En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Samedi 26 Novembre 2016

Pirelli - La stratégie sera cruciale demain pour l'issue du championnat
Le pilote Mercedes Lewis Hamilton s'élancera demain en pole position du Grand Prix d'Abu Dhabi, décisif au championnat, grâce au meilleur temps réalisé en 1'38"755 avec les pneumatiques ultra-tendres. Une performance deux secondes et demi plus rapide que la référence établie l'an passé avec l'enveloppe "supersoft" qui était alors la plus tendre disponible.

Conformément à la nature de cette épreuve, les températures dans l'air et sur la piste diminuent à chaque session, ce qui signifie que les meilleurs chronos sont signés proche de la fin. Tous les pilotes chaussent d'entrée les ultra-tendres en Q1, à l'exception des pilotes Williams, et seul Valtteri Bottas parvient à accéder à la Q2 avec la seule gomme super-tendre.

Meilleur performer de la Q1 avec les ultra-tendres, Hamilton abaisse encore la référence en Q2 grâce à un train neuf du même mélange et avec son équipier, ils sont les seuls à n'effectuer qu'une tentative durant ce segment, assurant le doublé en tête.

Le dernier shoot de 10 minutes est en revanche jugé sur deux tours, et la pole de Hamilton, à l'issue de sa deuxième apparition en piste, est toute proche de battre le record absolu de 2011.

Deux arrêts aux stands devraient être privilégiés, mais les choix tactiques joueront un rôle crucial tant dépasser relève de l'exploit à Yas Marina. Nous avons pu l'observer par le passé en fin de championnat. Ce qui est prévisible, en revanche, c'est la météo, qui devrait être sensiblement similaire à celle rencontrée aujourd'hui.

"Les températures sur la piste et dans l'air ont diminué tout au long de la séance, le thermomètre affichant sur la fin des valeurs 11°C moins importantes que durant les EL3, disputés plus tôt dans la journée. Dans ces conditions, les ultra-tendres ont pu être exploités à leur rendement maximal, mais une stratégie intéressante a été privilégiée par Red Bull qui a opté de s'élancer en course avec les super-tendres. En fonction de la réussite de cette stratégie pourrait en tout cas se jouer l'issue finale du championnat!" commente Paul Hembery, Directeur de Pirelli Motorsport.
source: Nextgen-Auto.com

Williams voulait sauver la quatrième place au championnat
L'équipe Williams visait la quatrième place au championnat en voyant que Red Bull et Ferrari n'étaient pas à portée, mais l'équipe anglaise n'a pas pu résister au retour de Force India qui, après une première partie de saison correcte, a parfaitement négocié la deuxième moitié de son année.

"Je ne pense pas que nous ayons accompli ce que nous devions accomplir cette année" avoue Claire Williams. "Je ne vais pas rentrer dans les détails de nos faiblesses mais nous savons ce qu'elles sont et nous devons progresser sur ce plan durant l'hiver. Force India a fait un travail fantastique, un meilleur travail que nous. Nous ne voulons pas finir à cette place, c'est un peu décevant après avoir terminé à la troisième place lors des deux saisons précédentes."

Quel que soit le résultat de Williams l'an prochain, les performances de Lance Stroll, pilote de 18 ans, seront surveillées de près. Et si l'équipe est en mesure de se battre pour une bonne place, Claire Williams attendra de Stroll qu'il marque un grand nombre de points.

"En effet, le Championnat des Constructeurs est très important pour nous et nous avons besoin de deux pilotes solides dans nos voitures. Nous avions plusieurs options après l'annonce de Felipe, Lance fait partie de notre programme de développement et il a prouvé qu'il a le niveau pour la Formule 1. Il a dominé les catégories dans lesquelles il est passé, il a un grand talent."

"Comme tous les débutants, il faudra lui laisser un peu de temps au début, mais nous aurons des attentes élevées à son sujet. Tous les gens l'ayant rencontré vous le diront, il a le talent, il est très intelligent et apprend vite. C'est très triste de perdre des pilotes de référence mais c'est très intéressant de voir plusieurs débutants sur la grille."
source: Nextgen-Auto.com

Button a un seul regret dans sa carrière en Formule 1
Jenson Button a révélé avoir eu un regret cette saison: ne pas avoir annoncé plus tôt sa retraite de la Formule 1.

Le pilote anglais aurait aimé indiquer sa décision aux fans avant son Grand Prix à domicile, en Grande-Bretagne.

"Les gens me demandent parfois ce que j'ai envie de changer dans ma carrière. La seule chose, et ce n'est pas très important, c'est que j'aurais aimé annoncer ma retraite de la F1 avant mon Grand Prix à domicile", indique Button.

"J'aurais pu vivre de grands moments là-bas. Comme Felipe Massa l'a fait chez lui au Brésil. Je pense que c'est probablement la seule chose que je changerais. Mais on n'en a pas la possibilité et il faut vivre avec. Mais je serai présent à Silverstone l'an prochain, dans le garage de l'équipe."

Button va vivre son dernier Grand Prix mais il n'a toujours pas annoncé de plans ou une partie de ses plans pour 2017.

"Je veux du temps pour ma famille, ça c'est certain. Mais aussi courir. Le rallycross, je l'ai déjà évoqué. C'est du fun à l'état pur. Il y a aussi la Formule E, qui est l'opposé, sans son mais avec beaucoup de technologie."

"La Formule E a fait du bon travail, avec de grandes villes qui s'y sont associées. C'est fantastique de pouvoir rouler dans les plus grandes capitales du monde. Maintenant je n'aime pas le son de ces voitures. Ce sifflement ne fait pas rêver. Mais j'ai pu parler à certains pilotes et ils m'ont dit que les courses sont excitantes."

"Le rallycross, c'est la boue, les flammes, le bruit, du survirage... ah c'est vrai que je n'aime pas le survirage. Bref j'ai encore du temps pour réfléchir."

"Ah... ce qui est certain c'est que je ferai beaucoup de triathlons", conclut Button.
source: Nextgen-Auto.com

Wehrlein heureux, Ocon dépité à Abu Dhabi
Pascal Wehrlein a encore signé une grande performance avec sa Manor aujourd'hui, à Abu Dhabi. Il a atteint la Q2, à la régulière, sur le sec.

L'Allemand a profité des déboires des pilotes Toro Rosso, qui n'ont pas pu régler leurs voitures correctement pour les qualifications. La performance n'en reste pas moins impressionnante.

"J'essaie toujours de donner le meilleur de moi-même. Maintenant, je suis pour la 5ème fois de la saison en Q2. Je ne peux pas faire plus", dit-il, pour justifier sa prestation alors qu'il attend toujours un baquet pour 2017.

La mission de l'Allemand? Tenter de reprendre la 10ème place du championnat pour Manor. Une mission difficile mais pas impossible.

"Avec nos propres forces, nous n'arriverons pas dans le Top 10. Mais si, pendant la course, il arrive quelque chose devant nous au départ, ou qu'il se passe d'autres trucs, alors nous pourrons arriver dans les 10 premières positions."

"Ce qui est important, c'est que nous nous retrouvons devant Sauber et que nous sommes prêts, au cas où nous devrions arriver à proximité des points."

De l'autre côté du garage, Esteban Ocon était dépité. Il avoue ne pas comprendre pourquoi il est aussi loin de son équipier.

"C'est désastreux! Une catastrophe, honnêtement. La voiture était bien ce matin avec les super-tendres, et dès qu'on met les ultra-tendres, tout le monde améliore sauf moi", constate le Français.

"Je suis à 5 dixièmes de mon équipier alors que j'étais un dixième plus vite que lui ce matin. Il va falloir regarder ce qui n'a pas été et se concentrer sur la course pour la dernière de la saison."
source: Nextgen-Auto.com

Bottas et Massa veulent bien faire demain
Felipe Massa s'est qualifié pour la Q3 alors qu'il dispute son dernier Grand Prix chez Williams et en F1. Le Brésilien se paie même le petit plaisir de devancer son équipier Valtteri Bottas éliminé en Q2.

