En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Jeudi 01 Décembre 2016

Le Grand Prix de France de retour en 2018
Une conférence de presse sera organisée ce lundi pour annoncer le retour du Grand Prix de France de Formule 1 au calendrier, dès 2018.

La course sera organisée sur le circuit Paul Ricard, au Castellet, selon plusieurs sources concordantes ce soir.

"Le contrat signé porte en principe sur cinq épreuves, jusqu'en 2022", affirme 'Europe 1'.

D'après nos sources, le financement est assuré pour trois ans, avec une option pour deux années supplémentaires.

Seule certitude, la conférence se déroulera lundi après-midi, dans les locaux de l'Automobile Club de France, en présence notamment de Christian Estrosi, président du conseil régional de Provence-Alpes-Côtes d'Azur, Hubert Falco, sénateur-maire de Toulon, et Marc Giraud, président du conseil départemental du Var.

"Les collectivités territoriales ont sans aucun doute été des acteurs majeurs de ce retour, longtemps contrarié pour des raisons autant politiques que financières. La conférence de presse de lundi devrait en outre préciser la nature des aménagements effectués sur le circuit, dont l'inauguration remonte à 1970", ajoute 'Europe 1'.

Les fans de F1 en France ont maintenant hâte d'en savoir plus lundi!
source: Nextgen-Auto.com

Les commissaires de piste veulent faire preuve de plus de constance
C'est en Autriche, à Vienne, que se sont réunis hier les commissaires de course de la FIA pour faire le point sur les pistes d'amélioration possibles pour la saison prochaine. Le président des commissaires, Garry Connelly, a assuré avoir insisté sur un point particulier lors de cette réunion: la constance des sanctions appliquées, qui a certes souvent fait défaut cette saison.

"Nous avons étudié beaucoup de règles et avons regardé comment nous pourrons travailler avec la FIA pour y mettre de l'ordre, pour nous permettre de prendre rapidement des décisions. Nous avons beaucoup parlé de ce que nous pouvions réussir avec plus de constance. Nous pensons que plus de réunions et plus de bilans sur les décisions passées sont nécessaires, pour faire en sorte que chaque panel de commissaires soit en mesure de bien traiter une situation particulière, surtout quand c'est nécessaire, quand il faut prendre une décision plus subjective par exemple, sur un dépassement dangereux. C'est un problème assez subjectif."

"Il y a bien sûr des décisions qui sont prises collectivement, mais comprendre comment les décisions peuvent être plus constantes en vaut la peine" a-t-il résumé.

Le dépassement des limites de la piste a notamment été un point de controverse à de multiples reprises cette saison. "Il y a maintenant 11 ou 12 virages dans tout le calendrier où la tentation de couper est très évidente. Il y a des solutions qui peuvent être adoptées contre cela, comme pour le virage 1 à Monza, où vous devez écoper d'une pénalité naturelle qui vous ralentit pour rejoindre ensuite le circuit. Cela rend les choses beaucoup plus faciles pour les commissaires puisque la pénalité est appliquée en piste."

Un autre point a été encore éclairci par les commissaires... "Un pilote pourra rejoindre la piste s'il le fait de manière sûre et qu'il ne gagne aucun avantage durable. Le mot durable est encore très subjectif. Est-ce que cela signifie pour 500 mètres? Jusqu'au prochain virage, pendant les prochains tours ou durant toute la course?" Mais une solution existe heureusement! "Cette subjectivité n'existe plus si le circuit est modifié ou conçu pour immédiatement désavantager le pilote qui sort de la piste."

Cette saison, les commissaires ont été critiqués à de nombreuses reprises. Connelly y répond avec recul et philosophie: "Ce n'est pas un rôle facile mais il y a de la place pour la subjectivité. Ce n'est pas comme au tennis où la balle est faute ou non. Il faut rendre un vrai jugement. Mais ce n'est pas seulement le jugement d'une seule personne. C'est une décision collective et nous essayons d'y arriver à l'unanimité, et nous essayons d'avoir de la constance en cela. Je pense que nous nous améliorons mais nous pouvons toujours nous améliorer, et nous essaierons de le faire du mieux que nous pouvons."
source: Nextgen-Auto.com

Stroll ravi de voir que le GP du Canada est sauvé
Lance Stroll s'est déclaré soulagé et heureux de voir qu'il pourra bien participer à son premier Grand Prix à domicile dès l'année prochaine.

