vie - pour la course. Je l'ai félicité pour son choix" a conclu Sergio Marchionne, qui n'a pas eu autant de mots doux pour les siens depuis bien longtemps.
source: Nextgen-Auto.com

Rosberg désire rester impliqué en F1
A la suite de sa décision d'arrêter sa carrière et de quitter sa place de pilote titulaire chez Mercedes, Nico Rosberg n'a annoncé aucun plan à court terme pour ses activités autres que celles destinées à favoriser sa vie privée.

L'Allemand précise toutefois un peu les choses: il souhaite rester connecté avec la catégorie reine.

Le nouveau Champion du monde a stupéfié la F1, à tel point que le directeur non exécutif de Mercedes, Niki Lauda, a assuré qu'un retour du pilote arborant une combinaison argentée est maintenant "impossible."

Mais Rosberg n'élimine pas l'option de rester proche de la Formule 1.

"Le sport est ma passion et je pense que la F1 est le meilleur du monde" explique-t-il. "Et je suis certain que je vais y rester impliqué d'une certaine manière."

Mais l'homme de 31 ans ajoute qu'il n'a pas l'intention de songer maintenant à quel type d'implication il compte avoir à l'avenir.

"Avant tout, je vais avoir des énormes vacances. Nous partons loin, au soleil. Nous n'avons pas réservé le vol retour."
source: Nextgen-Auto.com

Officiel - Le Grand Prix de France de retour en 2018 au Paul Ricard
C'est lors de la conférence de presse organisée ce lundi dans les locaux de l'Automobile Club de France que l'annonce du retour du Grand Prix de France de Formule 1 au calendrier, dès 2018, a été confirmée.

C'est Christan Estrosi qui a fait cette annonce:

"Je peux vous annoncer clairement, fermement, définitivement que le Grand Prix de France reviendra à l'été 2018. La course sera organisée sur le circuit Paul Ricard, au Castellet", dit-il.
"Nous sommes fiers de ce grand retour après dix ans, puisqu'en 2018, cela fera dix ans que le Grand Prix de France a quitté notre pays (à Magny-Cours alors). C'est une victoire immense pour les hommes de volonté qui ont œuvré pour ce succès."

En plus du président du conseil régional de Provence-Alpes-Côtes d'Azur, étaient présents Hubert Falco, sénateur-maire de Toulon, et Marc Giraud, président du conseil départemental du Var. Le directeur du circuit, Stéphane Clair, était également présent, tout comme Nicolas Deschaux, président de la FFSA.

"L'accord vaut sur 5 ans", confirme Estrosi, qui indique le groupe destiné au financement doit être constitué avant le mois de février 2017.

Quant au prix du plateau, il est "conforme aux prix pratiqués pour les autres Grands Prix" soit aux alentours de 22 à 25 millions d'euros.
source: Nextgen-Auto.com

McLaren - Brown ne voit pas Alonso partir chez Mercedes
Fernando Alonso ne quittera pas McLaren pour remplacer Nico Rosberg chez Mercedes.

C'est ce qu'affirme aujourd'hui Zak Brown, nouveau directeur exécutif de McLaren, devant les spéculations qui ne cessent de grandir depuis vendredi après-midi. Ca commence à s'agiter en coulisses.

Toto Wolff ayant indiqué que seuls Kvyat et Räikkönen l'ont appelé, cela veut donc dire qu'Alonso a cherché à entrer en contact pour remplacer l'Allemand.

Vrai ou pas, Brown déclare à 'Sky Sports': "nous avons un contrat avec Fernando et il est très heureux. Il veut gagner des courses, tout comme nous, mais je ne m'inquiète pas d'un tel scénario (où Alonso partirait chez Mercedes)."

C'est Ron Dennis qui avait signé avec l'Espagnol et il avait été très clair en 2015 sur la nature du contrat.

"Le contrat de Fernando est de trois ans, sans clause de performance, rien. C'est aussi simple que ça. C'est ce que nous lui avons offert et c'est ce qu'il a signé", avait-il alors déclaré.

"Il a toujours su que ce serait d'abord pour apprendre. Il sait aussi très bien que nous allons, avec Honda, faire de gros progrès. Il nous a rejoint en étant bien conscient du défi. Il a eu de meilleures années, évidemment. Mais il sait qu'il a de superbes années à venir, avec McLaren Honda."
source: Nextgen-Auto.com

Marchionne - Red Bull nous a laissé derrière eux
Sergio Marchionne, le président de Ferrari, reconnait que le plus gros problème de Ferrari en 2016 a été son retard sur le développement.

Certains pensent que l'année de la célèbre marque italienne a été désastreuse, mais l'Italien déclare que l'équipe avait bien débuté l'année 2016.