"Il est certain que cela n'a pas été ma qualification la plus facile, mais je suis content de mon résultat", explique Felipe Massa. "Pour tout vous dire, je n'étais pas satisfait de mes pneus, mais j'ai fait de mon mieux pour boucler un très bon tour. J'ai fait un très bon tour en Q2, ce qui était important, mais j'espérais faire mieux en Q3. J'avais probablement moins d'adhérence qu'en Q2. Toutefois, nous ne sommes pas loin de la position que nous visions et nous verrons bien comment cela se passera demain."

"J'aurais aimé participer à la Q3, mais pour je ne sais quelle raison, les pneus ultra tendres ne nous ont pas offert l'adhérence supplémentaire que nous espérions", déclare Valtteri Bottas. "La voiture est très efficace avec les pneus super tendres. Demain sera un autre jour et nous pourrons peut-être saisir quelques opportunités. Cette 11ème place me donne la possibilité de choisir mes pneus pour le départ et j'espère que cela nous aidera. Ces derniers temps, Force India nous a battus et ce serait bien cette fois-ci de signer un bon résultat pour l'équipe et pour Felipe (Massa)."
source: Nextgen-Auto.com

Pas de miracle pour Sainz et Kvyat en qualification
Sans surprise, les deux Toro Rosso de Carlos Sainz et Daniil Kvyat ont été éliminées dès la Q1 à Abu Dhabi.

L'équipe italienne n'a pu faire beaucoup rouler ses pilotes en essais libres, suite à ses problèmes de jante et de suspension arrière qui entrait en contact. Ce problème n'a été résolu qu'en fin de libres 3.

Kvyat a signé le 17ème temps, derrière une Manor.

"Après tous les problèmes, hier et ce matin, mon résultat est vraiment ce que nous pouvions espérer de mieux. En piste je ne pouvais vraiment pas aller plus vite avec les réglages que j'avais", confie le Russe.

"Nous avons eu trop peu de tours pour bien régler nos voitures. Je suis toutefois content de la façon dont l'équipe a redressé la situation, ça nous laisse une chance de nous battre pour demain en course. Nous essayerons d'avoir un Grand Prix propre pour voir jusqu'où nous pourrons aller. Nous abordons cette course à l'aveugle car nous n'avons pas pu faire de longs relais mais nous allons nous battre!"

Sainz a fait encore pire avec le 21ème temps.

"Nous avons eu des problèmes tout le week-end et voilà ce qui arrive quand on arrive en qualification sans pouvoir se préparer. Avec peu de temps de piste, vous ne pouvez pas faire une bonne prestation", ajoute l'Espagnol.

"Pour l'instant, ce week-end est un désastre. J'espère que la course se passera mieux mais nous sommes bien partis pour faire notre pire week-end de la saison. Nous essayerons au moins de nous amuser et nous tenterons tout ce que nous pourrons pour remonter le plus haut possible."
source: Nextgen-Auto.com

Force India - Tout pour la 4ème place du championnat
Les deux Force India de Nico Hülkenberg et Sergio Pérez sont sur la quatrième ligne derrière les Mercedes, les Ferrari et les Red Bull. Demain, l'objectif sera de contenir les Williams, car c'est la quatrième place du Championnat des Constructeurs qui est en jeu. Même si avec un avantage de 27 points, Force India ne doit pas trop s'inquiéter...

"Je suis très content, je pense que cette septième place est ce que nous pouvions espérer de mieux aujourd'hui", déclare Nico Hülkenberg. "Je suis content de mon tour, surtout parce que je n'ai pas beaucoup roulé ce week-end. J'ai en effet manqué la Q1 et la moitié de la séance de ce matin. J'ai donc pensé que cela allait être difficile pour moi en qualification, mais nous avons bien fait progresser la voiture et j'ai pu pousser à fond lors de chacun de mes tours. J'espère que nous pourrons faire aussi bien demain afin de terminer la saison et ma collaboration avec Force India sur une bonne note."

"Je suis content pour l'équipe avec ce résultat", commente Sergio Pérez. "Nous sommes sur la quatrième ligne, mais je ne suis pas particulièrement satisfait de ma performance, car je pense que je pouvais faire mieux. J'ai eu un peu de sous-virage lors de mon dernier tour et j'ai donc essayé de changer mes trajectoires pour corriger, mais cela n'a pas fonctionné. Je veux que nous marquions plus de points que nos adversaires, car la quatrième place du championnat est un objectif très important pour nous."
source: Nextgen-Auto.com

Palmer devance encore nettement Magnussen
Jolyon Palmer s'est qualifié en quinzième position du Grand Prix d'Abu Dhabi tandis que Kevin Magnussen établissait le dix-huitième temps pour ses dernières qualifications avec l'équipe.

Sur le circuit de Yas Marina, Jolyon passait en Q2 où il signait un tour en 1'41"820. Kevin la manquait pour trois dixièmes de seconde.

"Je suis vraiment heureux de la façon dont tout se déroule. Après le GP de Malaisie, j'ai toujours atteint Q2. C'est donc une belle série qui se poursuit aujourd'hui", remarque Jolyon Palmer.

"Le circuit de Yas Marina n'est pas l'un de ceux qui nous convient le mieux, mais j'ai réalisé un excellent tour en Q1 avant de battre Wehrlein en Q2. La quinzième position est probablement la meilleure que nous pouvions obtenir. Je pense que notre rythme de course est un peu plus solide, donc nous devrions être en mesure de remonter. S'il se passe quelque chose au départ et que nous gagnons quelques places, alors nous aurons le rythme pour y rester."

Kevin Magnussen semble en roue libre en cette fin de saison.

"Nous manquions jusqu'ici de rythme à Abu Dhabi et la qualification du jour n'y a pas échappé. Ce n'est tout simplement pas mon week-end. Nous avions prévu trois runs, mais j'ai été appelé à la pesée et cela n'a pas aidé. Espérons que nous puissions avoir une bonne course. Beaucoup de choses peuvent arriver et nous saisirons la moindre occasion pour remonter."

Alan Permane, Directeur des Opérations Piste, revient sur cette séance.

"La journée ressemblait à de nombreux rendez-vous précédents. Nous n'avons pas vraiment extrait le potentiel optimal de la voiture, mais cela n'a cependant pas eu un gros impact sur notre place sur la grille. En Q2, Jolyon a fait une petite erreur sur son deuxième run, mais un tour parfait lui aurait seulement permis de se rapprocher de son prédécesseur, sans le dépasser. Kevin a lutté pour débrider le rythme au bon moment tout en se battant avec des blocages de roues à l'avant dans son deuxième relais en Q1. Il a donc manqué Q2."

Quelles sont ses considérations pour la course demain?

"Les données indiquent une stratégie à deux arrêts comme la norme, la majorité de l'épreuve se disputant sur le composé tendre amené par Pirelli. Il reste un peu de souplesse autour de ces deux aspects et nous avons déjà vu dans le passé que la position sur la piste peut s'avérer cruciale si le concurrent devant se montre difficile à dépasser."
source: Nextgen-Auto.com

Sauber - Nasr 19ème et Ericsson dernier des qualifications
Lors de la qualification du Grand Prix d'Abu Dhabi sur le circuit de Yas Marina, aucun des pilotes de l'équipe Sauber n'a pu se qualifier en Q2: Felipe Nasr a terminé avec sa Sauber C35-Ferrari en 19ème place, tandis que Marcus Ericsson a terminé 22ème et dernier.

"J'ai senti que j'avais extrait le maximum de la voiture aujourd'hui, bien que cela n'ait pas suffi pour aller en Q2. J'ai eu un tour propre sur mon deuxième train de pneus ultrasoft. C'était positif que nous ayons pu mieux le faire fonctionner que le premier", déclare Felipe Nasr.

"En plus de cela, j'ai encore eu un raté moteur sur mon tour rapide. Demain, nous devons nous assurer de nous maintenir à notre dixième position au championnat. C'est notre objectif clair."

Marcus Ericsson avait lui la tête des mauvais jours.

"Une qualification décevante pour moi. La voiture a été difficile à conduire tout au long du week-end, en particulier avec les pneus ultrasoft. Nous étions déjà en difficulté pour trouver une bonne sensation avec ces pneus hier, dans les séances libres. Nous savions que ce ne serait pas une qualification facile."