Le Québécois, qui va débuter chez Williams en 2017, pourra disputer le Grand Prix du Canada puisque l'épreuve a été officiellement confirmée par la FIA hier, lors de la publication du calendrier définitif de la prochaine saison de Formule 1.

"Pouvoir courir au Canada est un rêve qui devient réalité", déclare Stroll.

"J'ai couru en Europe toutes ces années, dans des championnats européens. En Formule 3, il n'y a évidemment pas de course à domicile pour moi!"

"Ce sera super cool de pouvoir courir devant mes fans et mes amis", ajoute-t-il. "Je suis très heureux de voir que le Canada est au calendrier. J'étais un peu inquiet à un certain moment parce que ça n'aurait pas été génial de ne pas avoir l'opportunité de courir à Montréal l'année même où j'arrive en Formule 1."

"Le Canada était déjà un très bon Grand Prix, ce sera définitivement l'un de mes favoris maintenant."
source: Nextgen-Auto.com

Lauda - Abu Dhabi a montré que Nico est le bon champion
Pour ceux qui en douteraient encore, Niki Lauda a tenu à mettre les choses au point. Le directeur non-exécutif de Mercedes a juré haut et fort que le sang-froid de Nico Rosberg à Abu Dhabi, résistant à la pression imposée par la tactique de Lewis Hamilton, a prouvé que l'Allemand méritait pleinement son titre de champion.

"Si Lewis était parti seul devant et avait laissé tout le monde derrière, chacun aurait dit: 'C'est lui le vrai Champion du monde'. Mais il a mis Nico sur un piédestal, comme si Nico avait gagné la course."

La tactique de Lewis Hamilton (ralentir volontairement le peloton pour que Nico Rosberg puisse être éventuellement doublé) n'a pas grandi le double Champion du monde anglais selon Lauda. Pire, cela a grandi Rosberg...

"Nico s'est terriblement bien défendu sous une énorme pression. Nous lui avons offert la possibilité d'être dépassé par Vettel, parce que la 3ème place aurait suffi. Mais Nico a décidé de se battre. Il a montré qu'il était le bon Champion du monde. Je suis follement heureux. Il est émouvant de voir Nico finalement champion. Il l'a mérité, sa performance a été incroyable. Revenir après sa défaite de l'an dernier... je ne peux que lui tirer mon chapeau", a poursuivi l'homme à la casquette rouge.

Visiblement mécontent de la désobéissance de son deuxième pilote, Niki Lauda a des mots beaucoup moins tendres pour Lewis Hamilton. "Lewis s'est réveillé trop tard. Dès le départ, Nico a fait attention aux détails de sa voiture, et a mieux géré les pneus. Il s'est entraîné pendant l'hiver, ce que Lewis n'a pas fait. C'est seulement après sa défaite à Singapour que Lewis a commencé à s'occuper de chaque petit détail. Mais c'était trop tard."

"Etant donné mon rôle chez Mercedes, je ne peux pas approuver ce qu'il a fait, parce qu'il a mis en danger notre victoire [à Abu Dhabi]. Lewis sait que la victoire est l'objectif suprême de cette écurie. Il doit respecter cela. A la place de Nico, j'aurais été vert de rage! Votre collègue conduit lentement devant vous, vous bloquant, vous ralentissant délibérément. Votre voiture a des perturbations aérodynamiques, commence à glisser et perd de l'adhérence. Vous ne savez pas ce qu'il se passe derrière vous..."

La course d'Abu Dhabi laissera-t-elle des traces durables chez Mercedes? Lewis Hamilton sera-t-il tenté bientôt de voir ailleurs? Espérons pour tout le monde que l'hiver calme les passions...
source: Nextgen-Auto.com

Red Bull Racing signe avec ExxonMobil
Red Bull Racing a confirmé aujourd'hui avoir signé avec ExxonMobil.

Les rumeurs du paddock se faisaient de plus en plus insistances ces dernières semaines et le pétrolier de McLaren rejoint donc l'équipe autrichienne et prend la place de Total.

ExxonMobil fournira donc à Red Bull son carburant et ses huiles, pour le moteur Renault rebadgé Tag Heuer et pour la boîte de vitesses. C'est évidemment la marque Mobil 1 qui sera mise en avant pour les huiles et Esso pour l'essence.

