En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Dimanche 13 Novembre 2016

Une course brésilienne à oublier pour Renault F1
Jolyon Palmer et Kevin Magnussen, les équipiers de Renault Sport Formula One Team, ont disputé aujourd'hui le Grand Prix du Brésil de Formule 1 dans des conditions météo délicates. Après plusieurs neutralisations derrière la voiture de sécurité et interruptions au drapeau rouge, causées par les conditions de piste et les incidents de course, Kevin a franchi la ligne d'arrivée en quatorzième position. Jolyon a eu un contact avec Daniil Kvyat au vingtième tour, juste avant un drapeau rouge. Pendant l'interruption, l'équipe a examiné sa voiture avant de décider de son abandon en raison de la suspension endommagée.

Kevin s'est élancé depuis la dix-huitième place avec un train neuf de pneus pluie Pirelli. Il s'est arrêté dès le septième tour pour passer un train neuf d'intermédiaires, avant de revenir aux pneus pluie neufs lors du premier drapeau rouge (20ème tour). Il a réutilisé un train de pneus pluie après la seconde interruption (28ème tour) avant de s'arrêter au 41ème tour pour finir avec un train d'intermédiaires neufs.

"Les conditions du jour nous ont mis à rude épreuve, particulièrement le virage n°12. Ce n'est pas un virage compliqué en tant que tel, mais ça l'est devenu une fois la piste détrempée! Il y avait beaucoup d'aquaplanage, mais même sans cela ça aurait été limite. Toutefois j'aurais aimé piloter plus longtemps aujourd'hui. Bien entendu, c'est normal de sortir le drapeau rouge pour nettoyer la piste après un accident et la sécurité doit toujours être la priorité. Mais au bout du compte, je pense que nous avons été trop précautionneux avec le fait de courir sous la pluie. C'est à nous, les pilotes, de ralentir suffisamment pour composer avec les conditions de piste. Nous devons nous adapter et ne pas dépasser la limite, exactement comme sur le sec."

Seizième sur la grille, Jolyon a pris le départ avec des pneus pluie neufs. Il s'est arrêté au neuvième tour pour un train neuf d'intermédiaires, puis au dix-septième tour pour un second train de pneus pluie neufs.

"Les conditions de cet après-midi étaient très difficiles et j'ai malheureusement dû abandonner après un contact avec Kvyat. J'avais du grip à ce moment-là en pneus pluie et j'étais plus rapide que les voitures me précédant en intermédiaires. Je voulais donc gagner des positions. La visibilité était si mauvaise que je ne voyais pas au-delà de mon volant. Je ne voyais pas où allait le virage, je savais juste qu'il y avait la pitlane et le muret des stands pas loin. En dehors de cela, je ne voyais rien. Devant moi, Kvyat était plus lent et je l'ai tapé. Sur l'ensemble du tour, la visibilité n'était pas si mauvaise et il y avait plusieurs endroits où nous partions en aquaplanage. Au sommet de la montée, il n'y avait pas de motricité et on ne savait pas si on était derrière quelqu'un. Il fallait deviner là où il fallait aller, au milieu de toute cette eau et des coulées traversant la piste. C'était vraiment compliqué!"

Frédéric Vasseur, Team Principal, conclut: "C'était un après-midi difficile pour l'équipe, avec une course délicate pour tout le monde. Le plus gros problème que nous ayons rencontré concerne la performance de notre voiture en pneus pluie. Nous n'étions pas en mesure d'aligner de long runs avec ces gommes et il fallait les changer pour des intermédiaires dès que possible. Mais à la fin, cela n'a pas été suffisant pour rentrer dans les points avec Kevin. Malheureusement, Jolyon a endommagé sa suspension avant en touchant Kvyat et nous avons dû le faire abandonner. Nous sommes maintenant tournés vers la dernière course de la saison à Abu Dhabi. J'espère que nous y trouverons de meilleures conditions!"
source: Nextgen-Auto.com

Esteban Gutiérrez est déçu d'avoir abandonné
Esteban Gutiérrez a vécu un début de course solide dans des conditions difficiles, mais il n'était toutefois pas dans les points au moment où sa voiture a rendu l'âme après des problèmes électriques. Le Mexicain a été vu en train de jeter ses gants au sol dans le garage Haas et de se disputer avec son directeur, Günther Steiner.

"C'était une course amusante, un peu pénible au début mais bien plus amusante quand nous avons roulé en pneus pluie" explique Gutiérrez. "Les conditions étaient délicates avec les deux types de gommes et il fallait avant tout garder la voiture sur la piste. Nous avions un bon rythme et je remontais dans le peloton, j'entrevoyais quelques points mais malheureusement j'ai eu des problèmes électriques."

"J'avais des problèmes de freins dans les virages, ce qui est très compliqué sur piste humide. L'équipe a fait de son mieux pour y remédier mais nous avons dû abandonner. Nous regardons maintenant vers l'avant et nous essaierons de faire au mieux pour la dernière manche de la saison."

Un commentaire qui tranche avec le Gutiérrez hors de lui que nous avons vu juste après son abandon.
source: Nextgen-Auto.com

Manor dépassé par Sauber dans le championnat
Aucune Manor ne termine dans les points aujourd'hui, mais ce n'est pas ce qui déçoit le plus les membres de cette équipe.

Ce sont en effet les deux points marqués par Sauber qui rend tout le monde triste chez Manor, car cette performance de Felipe Nasr éjecte Manor de la très lucrative 10ème place du Championnat des Constructeurs.

"Je suis très déçu et triste pour tous les membres de l'équipe", déclare Esteban Ocon. "Ce fut une course très difficile. Devait-elle avoir lieu? J'ai mon opinion, mais cela n'a aucune importance. Ils ont décidé que la course devait avoir lieu et nous devions donc la faire en faisant de notre mieux. Il y a eu quelques moments effrayants. J'ai vraiment eu de la chance de pouvoir éviter la Ferrari de Kimi (Räikkönen) au dernier moment."

"Les conditions de piste étaient effrayantes du début à la fin", confirme Pascal Wehrlein. "Même lorsque la pluie diminuait, il restait énormément d'eau sur la piste. J'étais en aquaplanage partout et il fallait du courage, mais pas trop, car si on terminait la course contre le mur, cela n'aurait servi à rien. La visibilité était aussi très mauvaise. Je ne suis pas pressé de revivre ça."
source: Nextgen-Auto.com

Dimanche noir pour Williams
L'écurie Williams espérait mieux de ce week-end que la 11ème place de Valtteri Bottas et l'abandon de Felipe Massa. Ce résultat lui fait en effet perdre le contact avec Force India dans le Championnat des Constructeurs.

"Ce fut une journée très difficile à cause des conditions très difficiles", déclare Valtteri Bottas. "J'ai essayé de garder ma voiture en un seul morceau et cela n'a pas été facile. Dommage que Force India marquent plus de points que nous et ce sera donc difficile pour nous à Abu Dhabi. Nous n'avons tout simplement pas eu de chance aujourd'hui avec notre stratégie."

Felipe Massa a bouclé aujourd'hui son dernier Grand Prix du Brésil, mais il l'a malheureusement fait un peu plus tôt que prévu en envoyant sa Williams dans les rails au 48ème tour.

"Il est difficile d'expliquer ce que je ressens", déclarait Felipe Massa après la course. "C'est un endroit très particulier pour moi, c'est incroyable ce que les gens ici au Brésil m'ont donné, mais aussi les gens du paddock et ceux avec je travaille. C'est vraiment un honneur pour moi de faire partie de ce monde. Je n'oublierai jamais ce jour. Ces gens feront partie de ma vie jusqu'à la fin de mes jours."

"Je veux remercier tout le monde dans le public, dans les stands, car ils m'ont apporté un grand soutien au cours de ces 15 dernières années. Je suis un peu triste, car je voulais terminer cette course pour eux. Malheureusement, je n'ai pas pu le faire et c'est peut-être mieux comme ça", ajoute le Brésilien.
source: Nextgen-Auto.com

Alonso est allé chercher un point sous la pluie
Les courses sous la pluie ont régulièrement permis à McLaren de se mettre en valeur, et les trombes d'eau qui ont arrosé le circuit d'Interlagos ce dimanche donnaient espoir à l'équipe anglaise de signer un bon résultat. Malheureusement, la course s'est avérée très compliquée pour les deux pilotes et Alonso n'a pu sauver qu'un point au prix d'une belle remontée lors des derniers tours après un tête à queue au 55ème des 71 tours.