"Lors de mon dernier tour de Q1, j'ai poussé un peu au-delà de la limite et j'ai bloqué les roues dans le virage 17. J'ai perdu toute mon avance. Quant à demain, le rythme sur les longs relais semblait encourageant, donc je suis optimiste: nous pouvons être plus forts en course."
source: Nextgen-Auto.com

Grosjean fait la grimace
Romain Grosjean et Esteban Gutiérrez ont été éliminé en Q2 et le Français a du mal avec cette contre-performance. Son équipier Esteban Gutiérrez pense pour sa part à autre chose, puisque c'est son dernier Grand Prix sous les couleurs de l'équipe Haas.

"Je suis déçu de cette qualification", déclare Romain Grosjean. "Il est clair que nous espérions mieux faire. Nous avons eu beaucoup de problèmes hier et nous espérions avoir pris la bonne direction. Nous avons fait de notre mieux, mais nous devons essayer de mieux comprendre le comportement des pneus. Parfois nous sommes rapides comme au Brésil, mais lorsque cela ne se passe pas bien, nous sommes 14ème ou 15ème. Je ne sais pas quoi penser de la course de demain. Je n'ai fait aucun long relais et ce sera intéressant de savoir comment cela se passera en course."

"Cette journée a été délicate", commente Esteban Gutiérrez. "Il faisait chaud ce matin et il était important de comprendre comment la voiture allait évoluer en qualification avec la nuit tombante. Je suis toutefois content d'avoir signé ce résultat pour l'équipe. Mes ingénieurs et mes mécaniciens ont fait de gros efforts malgré le fait que ce week-end est très émouvant pour nous tous, car c'est notre dernière course ensemble. Ils méritent que je fasse de mon mieux et c'est ce que je vais faire."
source: Nextgen-Auto.com

Räikkönen a joué la 3ème place des qualifications
Kimi Räikkönen a perdu la 3ème place des qualifications dans les dernières secondes, dépassé par Daniel Ricciardo et sa Red Bull pour 15 petits millièmes

Le pilote Ferrari est toutefois assez content de sa prestation du jour.

"Nous avons longtemps tenu cette 3ème place et mon dernier tour était assez bon, mais pas assez pour améliorer plus que ça", explique Räikkönen.

"La différence est très faible avec Ricciardo, il était possible d'être 3ème aujourd'hui définitivement. Un meilleur freinage ici, un peu moins de glisse là, c'était possible."

"Nous devons toutefois nous contenter de ça. Mais la voiture se comporte bien sur l'ensemble du tour et ce n'est pas si facile ici d'y parvenir."

Räikkönen espère-t-il reprendre la 3ème place à Ricciardo au départ grâce à ses ultra-tendres?

"Difficile à dire. Il aura les super tendres et il n'y a pas une énorme différence en termes de motricité entre les deux pneus. Mais qui sait? Il sera important surtout de prendre un bon départ parce que la distance est très courte entre la grille et le 1errr virage."
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo ne veut pas de la victoire d'une Mercedes
Daniel Ricciardo a signé le troisième temps aujourd'hui en qualification et c'est donc lui qui aura la meilleure vue sur les Mercedes, demain, au départ de la course.

A l'instar de son équipier Max Verstappen, Daniel Ricciardo prendra lui aussi le départ en gommes super tendres alors que les Ferrari et les Mercedes seront en pneus ultra tendres.

"Nous essayons toujours de rechercher des stratégies différentes afin d'avoir plus d'opportunités. Nous sommes en bonne position pour tenter cela et nous avons donc l'espoir de viser le sommet du classement demain en course", déclare Daniel Ricciardo.

"Cela s'est bien passé en Q3. Cette qualification n'avait pas très bien commencé pour nous, mais j'ai progressivement trouvé le bon rythme. Je suis très content de cette troisième place, mais demain, je veux me battre pour quelque chose de mieux", ajoute le pilote australien.
source: Nextgen-Auto.com

Objectif points pour Fernando Alonso
Neuvième sur la grille de départ, Fernando Alonso est dans l'état d'esprit de celui qui a bien fait son travail.

"Cela s'est passé un peu mieux que prévu", déclare Fernando Alonso. "Je vais essayer de prendre un bon départ et d'aller chercher quelques points. Nous sommes tous contents dans l'équipe. Je ne sais pas si c'est le résultat que nous espérions, mais il est vrai que nous avions quelques doutes. Nous sommes trop loin des Force India, mais nous pourrons nous battre contre les Williams, les Has, les Renault et les Toro Rosso."

"Cela s'est bien passé. Dès ce matin, nous avons constaté que la voiture était meilleure. Nous avons modifié certaines choses cette nuit et aujourd'hui, il nous suffisait de faire un bon tour. Il est facile de commettre une erreur ici, car il y a de très gros freinages durant lesquels on peut bloquer les roues de devant. On verra ce qui se passera demain en course devant nous. Les six premiers vont participer à une course entre eux, alors que les Force India seront isolées. Ce sera compliqué, mais nous allons essayer de marquer des points", ajoute-t-il.
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen a choisi des pneus différents pour le départ
Max Verstappen a signé le sixième temps aujourd'hui en qualification après avoir fait une erreur lors de sa dernière tentative. Mais il s'est qualifié en Q2 avec des pneus super tendres, des pneus plus résistants que les ultra tendres choisis par les Mercedes et les Ferrari.

Le pilote néerlandais se dit que ce sera peut-être un avantage. "Les pneus ultra tendres sont très fragiles sur les longs relais. Ce matin j'ai fait un long relais avec les pneus super tendres et ils étaient très bons, malgré une température plus élevée. Nous verrons comment cela se passera demain."

"Nous avons seulement essayé quelque chose de diffèrent. Si nous avions tous choisi les mêmes pneus, il ne nous restait qu'à nous suivre en course et ce n'est pas quelque chose que nous voulons faire. Je veux aller de l'avant. Je suis le dernier des pilotes des trois grandes équipes et cela ne me rend pas heureux, mais je crois que la course de demain sera intéressante", ajoute Verstappen.
source: Nextgen-Auto.com

Vettel a encore des vues sur le podium
Sebastian Vettel a signé le cinquième temps aujourd'hui en qualification et il s'attendait à mieux. Il faut dire qu'il a été gêné par Max Verstappen lors de sa dernière tentative, mais le champion allemand reste bon joueur.

"Max était au ralenti, mais je ne vais pas rejeter la faute sur lui", déclare Sebastian Vettel. "Mon résultat est dû au fait que j'ai perdu le bon rythme et aussi l'arrière de la voiture. La qualification a été plus compliquée pour moi que la séance de ce matin. J'ai certainement été trop agressif, mais je crois que nous serons plus forts demain en course. C'est dommage, car je pense que la troisième place était à notre portée."

Si les Red Bull se sont qualifiées en Q2 avec les pneus super tendres, les Ferrari ont dû utiliser les ultra tendres et c'est donc avec des pneus différents que les pilotes de ces deux équipes viendront s'aligner sur la grille de départ.

"Je crois que nous avons les bons pneus pour prendre le départ de la course. Nous devrions être plus rapides au départ, même si le premier virage n'est pas loin. Ce sera peut-être un avantage pour nous, mais nous verrons bien. Nous aurions pu faire comme Red Bull en Q2, mais ce choix ne nous semblait pas intéressant. Je crois que nous avons choisi la meilleure option. Je pense que nous pourrons nous battre pour le podium demain", ajoute le champion allemand.
source: Nextgen-Auto.com

Button content de sa 12ème position sur la grille pour sa dernière course
Jenson Button abordait certainement la dernière qualification de sa carrière en Formule 1. Malheureusement il n'a pu faire aussi bien que Fernando Alonso, qui a réussi à atteindre la Q3.

L'Anglais signe toutefois le 12ème temps lors de la Q2, ce qui n'est pas si mal pour prendre le départ de son dernier Grand Prix.

"Les températures ont baissé au fur et à mesure et cela demande plus de grip de la part du train avant. Dans mon cas, je n'ai pas réussi à en trouver plus", explique Button.

"J'ai eu pas mal de sous-virage, qui m'a coûté un peu de temps. Mais pour être honnête, je suis assez content de ma place. Les conditions ont eu une grosse influence sur l'équilibre de la voiture, mais c'est comme ça. J'aurais peut-être pu faire mieux si je n'avais pas perdu autant de temps hier avec le changement de moteur."