"Nous étions bien plus compétitifs que nous l'étions à la fin de 2015" dit-il lors de la finale Ferrari Mondiali à Daytona.

"Ce n'est pas que nous sommes devenus mauvais, les autres se sont améliorés, mais cela est dû à beaucoup de raisons que nous comprenons plutôt bien."

"Notre directeur technique James Allison a eu des problèmes personnels et est parti, et je pense que vous devez donner du temps à nos gars, qui sont ensemble que depuis quelques mois."

"J'ai entièrement confiance en Mattia Binotto, mais notre problème était l'aérodynamique, ce que nous avons toujours eu chez Ferrari dans les dernières années. Red Bull a fait un travail particulièrement fabuleux et nous a laissé derrière eux."
source: Nextgen-Auto.com

Mercedes ne sanctionnera pas Hamilton pour sa tactique à Abu Dhabi
Mercedes avait indiqué après le Grand Prix d'Abu Dhabi qu'elle considérerait d'éventuelles sanctions pour Lewis Hamilton, pour sa tactique employée à Abu Dhabi.

Le Britannique avait ralenti à tel point qu'il risquait de faire perdre la victoire à Mercedes, si Vettel avait pu dépasser. Il avait aussi refusé d'obtempérer aux ordres de son ingénieur de course puis de ceux de Paddy Lowe.

Mais l'annonce choc de la retraite de Nico Rosberg a fait oublier cette histoire d'un coup. Et on voit mal Mercedes sanctionner maintenant son seul pilote de pointe.

Niki Lauda affirme que l'éponge est en effet passée.

"Il n'y a pas besoin de dire quoi que ce soit à Lewis à ce sujet. Nous avons tiré un trait sur cette histoire. Nous n'avons aucun problème sur la façon dont il a couru à Abu Dhabi", déclare Lauda, qui ne dit toutefois rien sur la façon dont la désobéissance a été vécue par Paddy Lowe.

Ce dernier a toutefois fait savoir qu'il n'était intervenu qu'une fois à la radio et pas deux, afin de "ne pas se ridiculiser" puisque Lewis Hamilton ne souhaitait clairement pas reprendre un rythme normal.

Pour Hans-Joachim Stuck, ancien pilote allemand en Formule 1, il n'y avait pas matière à sanctionner le Britannique, pour sa tactique au moins.

"Ma propre opinion est que ce qu'il a fait à la fin, c'était OK selon moi. Finalement, il n'a handicapé personne. Mais s'il avait seulement ralenti au point que les 4 voitures en tête se soient accumulées les unes sur les autres avec, peut-être, une collision à la clé, alors ça aurait été de mon point de vue une énorme saloperie (sic)."

"Après il y a le fait qu'il n'a pas suivi la directive entendue à la radio - nous savons bien qu'il n'y a pas de consignes d'équipe chez Mercedes, l'écurie dit "roule plus vite, roule plus lentement" - mais finalement, Lewis a résolu la situation de manière fair-play."

Chapitre clos... a priori!
source: Nextgen-Auto.com

Le baquet de Rosberg, un 'cadeau de Noël extraordinaire'
La question est sur toutes les lèvres et devrait trouver sa réponse dans les jours qui viennent si l'on en croit les responsables de Mercedes: qui fera équipe avec Lewis Hamilton l'an prochain? Pas Daniel Ricciardo ni Max Verstappen, en tout cas...

"Je serai au volant d'une Red Bull l'année prochaine, affirme ainsi le Néerlandais. J'ai un contrat en cours et je suis persuadé que j'aurai une voiture capable de se battre avec Mercedes."

"Nous sommes bien là où nous sommes en ce moment", commente pour sa part Jos Verstappen, quand Raymond Vermeulen, le manager de Max, souligne que son pilote "respectera ses obligations contractuelles".

Même son de cloche du côté de Christian Horner de Red Bull, qui rappelle que Verstappen et Ricciardo ont des "contrats à long terme". Et le pilote Australien de déclarer: "le successeur de Rosberg se verra offrir un cadeau de Noël extraordinaire, mais ce ne sera pas moi."

Pour finir, Jos Verstappen est revenu sur le départ de Nico Rosberg, qui se retire alors qu'il vient d'être titré pour la première fois: " il a toujours vécu pour atteindre cet objectif, et maintenant c'est fait. Le but de Max est aussi de devenir champion, mais plusieurs fois de préférence."
source: Nextgen-Auto.com

Wehrlein, 'seul candidat possible' selon Berger
Alors que presque tout le paddock semble avoir postulé chez Mercedes pour remplacer Nico Rosberg en 2017, Pascal Wehrlein s'est pour sa part déclaré "prêt" à faire équipe avec Lewis Hamilton, une solution soutenue par Gerhard Berger.