"Je pense que nous espérions mieux aujourd'hui" regrette l'Espagnol. "Je suis parti 10ème et j'ai terminé 10ème alors qu'il y a eu des abandons devant moi, donc nous n'avons pas saisi toutes les chances qui se sont présentées. Les conditions étaient très compliquées, par moments c'était tout juste suffisant pour garder la voiture sur la piste. La visibilité était très mauvaise et l'évacuation de l'eau sur la piste était moyenne, j'ai eu de l'aquaplaning qui m'a empêché d'attaquer. Nous marquons toutefois un point et nous espérons bien finir la saison à Abu Dhabi."

Alonso s'est illustré par une belle lutte avec Vettel mais l'Allemand, après avoir dépassé la McLaren, a repris une trajectoire normale sans se soucier de l'Espagnol qui était à l'extérieur, et l'a forcé à passer hors piste.

De quoi mettre Alonso hors de lui: "Il y avait un dégagement en asphalte et je m'en suis servi, donc rien ne s'est produit. Mais s'il y avait eu un mur, j'aurais eu à choisir entre percuter le mur ou Vettel, et c'est sûrement ce que je ferai la prochaine fois. Je le percuterai et il perdra plus de points que moi. On s'en sort bien car on utilise les dégagements, mais il faudra un jour que quelqu'un le percute pour qu'il réalise que la piste est à tout le monde."

La journée de Jenson Button s'est avérée plus compliquée, après que l'Anglais a jonglé avec son choix de pneus tout au long de la course pour finalement avouer par radio qu'il ne comprenait rien au comportement de sa monoplace, que ce soit en intermédiaires ou en gommes pour la pluie.

"Après une telle course, nous devons retourner à l'usine et chercher ce qui ne va pas sur la voiture" déclare-t-il sceptique. "Lors des essais de vendredi, tout se passait bien, je me sentais bien au volant et dans les virages rapides, le train arrière était très précis. Hier, ça ne marchait plus, et aujourd'hui, les problèmes ont été amplifiés par les conditions."

"Quant aux décisions de relancer la course ou non, les conditions étaient très difficiles et il était compliqué de juger ce qui était bon et ce qui ne l'était pas, mais personne n'a été blessé et c'est l'essentiel. Terminer dernier n'est pas habituel pour moi dans ces conditions et ce n'est pas normal car je ne pense pas avoir oublié comment piloter sous la pluie."
source: Nextgen-Auto.com

Sainz marque les points de la 6ème place
Carlos Sainz espérait de la pluie et il n'a pas été déçu. Cette pluie l'a aidé à marquer les points de la sixième place, ce qui aurait été impossible à faire sur une piste sèche avec sa modeste Toro Rosso.

"Ma danse de la pluie a payé. Quelle course", s'exclame Carlos Sainz. "Je suis très content. Finir à la 6ème place en partant de la 15ème place sur la grille, c'est incroyable! Aujourd'hui il était surtout question de choisir la bonne stratégie. Je n'ai fait aucun arrêt et aucune erreur. C'était parfois très très difficile de garder la voiture sur la piste, surtout à cause de l'aquaplanage dans les virages 13 et 14. Ceci étant dit, j'ai vraiment apprécié cette course, j'aime beaucoup la pluie!"

Daniil Kvyat est moins heureux avec sa 13ème position à l'arrivée. "Quelle course de follie! Mon début de course a été bon et nous sommes passés aux pneus intermédiaires au bon moment, mais j'ai malheureusement eu une crevaison derrière la voiture de sécurité et je suis remonté en piste à la dernière place. Je n'ai pas baissé les bras mais après Palmer m'a heurté à l'arrière. Ma voiture était abîmée, mais nous avons décidé de poursuivre la course. Elle était malheureusement très difficile à piloter."
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo en retrait par rapport à Verstappen
Daniel Ricciardo a décroché la huitième place aujourd'hui au Brésil alors que son équipier Max Verstappen a conquis la plus petite marche du podium. Ricciardo doit bien le reconnaître, Max a fait du meilleur boulot que lui aujourd'hui.

"Cette course a été très difficile", déclare Daniel Ricciardo. "Entre les voitures de sécurité et les drapeaux rouges, je n'ai jamais eu l'occasion de remonter jusque dans le haut du classement. Chaque fois que je revenais sur une voiture, je n'y voyais plus rien. En plus de ça, j'ai eu des problèmes de visière. J'ai eu de la buée dès le premier tour et je devais l'enlever avec ma main, mais cela ne servait pas à grand-chose."

En fin de course, Daniel Ricciardo (en pneus intermédiaires) est rentré pour chausser des pneus pluie, comme son équipier Max Verstappen. Ces pneus ont donné des ailes à Verstappen, mais pas à Ricciardo...

"Le dépassement de Max? Il s'est retrouvé devant moi à la sortie du virage et je ne m'y attendais pas. Il a fait une très belle course, mais je ne peux pas vous dire pourquoi il était toujours devant moi. J'en ai beaucoup souffert", ajoute-t-il avec malice.
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen, de la 16ème place au podium en 16 tours!
Si certains de ses titres de pilote du jour ont semblé usurpés, celui obtenu aujourd'hui par Max Verstappen n'est pas volé! Le Néerlandais a montré une intelligence de course, une hargne, un rythme et une capacité à dépasser qu'aucun autre pilote n'a semblé posséder durant la course.

"C'était une course folle avec les deux drapeaux rouges, mais j'ai pu dépasser Nico quand on a relancé la course et j'avais un bon rythme qui m'a permis de suivre Lewis un moment" se remémore Verstappen. "J'ai ensuite eu une grosse frayeur dans le dernier virage et j'ai eu de la chance de ne pas percuter le mur. Ensuite, j'avais un bon rythme, nous avons décidé de chausser les pneus intermédiaires mais la pluie a redoublé après un seul tour et ça n'a pas fonctionné."

Une erreur stratégique qui l'a contraint à un arrêt supplémentaire et à une remontée folle de la seizième à la troisième place: "Nous avons dû changer de nouveau les pneus, je suis reparti seizième et je pensais que la course était terminée pour moi, mais j'ai continué à attaquer, à dépasser et à un moment j'ai entendu: 'Max tu es quatrième, continue', et terminer sur le podium est incroyable."

Verstappen a montré une aisance exceptionnelle sous une pluie battante et trouve une justification facile à cela: "Je suis Hollandais, je suis habitué à ces conditions, j'ai fait énormément de karting et de F3 sous la pluie. C'est une question de ressenti et quand la voiture est bonne on peut faire de bonnes choses."

Pour lui, le meilleur moment était son dépassement sur Rosberg. Il a en effet manœuvré à l'extérieur dans le troisième virage, au sortir de la première chicane, et s'est emparé de cette manière de la deuxième place.

"C'était génial car c'était pour la deuxième place, mais je dois revoir d'autres dépassements car j'en ai accompli beaucoup. Mais celui-ci était parmi mes préférés" avoue-t-il amusé, avant de reconnaître que la stratégie raté a ruiné ses chances de victoire mais "apporté beaucoup de plaisir, d'autant qu'on ne luttait pas pour le championnat."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton mécontent de la stratégie... de Red Bull
Lewis Hamilton est évidemment heureux d'avoir remporté le Grand Prix du Brésil mais il n'est pas ravi de voir son équipier terminer à la 2ème place. D'autant plus que Max Verstappen avait réussi à dépasser l'Allemand.

Cela aurait arrangé les affaires du Britannique au Championnat du monde. Au lieu de compter 12 points de retard, l'écart aurait pu être de 9 seulement.

Alors Hamilton s'en prend à Red Bull!

"C'est incroyable de voir ça! Quand est-ce qu'ils vont arrêter de faire ce genre d'erreurs grossières? Passer les intermédiaires? Je ne comprends pas. Il n'y a pas eu un seul moment où l'état de la piste le justifiait, d'autant plus que davantage de pluie allait arriver", observe le pilote Mercedes.

"A aucun moment la piste n'était bonne pour les intermédiaires. Alors quand l'équipe m'a dit que certains pilotes s'arrêtaient pour mettre ces pneus je me suis dit qu'ils étaient fous, qu'ils n'auraient aucune possibilité de les faire tenir. Et j'ai eu raison. Mais je ne peux rien y faire."