"Mobil 1 et Red Bull Racing sont deux marques qui partagent la passion de la course, de la performance et de l'innovation. Mobil 1 est une marque légendaire de la Formule 1, présente depuis plus de 30 ans, et notre nouveau partenariat nous permettra d'accéder à l'expertise mondiale unique du groupe ExxonMobil", commente Christian Horner.

"Je voudrais aussi remercier toute l'équipe technique de Total, qui a apporté une contribution de valeur à nos succès en Formule 1 jusqu'à aujourd'hui."

Mobil 1 est impliqué en Formule 1 depuis 38 ans et a participé aux victoires de plus de 100 Formule 1 différentes depuis 1978.
source: Nextgen-Auto.com

Wolff - Mercedes comme McLaren dans les années 80
À l'occasion d'un discours hier au sein du quartier général de son sponsor et partenaire malaisien Petronas, le directeur de Mercedes Toto Wolff a rendu hommage aux efforts du constructeur allemand après une troisième année consécutive à ne laisser que des miettes à la concurrence.

"En tant que groupe, nous avons maintenant remporté le Championnat du monde avec nos deux pilotes. Il faut remonter aux années 80 pour trouver trace d'un tel accomplissement, avec Senna et Prost chez McLaren. Ce genre de comparaison en dit long sur le travail acharné abattu par tout le monde à Brackley, Brixworth, Stuttgart et ici à Kuala Lumpur pour aller chercher ces résultats. Et cela inclut évidemment nos deux pilotes."

Mais lesdits pilotes n'ont pas toujours été faciles à gérer...

"Quand nous avons aligné Lewis et Nico pour la première fois en 2013, nous leur avons clairement dit qu'il n'y aurait pas de statut de pilote numéro 1. Et ils n'en voulaient d'ailleurs pas non plus. Nous savions que nous pouvions compter sur deux talents de classe internationale et que leur donner les mêmes opportunités les rendrait meilleurs."

"En même temps, nous savions que cette approche nous vaudrait quelques moments plus difficiles. Nous avons pris en compte cet état de fait et l'avons abordé comme un défi. Quand on voit les résultats que nous avons signés ensemble, il est clair que c'était la bonne façon de faire. L'une des clefs de notre succès a été qu'ils se sont constamment tirés vers le haut. Ce sont deux compétiteurs-nés et la lutte acharnée qu'ils se sont livrée a été bonne pour eux, pour l'équipe et pour la Formule 1."
source: Nextgen-Auto.com

Boullier compte sur Jenson Button pour 2017
Eric Boullier pense que Jenson Button aura un vrai rôle à jouer sur les performances de McLaren Honda en 2017.

Nouveau retraité de la Formule 1, le Britannique passera une partie de son temps dans son ancienne équipe pour travailler à l'usine et sur certains Grands Prix.

"Nous avons annoncé Jenson comme ambassadeur de McLaren il y a quelques mois et nous pensions qu'il aura beaucoup de choses à nous apporter avec ce nouveau statut", confie le Français.

"Jenson va s'intégrer au programme de développement de la nouvelle monoplace. Il va bien évidemment se reposer aussi, il en a besoin après toutes ces années en F1. La pression vous fatigue. Sans cette pression, l'an prochain, il aura l'esprit frais pour partager ses bonnes idées."

Boullier insiste sur le fait que Button dispose d'un contrat lui permettant de courir à nouveau en 2018 s'il le souhaite.

L'Anglais a admis, après l'arrivée à Abu Dhabi, avoir peut-être pris sa décision trop tôt. Une année sans Formule 1 risque de lui manquer.

"Nous verrons bien comment il se sent dans quelques mois. Fernando arrivera en bout de contrat. Nos options seront donc à réévaluer dans le courant de l'année. Mais il aura peut-être envie de continuer. Nous verrons aussi comment Stoffel s'en sort, maintenant qu'il est lancé en tant que titulaire."
source: Nextgen-Auto.com

Red Bull veut donner la meilleure F1 possible à Ricciardo et Verstappen
Avec la fin de la saison, Red Bull peut maintenant se concentrer à 100% sur la saison 2017 qui s'annonce déjà très positive pour elle: l'équipe a un coup à jouer avec le nouveau règlement, surtout avec l'atout de choix qu'elle a en coulisses, le brillant ingénieur Adrian Newey, qui n'est jamais aussi bon que lorsque les règlements changent.

Christian Horner a toutes les raisons d'être un directeur d'écurie heureux: la saison 2016 a apporté son lot de bonnes surprises, surtout une.