Comment aborde-t-il cette dernière journée à venir demain?

"Comme les autres. Cela fait 17 ans que je fais ça. Je ne suis pas en train de cocher des cases en me disant 'ça, c'est fait'. Je pense à la stratégie, aux pneus... j'ai trois trains de pneus neufs alors je ne suis pas si mal!"
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton ne pouvait pas faire moins que la pole
Contrairement à son équipier Nico Rosberg, Lewis Hamilton ne doit faire aucun calcul, car s'il veut avoir une bonne chance de remporter son quatrième titre mondial demain, il doit gagner. Rien de moins!

Mais il ne doit pas seulement gagner, il doit aussi espérer ne pas voir son collègue sur le podium demain après la course et ça, il ne peut pas le contrôler. En attendant ce duel de géants, Lewis Hamilton a conquis la pole position; il ne voulait pas la manquer celle-là.

"C'est génial, je suis en pole", s'exclame Lewis Hamilton. "C'est vraiment très excitant. Je n'arrive pas à croire que j'en ai déjà 61 et qu'il ne m'en reste plus que 4 pour rattraper Ayrton (Senna). Ce week-end a été génial jusqu'à présent. C'était étrange aujourd'hui de réaliser que c'était la dernière qualification de l'année et d'y participer avec cette voiture incroyable."

"On ne peut jamais savoir si à l'avenir j'aurai encore une voiture aussi compétitive, mais j'espère bien sûr que ce sera le cas. Cela a été un grand privilège de piloter cette voiture. Je suis en très bonne position pour la course de demain", ajoute le Champion du monde en titre.
source: Nextgen-Auto.com

Rosberg déçu de ne pas signer la pole
Nico Rosberg est logiquement déçu de ne pas être en pole position de la finale du championnat.

L'Allemand a été dominé par son équipier tout le week-end et en qualifications aussi. Sa 2ème place est certes suffisante pour être titré s'il la conserve demain mais Rosberg souhaitait mieux.

"Comme je l'ai dit, je suis venu ici pour essayer d'être en pole et de gagner la course", confie Rosberg à l'issue de la Q3.

"C'est ce que j'aurais aimé faire donc c'est logique que je ne sois pas super heureux aujourd'hui. Lewis a fait du super travail et il a quelques dixièmes d'avance sur moi. Ce n'était pas possible pour moi d'aller aussi vite aujourd'hui mais il y a toujours des chances pour demain. Je vais essayer de gagner."

Rosberg admet s'être bien fait plaisir lors de la séance.

"Il y a toujours de l'adrénaline en qualifications et c'est ce qui rend cette séance si particulière. Je me sentais à l'aise, la voiture était équilibrée et je n'ai cessé de progresser. Mais à la fin de la Q3 cela n'a pas suffi."

Derrière lui, les Red Bull partiront en super tendres demain. De quoi l'inquiéter?

"Je pense que le pneu ultra-tendre que nous avons choisi est le meilleur pour le départ. Ensuite nous verrons comment il tient pendant la course. Nous sommes très confiants d'avoir choisi la bonne stratégie pour demain. Je suis optimiste."
source: Nextgen-Auto.com

GP d'Abu Dhabi - Essais qualificatifs
Il avait annoncé en faire son objectif principal après les essais libres, Lewis Hamilton n'a pas failli dans sa quête de la pole position, première marche majeure dans l'optique d'une victoire presque obligatoire demain en course à Abu Dhabi pour espérer conserver sa couronne mondiale face à son équipier Nico Rosberg.

Pour signer sa 61ème pole position en carrière, le Britannique avait tiré le premier en Q3 en établissant la référence en 1'39"013, devançant Nico Rosberg de 346 millièmes. Kimi Räikkönen (Ferrari) avec un très bon premier secteur, se hissait en troisième position devant les deux Red Bull de Daniel Ricciardo et Max Verstappen et la Ferrari de Sebastian Vettel, auteur d'une erreur au passage de l'épingle du tracé.

Les deuxièmes tentatives permettront à Hamilton et Rosberg d'améliorer leurs temps, mais malgré un premier secteur meilleur pour le pilote allemand, le Champion du monde en titre établit le chrono décisif en 1'38"755, pour demeurer le seul pilote sous la 1'39" au tour, et précéder Rosberg de 303 millièmes.

Derrière les deux Mercedes, Daniel Ricciardo se hisse en troisième position et partira comme Max Verstappen en pneus super-tendres avec une stratégie décalée de Red Bull. Les deux Ferrari de Räikkönen et Vettel suivent au classement devant Max Verstappen, les Force India de Nico Hülkenberg et Sergio Pérez, Fernando Alonso (McLaren) et Felipe Massa (Williams), 10ème pour sa dernière qualification en carrière.

Eliminé en toute fin de Q2 par Alonso, le Finlandais Valtteri Bottas (Williams) débutera en 11ème position,devant Jenson Button (McLaren) 12ème devant les deux Haas de Esteban Gutiérrez et Romain Grosjean. Jolyon Palmer (Renault) et Pascal Wehrlein (Manor) avaient atteint la deuxième partie de la séance de qualifications et s'élanceront 15ème et 16ème.

En difficulté en essais libres, après des problèmes sur la monoplace de Daniil Kvyat, victime de deux crevaisons lors des premiers roulages, qui ont contraint l'écurie à apporter des modifications sur la STR11, Toro Rosso a échoué à se hisser en Q2.

Kvyat termine 17ème devant Kevin Magnussen (Renault), Felipe Nasr (Sauber) et Esteban Ocon (Manor) qui a échoué à quatre dixièmes de son coéquipier. Carlos Sainz n'a pris que la 21ème position devant Marcus Ericsson (Sauber). (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Toto Wolff précise les changements effectués au sein de Mercedes
En début de saison, Mercedes a transféré des mécaniciens de Lewis Hamilton, et inversement. Les dessous d'un tel changement n'ont jamais été révélés et en conférence de presse au début du week-end, Lewis Hamilton a sous-entendu que les raisons étaient plus complexes que pressenti et qu'il les révélerait dans une dizaine d'années. Toto Wolff a tenu à préciser sa pensée quant à ce changement, qu'il considère déjà comme de l'histoire ancienne.

"J'admire la manière dont Nico et Lewis ont maintenu leur relation dans l'intérêt de l'équipe malgré la pression qu'ils ont sur les épaules" tient à souligner Wolff. "Il est clair que si l'on change les personnes qui travaillent directement avec le pilote, comme les mécaniciens, cela peut avoir un effet psychologique, nous le savions et ça faisait partie de notre réflexion quand nous avons changé les équipes. Il faut prendre des décisions pour plusieurs centaines de pilotes, il est de notre devoir pour ces 1500 personnes et pour notre marque de prendre des décisions justes."

Wolff a insisté sur le fait qu'il s'agit d'une décision d'équipe et non prise pour l'une ou l'autre personne. Il y voit le moyen de pousser l'équipe à avancer et à progresser, non sans envisager avec humour de tout révéler dans un futur livre, comme l'a fait Hamilton en conférence de presse.

"J'apprécie l'effet que ça peut avoir sur un pilote et c'était pris en considération, peut-être écrirai-je un livre dans 10 ans pour y révéler certaines choses" plaisante-t-il. "Il y a 1500 personnes à Brixworth et Brackley et il s'agit par exemple de sélectionner des personnes qui s'occupent d'une partie de la voiture cette année et qui l'an prochain, pourraient devenir chef d'équipe et pourquoi pas avoir un rôle encore plus important à l'avenir. De manière similaire, nous le faisons dans toute l'entreprise, nous ne stagnons pas et les choses bougent dans les garages."
source: Nextgen-Auto.com

Gutiérrez ne blâme pas Haas de l'avoir écarté
Esteban Gutiérrez ne sait toujours pas s'il sera en F1 la saison prochaine. Alors que Haas lui a d'ores et déjà préféré Kevin Magnussen, il reste encore des places à prendre chez Manor et Sauber, mais la concurrence est rude pour le pilote mexicain.