"Verstappen a tout de même fait une bonne course et est remonté en 3ème place... derrière Nico. Ce serait bien s'ils faisaient les bons choix lors de la prochaine course."
source: Nextgen-Auto.com

Räikkönen termine sa course dans le mur
Kimi Räikkönen se battait avec Max Verstappen pour la troisième place lorsqu'il perdit le contrôle de sa voiture avant de l'envoyer dans les rails de la ligne droite des stands. Cela s'est passé juste après l'intervention de la dernière voiture de sécurité.

"Sur la piste, il y avait un aquaplanage de folie", déclare Kimi Räikkönen. "J'ai failli partir à la faute plus d'une fois à la sortie du virage 4, mais après dans la ligne droite, je n'ai pas réussi à garder le contrôle de la voiture et j'ai touché le mur. J'ai eu de la chance que personne ne me percute. Sous ces conditions tout pouvait arriver."

"Ce n'était pas la journée idéale pour maintenir les pneus à la bonne température et lorsqu'on roule aussi longtemps derrière la voiture de sécurité, les choses ne peuvent qu'empirer. J'ai fait un tas de courses en F1 et je peux vous que celle-ci était très difficile", ajoute le champion finlandais.
source: Nextgen-Auto.com

Force India et Pérez manquent le podium de peu!
Malgré un début de week-end difficile et une qualification frustrante, l'équipe Force India a profité d'une bonne stratégie et de l'aisance de ses pilotes dans des conditions compliquées pour aller chercher 18 points et s'assurer quasiment la quatrième place du championnat. Sergio Pérez rate le podium de peu mais l'équipe possède maintenant 27 points d'avance sur Williams.

"Quelle course tendue et amusante!" déclare Pérez. "C'est dommage de perdre le podium dans les deux derniers tours mais Max avait un autre rythme, il était le plus rapide en piste et je n'ai rien pu faire. Même si je suis déçu, nous pouvons célébrer une nouvelle course réussie et un résultat incroyable, surtout compte tenu des conditions."

"Franchir la ligne d'arrivée sur une telle course est déjà une victoire en soi, et cette quatrième place est un résultat important. Il était facile de faire des erreurs, le risque d'aquaplaning était présent sans arrêt et à chaque passage sur la ligne je poussais un souffle de soulagement. C'est un beau résultat, pas seulement pour moi mais pour l'équipe dans la lutte pour la quatrième place. Tout peut encore arriver à Abu Dhabi mais nous pouvons être heureux du résultat."

Nico Hülkenberg a vécu une course plus difficile après avoir percuté un débris de la Ferrari de Kimi Räikkönen lors de l'accident de ce dernier, il a ensuite été victime d'une crevaison qui l'a forcé à repasser par les stands. L'Allemand marque toutefois les points de la septième place pour compléter le beau résultat de l'équipe indienne.

"C'était une course intense et je ne sais pas si je dois rire ou pleurer car je pense qu'un podium était possible aujourd'hui" tempère-t-il. "J'avais une grande confiance au volant, je me sentais bien et j'avais le rythme pour attaquer et dépasser. Il y a eu des moments effrayants, surtout au moment de l'accident de Kimi devant moi. Des débris ont heurté ma voiture et fait des dégâts. Je n'en ai pas souffert mais j'ai eu une crevaison et elle m'a renvoyé à l'arrière du peloton. Sans cela, qui sait où j'aurais fini? Je suis heureux et fier de l'équipe et de moi, nous avons fait du très bon travail et avons juste manqué de chance."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel décroche la 5ème place avec de la chance
Sebastian Vettel a terminé le Grand Prix du Brésil à la cinquième place, mais il aurait pu lui aussi terminer sa course contre un mur comme son équipier Kimi Räikkönen. L'Allemand a eu plus de chance que le Finlandais...

"La première partie de la course n'a pas été idéale pour moi", déclare Sebastian Vettel. "Il y avait de l'aquaplanage, j'ai fait un tête-à-queue, mais il y a eu d'autres choses, d'autres erreurs, mais finalement, je m'en suis sorti. Ensuite, j'ai eu du mal à remonter, car les dépassements étaient difficiles, notamment celui de Carlos Sainz. Il m'a fallu beaucoup de tours avant que je me sente à l'aise au volant de la voiture."

Une fois de plus, Sebastian Vettel a eu du mal avec Max Verstappen. Il accuse le jeune néerlandais de l'avoir poussé hors de la piste...

"Nous étions l'un à côté de l'autre et il m'a vu. Peut-être qu'il était plus rapide que moi, mais peu importe, je pense que son dépassement sur moi n'a pas été correct. Tout pouvait arriver aujourd'hui, je ne suis pas le seul à avoir été victime d'aquaplanage, mais heureusement je n'ai provoqué aucun accident", ajoute le champion allemand.
source: Nextgen-Auto.com

Rosberg se contente de la deuxième place
En retrait de son équipier tout au long du Grand Prix du Brésil, Nico Rosberg a joué la prudence et a assuré la deuxième place lui permettant de garder la tête du championnat avant la dernière manche, dans deux semaines à Abu Dhabi. La pluie ne l'a pas incité à tout tenter pour aller chercher une victoire qui lui aurait assuré le titre.

"La victoire n'était pas pour moi aujourd'hui, Lewis a fait un très bon travail" concède Rosberg. "Les conditions étaient très compliquées donc je peux me contenter de la deuxième place. Les conditions étaient délicates mais au final, la direction de course a fait du bon travail, ce n'était pas simple."

Rosberg s'est illustré par un grand moment de frayeur, lorsqu'il a perdu le contrôle de sa Mercedes dans la montée vers la ligne de départ et l'a rattrapée de justesse: "Tout s'est bien passé, je suis resté en piste!"
source: Nextgen-Auto.com

Nasr - 2 points qui valent 40 millions de dollars!
Manor a bien failli consolider sa 10ème place au Championnat des Constructeurs, avec ses deux voitures dans les points en début de course. Mais Felipe Nasr a tenu bon lors de la deuxième partie du Grand Prix du Brésil.

Le Brésilien, à domicile, a glissé de la 6ème à la 9ème place en fin de course, ce qui lui permet de marquer 2 points. Deux points qui valent 40 millions de dollars pour Sauber, qui repasse ainsi devant Manor.

"C'est incroyable, c'est comme un rêve qui devient réalité. Je ne pouvais pas imaginer mieux que marquer ces deux points lors de ma course à domicile", explique Nasr.

"J'ai espéré toute la course qu'elle soit arrêtée avant son terme, quand j'étais mieux classé. Mais je suis très heureux pour l'équipe. Ces deux points signifient beaucoup pour tout le monde."

"Cela faisait longtemps que je n'avais pas marqué de point en F1. C'est génial, c'est comme une victoire dans cette saison difficile pour nous."

Marcus Ericsson a lui été le premier pilote à abandonner une fois la course lancée.

"Je suis sorti à haute vitesse. Je vais bien, il n'y a pas de problème pour moi. Sur la piste ça allait à peu près sauf dans le dernier secteur, avec beaucoup de flaques d'eau qui stagnaient. C'est là où j'ai perdu la voiture, quand je suis parti en aquaplaning. Plusieurs pilotes ont perdu le contrôle alors qu'on est quasiment en ligne droite à cet endroit."
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen a brillé sous la pluie
Max Verstappen ne s'est pas ennuyé en course aujourd'hui. Il a souvent menacé la deuxième place de Nico Rosberg avant de commettre une erreur stratégique qui aurait pu lui faire tout perdre.

Mais le jeune pilote néerlandais est remonté du fond du classement vers la troisième place à l'arrivée.

"Cette course a été incroyable, les conditions étaient difficiles et il y a eu des drapeaux rouges", raconte Max Verstappen. "C'était très glissant, surtout dans la dernière ligne droite. Lors de la dernière relance de la course, j'ai dépassé Nico (Rosberg) et ensuite je me suis fait une grosse chaleur en touchant un vibreur. J'ai réussi à éviter les rails et j'ai pu continuer en gardant ma deuxième place."

"Ensuite, nous avons décidé de monter des pneus intermédiaires, mais malheureusement, il a recommencé à pleuvoir. Je crois que je suis remonté en piste en 14ème ou 15ème position et j'ai fait quelques beaux dépassements pour remonter vers le podium", ajoute-t-il.
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton - Une course très facile!
Lewis Hamilton a clairement joué la provocation sur le podium du Grand Prix du Brésil. Le Britannique affirme avoir eu la partie très facile en tête de la course... alors que les autres pilotes ont bien souffert sous la pluie!

