En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Samedi 12 Novembre 2016

Sainz va faire la danse de la pluie pour la course
Eliminés en Q2, Daniil Kvyat et Carlos Sainz pourraient avoir du mal à terminer le Grand Prix du Brésil dans la zone des points. Mais on annonce une possibilité de pluie pour demain, et ça, ça ne les laisse pas du tout indifférents...

"Ce furent des qualifications décentes. Je ne pense pas que nous aurions pu extraire quoi que ce soit de plus de la voiture, et la 14ème place était le mieux que nous pouvions atteindre aujourd'hui", déclare Daniil Kvyat.

"Mon tour en Q2 était assez propre compte tenu des conditions délicates - il y avait beaucoup de vent et c'était difficile de trouver le bon équilibre de la voiture. Je suis heureux de mon travail aujourd'hui. Je dois dire que les conditions de la piste ont énormément changé d'hier à aujourd'hui, et nous avons donc dû nous adapte et continuer à apprendre pendant la session, ce qui n'était pas simple."

"Cela étant dit, c'est toujours une piste sur laquelle il est plaisant de piloter, et tous les virages sont différents les uns des autres - c'est définitivement un circuit avec beaucoup de caractère! Espérons qu'il pleuve demain, nous pourrons alors avoir une bonne course!"

Carlos Sainz a fait juste un peu moins bien, 15ème.

"Ce ne fut pas la meilleure session de qualifications pour moi, mais pas non plus la plus mauvaise. Nous savions que ça n'allait pas être facile, et que nous devrions lutter un peu sur cette piste. La Q3 était juste trop difficile à atteindre aujourd'hui."

"Le début de ma session était OK et j'ai effectué un bon temps au tour en Q1, mais à partir de ce moment, nous ne nous sommes plus améliorés, et nous sommes sortis lors de la Q2. Nous allons devoir analyser ça, voir pourquoi nous ne pouvions pas trouver plus de performance sur un tour ici, et nous préparer pour demain. Je pense que ça va être une course intéressante - en conditions sèches, ce sera délicat pour nous de nous battre pour les points, mais s'il pleut, tout peut arriver et j'apprécie de piloter sur le mouillé... Je vais définitivement faire une danse de la pluie avant d'aller au lit cette nuit!"
source: Nextgen-Auto.com

Force India en bonne position par rapport aux Williams
L'écurie Force India occupe la quatrième place du Championnat des Constructeurs avec neuf points d'avance sur Williams. L'objectif de l'équipe indienne sera de creuser encore un peu plus cet écart demain à l'arrivée de la course.

"Je suis content de ma 8ème place, je crois que nous ne pouvions pas espérer mieux aujourd'hui", déclare Nico Hülkenberg. ""Sergio (Pérez) est juste derrière moi et cela signifie que l'équipe prendra le départ de la course en bonne position. Mon dernier tour était bon, mais je suis mal sorti du dernier virage. Nous avons été en difficulté depuis le début du week-end dans ce virage. Je crois que nous avons une bonne voiture pour demain et nous devrions donc marquer de bons points."

"Nous avons fait un grand pas en avant entre les essais libres et la qualification", se félicite Sergio Pérez. "Il a fallu batailler aujourd'hui, surtout en Q1. La différence entre un passage en Q2 et une élimination n'était pas grande. C'est un circuit très court sur lequel on a besoin de faire un tour parfait, chaque erreur peut faire une grande différence. Globalement, nous pouvons être satisfaits du travail effectué aujourd'hui. Il y a quelques voitures très rapides derrière nous, mais je crois que nous serons très compétitifs en course. Il faudra aussi voir ce que la météo nous réserve pour demain."
source: Nextgen-Auto.com

Palmer décroche la Q2 pour Renault
Le pilote Renault Sport Formula One Team Jolyon Palmer a de nouveau réussi à accéder à la Q2, aujourd'hui lors des qualifications du Grand Prix du Brésil. Sur l'autodrome José Carlos Pace, il décroche la seizième place sur la grille de départ avec un tour en 1'13"258.

"Je suis satisfait d'accéder de nouveau à la Q2, même si je pense que j'aurais pu être encore plus haut sur la grille. J'ai eu quelques blocages de roues lors de mon dernier run. Il n'y avait plus de gomme sur mon pneu avant-droit et c'est pourquoi je suis sorti large. C'est dommage car cela s'était très bien passé ce matin en EL3 et nous aurions pu faire encore mieux cet après-midi. J'en voulais plus! Quoi qu'il en soit, nous sommes déjà tournés vers la course de demain. En premier lieu, il faudra savoir quelles seront les conditions météo. Ensuite, nous pousserons à la limite, comme toujours!"