Quoi qu'il en soit, Esteban Gutiérrez refuse de blâmer Haas pour le choix qu'a fait l'écurie américaine. "Il y a des choses qui auraient pu être faites différemment, bien sûr, mais au bout du compte, nous sommes responsables de nos propres destinées, et j'assume cela avec responsabilité. Je travaille maintenant sur mon avenir. Je ne blâme personne. D'accord, j'ai été malheureux durant la saison, ce qui n'a pas aidé."

Esteban Gutiérrez, après une carrière junior couronnée de succès (titres en Formule BMW et en GP3), n'a marqué qu'une seule fois des points durant sa carrière en F1. C'était au Grand Prix du Japon 2013, et c'était justement avec Sauber. Le Mexicain espère donc que son ancienne écurie n'a rien oublié de ses talents...

"C'est très compliqué parce que mes années les plus difficiles ont été celles passées en F1. J'ai gagné beaucoup de courses et fait beaucoup de podiums, mais le monde a une mauvaise mémoire. On se rappelle ce que nous avons fait les quelques dernières années seulement, voire les quelques dernières courses en F1. Même si c'est ainsi, je suis sûr que les experts qui font des analyses poussées prennent l'ensemble des faits en considération."
source: Nextgen-Auto.com

Zak Brown évoque ses priorités chez McLaren
Zak Brown, nouveau directeur exécutif de McLaren, a accepté des hautes responsabilités dans une écurie qui connaît des difficultés depuis plusieurs années. Il aura la lourde tâche de remplacer Ron Dennis, écarté par les actionnaires de Woking après de si longues années de service.

Brown n'ignore pas l'ampleur du chantier qui est le sien. Au moment de livrer ses premiers mots, ses premiers sentiments, il a visiblement décidé d'adopter une attitude optimiste.

"Ce qui m'a séduit, c'est que l'équipe s'améliore à chaque course. Vous pourriez dire que j'ai choisi le bon moment alors que l'équipe est sur une pente ascendante. Donc vous voyez, je ne suis pas aussi idiot que j'en ai l'air! Mais soyons sérieux. L'équipe a la plus grande histoire de la F1 et enfant, je la regardais, j'idolâtrais l'ère de Prost et Senna. Maintenant, pouvoir la rejoindre, c'est incroyable. J'ai beaucoup d'amis ici et j'ai fait beaucoup d'affaires avec l'équipe ces dernières années. Et comme je l'ai dit: l'équipe est clairement sur une pente ascendante, donc c'est le bon moment."

Zak Brown a beau admirer McLaren, il n'en reste pas moins qu'il est un Américain débarquant dans une écurie typiquement britannique. Comment expliquer sa passion pour la F1 et McLaren?

"Je voulais en réalité courir pour McLaren. C'est la raison pour laquelle je suis venu en Europe, en Angleterre, au début des années 90. Courir en F1, c'était mon désir. Et croyez-le ou non, je suis une fois rentré une voiture de course! J'ai couru contre Jos Verstappen et Jan Magnussen et c'est amusant de voir leurs enfants en F1 maintenant. Je me sens vraiment vieux du coup..."

Le vieux Zak Brown occupera donc le poste de Directeur Exécutif. La hiérarchie de McLaren semble un peu obscure pour beaucoup d'observateurs... Comment Zak Brown décrirait-il les responsabilités attachées à son poste?

"Jonathan Neale et moi sommes associés en dernier ressort pour faire tourner l'équipe, sur et en dehors de la piste. Mon poste a été créé après la restructuration de l'entreprise, mais pour le dire simplement, Jonathan et moi travaillerons très étroitement avec le directeur de la compétition Eric Boullier, et le PDG de l'équipe, Jost Capito, pour refaire de l'équipe une équipe victorieuse."

Brown a une réputation dans le paddock: celle d'être un très bon financier, apte à ramener des fonds à l'entreprise pour qui il le travaille. Est-ce pour cette raison que McLaren, à la recherche de sponsors, l'a recruté?

"Eh bien, je suis sûr que mes aptitudes commerciales ont joué pour une large part. Pour le moment, la voiture n'est pas couverte à la gloire de nombreuses marques de luxes, comme elle le devrait - ce que nous avons déjà est fantastique, mais nous avons clairement de l'espace pour bien plus de sponsors encore. Jonathan est plus technicien que moi, et je suis plus concentré sur l'aspect commercial qu'il ne l'est, donc ce devrait donner un bon partenariat. Et ne me sous-estimez jamais, je suis un vrai pilote de course!"

La F1 a cependant du mal ces derniers temps à attirer de nouveaux sponsors. Comment Zak Brown compte-t-il changer la donne pour McLaren?

"D'abord, bien sûr, vous avez besoin d'une entreprise qui peut se permettre d'être engagée en F1. Ce n'est pas bon marché, mais c'est incroyable la valeur et l'ampleur que l'on donne au sport. Donc oui, ce n'est pas bon marché, mais ça en vaut la peine. Et si vous regardez ce que McLaren représente - une technologie de pointe, un style de vie - vous devez regarder quelles entreprises occupent ce secteur. Et ce qui est aussi à mon agenda, c'est l'industrie en elle-même: comment nous pouvons faire ensemble un meilleur travail, sur le plan du marketing, de la promotion du sport. J'ai parlé de l'arrivée d'un sponsor titre mais ça ne sera pas avant 2018."

Zak Brown aimerait ainsi faire progresser non seulement McLaren mais encore l'ensemble de la F1, notamment en attirant de nouveaux fans grâce aux réseaux sociaux, une piste déjà envisagée par Liberty Media, les nouveaux propriétaires. En attendant, il va d'abord se concentrer sur l'adaptation à ce nouvel environnement...

"Je vais d'abord observer, apprendre, et communiquer. Il y a beaucoup de choses que je dois apprendre. Je suis chanceux, puisque j'ai été proche de l'équipe pendant de longues années, mais c'était d'un point de vue extérieur. Maintenant, d'un point de vue interne, je dois un peu affiner ma vision avant de commencer à faire quelque chose. Probablement, le changement le plus immédiat, ce sera de baisser la température à Woking, de 21 à 19,5 degrés! J'aime quand il fait un peu plus froid!"

Après le thermostat, la deuxième tâche de Brown, un peu plus importante, sera sûrement de convaincre Fernando Alonso de rester au-delà de 2017. L'Espagnol a déjà annoncé que si les règles de l'an prochain ne lui convenaient pas, il pourrait quitter la discipline. Avant même le premier Grand Prix. Tout d'un coup, Brown se fait moins comique...

"Fernando a un engagement ferme de trois ans. Point final. Et avec Fernando et Stoffel, et Jenson, nous avons le line-up le plus cool que vous pouvez imaginer. Donc nous n'avons aucune excuse du côté des pilotes. Ni du côté de la voiture. Jusqu'à présent, je n'ai été impliqué dans aucun développement technique, mais dans le futur, j'en ferai sûrement partie. Je verrai si nous avons les bonnes personnes aux bonnes places et, c'est aussi important, si nous avons les bonnes ressources pour faire le travail. J'ai beaucoup de foi en Eric et Jost."

Dans l'idéal, quel serait l'objectif de Zak Brown dans un an? "J'aimerais voir plus de sponsors sur notre voiture. Je veux voir plus de succès en piste, avec probablement en vue un podium. Mais je ne vais pas qu'on me prenne à faire des prédictions."
source: Nextgen-Auto.com

Rosberg doit éviter tout incident avec Hamilton selon Berger
Si l'ancien pilote de F1 Gerhard Berger s'était occupé de la prolongation du contrat de Nico Rosberg chez Mercedes en début d'année, il conseille maintenant à l'Allemand de ne pas se frotter de trop près à Lewis Hamilton à Abu Dhabi, ultime manche de la saison.

Le titre va en effet se jouer dimanche, et la situation n'a rien d'inédit: Michael Schumacher avait été sacré en 1994 après une collision avec Damon Hill, et Ayrton Senna s'était imposé en 1990 en emmenant Alain Prost hors piste. Mais Berger prévient: "même s'il est devant et ferme la porte, le risque est trop grand que Nico seulement soit éliminé et perde le championnat. Il est impossible de contrôler ce genre de choses."

Une meilleure stratégie serait ainsi de "passer le premier virage et ensuite franchir la ligne en 2ème ou 3ème position". Mais Berger sait à quel point la situation peut être compliquée pour Rosberg en dépit de son avantage en points.