"J'ai juste eu à bien gérer ma course devant. Et quand il pleut, en général, ça se passe bien pour nous. Ca a été une course très facile", lance Hamilton.

Le Britannique réduit son écart à 12 points au championnat mais il n'a toujours pas son destin entre les mains.

"Je suis encore le chasseur et je vais tout donner à Abu Dhabi comme je l'ai fait ici. La fiabilité est enfin avec moi et les résultats démontrent ce que je peux faire."

"Je vais tout donner, vraiment tout. Mais pour le moment je veux juste savourer cette victoire. C'était mon rêve que d'être en haut de ce podium depuis que j'ai vu Ayrton Senna gagner ici."

Hamilton en dit plus, après un moment d'émotion...

"C'est la course que je rêvais de gagner depuis très, très jeune. C'est surréel d'être ici et de gagner et je ne vais mesurer la portée de cette victoire que plus tard."

"Le Brésil est un Grand Prix très difficile à gagner. Aujourd'hui c'était le plus difficile avec la pluie et l'aquaplaning. Mais malgré ça, ça a été une course très facile à gérer, peut-être la plus facile de ces 10 dernières années!"
source: Nextgen-Auto.com

Max Verstappen élu 'Pilote du Jour' du GP du Brésil
C'est Lewis Hamilton qui a remporté le Grand Prix du Brésil mais c'est bien Max Verstappen qui a été récompensé par les fans pour sa super remontée en de fin et a été élu Pilote du Jour.

Le Hollandais a profité de pneus plus frais lors des derniers tours pour remonter plus de 10 places et finir sur le podium, derrière les deux Mercedes.

C'est la 8ème fois que le pilote Red Bull reçoit cette récompense honorifique cette saison!

Rappel des pilotes élus lors des précédentes courses:

Australie - Romain Grosjean
Bahreïn - Romain Grosjean
Chine - Daniil Kvyat
Russie - Kevin Magnussen
Espagne - Max Verstappen
Monaco - Sergio Pérez
Canada - Max Verstappen
Europe - Sergio Pérez
Autriche - Max Verstappen
Grande-Bretagne - Max Verstappen
Hongrie - Kimi Räikkönen
Allemagne - Daniel Ricciardo
Belgique - Lewis Hamilton
Italie - Nico Rosberg
Singapour - Sebastian Vettel
Malaisie - Max Verstappen
Japon - Max Verstappen
Etats-Unis - Max Verstappen
Mexique - Sebastian Vettel
Brésil - Max Verstappen
source: Nextgen-Auto.com

GP du Brésil - Course
Au terme d'une course largement perturbée par la pluie, et marquée par plusieurs accidents et neutralisations, Lewis Hamilton maintient encore ses espoirs de titre mondial en s'imposant devant Nico Rosberg et Max Verstappen, auteur d'une dernière remontée pour décrocher le podium.

Les premières péripéties sont survenues avant même le départ de la course, le peloton perdant Romain Grosjean (Haas), accidenté dans le tour de sortie des stands pour rejoindre la grille, après avoir perdu le contrôle de sa VF-16 dans la remontée vers la ligne de départ.

Après un report de la procédure de dix minutes, le coup d'envoi de l'épreuve est finalement donné sous régime de voiture de sécurité. La Safety-Car emmène Lewis Hamilton durant sept tours avant de relâcher la meute, et derrière le Britannique et son équipier Nico Rosberg, Max Verstappen (Red Bull) prend tout de suite le meilleur au freinage du premier virage sur la Ferrari de Kimi Räikkönen et s'empare de la troisième position derrière les deux Mercedes.

Si plusieurs pilotes tentent rapidement le pari des gommes intermédiaires, dans le trio de tête, Hamilton, Rosberg et Verstappen poursuivent leur effort, l'Allemand estimant que le changement de gommes n'est pas pertinent.

Les erreurs restent effectivement possibles, comme en témoigne le tête-à-queue de Sebastian Vettel (Ferrari) après le dernier virage dans son 11ème tour. Le quadruple Champion du monde peut repartir et rentre dans la foulée pour passer les pneus intermédiaires. Un arrêt prolongé pour le pilote Ferrari, avec une perte de temps importante au moment de fixer la roue arrière gauche.

Le premier déploiement de la voiture de sécurité intervient au 13ème tour, après l'erreur de Marcus Ericsson dans la remontée vers la ligne d'arrivée. Daniel Ricciardo et Max Verstappen (Red Bull) en profitent alors pour repasser par les stands.

Le Néerlandais chausse les gommes intermédiaires, alors que l'Australien semble être rentré au moment où la pitlane était déclarée fermée. Une enquête est ouverte par la direction de course qui aboutira à une pénalité de cinq secondes pour le vainqueur du Grand Prix de Malaisie.

La voiture de sécurité reste en piste jusqu'à la fin du 19ème tour avant de relâcher le peloton... pour quelques instants seulement, Kimi Räikkönen partant à la faute dans la ligne droite des stands, et obligeant la direction de course à neutraliser la course sous régime de drapeau rouge. Le Finlandais s'en sort bien, plusieurs monoplaces, dont celles de Verstappen et Esteban Ocon (Manor), manquant de percuter la SF16-H immobilisée en piste.

A la reprise, tous les pilotes repartent en pneus maxi-pluie et Hamilton emmène le peloton devant Rosberg, Verstappen, Hülkenberg (Force India), Pérez (Force India), Sainz (Toro Rosso), Nasr (Sauber), Ricciardo et les Manor de Ocon et Wehrlein qui pointent aux 9ème et 10ème rangs.

Hülkenberg s'arrête sous régime de voiture de sécurité en raison d'une crevaison à l'arrière-droit sur sa VJM09, permettant à Alonso d'intégrer le Top 10. Mais la direction de course ne relance finalement pas l'épreuve, déployant à nouveau le drapeau rouge sous les sifflets et les protestations du public pauliste.

Après plusieurs minutes de neutralisation, la voiture de sécurité revient enfin en piste avant de s'effacer à la fin du 31ème passage, dans des conditions ne s'améliorant pas. Si Hamilton conserve les commandes de la course sans problème, Verstappen dépasse en sortie des S de Senna la seconde Mercedes de Nico Rosberg par l'extérieur. De son côté, Ricciardo remonte en cinquième position en passant Carlos Sainz.

Le Néerlandais ne parvient pas à mettre Hamilton sous pression et se fait surprendre dans la remontée vers la ligne d'arrivée, mais réussit à ne pas percuter le mur. Le pilote Red Bull conserve également sa deuxième place face à Nico Rosberg.

Ricciardo s'immobilise pour chausser les gommes intermédiaires à la fin du 40ème tour, tout en observant sa pénalité de cinq secondes reçue plus tôt dans la course. L'Australien réalisera rapidement le meilleur tour en course, entraînant Verstappen à changer également de gommes. Rosberg récupère dans le 44ème tour la deuxième place, quand le Néerlandais reprend la piste en cinquième position.

En tête, Hamilton possède une marge confortable sur Rosberg, qui se fait une grosse frayeur en début de montée après le dernier virage, mais la course est à nouveau neutralisée sous régime de voiture de sécurité, après l'accident de Felipe Massa, une nouvelle fois dans la montée finale. Le Brésilien s'en sort indemne mais doit quitter son public de São Paolo pour son dernier Grand Prix à domicile.

Au terme des 71 tours au programme, Lewis Hamilton s'impose pour la première fois au Brésil. Le triple Champion du monde revient ainsi à douze points de Nico Rosberg, deuxième ce dimanche, avant le dernier rendez-vous d'Abu Dhabi dans quinze jours.

Le podium est complété Max Verstappen, auteur d'une dernière chevauchée après son arrêt pour repasser les gommes maxi-pluie, en se débarrassant de Sergio Pérez, Sebastian Vettel et Carlos Sainz.

Nico Hülkenberg termine septième devant Daniel Ricciardo. Felipe Nasr conclut en neuvième position et offre ses premiers points à Sauber en 2016. Esteban Ocon manque d'un rien de signer ses premiers points en F1, et termine 12ème, après avoir cédé en fin d'épreuve face à Fernando Alonso, pourtant parti à la faute lors de la dernière relance derrière le Safety-Car. (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Grosjean - De héros à zéro en 24 heures...
Romain Grosjean a été la première victime du Grand Prix du Brésil, avant même le départ de la course.