Son équipier Kevin Magnussen a manqué l'accession en Q2 pour un dixième de seconde. Il s'élancera demain depuis la dix-huitième position.

"Le résultat du jour n'est pas à la hauteur de nos espoirs. Ça se passait plutôt bien hier et je me sentais à l'aise avec la voiture. Aujourd'hui, j'étais en difficultés avec l'équilibre. En conséquence, je n'ai pas pu aller en Q2. Nous devons comprendre pourquoi et travailler là-dessus ce soir. J'espère avoir un meilleur niveau de performance demain en course."

Alan Permane, Directeur des Opérations Piste

Comment se sont passées les qualifications pour l'équipe?

"Nous avons fait de bons essais libres ce matin. Mais pour une raison ou une autre, nous n'avons pas été en mesure de tout assembler dans un bon tour cet après-midi. À nouveau, Jolyon a été capable de se hisser en Q2. Mais il a été en difficulté dans ses deux runs, avec du trafic puis des soucis pour faire fonctionner correctement les pneus avant. Kevin a souffert avec l'équilibre de la voiture aujourd'hui, cela veut dire que nous devrons travailler sur ce point en vue de la course."

Quelles sont les considérations pour la course de demain?

"Il est possible que nous ayons plus d'eau demain. Les températures seront plus fraiches et les probabilités d'averses sont plus importantes qu'aujourd'hui. Nous ne prévoyons pas une course chaude et nous savons que la stratégie pourra être bouleversée par la pluie. Nous devrons être prêts à réagir pour faire évoluer nos plans en conséquence. Généralement, cette course est à deux ou trois arrêts. Avec des conditions plus fraiches, nous nous dirigerons plus surement vers une stratégie à deux arrêts. Si la piste est mouillée, ce sera plus difficile à prévoir. Cela dépendra de la quantité d'eau sur la piste et de la fenêtre de fonctionnement des pneus intermédiaires."
source: Nextgen-Auto.com

Massa et Bottas tombent de haut
L'écurie Williams avait brillé hier, mais beaucoup moins aujourd'hui. C'est d'ailleurs à une très modeste 13ème place que Felipe Massa s'est classé en qualification. Il est bien sûr très déçu.

"C'est dommage ce résultat, car j'étais assez confiant après la Q1, tout allait dans la bonne direction", déclare Felipe Massa qui roule en F1 devant son public pour la dernière fois. "J'étais satisfait de l'équilibre de ma monoplace, mais subitement, mes pneus avant ne se sont plus comportés comme je le voulais. J'ai commencé à avoir beaucoup de sous-virage dans de nombreux virages et il était donc impossible pour moi d'améliorer mon chrono."

Felipe Massa ne va pas baisser les bras, il roule devant son public après tout. "Je suis persuadé que je serai très motivé pour faire une belle course. Mon dernier tour sera bien sûr triste, mais je suis sûr que je recevrai beaucoup d'amour de la part de mon public. Je ne les oublierai jamais."

Valtteri Bottas a lui aussi été éliminé en Q2. "C'est décevant de se faire éliminer avant la Q3. Nous avons eu un très bon rythme hier, mais nous n'avons pas été assez rapides en qualification alors que d'autres voitures ont été très rapides et cela nous a surpris. Je pense que nous n'avons pas été en mesure de profiter au maximum du temps plus frais d'aujourd'hui, mais demain en course, nous allons nous battre avec les Force India."
source: Nextgen-Auto.com

Très mauvaises qualifications pour les pilotes Sauber
Sauber n'a pas brillé en qualifications aujourd'hui au Brésil: sur la piste, les deux voitures suisses se sont fait battre par les deux Manor.

Les pilotes justifient ces mauvais résultats par des problèmes liés au moteur Ferrari.

"Tout d'abord, je suis très reconnaissant envers mon équipe d'avoir géré le changement de moteur entre les EL3 et les qualifications. Ils ont fait de l'excellent travail entre les deux sessions, tout en ayant un temps limité", déclare Marcus Ericsson, qualifié avant-dernier.