"Pour moi, il n'y a qu'un candidat possible: Pascal Wehrlein, avance ainsi l'ancien pilote de F1. Tous les candidats expérimentés sont sous contrat et je crois que si une équipe choisit de travailler avec de jeunes talents, comme Red Bull avec Max Verstappen, alors il faut qu'elle promeuve ses propres jeunes."

Pour occuper ce deuxième baquet Mercedes tant convoité, on parle parfois de Nico Hülkenberg ou de Valtteri Bottas, dont Toto Wolff est aussi le manager. Mais Berger n'est pas convaincu.

"Ce serait différent si Mercedes pouvait s'attacher les services d'un Alonso ou d'un Vettel. Mais dans le cas contraire, je choisirais clairement mon propre jeune pilote, Wehrlein, et lui donnerais sa chance. Sinon, toute la filière n'a aucun sens."

Mais Niki Lauda est plus méfiant, indiquant que "engager un jeune est un risque, car nous ne savons pas à l'avance son niveau de performance".

Quoi qu'il en soit, le jeune en question se sent d'attaque: "une seule saison de Formule 1, ça n'est pas beaucoup, convient ainsi Wehrlein. Mais je me sens prêt. Je suis néanmoins certain que le téléphone de Toto Wolff a beaucoup chauffé depuis vendredi. Je signale juste que je suis le pilote qui a le plus testé les pneus 2017, donc le plus expérimenté. "

Et le directeur de Mercedes affirme pour sa part que le deuxième jeune pilote Mercedes, Esteban Ocon, pourrait aussi être une possibilité.

"L'avantage que nous avons, c'est que nos jeunes pilotes ont tous deux été scannés en 3D en tant que pilotes de réserve et ainsi inclus dans la conception du châssis, explique Wolff. Ce serait super d'avoir l'un d'entre eux dans la voiture. Mais nous avons évidemment une grande variété de choix. Nous allons nous pencher sur les contrats et rendre une décision dans les jours qui viennent."
source: Nextgen-Auto.com

Wolff n'écarte pas la piste Alonso pour 2017
Qui pour remplacer Nico Rosberg chez Mercedes en 2017?

"Si j'étais Niki Lauda ou Toto Wolff, mon premier choix serait Fernando Alonso", déclare Jo Ramirez, ancien directeur de McLaren. Mais selon Wolff justement, quelques doutes persistent quant à une nouvelle collaboration entre l'Espagnol et son titulaire actuel, Lewis Hamilton, après une année 2007 particulièrement houleuse.

"Évidemment, Fernando a un passif. C'était avec McLaren, nous étions impliqués (en tant que motoriste) et ça ne s'est pas très bien terminé. Mais en même temps, nous allons devoir défendre notre titre de champion des constructeurs, alors je n'écarterai personne."

Niki Lauda n'a pour sa part exclu personne et compte jouer sur certaines failles pour débaucher le pilote idéal.

"Beaucoup de contrats sont écrit en tout petit et contiennent des clauses de performance. C'est maintenant à nous de trouver ces clauses particulières dans les contrats des pilotes qui s'intéressent à notre baquet."

Mais si Alonso pourrait ainsi être dans le collimateur de Mercedes, il semblerait que l'Espagnol ait réaffirmé sa volonté de rester chez McLaren, à l'occasion d'un évènement organisé au Japon ce week-end: "c'est un honneur de faire partie de cette équipe. Nous nous battons pour gagner et je donne rendez-vous l'an prochain à tous nos fans japonais."
source: Nextgen-Auto.com

Lauda - Nous sommes dans la pire situation possible!
Niki Lauda fait le tour des médias depuis 48 heures et n'hésite pas à souligner, encore et encore, que la décision de Nico Rosberg de prendre sa retraite passe mal de son côté et que cela met Mercedes dans une situation très inconfortable.

Il en a remis une couche ces dernières heures.

"J'ai pu parler un peu à Nico. Il m'a avoué qu'il avait pris cette décision à cause du stress. D'un côté il faut l'accepter mais de l'autre, on a tout fait pour prolonger l'aventure ensemble. En août, on a signé avec lui pour deux ans de plus. Il aurait au moins pu évoquer cette possibilité d'arrêter en cas d'obtention du titre lorsque nous avons négocié ensemble", déclare Lauda.

"Mais il n'a jamais évoqué cette idée dans sa tête, ce concept de retraite et il n'a rien dit à personne. 1200 personnes chez Mercedes lui donnent une super voiture et toutes les chances de devenir Champion du monde. Et lui il donne sa décision du jour au lendemain."

"Cette décision personnelle de Nico a des conséquences: un trou géant s'est formé dans notre excellente équipe."

Lauda reconnait qu'il a aussi tenté de le faire changer d'avis.