Le Français est parti en aquaplaning lors d'un tour de reconnaissance, avant la mise en grille.

Le pilote Haas s'est pris le casque entre ses mains, très déçu, en sortant de sa voiture et a admis sa déception au micro de 'Canal +'.

"C'est un moment très dur, on a fait une très bonne qualification hier et tout ça, c'est réduit à zéro. On passe de héros à zéro en moins de 24 heures", explique-t-il.

Grosjean était à la peine pour expliquer ce qui s'est passé.

"Je n'en sais rien, je n'étais même pas à fond! Je perds l'arrière de la voiture... merci, au revoir. Sur les données, on voit les deux roues arrière en patinage d'un coup."

Le Français en profite pour égratigner Pirelli au passage.

"On sait qu'avec les Pirelli, c'est loin d'être top sous la pluie. C'est vraiment dommage car on avait un bon coup à jouer."

"Je me sens terriblement désolé pour l'équipe et les gars. Mais je ne pouvais rien contrôler. Je suis désolé mais les conditions sont terribles aujourd'hui."
source: Nextgen-Auto.com

Rosberg, Champion du monde ce soir si...
Nico Rosberg a une grande chance de remporter son premier titre de Champion du monde ce soir au Brésil.

Avec 19 points d'avance sur 50 qui restent à distribuer, les scénarios qui peuvent couronner l'Allemand dès Interlagos sont nombreux.

Rosberg peut même réussir à être titré s'il termine 6ème... sous certaines conditions. Passons ses possibilités en revue afin de les garder en tête lors de la course:

Nico Rosberg devient Champion du monde si:

- Il gagne, quel que soit le résultat de Lewis Hamilton
- Il termine 2ème et Lewis Hamilton ne fait pas mieux que 4ème
- Il termine 3ème et Lewis Hamilton ne fait pas mieux que 6ème
- Il termine 4ème et Lewis Hamilton ne fait pas mieux que 8ème
- Il termine 5ème et Lewis Hamilton ne fait pas mieux que 9ème
- Il termine 6ème et Lewis Hamilton ne fait pas mieux que 10ème
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton espère que le Grand Prix du Brésil ne disparaîtra pas
Bien que des doutes pèsent sur l'avenir du Grand Prix du Brésil, notamment en raison de la situation économique et politique du pays, la manche d'Interlagos reste un grand classique du calendrier et serait une vraie perte pour la Formule 1 en cas de retrait. Les améliorations apportées aux infrastructures du circuit ne garantissent pas son avenir.

"Je ne sais pas ce qu'il en est pour les organisateurs mais je suis au courant de la bataille des citoyens brésiliens au sujet de l'économie du pays, et j'espère que malgré tout ce qu'il s'y passe, les choses s'arrangeront. C'est une course que nous devons conserver, elle fait partie de l'histoire de la Formule 1 et c'est l'une des pistes classiques que nous ne devons pas perdre" déclare Lewis Hamilton.

Le grand nombre de spectateurs présents sur le circuit durant le week-end du Grand Prix est une preuve de son image pour le pilote Mercedes: "Les fans sont au centre de la réussite d'un Grand Prix. Il y a des courses où nous nous rendons et où il n'y a pas le tiers du nombre de spectateurs présents ici. J'espère vraiment que la course restera, mais je comprends aussi que ça coûte beaucoup d'argent et que de telles sommes pourraient être très utiles pour ce pays et ses habitants."
source: Nextgen-Auto.com

Grosjean se crashe dans le tour de mise en grille!
Les conditions pluvieuses sont bien présentes sur le circuit d'Interlagos et Romain Grosjean en est déjà victime avant même le départ!

Dans un tour de reconnaissance, avant de rejoindre la grille de départ, le Français a perdu le contrôle de sa voiture dans la ligne droite (en courbe) qui remonte vers la ligne d'arrivée.

Malheureusement sa Haas VF-16 est endommagée au niveau de l'avant-gauche. Grosjean, qualifié 7ème, est donc forfait pour ce Grand Prix. Une énorme déception pour lui et son équipe Haas.
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo ne compte pas se retenir d'attaquer en course
A deux courses de la fin du championnat, les avis sont partagés quant à la voie royale qui doit être ouverte aux pilotes Mercedes, en lutte pour le titre mondial. Si certains observateurs ont suggéré qu'aucun pilote ne devrait se mêler à la lutte, les principaux intéressés se sont montrés plus ouverts à l'idée de subir les attaques des concurrents. Parmi ces derniers, l'heure est à la prudence mesurée, à l'image de Daniel Ricciardo qui compte attaquer s'il le peut, sans toutefois jouer les kamikazes.

"S'il y a une victoire à la clé, je ferai ce qu'il faut. Encore une fois, je ne suis pas un kamikaze et je ne percuterai pas mes concurrents, mais si je sens que j'ai une opportunité et que je peux garder l'avantage après, je tenterai le dépassement" explique l'Australien. "Ce n'est pas juste de demander le contraire, la dernière chose que je veux faire est de devoir me retenir et regarder la course se dérouler sous mes yeux. Si nous sommes à la hauteur des Mercedes en course, cela voudra très certainement dire qu'il pleut, mais si je sens que je peux tenter quelque chose sans risquer l'accident, je le ferai."

"Nous sommes ici pour faire la course, et ça n'a aucun sens de nous demander de rouler tranquillement et regarder les Mercedes se battre. Si l'on peut se battre avec leurs pilotes, cela fait partie du championnat, nous garderons l'enjeu dans un coin de notre tête mais ça ne changera pas grand-chose."

Ricciardo assure ne pas comprendre une telle demande: "Je le comprends d'un point de vue du respect, mais en quoi est-ce différent que si on le faisait à Melbourne? En début de saison, tout le monde se bat en essayant de signer le meilleur résultat. Dans un sens, si l'on refuse de les attaquer ou de saisir une chance qui se présente, on modifie le championnat. Il est une addition de toutes ces courses et ce qui doit se passer, se passera."
source: Nextgen-Auto.com

Marko s'entretient avec Wolff à propos du coup de fil à Jos
L'appel que Toto Wolff a passé à Jos Verstappen a décidément bien secoué le clan Red Bull. Cet acte (banal?) a provoqué une rencontre entre Helmut Marko et Wolff à Interlagos, tard samedi soir.

Le responsable Red Bull en est ressorti satisfait, fier d'avoir fait encore régner son autorité.

"Il y a eu une discussion claire. Nous avons arrangé cela."

Mais du côté du directeur de l'écurie Mercedes, il y a un tout autre son de cloche.

"Quand des choses sont mal comprises par une autre équipe, ils n'ont pas besoin de moi, mais d'un psychiatre" affirme Wolff exaspéré.

"Apparemment il y a certaines personnes qui sont paranoïaques. Mais ça, c'est leur propre problème."

Pour l'homme de 44 ans, c'est bien à titre personnel et non professionnel qu'il a appelé le père de Max Verstappen.

"Ce n'était pas un conseil pour Max. C'était juste une discussion entre deux passionnés. Max a le droit de faire ce qu'il veut. Il est normal que les autres ne roulent pas différemment, parce que nous luttons pour le titre. Ça ne les regarde pas. Je veux juste une finale de saison grandiose et non une énorme controverse", conclut-il.
source: Nextgen-Auto.com

La 2ème place convoitée par Ferrari va certainement revenir à Red Bull
Red Bull et Ferrari auront lutté toute la saison pour la deuxième place du Championnat des Constructeurs et à deux courses de la fin, il faudrait deux doublés de la Scuderia pour qu'elle échappe à Red Bull. Une performance qui ne laisse pas de marbre après un début de saison délicat pour l'équipe autrichienne.

""Elle représenterait une énorme réussite de toute l'équipe" reconnaît Christian Horner. "Nous avons commencé la saison en nous disant que terminer dans les cinq premiers serait difficile, mais les gars ont crée une voiture fabuleuse. Les employés de Renault ont fait un très bon travail sur le moteur durant l'hiver et notre saison a été de mieux en mieux. Avoir déjà signé 14 podiums et 2 victoires, dont la première de Max à Barcelone et un doublé en Malaisie, et devancer Ferrari au championnat représente une saison exceptionnelle pour l'équipe."

Après une saison 2015 réussie, Ferrari se voyait déjà mettre à mal la domination de Mercedes et alors qu'elle avait remporté 3 victoires en 2015, le compteur de la Scuderia n'est toujours pas ouvert après 19 des 21 courses de la saison.