"Les qualifications ont été plutôt difficiles. Nous avons eu des problèmes lors de mes relais, donc je n'ai pas pu faire autant de tours que je le voulais en EL2. A cause du problème moteur en EL3, je n'ai pas pu effectuer un tour propre. Nous étions en situation de faiblesse en nous rendant aux qualifications. Compte tenu de cela, nous ne pouvions pas attendre beaucoup plus."

Felipe Nasr s'est lui qualifié dernier, à domicile...

"Je suis très déçu de ce résultat. J'étais sur un bon tour jusqu'au virage 11. Puis au virage 12, je suis tombé sur le trafic, ce qui m'a coûté un certain temps en remontant vers la ligne d'arrivée. J'ai eu aussi un défaut d'allumage à la fin de ce tour. Mes chances d'avoir un bon temps étaient alors terminées. Je suis déçu de ne pas avoir pu faire un tour propre. Maintenant je vais me concentrer sur demain. Tout peut arriver ici à cause des conditions météorologiques. Je vais rester positif pour ma course à domicile."

Les Sauber ne partiront toutefois pas en dernière ligne puisque le Français Esteban Ocon a perdu 3 places sur la grille de départ pour avoir gêné Jolyon Palmer. La Manor se retrouvera donc derrière les deux Sauber.
source: Nextgen-Auto.com

Button ne comprend pas le comportement de sa voiture
Fernando Alonso a signé le dixième temps aujourd'hui en qualification et il a donc atteint son objectif qui était de participer à la Q3.

"Je me suis vraiment amusé aujourd'hui, j'étais très confiant au volant de la voiture", explique Fernando Alonso. "Il a fait plus frais aujourd'hui et cela semble nous convenir. Grâce à ça, nous avons pu tirer le maximum de la voiture. Nous étions un peu inquiets après la séance de ce matin, car nous n'étions pas du tout dans le rythme. Je me suis encore plus inquiété lorsque j'ai vu Jenson (Button) se faire éliminer en Q1. Je me suis dit que cela n'allait pas être notre jour, mais finalement ma voiture s'est très bien comportée avec les cinq trains de pneus tendres que nous avons utilisés."

"J'espère que le temps perdu hier ne va pas me coûter cher demain en course. Demain, nous nous attendons à une temps encore plus frais avec une possibilité de pluie. C'est donc une très bonne chose de partir depuis la dixième place", ajoute le champion espagnol.

Jenson Button faisait bien sûr la grimace après avoir été éliminé dès la fin de la Q1. "La voiture était bien équilibrée hier, j'étais en 10ème position l'après-midi. Aujourd'hui, la voiture était complètement différente. Il y a quelque chose qui n'a pas bien fonctionné. Je ne comprends pas le comportement de ma voiture depuis ce matin, nous n'étions pas du tout dans le rythme et c'est très frustrant."

"Ce qui est fait est fait et demain est un autre jour", ajoute Jenson Button qui disait hier qu'un peu de pluie ne le gênerait pas du tout...
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo déçu par lui-même en Q3
Daniel Ricciardo s'est qualifié en 6ème position à Interlagos, soit le dernier du trio Mercedes, Ferrari et Red Bull.

L'Australien n'était donc pas vraiment satisfait à la sortie de sa monoplace.

"C'est très moyen!" dit-il. "Cette 6ème place ne me contente pas d'autant plus que nous avons progressé avec la voiture en Q1 et en Q2. Mais je n'ai pas fait de très bons tours en Q3. C'est peut-être l'équilibre en moi qui n'allait pas!"

"Il faut dire que c'est une piste difficile, même si le tracé est assez court. Si vous faites une erreur quelque part, vous n'avez pas le temps de la rattraper ailleurs."

Pour Red Bull c'est aussi le retour à une bataille plus serrés avec Ferrari.

"Nous savions que les qualifications seraient plus serrées avec Ferrari sur le sec. Et c'est effectivement le cas. C'est ce qui rend plus frustrant encore ma 6ème position. J'espère que je vais en tirer les leçons et que je pourrais faire une bonne course demain."

"Toute la semaine, les chances de pluie n'ont cessé d'augmenter pour la course alors j'espère que ce sera vrai, histoire d'épicer un peu les choses. S'il pleut nous essayerons de rendre la course excitante pour tout le monde. Ca pourrait être très fun!"
source: Nextgen-Auto.com

Grosjean heureux de sa 7ème place, Gutiérrez pas si loin
Romain Grosjean a été agréablement surpris de son bon résultat à l'issue des qualifications au Brésil.

Il est clair pour le pilote que ni lui, ni Haas, n'avaient prévu de se retrouver en Q3.