"Vraiment: après 2015 qui fut difficile, nous avons commencé l'année avec le but assez modeste de nous retrouver dans les 5 premiers au Championnat des Constructeurs. Notre équipe a fait un travail grandiose sur le châssis, si bien que nous avons pu remporter 2 victoires et comptabiliser 16 podiums."

Il a été dernièrement confirmé que le Taureau Rouge continuera pendant les deux prochaines saisons à rouler avec un moteur Renault, rebadgé Tag Heuer, comme pour l'année 2016.

"Les deux dernières années, nous avons vécu une période très critique ensemble, avec beaucoup de frustration, qui était mutuelle. Mais il y a eu de la restructuration chez Renault, des changements de personnel ainsi que l'arrivée d'un nouvel enthousiasme qui nous a donné des ailes (sic), et nous espérons que cela restera pareil pour les années à venir."

Le Britannique se montre tout aussi satisfait du travail livré par sa paire de pilotes.

"Pour moi, Daniel Ricciardo a été du début à la fin de la saison le meilleur pilote. Je suis convaincu qu'il peut devenir encore meilleur et décrocher de très beaux succès dans les années à venir. Quant à Max Verstappen, c'est tout simplement incroyable de voir quelles performances il peut faire déjà à son âge. J'en suis sûr: nous avons le duo de pilotes le plus palpitant et le plus prometteur de la F1!"

"La bonne chose est qu'il y a suffisamment de respect entre eux et assez de compétition, pour qu'ils se poussent continuellement à signer des prestations au top. Ils respectent aussi l'équipe, c'est pourquoi nous voyons des duels passionnants entre eux qui restent fair-play. Maintenant, notre but est de leur donner à disposition la meilleure voiture possible. Les deux pilotes ont le potentiel de devenir Champion du monde."

Il a été confirmé à Austin que Daniil Kvyat conserve son baquet chez Toro Rosso pour 2017. Pour Horner, cette décision est justifiée.

"Si nous ne croyions pas en lui, nous ne l'aurions pas gardé au sein de la famille Red Bull. Il a retrouvé sa confiance en lui et il est devenu plus fort. C'était juste de le conserver."
source: Nextgen-Auto.com

La menace de Lewis Hamilton? Une affaire privée
Dans le paddock d'Abu Dhabi a été révélé que Lewis Hamilton avait menacé de quitter Mercedes, après l'accrochage entre lui et Nico Rosberg lors du départ du Grand Prix d'Espagne, à Barcelone, en mai dernier.

Après quelques virages, les deux hommes se sont accrochés: l'Allemand n'était pas sur la bonne cartographie moteur et s'est décalé alors que Lewis Hamilton a tenté de forcer le passage. A l'époque, Mercedes avait refusé de trancher clairement quant au niveau de responsabilité de chacun.

Lorsqu'on demande à Hamilton s'il a vraiment dit à son équipe à Barcelone: "Je vais arrêter là, je vais partir", il n'a pas démenti.

"Tout cela est une affaire privée, qui fait désormais partie du passé."

Hamilton a toutefois reconnu que cet incident l'avait beaucoup touché.

"Il y a des choses que vous ne saurez pas, que je ne vous dirai pas, avant que j'aie pris ma retraite. Ce que je peux vous dire, c'est que j'ai été me vider la tête le lendemain dans une longue course à pied et qu'il y a effectivement eu beaucoup de pensées différentes qui me sont passées par la tête."

Hamilton a promis un livre d'ici dix ans pour évoquer sa défaite dans la lutte pour le titre de cette année.

"Oui, ça m'excite beaucoup de savoir qu'un jour je pourrai parler de cette année 2016 en particulier. Il y a beaucoup de choses à dire mais je ne peux pas les révéler pour le moment."
source: Nextgen-Auto.com

Un Räikkönen 'incroyable' devance Vettel en qualifications
La progression de Kimi Räikkönen cette année est remarquable, à en croire son manager Steve Robertson, qui s'exprimait dans les colonnes du journal finlandais 'Turun Sanomat'. Et en effet, le Champion du monde 2007 s'est montré sous un bien meilleur jour que l'année précédente.

"C'est incroyable, la différence qu'on peut faire en une saison. Si on revient un an en arrière, je ne pense pas que beaucoup de gens auraient parié que Kimi devancerait Sebastian Vettel à 11 contre 10 en qualifications cette année. Ferrari n'est pas au niveau attendu mais Kimi a fait du très bon travail et l'ab prochain, le rêve continue."