"Je pense qu'il faut se rappeler..." réfléchit Maurizio Arrivabene, "ce n'est pas une excuse mais Red Bull nous a distancé lorsque nous avons perdu des places sur la grille car quand on prend le départ depuis plus haut sur la grille, les choses changent. Ceci dit, ils ont été très forts comme l'a dit Christian, et nous sommes en dessous de nos objectifs. Je l'ai dit plusieurs fois, nous n'abandonnons pas, ce sera dur mais le championnat n'est pas terminé."

Il faut toutefois reconnaître que la mission s'annonce plus que compliquée, pour ne pas dire impossible.
source: Nextgen-Auto.com

Wolff place Ricciardo devant Vettel dans son 'top pilotes'
Toto Wolff, le patron de Mercedes en Formule 1, est presque de l'avis de Fernando Alonso lorsqu'il s'agit de désigner le meilleur pilote actuel de la catégorie reine.

Récemment, le double Champion du monde avait cité Daniel Ricciardo comme le pilote le plus impressionnant du moment.

Lorsque l'on demande à Wolff d'évoquer son Top 3, il place l'Australien dedans.
"Alors au hasard je dirais déjà Lewis Hamilton et Nico Rosberg (ses deux pilotes). Et en troisième position, je mets... Avant le Grand Prix du Mexique, je pense que j'aurais dit Sebastian Vettel mais après cette course, je penche davantage pour Daniel Ricciardo. Je fais ce choix en raison d'un package talent de pilote-personnalité. Je ne vais pas dire que l'attitude de Vettel m'a déçu car il n'est pas chez Mercedes et que ce n'est donc pas mon problème", confie Wolff au Figaro.

Quant au plus prometteur parmi les jeunes, l'Autrichien reste sur la réserve sans donner d'ordre précis.

"Je ne peux pas dire qui est le plus prometteur, mais je vois des jeunes qui arrivent aujourd'hui en Formule 1 et qui me semblent avoir clairement le potentiel pour être Champion du monde un jour. Parmi eux, je citerai les noms de Stoffel Vandoorne, qui roulera chez McLaren la saison prochaine, Esteban Ocon, et Pascal Wehrlein, que je trouve très bien. Ce sont les trois que je vois faire une grande carrière."
source: Nextgen-Auto.com

Esteban Ocon ne pourrait pas être plus heureux
Moins de trois mois après sa nomination au poste de pilote titulaire pour l'équipe Manor, en août dernier, Esteban Ocon a paraphé un contrat le liant à Force India pour plusieurs saisons, à partir de l'année prochaine. Une très belle opportunité au sujet de laquelle il s'est confié auprès du site officiel de la Formule 1.

"J'en suis ravi! Tout s'est passé cette semaine, quand j'ai signé" se rappelle le Français. "J'ai su à ce moment que c'était réel et que ce n'était pas qu'un conte de fées! J'ai tendance à ne croire que ce que je vois et mettre mon nom sur ce papier me l'a confirmé."

"J'étais à l'usine Force India la semaine dernière, mais à ce moment-là, je n'étais pas sûr que ça se produirait vraiment, il a fallu attendre mercredi. J'ai précisément signé un contrat qui dit que Mercedes valide mon transfert. C'est Force India qui me donne cette chance, Mercedes gère seulement ma carrière et n'a aucun pouvoir de décision au sein de Force India" précise-t-il, puisqu'il est un pilote Mercedes avant d'être membre de Manor ou Force India. Il a toutefois grandement marqué cette dernière.

"Il est vrai que je n'ai pas beaucoup d'expérience puisque mon arrivée en F1 remonte au milieu de saison. J'imagine que ce sont mes progrès qui ont joué en ma faveur, ainsi que mes deux séances avec l'équipe l'an dernier. Les deux s'étaient bien passées! J'avais roulé juste après la Mercedes et je me rappelle en Autriche que c'était compliqué, avec une météo variable, mais je les ai vraisemblablement convaincus."

Et c'est également face à Pascal Wehrlein qu'il a su se mettre en avant pour décrocher une promotion qui semblait promise à l'Allemand: "Je ne peux pas vraiment faire de commentaire sur leur choix. C'est une question à laquelle l'équipe doit répondre, je peux simplement dire que j'en suis très heureux."

"La F1 est un sport et les équipes choisissent les pilotes selon ce qu'elles pensent du potentiel du pilote. J'ai un contrat de deux ans qui est signé entre Mercedes, Force India et moi."

Passer du deuxième baquet de la plus petite équipe en Formule 1 à celui de l'équipe qui est désormais la meilleure des autres, derrière les trois équipes de pointe, n'est pas un petit défi à relever. Ocon réalise-t-il les attentes qui seront placées en lui?

"Je le sais! Je suis conscient que Force India a désormais une image incroyable à défendre! Cela dépendra en grande partie des performances de la nouvelle voiture et de la hiérarchie qui en découlera."

Avant d'être pressenti chez Force India et que la rumeur s'avère réelle, Ocon était une piste principale pour Renault qui envisageait une sorte de prêt de la part de Mercedes, mais le constructeur français s'est vraisemblablement rétracté pour ne pas former un jeune pilote qui appartient à la concurrence.

"Je confirme qu'il y a eu des discussions mais je ne peux pas dire ce qui n'a pas fonctionné. Pour être honnête, le plus important pour moi est d'avoir un volant pour l'an prochain, et la qualité de ce volant, avec une équipe qui occupe la quatrième place du championnat! Si je fais un point sur ma carrière, je suis en avance sur mon propre calendrier puisque j'espérais rejoindre la F1 en 2017, alors que j'y suis déjà et que l'an prochain, je serai dans une équipe compétitive!"
source: Nextgen-Auto.com

Helmut Marko souhaite lui aussi moins de règles
Depuis cette année, un vent d'anarchie semble s'être levé sur le paddock. Plus les règles se sont multipliées, plus le nombre de détracteurs de cette sur-réglementation a augmenté.

Le consultant de Red Bull, Helmut Marko, fait partie de ce groupe d'irréductibles, qui compte bien faire bouger les choses lors de la prochaine rencontre du Groupe Stratégie.

Trop réglementer enlève toute la saveur de la F1 selon lui. Le récent exemple du Grand Prix du Mexique est un des meilleurs exemples pour illustrer son avis.

"Les 4 derniers tours du Grand Prix ont été les meilleurs de toute la saison. Et nous parlons de quoi? De pénalités, de protestations, d'appel avec 2 semaines de retard. C'est ainsi qu'on anéantit le sport."

L'ancien pilote a une devise très claire à ce sujet: "Laissez les pilotes rouler. Il en ressort aussi du bon sport."

Pour Marko, le problème débute déjà avec les discussions interminables sur les limites de la piste.

"Nous avons besoin de quelque chose sur la piste, qui pénaliserait automatiquement celui qui sortirait des limites. Bacs à gravier, chicanes artificielles dans les voies de dégagement comme à Monza, peu importe. Alors nous n'aurions plus besoin de discuter sur qui de Hamilton ou de Verstappen doit être puni ou pas. S'il y a un bac à gravier, Hamilton se retrouve finalement à la 6ème ou 7ème place, soit parce qu'il perd trop de temps ou parce qu'il a trop de saletés sur ses pneus."

Les discussions qui ont eu lieu sur ce qu'il s'est passé entre Vettel et Ricciardo, lors du dernier Grand Prix, exaspèrent également l'Autrichien, même si, au final, c'est bien à son poulain que la 3ème place a été attribuée. Marko a été bien avant cet incident un farouche opposant de la réinterprétation des règles de dépassements.

"Nous n'avons pas besoin de règles pour les duels. Les pilotes devraient régler cela entre eux. Et s'ils vont trop loin, ils se punissent aussi eux-mêmes. Celui qui provoque un accident n'arrive pas à destination. Ricciardo et Vettel sont le meilleur exemple. Ils se sont punis par leur propre duel, parce qu'ils ont terminé finalement trop loin de Verstappen, au point qu'ils ne pouvaient plus le rattraper. La prochaine fois, ils feront plus attention."
source: Nextgen-Auto.com

Kimi Raikkonen bientôt papa pour la 2e fois
Kimi Räikkönen finit la saison 2016 sur les chapeaux de roue et a de nouveau pris l'avantage sur Sebastian Vettel, hier, lors des qualifications.