"Nous ne nous attendions pas à être en Q3" reconnaît-il. "Je ne pense pas qu'on avait un plan pour aller en Q3 avant les qualifications."

En occupant la 7ème place sur la grille, Grosjean vient d'égaliser la meilleure performance de son écurie en qualifications, survenue à Suzuka, il y a trois courses de cela.

"C'est génial" se réjouit-il, "nous avons fait du bon travail avec la voiture. Les conditions de piste, plus fraîches, nous ont beaucoup aidé et nous pouvons beaucoup apprendre de ça. Nous avons clairement besoin de nous améliorer quand il fait chaud, mais lorsqu'il fait froid et qu'il fait gris comme c'était le cas aujourd'hui, nous allons assez vite, donc c'était bien."

Grosjean utilise une nouvelle marque de freins ce week-end, à la suite d'une série de problèmes rencontrés lors des dernières courses.

"J'ai utilisé les nouveaux freins, de Carbone Industrie, la sensation était bien meilleure" explique-t-il. "Ce n'est pas encore parfait à certains endroits de la piste, mais on y arrive peu à peu. C'est donc beaucoup de positif pour l'avenir."

"Ҫa a été une rude série de courses, depuis que nous sommes revenus de la pause estivale, nous avons eu quelques problèmes, des problèmes inexplicables,... Même ce matin, j'ai suis parti deux fois en tête-à-queue. La voiture réagissait très bizarrement. C'est juste une part du processus d'apprentissage et nous avons juste besoin de continuer à travailler et d'essayer de comprendre ce qui cause nos problèmes."

"Ca a été une séance de qualification bien intense", ajoute son équipier, Esteban Gutiérrez, qualifié à la 12ème place.

"Les chronos étaient très proches entre les équipes et nous manquons de très peu la Q3 avec ma voiture. Ca reste tout de même une superbe performance après deux week-ends où nous avons souffert. Nous pouvons maintenant être optimistes pour la course demain. Je vais viser les points. Je sais ce que j'ai à faire et c'est mon objectif."
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen ne lèvera pas le pied pour les Mercedes
Max Verstappen espérait la troisième place, derrière les deux Mercedes, mais il n'est pas déçu par sa quatrième position sur la grille de départ. Le podium semble toujours à sa portée.

"Cela s'était très bien passé en Q1 et puis en Q2, mais en Q3, je n'ai pas réussi à faire aussi bien", raconte Max Verstappen. "J'ai bien commencé mon dernier tour, mais j'ai commis une erreur dans le virage 8 et cela a abîmé mes pneus. Je suis quand même assez proche de la troisième place et je ne vois donc pas pourquoi je devrais être déçu."

On annonce de la pluie pour demain en course et ce n'est pas pour déplaire à Verstappen. "Notre voiture est compétitive, mais sous la pluie, elle est encore plus forte. De plus, j'aime bien rouler sous la pluie. Nous verrons comment cela se passera, mais je suis assez confiant quant à mes possibilités de signer un bon résultat", poursuit le Néerlandais.

Chez Mercedes, on s'inquiète un peu de la fougue de Verstappen et des conséquences de ses coups de sang sur le duel que vont se livrer Lewis Hamilton et Nico Rosberg pour le titre.

"Je sais que Toto Wolff et Niki Lauda ont parlé à mon père, mais pour ma part, lorsque je suis sur un circuit, c'est pour faire ma propre course. Je ne suis pas là pour aider Mercedes ou d'autres. Je ne veux pas m'immiscer dans ce qui ne me regarde pas, mais cela ne me fera pas lever le pied", ajoute Max Verstappen.
source: Nextgen-Auto.com

Rosberg n'a pas dit son dernier mot pour la victoire
Nico Rosberg visait la pole position, mais Lewis Hamilton a fait mieux que lui. L'allemand pense toutefois qu'il peut encore envisager la victoire, une performance qui lui assurerait son premier titre mondial en F1.

"Cette qualification a été excitante", déclare Nico Rosberg. "Je termine près de Lewis (Hamilton) qui a été très rapide aujourd'hui. Cela s'est très bien passé lors de ma dernière tentative en Q3, mais pas assez pour décrocher la pole position. L'écart est d'un dixième et c'est bien sûr un peu agaçant. Toutefois, nous avons vu cette année qu'il ne faut pas partir de la pole position pour gagner la course. Je reste donc optimiste pour demain."