"Je pense que c'est extrêmement difficile mentalement. C'est vraiment très dur de résister à la tentation d'attaquer, mais il devrait pourtant réduire les risques. Il doit aussi choisir sa stratégie de façon à ce que ni Ferrari, ni Red Bull ne vienne se mettre en travers de son chemin."

Rosberg devra également "avoir les yeux rivés à ses rétroviseurs et immédiatement ouvrir la porte si quelqu'un l'attaque, car il ne peut pas se permettre de casser sa voiture".

Mais Berger estime tout de même que le pilote Mercedes est à la hauteur: "ces dernières courses, il a montré qu'il avait des nerfs d'acier, tout particulièrement sous la pluie au Brésil, un défi immense. Je suis également persuadé qu'il peut au moins terminer troisième à Abu Dhabi."
source: Nextgen-Auto.com

Toto Wolff admire le calme de ses pilotes malgré la pression
Pour la deuxième fois en trois ans, Mercedes va voir ses deux pilotes s'affronter pour le titre à Abu Dhabi, comme c'était le cas en 2014. Signe de la domination de Mercedes, cette lutte va fasciner le monde de la F1 dimanche après-midi.

"Plus on travaille avec les gens et plus on apprend à les connaître, c'est la troisième saison lors de laquelle nous avons une voiture qui nous permet de gagner des courses et des championnats" explique Wolff. "Je l'ai dit avant, depuis quelques courses nous avons une ambiance très sereine au sein de l'équipe, et c'est très bien car tout le monde travaille ensemble pour faire progresser la voiture. C'est très productif et la dynamique est très bonne dans l'équipe bien que le championnat est devenu de plus en plus compliqué pour chacun des pilotes."

"Il était clair qu'ils allaient s'opposer pour le titre pilotes et nous voyons ce week-end que la pression augmente, ce qui est totalement normal à ce moment de la saison."

Les écarts avec la concurrence se sont réduits mais Mercedes garde la main: "Nous avons vu lors des dernières courses que l'écart entre nous, Red Bull et Ferrari est resté plus ou moins le même, pour la simple raison que tout le monde a arrêté de développer la voiture de 2016. Tout le monde ne pas l'a fait en même temps mais l'on voit maintenant qu'au niveau des performances, hormis si quelqu'un arrive à mieux exploiter les pneus tendres, les niveaux restent les mêmes depuis quatre ou cinq courses."

Contrairement à 2015, Rosberg n'a rien lâché et malgré le retour de Lewis Hamilton, l'Allemand a gardé la tête froide et assuré le maximum de points, même lorsqu'il était battu en piste par son équipier.

"Il s'est très bien accommodé de son rôle et rien ne semble l'affecter" poursuit Wolff. "C'est en tous cas mon impression, même lors des week-ends les plus difficile, il a su en tirer des leçons et passer à autre chose tandis que lors des très bons week-ends, il restait humble et gardait les pieds sur terre en cherchant à comprendre pourquoi tout fonctionnait aussi bien. Que le moral soit haut ou bas, il restait lui-même et c'est pour cela qu'il mène aujourd'hui."

La saison de Mercedes aura été ponctuée de grands moments de tension, que ce soit l'accrochage au départ en Espagne, celui du dernier tour en Autriche ou encore la victoire perdue par Hamilton à Sepang, sur casse moteur, alors qu'il menait la course.

"Le troisième pire moment de la saison pour moi est la casse de Lewis en Malaisie car elle a lourdement influencé le championnat. Il était en tête et dominait, comme l'avait fait Nico à Singapour, mais Sepang était pour Lewis et il a continué comme cela à Suzuka et à Mexico. C'était inattendu et assez traumatique."

"Barcelone vient ensuite, c'est rare d'avoir une telle élimination, être premier et deuxième et repartir avec aucun point, ce n'était vraiment pas une bonne situation. Je me rappelle que le PDG de Daimler, Dieter Zetsche, était à côté de moi et a demandé ce qu'ils étaient en train de faire. Mais ce n'était pas grave car ça faisait longtemps que ce n'était pas arrivé, depuis Spa en 2014."

Mais le pire moment pour Wolff reste l'accrochage dans le dernier tour en Autriche: "C'est arrivé quelques semaines après Barcelone, nous avions clairement dit que c'était inacceptable et que Barcelone devait rester un incident de parcours unique. Et nous voilà sur le Red Bull Ring, la course à domicile de notre principal rival, et nous manquons de peu de perdre nos deux voitures dans le dernier tour alors que nous nous dirigions vers le doublé. C'est à ce moment là que la limite a été franchie pour moi."
source: Nextgen-Auto.com

GP d'Abu Dhabi - Essais libres 3
Sebastian Vettel (Ferrari) a signé le meilleur chrono des essais libres du Grand Prix d'Abu Dhabi en bouclant un tour du circuit de Yas Marina en 1'40"775, soit un dixième de mieux que la précédente référence de Lewis Hamilton (Mercedes). Les pilotes ont profité de meilleures conditions avec une piste offrant une adhérence plus élevée que la veille.

Max Verstappen (Red Bull) est le plus proche du quadruple Champion du monde avec un dixième de retard. Kimi Räikkönen (Ferrari) a complété le tiercé de tête à deux dixièmes de son coéquipier en devançant Lewis Hamilton et son coéquipier Nico Rosberg séparés en un dixième. Le Britannique a rencontré un problème de freins lors de son dernier tour lancé.

Daniel Ricciardo (Red Bull) s'est classé 6ème devant les Force India de Sergio Pérez et Nico Hülkenberg. Valtteri Bottas (Williams) et Esteban Gutiérrez (Haas) complètent le top dix devant Fernando Alonso (McLaren), Jolyon Palmer (Renault), Jenson Button (McLaren) et Felipe Massa (Williams).

Romain Grosjean (Haas) n'a pris que la 15ème position à près d'une demi-seconde de son coéquipier. Le Français a précédé Kevin Magnussen (Renault) et Pascal Wehrlein (Manor).

Toro Rosso a encore eu un roulage limité en vérifiant de nouveau les jantes de ses STR11, redoutant encore des crevaisons comme celles de la veille sur la monoplace de Daniil Kvyat. Le Russe n'est que 21ème devant Marcus Ericsson (Sauber) alors que son coéquipier Carlos Sainz est 18ème devant Felipe Nasr (Sauber) et Esteban Ocon (Manor). (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Alonso - McLaren se concentre sur 2017 depuis Silverstone
Les règlements changeront l'an prochain et le moins qu'on puisse dire, c'est que les règles actuelles ne manqueront pas à Fernando Alonso. En effet, quand on lui a demandé si le sable environnant affectait l'adhérence sur le circuit d'Abu Dhabi, l'Espagnol a livré une réponse cinglante.

"C'est comme pour les récents Grands Prix, on a l'impression de piloter sous la pluie. Ce n'est pas à cause du sable, mais bien des pneus. Ils sont très lents, et sur les longs relais nous tournerons en 1'47", comme en GP2."

La frustration d'Alonso se comprend d'autant plus quand il affirme que son équipe McLaren, qu'il a rejointe en 2015 pour l'une des pires saisons de son histoire, s'est tournée vers 2017 à la mi-saison.

" Les choses n'ont pas beaucoup changé. Les six premiers boxent dans une autre catégorie, Williams et Force India se battent pour la Q3 et nous faisons partie du groupe de voitures restant. Depuis Silverstone à peu près, nous nous concentrons sur 2017."
source: Nextgen-Auto.com

Pirelli constate une forte évolution de la piste à Yas Marina
Une forte évolution de la piste a été observée vendredi sur le circuit d'Abu Dhabi et tout particulièrement durant les Essais Libres 1. Les pilotes, dans la grande majorité, y établissent leur meilleure performance avec une gomme plus dure que la plus tendre utilisée jusqu'à présent, à mesure que les conditions s'améliorent.

Le coup d'envoi des EL2 est donné à 17h00 et par conséquent, les températures de piste diminuent de 3 degrés au fil de la séance, soit 10 de moins par rapport aux EL1. Comme attendu, les pneumatiques ultra-tendres se révèlent les plus performants, parvenant à emmener Lewis Hamilton et sa Mercedes vers le sommet de la hiérarchie en 1'40"861, soit plus d'une seconde de mieux que la référence fixée la saison dernière, durant les EL2, avec les super-tendres.