Même si Vettel est toujours devant au classement final, l'ingénieur de course du Finlandais ces deux dernières années, Dave Greenwood, estime que son pilote a progressé: "à mon avis, les statistiques ne mentent pas. Je sais que Kimi dit que rien n'a changé, mais je pense qu'il a été meilleur qu'en 2015 en qualifications."

Mais Greenwood et Räikkönen partagent un même point de vue: "gagner est toujours notre but. Si nous n'y parvenons pas, nous avons raté l'objectif. Toute l'équipe et chaque membre de l'équipe ne vise que la victoire."
source: Nextgen-Auto.com

Stroll - La nouvelle donne de 2017, une bonne nouvelle pour les rookies
L'an prochain, les pilotes de F1 devront quelque peu bouleverser leurs habitudes avec l'introduction du nouveau règlement. Sur le papier, pour un rookie tel que Lance Stroll, cette nouvelle donne aérodynamique semble plutôt un avantage. Le pilote canadien a bien choisi son année pour faire ses grands débuts avec Williams, comme il le reconnaît volontiers lui-même.

"Si vous avez de l'expérience en F1, cela aide toujours. Mais à un moment donné, il est probablement plus facile d'arriver en F1 à l'occasion d'une année de changements considérables, puisque les cartes sont rebattues pour tout le monde - et je pars vraiment de loin. Mais je pense qu'il est plus difficile de débuter en 2017 qu'en 2018 et d'avoir encore plus de choses à rattraper. Mais ce ne sont que des hypothèses. Le vrai test, ce sera à Melbourne."

Deux des derniers débutants en F1 ont des styles bien différents. Celui de Max Verstappen est agressif, spectaculaire, mais parfois à la limite de l'acceptable; celui d'Esteban Ocon en revanche est bien plus souple et posé. Où se situerait Lance Stroll? "Attendons de voir. Je ne pense pas vouloir copier quiconque sur la grille. Je veux être moi-même et ne pas trop penser à autre chose. Je veux être un pilote rapide, peut-être le plus rapide un jour. C'est tout."

Alors que Max Verstappen et Esteban Ocon, pour retrouver ce parallèle, ont commencé dans des écuries avec moins de pression (Toro Rosso et Manor), Lance Stroll sera en revanche directement titulaire dans une écurie historique de la discipline. Williams attendra donc de lui qu'il donne le meilleur de lui-même. Le Canadien ne ressent-il pas déjà trop de pression sur lui?

"Je ne pense pas que beaucoup de choses vont vraiment changer pour moi. J'ai été sous pression durant toute ma vie depuis que j'ai commencé à courir. Oui, il y aura plus de gens pour me regarder, plus d'appareils photos, mais c'est juste la surface des choses. La course en elle-même demeure identique: vous voulez battre tout le monde. Et si je n'avais pas gagné des championnats, je ne serais pas ici. C'est une opportunité qui n'arrive qu'une fois dans une vie et je savoure chaque minute."

Lance Stroll, on le sait, est un fils de milliardaire. La fortune paternelle l'a grandement aidé à grimper les échelons du sport automobile, et l'aide encore en cette phase de pré-saison, puisque son père paie comptant pour offrir des tests avec Williams à son fils. Être un "fils de", à l'image de Nico Rosberg, Kevin Magnussen ou Max Verstappen, aide certainement. A quel point Lance Stroll est-il redevable de son père? Où commence le talent, où s'arrête le mérite?

"Eh bien, sans quelqu'un pour vous inspirer à un très jeune âge, vous ne rentrez pas en F1. J'ai regardé les courses de F1 avec mon père très tôt le matin au Canada [compte tenu du décalage horaire] quand j'étais très jeune. Ensuite, j'ai accroché. Et il ne m'a pas poussé, parce que si je ne l'avais pas voulu, je n'aurais pas eu ce succès. Quand je repense à ces années, je me dis que c'était fantastique de partager cette passion pour le sport automobile avec mon père."

Mais Lance Stroll n'a pas été inspiré que par son paternel... "Michael Schumacher a été aussi une immense source d'inspiration pour moi. Il est mon idole". On remarquera par ailleurs que le jeune Canadien ne cite pas son compatriote et pourtant Champion du monde 1997, Jacques Villeneuve (peut-être à cause du scepticisme de l'ancien pilote... Williams sur la promotion du champion de F3?).