D'autant plus qu'il pourrait pleuvoir demain en course. "Je n'y pense pas, la seule chose qui m'intéresse c'est de faire la course et de gagner. J'ai déjà prouvé que je pouvais signer de très bons résultats aussi sous la pluie et je vais donc me concentrer au maximum. J'ai la possibilité de gagner et je veux saisir la moindre opportunité", ajoute le pilote allemand.
source: Nextgen-Auto.com

Ocon perd 3 places sur la grille de départ
Esteban Ocon partira finalement en dernière position sur la grille de départ.

Le Français, qualifié 20ème, a été jugé coupable par les commissaires d'Interlagos d'avoir gêné Jolyon Palmer lors de la Q1.

Et même si le pilote Renault a réussi à passer en Q2, Ocon a été pénalisé de 3 places sur la grille de départ. Il partira 22ème et dernier, derrière les deux Sauber.

Les commissaires ont bien noté que le Français était à la radio avec son équipe, au moment de l'incident, mais Manor ne l'a pas prévenu et la FIA ne considère pas cela comme une circonstance atténuante pour un pilote.

Pour ne rien arranger, Ocon prend 2 points de pénalité en plus sur sa licence, ce qui porte son total à 4.
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton heureux de signer sa 60e pole position
Lewis Hamilton a signé la 60ème pole de sa carrière, aujourd'hui, au Brésil. Une pole importante s'il peut la transformer en bon départ et en victoire demain, afin de repousser la bataille pour le titre mondial à Abu Dhabi.

Mais l'Anglais a eu chaud: il ne s'impose que pour un petit dixième devant Nico Rosberg.

"L'écart est faible mais, honnêtement, je me sentais à l'aise lors des qualifications. Je devais juste faire attention parce que Nico allait de plus en plus vite mais j'ai réussi à contenir ça", déclare Hamilton.

"C'est encore une pole pour notre équipe, c'est remarquable. C'est un vrai travail d'équipe et c'est le meilleur résultat possible pour moi. C'est ma 2ème pole sur ce circuit, un circuit sur lequel j'ai toujours eu un peu de mal. Alors je suis sincèrement heureux d'être au top."

Avec la pluie attendue en course demain, Hamilton a le sourire.

"Ca peut me donner plus de chances. Mais quelle que soit la météo je donnerai mon maximum."
source: Nextgen-Auto.com

Sebastian Vettel 5e et content de lui
Sebastian Vettel a décroché la cinquième place aujourd'hui en qualification et il est plutôt satisfait de lui, même s'il pense qu'il aurait dû prendre un peu plus de risques.

"Je suis assez content de cette qualification, même si ma dernière tentative n'a pas été parfaite", déclare Sebastian Vettel. "Je crois que j'ai été trop prudent, mais c'était quand même une bonne qualification. Le comportement de la voiture était très bon et c'était à moi d'en tirer le maximum. Hier, nous n'étions pas très rapides sur un tour, mais sur les longs relais, c'était mieux. Demain, nous devrions donc être en forme."

Demain en course, Sebastian Vettel ne s'attend pas à se battre contre les Mercedes, mais contre les Red Bull. "Les Mercedes sont très rapides, nous l'avons vu hier lors de leurs longs relais. Nous essayerons de rester à leur contact, mais nos vrais adversaires seront les Red Bull. Ils ont rythme similaire au nôtre , mais nous sommes habituellement très en forme en course et nous allons essayer d'en profiter", ajoute le champion allemand.
source: Nextgen-Auto.com

Raikkonen a été le plus rapide... derrière les Mercedes
Kimi Räikkönen a été le plus rapide aujourd'hui lors de la qualification du Grand Prix du Brésil... le plus rapide derrière les Mercedes bien sûr!

Le Finlandais décroche donc la troisième place alors que l'on voyait plutôt une Red Bull occuper cette position.

"Pour tout vous dire, mon dernier tour n'a pas été aussi bon que ce que j'espérais", raconte Kimi Räikkönen. "Les Mercedes étaient bien sûr trop loin pour que je puisse les menacer, mais au moins, je suis sur la deuxième ligne. J'ai eu des difficultés à maintenir mes pneus à la bonne température cet après-midi, surtout dans les deux premiers virages. Quoi qu'il en soit, mon dernier tour a été assez bon pour que je prenne la troisième place et nous verrons bien comment cela se passera."