Si l'on compare à d'autres circuits, l'absence d'aspérité sur l'asphalte, ainsi que les conditions variables, n'engendrent qu'un faible écart chronométrique entre les différents mélanges. Il n'est en effet jusqu'à présent que de 0"8 entre les super-tendres et les ultra-tendres. Les teams ont ainsi pu effectuer des simulations de qualifications, et à ce jeu les deux Mercedes ont conclu la journée regroupées en 0"079!

"Comme nous l'avions imaginé, l'usure et la dégradation fut raisonnablement élevée avec le mélange le plus tendre, en raison des accélérations importantes et des contraintes imposées par la piste au freinage. Ce paramètre dépend néanmoins de l'état du revêtement qui n'a cessé de changer tout au long de la journée, différemment de d'habitude puisqu'à l'évolution traditionnelle du sol apparaît ici la variable des températures diminuant durant la séance", observe Paul Hembery, Directeur de Pirelli Motorsport.

"Les pilotes doivent par conséquent explorer de nouvelles solutions dans la définition de leurs réglages ou de leur stratégie, et à cela s'ajoute le challenge des enjeux de la finale du championnat. Les runs effectués vendredi ayant été conditionnés par les choix de pneumatiques effectué avant le meeting, nous avons d'ores et déjà pu observer les contours de certaines stratégies individuelles."
source: Nextgen-Auto.com

La FIA se fiera à l'avis des pilotes pour introduire ou non le Halo
Les pilotes auront bien un rôle central à jouer dans la décision de la FIA d'introduire ou non le Halo en Formule 1, en 2018.

La Fédération compte se baser sur l'avis des pilotes et non des équipes pour savoir s'il faut imposer le système d'ici un an ou s'il faut encore retarder son arrivée.

Même si, officiellement, le GPDA (Association des Pilotes de F1) soutient le Halo, plusieurs pilotes ont manifesté leur mécontentement quant au système de protection de la tête des pilotes actuellement testé par les équipes depuis le début de l'année.

Une nouvelle présentation a été faite par la FIA à Abu Dhabi, qui démontre encore une fois que les risques de blessures ou de mort sont réduits avec le Halo.

"Ce matin encore j'étais opposé au Halo. Mais la vidéo nous a montré de nouvelles preuves de l'efficacité du Halo. Je pense qu'il n'est pas si mauvais", déclare ainsi Carlos Sainz, qui admet être en train de changer d'avis.

Daniil Kvyat, qui était lui aussi opposé, se ralliera à la majorité. "La Formule 1 est regardée par des millions de fans. Ce sujet est donc très important. La décision finale reviendra toujours à la FIA mais elle souhaite avoir l'opinion de tous les pilotes."

Et si la majorité se prononce pour, le Halo sera introduit en 2018.

Christian Horner souligne toutefois un problème: "pour moi, seuls les pilotes qui ont un contrat pour 2018 doivent s'exprimer. Pourquoi demander leur opinion à Massa ou Button?"

Bref, le Halo n'a pas fini de faire parler de lui!
source: Nextgen-Auto.com

Nasr demande un peu de temps à Sauber
Felipe Nasr a reconnu à Abu Dhabi que sa situation était maintenant très délicate, suite à la perte du soutien de son sponsor, Banco do Brasil.

Le Brésilien demande toutefois à son équipe, Sauber, un peu de temps avant de décider du 2ème pilote. Pascal Wehrlein tiendrait la corde et Esteban Gutiérrez aurait également quelques arguments financiers intéressants.

"Il est clair que je n'ai encore rien pour 2017. Les négociations ne sont pas rompues, c'est le plus important. Mais ma tête n'est pas à mon avenir en ce moment. Je dois me concentrer sur ce week-end. Je ne peux pas me permettre d'être distrait en pensant à mon avenir", déclare Nasr.

"Nous avons une 10ème place au championnat à confirmer dimanche. Nous ne pouvons pas nous éparpiller ou nous concentrer sur d'autres choses que ça. Il nous faut encore une bonne course afin de fêter dignement ces 2 points que j'ai acquis au Brésil et qui permettront à l'équipe d'avoir des ressources importantes."

"Parler de mon avenir n'est pas une distraction", tente-t-il de préciser. "Mais je veux que personne dans l'équipe ne soit distrait par cela. L'important c'est de consolider notre place. Nous pourrons parler de mon avenir lundi. L'équipe doit attendre un peu.»
source: Nextgen-Auto.com

Ecclestone - La seule inconnue qui reste en 2017, c'est le Brésil
Après l'échec des négociations entre Bernie Ecclestone et le circuit de Hockenheim, la saison 2017 de Formule 1 ne comptera plus que 20 épreuves, contre 21 initialement prévues. Pas de quoi froisser le grand patron de la Formule 1 pour autant.

"Je ne suis pas déçu, simplement surpris, déclare ainsi Ecclestone. Que faut-il de plus pour que l'Allemagne s'intéresse à la Formule 1? Ils ont des pilotes et une équipe qui gagnent."

La saison prochaine se retrouvera-t-elle amputée d'une manche supplémentaire? On se souvient que le Grand Prix du Canada avait un temps été menacé, mais Ecclestone assure que "la seule inconnue maintenant, c'est le Brésil. Mais nous étudions l'affaire et j'espère qu'elle sera bientôt résolue."

L'avenir de Monza avait aussi été remis en question, mais Ecclestone se montre rassurant bien que le contrat ne soit toujours pas signé: "après tout, ce sont des Italiens, sourit-il. Nous n'avons pas pu signer cette semaine parce qu'ils voulaient apporter quelques modifications au contrat que nous avons acceptées."

On devrait donc disputer 19 ou 20 épreuves en 2017, mais il reste des interrogations à propos des saisons suivantes, puisque la Malaisie a annoncé vouloir se retirer du calendrier après 2018.

Quelques doutes planent également sur le Grand Prix de Singapour, mais Ecclestone a affiché sont attachement à la course urbaine nocturne: "les organisateurs à Singapour m'ont dit 'nous avons grassement payé ces dix dernières années, alors nous voudrions que ça nous coûte moins d'argent'. Je ne veux pas perdre ce Grand Prix."

A noter que Bakou a demandé à Ecclestone à changer de date pour éviter un clash avec Le Mans. Cela sera peut-être possible grâce à l'annulation du Grand Prix d'Allemagne mais Ecclestone n'a pas évoqué le sujet avec les médias à Abu Dhabi.
source: Nextgen-Auto.com

Les pilotes à la rencontre de Pirelli concernant les pneus pluie
Lors du traditionnel briefing des pilotes, hier à Abu Dhabi, la FIA avait invité Mario Isola, le team manager de Pirelli.

Le but était d'échanger sur les pneus pluie et intermédiaire fournis par le manufacturier italien, après les critiques entendues au Brésil.

Isola a bien noté les doléances des pilotes et va maintenant voir comment faire pour qu'une direction soit donnée pour les nouveaux pneus pluie qui apparaitront en 2017. Il n'exclut pas la possibilité que Pirelli produise plusieurs pneus pluie différents, un modèle étant proposé selon la nature du circuit rencontré.

Carlos Sainz a salué cette ouverture d'esprit.

"Nous avons beaucoup discuté, partagé nos impressions sur les pneus. Les problèmes de visibilité et d'aquaplaning ont été évoqués et nous avons donné nos suggestions. C'était une rencontre positive", déclare le pilote Toro Rosso.

"Personne en particulier n'est en colère ou trop critique. Nous essayons d'aider à prendre les bonnes décisions pour que Pirelli développe des pneus plus efficaces. Nous savons qu'ils ont une tâche très difficile puisqu'ils ont très peu d'essais privés possibles. Les manufacturiers qui étaient en F1 dans le passé n'avaient pas ce genre de restrictions."
source: Nextgen-Auto.com

Wolff - Rien de décidé pour l'avenir de Wehrlein
Dans le paddock de Yas Marina courait une étrange rumeur vendredi soir: Pascal Wehrlein aurait signé son contrat pour rouler chez Sauber en 2017, soutenu par Mercedes.