Tout de même, à bien considérer le parcours personnel de Lance Stroll, il paraît acquis que la fortune de son père a grandement joué dans sa promotion aujourd'hui chez Williams. Invité à réagir sur ce point plus sensible, Lance Stroll remarque qu'un pilote a toujours besoin d'un sponsor, mais rend aussi hommage au dévouement et à la générosité de son père.

"Vous devez avoir un sponsor, ou une famille qui vous soutient depuis l'âge de 8 ans jusqu'à ce que vous arriviez enfin en F1 - si vous y arrivez. Sans cela, je n'aurais pas été capable de déménager du Canada vers l'Europe, et de poursuivre mon rêve. Mais après cela, peu importe votre fortune, si vous n'êtes pas capable d'être plus rapide que le reste de vos concurrents, vous n'irez nulle part, puisque vous ne gagnerez pas de courses. L'argent ne peut pas acheter des succès. L'argent peut vous donner des opportunités, puisque courir coûte très cher et qu'il y a plein de pilotes qui n'ont pas eu une telle opportunité, même s'ils sont très talentueux. Mais notre sport est ainsi. J'ai travaillé très dur et gagné des championnats. Si je ne l'avais pas fait, je ne serais pas ici."
source: Nextgen-Auto.com

Sauber compte toujours trouver son 2ème pilote aussi vite que possible
Monisha Kaltenborn espérait annoncer son duo de pilotes pour 2017 avant la fin de la saison mais ça n'a pas été possible, suite à la confirmation par Banco do Brasil, que le soutien financier apporté à Sauber via Felipe Nasr ne serait pas reconduit.

La directrice de l'équipe suisse ne compte toutefois pas faire trainer trop longtemps toutes les discussions en cours.

"Nous voulons toujours annoncer l'équipier de Marcus Ericsson le plus vite possible", dit-elle.

"La question reste toutefois grande ouverte quant à savoir qui nous aurons à ses côtés."

Pascal Wehrlein semble tenir la corde, sous réserve que Mercedes puisse aligner quelques millions d'euros. Sauber ne dispose en effet pas du moteur allemand.

Esteban Gutiérrez, tout comme Rio Haryanto, disposent eux de solides arguments financiers.

"Felipe Nasr est encore une possibilité", ajoute Kaltenborn, "mais nous parlons avec différents pilotes de différents continents. Nous voulons vraiment clarifier la question de notre 2ème pilote au plus vite."
source: Nextgen-Auto.com

Rosberg - Je ne sais pas jusqu'où Lewis aurait pu aller
Nico Rosberg a reconnu, quelques jours après avoir obtenu son premier titre mondial, qu'il ne savait pas jusqu'où son équipier aurait pu aller en course avec ses tactiques destinées à ralentir le rythme en tête de la course.

Lorsque la question lui a été posée hier, le pilote allemand a répondu:

"Je pense que c'est dommage qu'on parle encore de ce sujet. C'est très simple: comme je l'ai dit à l'arrivée, vous pouvez comprendre le point de vue de l'équipe, qui ne voulait pas perdre la course, mais aussi celui de Lewis, parce qu'il ne s'agissait pas pour lui que de simplement gagner la course."

"Je ne sais pas jusqu'où il aurait pu aller. Est-ce qu'il aurait pu aller jusqu'à rouler au ralenti total et me forcer à quitter la piste pour l'éviter?"

En aurait-il fait de même à la place de son équipier?

"C'est bien trop hypothétique comme question! Et je ne veux pas contribuer à maintenir cette discussion encore et encore."

Rosberg a toutefois défendu à défendre Hamilton, déjà qualifié de mauvais perdant sur les réseaux sociaux et dans la presse britannique et allemande.

"Je ne sais pas ce qu'il ressent. Je sais seulement comment je me suis senti après mes défaites en 2014 et 2015 pour le titre. Et une défaite comme ça est dure à digérer. Alors il aura besoin de temps."

L'Allemand a de bons mots pour celui qui est son ami d'enfance.

"Lewis est l'un des meilleurs de tous les temps. Il a mis la barre très haute. C'est toujours difficile entre nous: nous sommes dans la même équipe et nous nous battons pour des titres. C'est virtuellement impossible d'avoir une bonne relation. Nous avons été les meilleurs amis possibles lorsque nous étions jeunes donc nous avons au moins ce respect l'un pour l'autre, qui nous aide quelque peu à traverser tout ça."
source: Nextgen-Auto.com

Wolff - Pourquoi je n'ai pas accès à la radio
Lors du Grand Prix d'Abu Dhabi, l'ingénieur de course de Lewis Hamilton a demandé, en fin de course, à son pilote de hausser le rythme.