"Lorsque je me suis élancé pour mon dernier tour, je n'avais pas de très bonnes sensations au volant de la voiture. J'ai commis quelques erreurs dans le premier secteur, mais j'ai regardé mon chrono après le deuxième secteur et j'ai su que cela allait être bon. Je le répète, ce n'était pas un très bon tour, mais je suis troisième et content", ajoute le champion finlandais.
source: Nextgen-Auto.com

GP du Brésil - Essais qualificatifs
Nico Rosberg (Mercedes) est resté jusqu'au bout en bagarre pour la pole du Grand Prix du Brésil, mais c'est son rival et coéquipier Lewis Hamilton qui a décroché la première position sur la grille, sa seconde à Interlagos après celle de 2012, en signant un tour du circuit de São Paulo en 1'10"736 avec un dixième d'avance sur l'Allemand. C'est la ça 11ème pole de la saison pour le triple Champion du monde, la 60ème de sa carrière.

Kimi Räikkönen (Ferrari), pourtant en difficulté en début de séance, s'est hissé au troisième rang à plus de 6 dixièmes de la référence. Le Champion du monde 2007 a précédé de 8 centièmes Max Verstappen (Red Bull). La troisième ligne sera similaire avec Daniel Ricciardo (Red Bull) devançant Sebastian Vettel (Ferrari).

Romain Grosjean (Haas) a réalisé sa meilleure performance en qualifications de la saison en décrochant la 7ème place devant les Force India de Nico Hülkenberg et Sergio Pérez et la McLaren de Fernando Alonso, alors que le Français ne s'est qualifié que sur un seul tour. L'ancien champion GP2 semble plus à l'aise depuis que son équipe a changé ses freins Brembo contre des Carbone Industries.

Valtteri Bottas (Williams) a été le premier éliminé de la Q2. Le Finlandais a échoué à moins d'un dixième de Nico Hülkenberg. Esteban Gutiérrez (Haas) s'est classé 12ème devant Felipe Massa (Williams) qui ne s'était encore jamais qualifié aussi loin sur la grille de son épreuve nationale où il est aligné pour la dernière fois. Les Toro Rosso de Daniil Kvyat et Carlos Sainz ont fini derrière les FW38. Jolyon Palmer (Renault) a complété la liste des éliminés de la deuxième séance.

Jenson Button (McLaren) a été le premier pilote éliminé de la Q1. Le Champion du monde 2009 a échoué à 17 millièmes de Jolyon Palmer, dernier qualifié pour la deuxième séance qualificative. Le Britannique a précédé Kevin Magnussen (Renault). Pascal Wehrlein (Manor) a pris la 19ème position en devançant de 5 millièmes son coéquipier Esteban Ocon. Les Sauber de Marcus Ericsson et Felipe Nasr ont complété la liste. (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Haas a recruté Magnussen pour continuer à progresser
Après une première saison réussie, l'équipe Haas va maintenant devoir se montrer à la hauteur d'objectifs fixés en début de saison qui seront plus précis que ceux de simplement découvrir la Formule 1. La saison prochaine se montrera compliqué sans le retour des saisons précédentes de Ferrari, mais Dallara, Ferrari et Haas semblent capables de réussir des miracles.

"Nous avons confirmé Romain et Kevin pour l'an prochain" déclare Steiner, en référence à l'annonce faite hier quant à l'engagement de Kevin Magnussen. "Nous voulons développer l'équipe et nous voulions des pilotes expérimentés, qui ont signé des podiums et marqué des points, et Kevin en fait partie. J'aimerais en profiter pour remercier Esteban pour tout ce qu'il a fait pour nous cette année. Je pense qu'il a un bel avenir, il a fait un très bon travail et quoi qu'en disent les gens, c'est un bon pilote. Il nous a aidés à développer l'équipe de zéro et à en arriver où nous en sommes, donc je l'en remercie."

La place de Ferrari n'est pas due au fait que Haas débute en F1 et Steiner confirme que la Scuderia gardera son rôle crucial dans le développement de l'équipe américaine: "Nous avons un contrat à long terme et nous allons garder la même relation avec Ferrari. Nous allons continuer plusieurs années et nous verrons après, mais pour le moment nous sommes satisfaits de Ferrari, de ce qu'ils ont fait pour nous cette année. Nous finirons huitième du Championnat des Constructeurs si Renault n'accomplit pas de miracle, et nous espérons faire mieux l'an prochain. On veut toujours faire mieux et recruter de bonnes personnes, et c'est ce qui va se passer pour nous, mais le fonctionnement de l'équipe ne changera pas."
source: Nextgen-Auto.com

Brawn en saura plus 'dans 3 à 6 mois'
Cela pourrait prendre encore quelques mois avant de savoir quel sera le rôle de Ross Brawn à la tête de la Formule 1.