Le principal intéressé a démenti et Toto Wolff, qui gère Mercedes F1 et la carrière des jeunes pilotes, a fait le point.

"Pascal a deux chances de courir en F1 l'an prochain. Il peut aussi rester chez Manor", répond-il lorsqu'on lui demande s'il peut rouler avec une voiture propulsée par un moteur Ferrari (chez Sauber).

Evidemment, Mercedes doit allonger un budget pour Wehrlein afin de le maintenir en F1.

"Je dois dire tout d'abord que d'avoir Esteban (Ocon) et Pascal chez Manor a été une bonne chose et le développement a été bon pour l'équipe comme pour eux. Très impressionnant même. Manor est donc une opportunité pour Pascal."

"Maintenant, nous sommes en discussions avec Sauber", reconnait Wolff. "Comme nous sommes en discussions avec Manor et son groupe de management. Rien n'est encore décidé. Telle est la situation à l'heure actuelle."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton - Je suis le vainqueur moral de cette saison!
Lewis Hamilton a relancé la guerre psychologique à Abu Dhabi en affirmant qu'il serait, quoi qu'il arrive dimanche, le vainqueur moral de ce championnat 2016.

Le pilote Mercedes, qui n'aura pas son destin entre les mains en course si Rosberg termine 2ème ou 3ème, estime avoir fait une meilleure saison que l'Allemand.

"Peut-être que je devrais garder ça privé mais je sens que d'une certaine façon, dans mon coeur, j'ai été plus performant. Même si Nico est titré Champion du monde, cela ne passera pas nécessairement comme ça dans mon cœur", lance Hamilton.

Selon lui, Rosberg a hérité de quelques victoires qui n'étaient pas méritées depuis qu'ils sont ensemble chez Mercedes.

"Je veux gagner parce que je suis le meilleur. Je veux dépasser quelqu'un parce que je suis le meilleur, parce que j'ai été plus intelligent. Je ne veux pas d'une victoire qui m'a été donnée. Il n'y a rien d'héroïque là-dedans. C'est pour ça que sa victoire à Monaco en 2015 et la manière dont il a fêté ça reste étrange pour moi (Mercedes a fait perdre la course à Lewis sur une erreur stratégique). J'ai pensé: 'Mon gars, tu n'as pas mérité cette victoire et pourtant tu es le plus heureux'."

Alors s'il remportait un 4ème titre dimanche, "ce serait mon plus beau, et de loin. J'espère un jour pouvoir parler de tout ce qui s'est passé cette saison. Il y a beaucoup de choses qui me passent par l'esprit mais je ne peux pas les partager pour le moment."

Les patrons de Mercedes ont déjà relativisé les paroles de Lewis Hamilton.

"Nos deux pilotes ne peuvent pas s'aimer ce week-end, ils doivent jouer toutes les cartes possibles. Lewis a besoin de sentir que c'est lui contre le reste du monde. C'est sa façon de faire", explique Toto Wolff.

Quant à Niki Lauda, il préfère en rire.

"Lewis a aussi dit qu'il écrirait un livre dans 10 ans. Croyez-moi, si nous nous mettions à en écrire un, de notre côté, avec Toto, le nôtre serait bien plus épais que le sien!"
source: Nextgen-Auto.com

Des départs arrêtés dès 2017 après chaque voiture de sécurité
Les directeurs d'équipe, la FIA et la FOM se sont mis d'accord à Abu Dhabi sur de nouvelles mesures, qui doivent encore être votées par le Conseil Mondial de la FIA.

La première est de réduire le temps dévolu à la mise en grille des voitures. Ce dernier sera de huit minutes au lieu de quinze actuellement.

Bernie Ecclestone souhaite en effet que tous les pilotes soient sur les grilles de départ 22 minutes avant le départ au lieu de 15, afin que les procédures soient moins chaotiques, notamment celle où tous les pilotes doivent rejoindre l'avant de la grille pour écouter l'hymne national du pays qui organise le Grand Prix.

En effet, avec la pluie au Brésil, les pilotes ont effectué des tours de reconnaissance jusqu'au dernier moment et le timing a été trop serré. Ecclestone n'a pas apprécié de voir des pilotes arriver en retard.

L'autre mesure, très attendue par les fans et qui sera enfin votée, c'est que les départs se feront bien de manière arrêtée après chaque période de voiture de sécurité, ce qui pimentera le spectacle. C'était déjà prévu en cas de départ sous la pluie dès 2017, la mesure est donc étendue.

Il n'y aura en revanche pas de Grand Prix en deux manches, comme le souhaitait Ecclestone. L'idée de deux courses de 40 minutes, séparées d'une pause de 40 minutes, a été rejetée.
source: Nextgen-Auto.com

Fitzpatrick confirme qu'il cherche des investisseurs pour Manor
Sauveur de l'équipe Manor il y a deux ans, quand l'équipe était accablée par de gros problèmes financiers qui l'avaient empêchée de disputer la fin de saison 2014, Stephen Fitzpatrick en est encore le propriétaire aujourd'hui et peut se satisfaire d'un très beau chemin parcouru en deux saisons sous sa direction.

"Ces deux années ont été fascinantes" confirme-t-il. "Cela a été fabuleux lors de courses comme Bahreïn, l'Autriche ou le Brésil. Il y a eu des hauts et des bas, mais ça m'a rendu humble. Je suis arrivé en tant que débutant mais en tant que fan de ce sport, et je n'avais pas envisagé la quantité de tâches nécessaires pour que deux voitures puissent disputer des courses et en rallier l'arrivée. J'ai aussi appris à quel point il est difficile de construire une voiture de course, de faire fonctionner une équipe. Je respecte énormément les gens qui m'entourent dans ce sport, les autres équipes et les autres dirigeants."

"Ce défi a été énorme bien qu'un peu frustrant. Tout peut se produire dans cette discipline mais je ne suis pas arrivé en me disant qu'on pourrait gagner ou signer des podiums dans les premières années, mais dans un sport comme la F1, il ne faut jamais oublier que tout peut se produire, même si ce n'est plus vraiment le cas actuellement. C'est un problème pour tout le monde, même pour Toto Wolff qui gagne presque trop! Il faut énormément de temps pour bâtir une grande équipe en F1, nous avons fait un beau pas en avant cette saison mais il reste beaucoup de travail."

Confirmant les rumeurs, Fitzpatrick ne nie pas vouloir vendre l'équipe, au moins en partie: "Je ne peux pas rentrer dans les détails mais nous avons discuté avec plusieurs investisseurs sur les six derniers mois. Nous avons un accord avec l'un d'eux mais je ne peux pas rentrer dans les détails. Je savais dès le début que l'argent amène la performance, donc tout ce qui amène des fonds aidera l'équipe à progresser est bienvenu, y compris s'il s'agit d'un nouvel investisseur."

Manor devra trouver des fonds pour compenser la perte financière du Grand Prix du Brésil, lors duquel Sauber a pris la dixième place du classement constructeurs, synonyme de 15 millions de dollars perdus.

"La première réaction n'était pas financière, c'était une grande déception pour l'équipe. Ils ont tous travaillé dur lors des 18 derniers mois sans avoir de franche récompense et il semblait que cette place nous était acquise, et représentait un grand pas en avant pour nous. J'étais donc déçu pour l'équipe à l'usine et sur la piste, mais ma réaction suivante était de me dire que les réactions devaient être précisément inverses chez Sauber. Je me suis alors dit qu'ils avaient été des rivaux incroyables, que nous nous étions bien battus, et que je savais à quel point ce résultat était important pour eux. La saison ne se résume pas à une course."

"Cela ne nous aide pas financièrement, mais nous avons revu les termes de nos possibles accords. Avec ce point et cette dixième place à deux courses de la fin, on commençait à envisager l'utilisation de cet argent. Nous sommes déçus mais je ne suis pas non plus surpris d'avoir perdu cette place."

Mais Fitzpatrick tient à rassurer sur la suite des événements: "Notre engagement et nos futurs accords ne sont pas remis en cause et surtout, nous voulons encore y croire car il reste une course."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Flux RSS ::.
>> Soyez averti des changements apportés sur le site ou des messages postés sur le forum!
RSS • Abonnez-vous à nos différents Flux RSS!
.:: Publicité ::.