Le Britannique commençait alors à sérieusement ralentir Nico Rosberg derrière lui et Mercedes craignait une victoire de Max Verstappen d'abord, de Sebastian Vettel ensuite.

Ce fut ensuite au tour de Paddy Lowe, le directeur technique, d'intervenir, sans succès.

Toto Wolff, le grand patron de l'équipe, aurait-il pu intervenir? Pas directement en tout cas

"Pour de bonnes raisons je n'ai pas accès au bouton pour parler à la radio avec les pilotes", confie Toto Wolff au micro de 'Canal +'.

"Je connais mes faiblesses et j'ai tendance à être trop chaud!"

Wolff ajoute que Lowe est normalement le dernier échelon en matière de communication en course. Mais rien n'empêcherait l'Autrichien d'utiliser le micro et le casque de Lowe si, un jour, la situation le nécessitait.

"Dans ce cas, je crois que nous devrions alors revoir nos règles en interne. Cela voudrait dire que quelque chose est cassé ou ne fonctionne pas."
source: Nextgen-Auto.com

Lauda pense savoir pourquoi le GP d'Allemagne n'a pas de succès
C'est donc officiel: il n'y aura pas de Grand Prix d'Allemagne l'an prochain, suite à la publication hier du calendrier définitif de la Formule 1 par la FIA. Cela faisait plusieurs semaines que cette course n'était pas assurée de figurer au calendrier 2017.

Pour Niki Lauda, qui a la réputation de ne jamais garder sa langue dans sa poche, la raison de la disparition de ce Grand Prix du calendrier est claire. Il n'hésite pas à critiquer le manque d'investissement des pilotes allemands pour vendre la Formule 1 dans leur pays.

"Tous vos supers champions ont, d'une certaine façon, des rapports étranges avec la population" explique-t-il au journal allemand Stern.

"Ils ne sont pas autant pris dans les bras ou embrassés comme les joueurs de football. En Allemagne, les pilotes se retrouvent en première ligne pour être reconnus pour leurs performances. Mais il manque quelque part de la proximité et de la chaleur humaine."

Le directeur non-exécutif de Mercedes jette la faute sur Sebastian Vettel.

"Vettel est naturellement le chouchou des fans - mais ce qui lui manque, c'est de l'ouverture. Il bloque tout quand il s'agit de sa vie privée."

Alors qu'en effet il n'est pas rare de voir les compagnes et les enfants des pilotes sur les circuits, Vettel n'est seulement vu, dans le meilleur des cas, qu'avec son père. L'Allemand n'est pas non plus actif sur les réseaux sociaux.

"A sa place, je ferais peut-être comme les autres, mais Vettel n'a qu'une moitié de reconnaissance, parce que justement, les gens veulent aussi voir sa famille."

Concernant le nouveau Champion du monde; Nico Rosberg, l'Autrichien estime qu'il se retrouve "quelque part entre les deux".

"Etant le fils de Keke Rosberg, on sait d'où il vient, et il est un gars très intelligent et énergique. Mais arriver à avoir une relation avec les gens n'est pas si facile."
source: Nextgen-Auto.com

Button aurait aimé piloté pour Ferrari
Jenson Button a raccroché son casque des Grands Prix de Formule 1 et, normalement, il ne devrait pas revenir dans la catégorie reine.

L'Anglais révèle qu'il aurait aimé piloter pour une autre équipe dans sa carrière: Ferrari.

"Si la bonne situation s'était présentée, oui évidemment que j'aurais aimé rouler pour eux", déclare Button.

"Il y avait trois équipes pour lesquelles je voulais rouler en F1 quand je suis arrivé (en 2000). C'était Williams, Ferrari et McLaren."

"J'ai piloté pour deux de ces trois équipes."

Le transfert a même failli se faire lors des dernières saisons mais il ne révèle pas laquelle.

"Il y a eu une opportunité à un moment, mais j'ai pensé que McLaren restait le meilleur endroit. Je peux vous dire que c'était à l'époque de Stefano Domenicali."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> La F1 s'emmêle les pédales!
taquin • Reconstituez l'image originale découpée en 15 petits carrés mélangés!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.