Pour le moment, l'ancien directeur technique de Ferrari et ancien patron de Mercedes en F1 agit en tant que consultant pour les nouveaux propriétaires, Liberty Media.

Cette phase d'audit du sport et de ses besoins pour l'avenir est toujours en cours.

"Ce que je fais avec Liberty Media pour le moment me convient. J'ai un rôle en coulisses. Mais je ne sais pas encore comment il va se développer à l'avenir", explique Ross Brawn.

"Devenir directeur sportif de la Formule 1 n'est pas exclu mais ce n'est pas en train de se décider maintenant: il faut attendre que les choses deviennent plus claires et cela ne sera possible que dans trois à six mois. Ensuite nous verrons comment la situation évoluera."

Brawn s'attend aussi à voir Ecclestone partir à la retraite... un jour.

"La Formule 1 est le royaume de Bernie. Chaque personne de ce sport doit à un moment où à un autre se heurter à lui. Il a vendu la Formule 1. Tout comme j'ai cédé mes parts de chez Mercedes, il doit accepter que quelqu'un d'autre reprenne les affaires. Bernie n'est pas immortel, un jour, il va devoir remettre son sceptre. Je n'ai aucune idée de quand et de comment ça doit se passer."
source: Nextgen-Auto.com

GP du Brésil - Essais libres 3
Malgré une piste détrempée en début de séance obligeant les pilotes à chausser les pneus rainurés, les conditions ont évolué et ont permis à Nico Rosberg (Mercedes) de décrocher le meilleur temps des essais au terme des EL3 avec un tour du circuit d'Interlagos bouclé en 1'11"740, soit une demi-seconde de mieux que la performance de la veille réalisée par son coéquipier Lewis Hamilton. Le triple Champion du monde s'est classé à moins d'un dixième du leader du championnat.

Les Ferrari ont été les plus proches des Mercedes, Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen se classant à deux dixièmes des W07 Hybrid en devançant les Red Bull de Max Verstappen et Daniel Ricciardo.

Jolyon Palmer (Renault) a réalisé une belle performance en se hissant au 8ème rang, entre les Williams de Valtteri Bottas et Felipe Massa, tandis que son coéquipier Kevin Magnussen s'est classé 13ème. Malgré un problème de capteur perturbant son début de séance, Fernando Alonso (McLaren) a complété le top dix devant les Force India de Nico Hülkenberg et Sergio Pérez.

Les Haas de Romain Grosjean et Esteban Gutiérrez ont fini 15ème et 16ème, entourées par les Toro Rosso de Carlos Sainz et Daniil Kvyat. Jenson Button (McLaren) a suivi au 18ème rang devant Pascal Wehrlein (Manor), Felipe Nasr (Sauber) et Esteban Ocon (Manor). Marcus Ericsson (Sauber) n'a pu effectuer qu'un tour d'installation en raison de problèmes mécaniques. (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Liberty Media - Les équipes veulent avoir des parts dans la Formule 1
Selon Greg Maffei, le président de Liberty Media, les équipes de Formule 1 ont bien exprimé un intérêt pour devenir elles aussi propriétaires du sport, en partie.

Alors que Liberty Media est en train de finaliser le rachat des parts de la F1 détenues par CVC, certaines équipes (les plus importantes étant évidemment Mercedes, Ferrari et Red Bull) souhaitent avoir une part du gâteau.

"Nous avons rencontré les équipes et il y a des attentes de leur part. Elles souhaitent avoir des parts dans le sport et nous pensons, initialement, leur céder une partie des actions qui étaient détenues par CVC", explique-t-il.

La proportion n'est pas encore connue mais ne devrait pas dépasser 5 à 10% du sport.

Ces parts pourraient servir à rémunérer les équipes en 2017 à la place de l'argent traditionnellement reversé en fin de saison (environ 1 milliard d'euros redistribué).
source: Nextgen-Auto.com

Ca s'est joué entre Ocon et Nasr pour le baquet Force India
Bob Fernley, le directeur adjoint de Force India, a reconnu à Interlagos que le choix de l'équipe de titulariser Esteban Ocon aux côtés de Sergio Pérez n'a pas été facile à prendre.

Toto Wolff a lui salué la victoire du talent sur l'argent et Fernley admet que Felipe Nasr a été très proche d'obtenir le volant.