"Je lui ai parlé parce que j'ai fait ça deux fois dans ma carrière. Je voulais vraiment être certain que ce n'était pas une décision prise trop rapidement et qu'il regretterait un jour. Je voulais savoir vraiment à quel point il était sûr de lui. Il m'a répondu: 1000%. Alors j'ai su que c'était fini, que je ne pouvais plus le convaincre."

L'Autrichien admet qu'il n'y a pas le temps pour Mercedes de s'apitoyer sur cette décision.

"C'est une grande perte pour nous parce que nous avions le meilleur duo des trois dernières années. J'ai besoin d'un pilote pour le premier test en février. Et avant ça pour le mettre dans le simulateur et qu'il intègre bien l'équipe. C'est pour ça que je veux une décision avant la fin de l'année."

"C'est un gros problème. Cela va nous désavantager pour 2017", répète Lauda. "Nous ne sommes qu'au début du processus. Nous n'avons pas de solution."

"Il faut un duo stable et ce que nous avions, c'est terminé, fini. Maintenant il y a de l'incertitude et je n'aime pas ça. Lewis et Nico se poussaient l'un l'autre. Nous devons trouver quelqu'un de meilleur que Nico parce que nous voulons continuer à gagner."

Lauda conclut sur les situations contractuelles des pilotes.

"En général ils repartent pour un an au 1er décembre. Et nous avons donc été prévenus trop tard par Nico. Nous allons donc devoir faire de vraies recherches pour un pilote alors que nous avons pourtant la meilleure voiture à offrir! Cela va prendre un peu de temps. Pour faire court, nous sommes dans la pire situation possible."
source: Nextgen-Auto.com

Massa ne dirait pas non à un baquet Mercedes
La retraite de Nico Rosberg pourrait bien apporter son lot de surprises dans les prochains jours.

Même s'il est loin d'être favori, Felipe Massa n'a pas exclu de sortir de sa retraite pour piloter une Mercedes!

"Je suis très heureux de ma décision de prendre ma retraite de la Formule 1. Mais, en même temps, qui ne voudrait pas piloter une Mercedes?" admet Massa.

"Je ne pense toutefois pas que Mercedes viendra me chercher. J'espère qu'ils vont trouver un bon pilote pour la suite. Mais piloter la meilleure voiture est un plaisir pour n'importe quel pilote."

Mercedes pourrait aussi tenter d'associer un autre retraité à Lewis Hamilton: Jenson Button. C'est un duo qui s'entendait bien chez McLaren. Mais le Britannique peut-il se libérer de son contrat d'ambassadeur de McLaren et veut-il remettre ça face à Lewis, si Mercedes le souhaitait vraiment?
source: Nextgen-Auto.com

Vettel rappelle qu'il a un contrat chez Ferrari
Sebastian Vettel participait ce week-end à la finale mondial de Ferrari, à Daytona, et l'Allemand a été logiquement interrogé sur la retraite surprise de Nico Rosberg, son compatriote.

Il reconnait lui aussi avoir été surpris mais "c'est sa décision, elle doit être respectée."

"C'est une décision courageuse parce qu'il est tellement plus facile de continuer. S'il sent que c'est le moment de s'arrêter, alors c'est le moment. Vous n'avez qu'une seule vie et vous avez le droit de la vivre comme vous le voulez."

"Chacun est libre en ce sens. J'avais 23 ans quand j'ai gagné mon premier titre, j'avais donc un état d'esprit différent (Rosberg en a 31). Je voulais continuer et continuer encore. En regardant en arrière, je peux dire que c'est ce que j'ai fait. Mais c'est parce que j'adore la course et je veux continuer."

La question est de savoir s'il veut continuer chez Ferrari. Toto Wolff ayant indiqué que tous les pilotes du plateau ou presque lui ont passé un coup de fil, cela inclut Vettel. L'Allemand se ferme.

"Ce n'est pas un grand secret. Kimi et moi avons tous les deux un contrat pour l'année prochaine. Les choses devraient donc être claires."

"Beaucoup de choses se passent mais chez nous c'est plutôt tranquille, ce qui est un bon signe. Nous nous concentrons sur notre travail et il y en a beaucoup pour 2017 avec de nombreux changements sur les voitures."

Vettel rappelle qu'un changement d'équipe lors d'un tel bouleversement de règlement est forcément de la spéculation.

"Il pourrait y avoir une surprise. Quand les règles changent, les cartes peuvent être redistribuées. Avec un peu de chance, cela nous fera progresser et nous rendra plus fort. Mais c'est impossible d'avoir, maintenant, des attentes concrètes."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Site Mobile ::.
>> Suivez toute l'actualité de la Formule 1 où que vous soyez!
mobile • Connectez-vous sur notre mobile à l'adresse:
mobile.zonef1.com
.:: Publicité ::.