C'est de bon augure pour son 250ème départ en Grands Prix, qu'il prendra tout à l'heure à Interlagos.

Le Finlandais, très souriant, a même souhaité un bon anniversaire à sa femme, Minttu, depuis le Brésil. Un geste rare pour Iceman qui ne se confie que rarement en public.

Les bonnes nouvelles ne s'arrêtent pas là pour le pilote Ferrari: Minttu attend le 2ème enfant du couple! Kimi Räikkönen sera donc à nouveau bientôt papa. Leur premier enfant, Robin, a déjà presque 2 ans.
source: Nextgen-Auto.com

Massa très ému pour sa dernière course à domicile
Felipe Massa va disputer sa dernière course à domicile en Formule 1 ce dimanche avec beaucoup de fierté, de passion et aussi un peu soucieux de l'avenir du Brésil pour le sport duquel il est tombé amoureux alors qu'il n'était qu'un enfant dans la foule de spectateurs à Interlagos.

Adolescent, il débuté dans le paddock de São Paulo en 1998, en livrant de la nourriture pour les restaurants.

Depuis Massa a fait beaucoup de chemin, avec le parcours que l'on connait. Mais aucun Brésilien n'a gagné en F1 depuis Rubens Barichello en Italie en 2009, et il se peut qu'il faille attendre longtemps avant qu'un autre le fasse, avec un pays en crise et peu de candidats qui parviennent à la catégorie reine.

L'année prochaine, la course à Interlagos figure de manière provisoire au calendrier, tandis que Felipe Nasr, le seul Brésilien susceptible de piloter en F1, n'a pas encore été confirmé par Sauber.

"C'est une période vraiment difficile pour le Brésil et une période vraiment dure pour nos pilotes" déclare Massa, qui lui-même est plus enclin à orienter son jeune fils Felipinho vers le football.

"Ce serait bien, si Felipe (Nasr) peut rester. Malheureusement, même s'il parvient à rester, il ne va pas être dans une bonne équipe. D'autres pilotes? Je ne parviens pas à voir un nom émerger pour le moment. J'espère vraiment que nous pourrons avoir un nouveau nom, parce que le Brésil a toujours été très fort en Formule 1. Nous avons toujours eu un pilote brésilien depuis qu'Emerson (Fittipaldi) a commencé (en 1970)."

Le titre de Champion du monde a échappé à Massa d'un seul point en 2008 alors qu'il pilotait pour Ferrari, mais il y a déjà donné à ses fans à domicile deux victoires et a atterri 5 fois sur le podium d'Interlagos.

Arriver dans le Top 3 ce dimanche, lors de l'avant dernière course de la saison, serait un scénario de rêve.

"Je suis vraiment heureux d'être ici. Mon coeur bat plus fort! Plein d'émotion, heureux... j'ai une semaine très spéciale - je suis sûr que cette fin de week-end sera même encore plus spécial, quand les fans envahiront la piste."

"Je me souviens toujours d'où je viens, j'ai été un fan dans les gradins, soutenant Ayrton Senna, Nelson Piquet et je rêvais d'être ici. Pour un Brésilien, gagner ici, c'est comme gagner le championnat."

"Maintenant il n'est pas question de gagner. Un podium peut-être? Ce serait un rêve. Ensuite la retraite... Je pense que ça va être une sorte de soulagement. Bien sûr, je me sens bien. Quand c'est fini, vous le savez, mais je suis prêt pour ça. Je suis prêt pour ce sentiment, je suis prêt pour la prochaine étape de ma vie."
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen - L'art de la défense en piste à disparu
Au centre de nombreuses controverses et de multiples réclamations, Max Verstappen s'est forgé en quelques courses une réputation sulfureuse en piste d'un pilote très difficile à dépasser, capable de toutes les lignes de défense envisageables face à n'importe quel pilote.

Sa défense face à Lewis Hamilton au Japon a même accouché d'une règle explicite interdisant aux pilotes de se décaler dans une zone de freinage pour empêcher leur adversaire de passer au dernier moment, mais cette règle s'avère difficile à appliquer de manière régulière tant les dépassements relèvent du cas par cas.

"C'est une règle très complexe, c'est très difficile" regrette Verstappen, dont le nom a été donné officieusement à cette règle. "Avant, il y avait un art du dépassement et de la défense, mais ce dernier a un peu disparu car on ne peut pas faire grand chose. On ne peut pas se défendre, c'est mon ressenti. Le règlement explique clairement ce qu'on ne peut pas faire et évidemment, on est obligés de suivre les règles."

Verstappen l'assure une nouvelle fois, il n'a que faire des critiques à son égard, y compris celles émanant de ses rivaux: "Je n'y pense pas trop. Je fais de mon mieux pour moi et pour l'équipe, et en piste, c'est en piste qu'on fait le travail. Je pense qu'en général, pas seulement en Formule 1, quand des jeunes débarquent et réussissent, il y a toujours des débats à leur sujet, et c'est entièrement normal. Je ne vois pas ça comme un problème de fond."
source: Nextgen-Auto.com

Grosjean comprend la décision de Magnussen de quitter Renault
Romain Grosjean a soutenu la décision de Kevin Magnussen de quitter Renault F1.

Le pilote danois fera équipe avec le Français l'an prochain chez Haas F1.

Grosjean, qui a vécu lui aussi des grosses périodes d'incertitude chez Lotus avant le rachat par le constructeur français, déclare:

"Je le comprends. Je comprends son choix. Selon moi, il a clairement exprimé pourquoi il quittait son équipe et pourquoi il ne s'y sentait pas à l'aise."

Magnussen a en effet révélé que Renault ne voulait signer avec lui ou avec d'autres pilotes que pour un an seulement, parce que le constructeur français a "une autre idée derrière la tête pour 2018".

L'ambiance chez Renault F1 se serait de plus dégradée au sein du management.

"Ce que je peux dire en tout cas c'est que chez Haas il trouvera une belle ambiance. Tout le monde est très franc. Oui, Haas possède moins de ressources que Renault mais nous avons atteint de meilleurs résultats et j'espère que ça continuera à l'avenir."
source: Nextgen-Auto.com

Ecclestone - Ron Dennis a été mis dehors de McLaren
Ron Dennis aurait bien perdu sa place à la tête de McLaren selon Bernie Ecclestone.

Le grand argentier de la Formule 1, qui suit les évènements à Woking depuis Interlagos, a peur de voir le Britannique mis dehors du groupe qu'il dirige depuis 1980.

"Il y a eu un jugement au tribunal et Ron a tenté de renverser la décision prise par le conseil d'administration. Malheureusement il a perdu. C'est dommage car nous ne voulons pas perdre Ron", commente Ecclestone.

"Apparemment, il a été mis dehors. Je pense qu'il va faire appel devant la justice. Il va peut-être gagner l'appel.»

Eric Boullier, directeur de McLaren Honda, a refusé de commenter la situation au Brésil.

"Il y a quelques rumeurs autour de notre équipe ce week-end et principalement autour des actionnaires de McLaren Technology Group. Nous ne répondrons à aucune question à ce propos et nous ne commenterons pas les rumeurs."

"Jusqu'à nouvel ordre, Ron Dennis est toujours le président du groupe."
source: Nextgen-Auto.com

Les pilotes Mercedes encouragent leurs concurrents à lutter
Bien qu'impliqué dans la lutte pour le titre avec son équipier, Lewis Hamilton n'a pas envie qu'une voie royale leur soit laissée si les deux hommes ne sont pas les plus rapides en piste. Malgré la menace qu'avaient représenté les Red Bull au Mexique pour Nico Rosberg, l'Anglais encourage Ricciardo et Verstappen à se battre sans se limiter.

"C'est la course, ils ne me doivent rien et ils ne doivent rien à Nico" assène Hamilton. "Si j'étais dans leurs voitures, je voudrais obtenir le meilleur résultat, le plus grand nombre de points, et finir devant tous les concurrents que je pourrais battre. Je voudrais lutter le plus durement possible."

Un point de vue que partage Nico Rosberg, malgré les risques qu'il a pris quand Max Verstappen remontait sur sa deuxième place au Mexique. L'Allemand sait qu'il lui appartient de prendre la tête de la course et de se protéger de la concurrence.

"Il me paraît normal que les autres pilotes ne changent pas leur approche simplement parce que certains sont en lutte pour le championnat, ce n'est pas leur problème" déclare-t-il. "Nous devons simplement éviter de dépasser les limites, de nombreuses pénalités ont été données récemment et c'est pour cela qu'il serait bon d'être moins sévère."

A la limite de sortir Nico Rosberg de la piste au départ à Mexico, Max Verstappen ne semble pas impressionné et rejoint bien volontairement l'avis des pilotes Mercedes.

"Nous devons courir, chacun d'entre nous. Chaque pilote doit se battre pour être premier, sans quoi on n'est pas un champion, n'est-ce pas? Je suis là pour faire mon travail qui consiste à être rapide pour Red Bull, pas pour Mercedes. Je ne vais pas changer mon approche et je pense que ça peut se comprendre."
source: Nextgen-Auto.com

Malgré un duel serré pour le titre pilotes, Lauda reste serein


La tension est palpable concernant l'issue du Championnat des Pilotes. Avec le Grand Prix d'Interlagos, le duel palpitant entre Nico Rosberg et Lewis Hamilton va peut-être toucher à sa fin.

Alors que le paddock et les fans ont les yeux rivés sur les deux pilotes Mercedes, le directeur non exécutif de Mercedes, Niki Lauda, continue d'afficher son flegme légendaire, alors qu'il serait plus que compréhensible d'éprouver ne serait-ce qu'un peu de nervosité.

"Nous ne sommes pas le moins du monde nerveux" souligne le triple Champion du monde.

"Toto et moi-même avons seulement fait un pari, sur laquelle de nos deux voitures allait être en tête. J'ai dit que ce serait Lewis. Toto lui a parié sur Nico. A la fin, nous étions détendus et nous avons ri... j'avais raison, Lewis est en pole."

Mais l'Autrichien tient à préciser une chose: "Nous n'avons rien parié de concret, parce que nous ne voulions pas mutuellement nous donner de l'argent. Il s'agissait seulement d'honneur."

Pour ce qui est de la course, Lauda est plus mitigé. La pluie qui est tant bienvenue pour Red Bull et Toro Rosso n'a pas la même côte auprès des Flèches d'Argent.

"De manière générale, les prévisions météo n'ont pas l'air géniales. Mais si cela reste sec, nous aurons alors la meilleure condition pour partir loin devant. Si le temps est à la pluie, cela peut tout changer. Je peux juste dire que nous avions, particulièrement avec Lewis mais aussi avec Nico, d'énormes problèmes sur les départs. Mais lors des dernières courses, ils se sont tous les deux très bien débrouillés. Si cela reste sec, les deux premiers rangs devraient pouvoir se défendre lors du départ. S'il pleut, tout sera différent."
source: Nextgen-Auto.com

Max Verstappen réagit à l'appel que Wolff a passé à son père
Toto Wolff a provoqué le courroux du clan Red Bull, en appelant personnellement Jos Verstappen afin qu'il parle à son fils. Le directeur de Mercedes F1 craint en effet que le pilotage agressif du jeune pilote puisse précipiter ou changer l'issue du championnat, alors que l'obtention du titre s'annonce pour le moins serrée.

Même si Helmut Marko s'est déjà exprimé, il en rajoute une couche.

"J'étais quelque peu surpris que Toto appelle le père d'un pilote appartenant à une équipe concurrente. Toto n'a pas seulement parlé pour Mercedes, mais aussi pour Ferrari et a dit que Max ne faisait plaisir à personne avec son comportement."

Christian Horner s'indigne aussi d'un tel acte: "Il est improbable que je fasse de même en appelant le père de Lewis (Hamilton), et je n'ai même pas le numéro de Keke (Rosberg). Mais Toto pensait apparemment que c'était nécessaire. C'était stupide. S'il veut une course rien que pour ses pilotes, alors il peut les faire débuter l'un contre l'autre ce dimanche à 11h, tandis que le reste du peloton commence à 14h."

Pour Horner, il est clair que Max Verstappen et Daniel Ricciardo ne vont pas tenir compte du duel entre Rosberg et Hamilton.

"Nos deux pilotes vont donner le meilleur d'eux-mêmes pour obtenir le meilleur résultat possible. Ils sont payés pour cela. Bien sûr, il y a en ce moment un duel pour le titre, mais cela ne concerne pas nos deux pilotes." En gros pour Red Bull cette course sera "comme chaque autre course."

Toto Wolff défend son initiative qui semble tant déplaire au Taureau Rouge.

"Dans les grandes lignes, je ne regrette rien. J'appelle qui je veux, quand je veux. Jos et moi, nous entretenons des rapports amicaux. Nous parlons ensemble régulièrement et nous allons même parfois dîner tous les deux. Notre petite discussion n'avait rien d'inhabituel. Je n'ai absolument aucun problème avec Max" a-t-il tenu à préciser.

"C'était une conversation sympa, à propos de beaucoup de choses. Toutes ces réactions par rapport à mon appel, c'est n'importe quoi. Je suis même un fan de Max, c'est le remède qu'il fallait à la F1 pour la réveiller."

"Il fait toujours les gros titres et c'est important, c'est pourquoi je ne voudrais jamais changer son approche. Je n'ai pas dit qu'il devait laisser passer les deux candidats au titre. Ce que j'ai dit à Jos, c'est une opinion personnelle, pas celle du patron de Mercedes."

Mais finalement, qu'en pense le principal intéressé? Pas grand-chose, vu le calme avec lequel il prend la chose.

"Toto a appelé mon père. Quand l'appel est arrivé, je me trouvais juste à côté de mon père, mais il est alors sorti, car je regardais la télé et il ne voulait pas me déranger. Ce n'était pas comme les médias l'ont présenté. Nous sommes tous des pilotes, nous participons à des courses et nous voulons des duels, et c'est ce que veut Mercedes aussi au final" ajoute Max Verstappen.

A-t-il senti de la pression de la part de Wolff?

"Non, pas vraiment. Je pense que cette histoire est un peu exagérée. C'était une conversation privée mais il n'y a pas de pression de la part de Toto. Je n'ai pas vu Toto d'ailleurs depuis. Et je n'ai pas de raison de lui parler, non? Je pilote pour Red Bull, pas pour Mercedes."
source: Nextgen-Auto.com

Pirelli - Deux arrêts... sauf si la pluie s'en mêle
Le pilote Mercedes Lewis Hamilton s'élancera en pole position du Grand Prix du Brésil grâce à son meilleur temps établi (1'10"736) avec les pneumatiques tendres.

Ce mélange a été utilisé par l'ensemble des concurrents du début à la fin des qualifications et si la piste demeure sèche pour la course, cela signifie que l'ensemble des concurrents du Top 10 devra chausser cette gomme au départ.

Si les prévisions demeurent incertaines pour la course, les qualifications se sont disputées dans des conditions sèches. Quelques averses se sont néanmoins invitées samedi matin, nécessitant l'usage des enveloppes intermédiaires et maxi-pluie durant les EL3, avant de basculer sur les slicks.

Le thermomètre sur l'asphalte et dans l'air fut moins élevé que vendredi, puisque la séance de l'après-midi a débuté sous une chaleur ambiante de 21°C, et de 26°C au sol.

Deux arrêts aux stands devraient constituer la norme, en course, mais les teams pourront varier leurs stratégies et adapter leurs fenêtres de ravitaillement, notamment pour composer avec l'important trafic qui caractérise traditionnellement Interlagos. Les écuries ayant par ailleurs observé une dégradation assez conséquente des gommes tendres lorsque les températures sont élevées, ceux qui opteront pour les medium au départ auront l'opportunité d'allonger leur premier relais.

"Les températures sur la piste et dans l'air ont été nettement inférieures à celles relevées vendredi et cela eut une incidence directe sur le comportement des pneumatiques", déclare Paul Hembery, Directeur de Pirelli Motorsport.

"La pluie qui s'est abattue vendredi soir et samedi matin a lavé l'asphalte du dépôt de gomme laissé durant les premiers essais libres, entraînant un nouveau cycle d'évolution du revêtement. En raison de l'écart entre les gommes mediums et tendres, ces dernières ont été exclusivement utilisées en qualifications. C'est d'ailleurs avec celles-ci que devront d'élancer les pilotes du Top-10 si la piste est sèche au départ, mais avec leur forte dégradation, difficile d'établir la stratégie optimale!"
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> Le paddock perd la mémoire!
memory • Retrouvez toutes les associations nom + image en retournant les cartes deux par deux!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.