"Cela a été très serré pour le choix de notre 2ème pilote mais Esteban a fini par sortir en haut de notre liste. La compétition a vraiment été serrée", déclare Fernley à Interlagos.

"Nous avons toujours une opinion très claire de ce que nous souhaitons voir chez nos pilotes. Nous voulons toujours les meilleurs pilotes possibles. Mais parfois cela peut être accompagné d'un package financier intéressant. Sinon cela se fait purement sur le talent."

"C'est à Vijay Mallya de prendre la décision finale et c'est ce qu'il a fait."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso - Les frustrations de Vettel sont pires que celles que j'ai eues
Fernando Alonso pense que les frustrations actuelles de Sebastian Vettel chez Ferrari sont "pires" que ce qu'il a lui-même vécu quand il faisait partie de l'équipe.

Les médias italiens ont constaté ces derniers mois ce qu'ils appellent une "Alonsofisation" de Vettel.

Alonso, qui a quitté l'équipe de Maranello pour rejoindre McLaren à la fin de 2014 avec deux ans d'options sur son contrat, avait commencé à se lasser de l'incapacité de Ferrari à gagner un titre de champion de monde.

Pendant ses 5 années en rouge, Alonso a manqué de peu de remporter 2 titres de champion face à Vettel, alors chez Red Bull. L'Espagnol pense à présent que la situation actuelle vécue par son ancien rival est encore plus dure à digérer.

"Je n'ai pas eu à surmonter ses frustrations, pour être tout à fait honnête" reconnaît Alonso. "J'essayais de me battre avec acharnement pour gagner le championnat. Je le menais à Abu Dhabi jusqu'à la dernière course en 2010, je menais même le championnat ici (au Brésil), jusqu'aux dix derniers tours en 2012. Je pense que la situation de Ferrari et de Vettel est pire maintenant."

Alonso a répété à maintes reprises qu'il ne regrettait pas du tout son transfert de Ferrari à McLaren, insistant sur le fait que ce changement sera payant sur le long terme, bien que son équipe actuelle ne parvienne pas à finir sur le podium depuis ses retrouvailles avec Honda.

Par contraste, Vettel a gagné 3 courses durant sa première année chez Ferrari, et il semble que l'équipe finira 3ème au Championnat des Constructeurs cette saison.

McLaren qui est actuellement 6ème au classement, considère que la révision des règles aérodynamiques de l'année prochaine, sera sa grande chance de rejoindre les équipes en tête, et Alonso pense même que le défi de remporter le titre n'est pas à exclure.

"Je pense que c'est possible, pourquoi pas?" dit-il

"Le changement des règles va nous donner une opportunité de rattraper un peu plus vite Mercedes, si nous interprétons le règlement un peu mieux et plus rapidement. Nous sommes une grande écurie, nous avons d'énormes ressources et d'immenses talents dans l'équipe, donc j'ai confiance dans le fait que nous pouvons faire du bon travail au niveau du châssis."

"Et du côté de l'unité de puissance Honda, je pense que ce sera OK. Je suis très confiant. Avec le pas en avant que nous avons fait entre l'année dernière et cette année, nous devrions être confiants que ce sera même encore mieux l'année prochaine. L'enseignement que nous avons pu tirer de 2016 va beaucoup payer l'année prochaine."
source: Nextgen-Auto.com

Kaltenborn admet que Nasr est menacé chez Sauber
Monisha Kaltenborn a admis à Interlagos qu'il n'était pas sûr que Felipe Nasr reste chez Sauber après 2016.

Il a été rapporté plusieurs fois que l'équipe suisse était en voie de garder le Brésilien aux côtés de Marcus Ericsson l'année prochaine, mais la directrice d'écurie Kaltenborn a reconnu qu'il y a eu des tensions.

"Oui, nous avons vécu des moments de stress entre nos pilotes" déclare-t-elle.

Mais Kaltenborn révèle que, si des discussions ont eu lieu pour apaiser les choses avec Nasr, renouveler un accord avec son sponsor, Banco do Brasil, pose problème à l'heure actuelle.

"La situation de la banque n'est plus tout à fait la même qu'auparavant" a-t-elle avoué. "C'est une entreprise d'état et la situation au Brésil est différente à présent."

Il est difficile de croire que l'ancien pilote de Sauber et le pilote actuel chez Haas, Esteban Gutiérrez, puisse retourner dans l'équipe en 2017, mais cela reste une possibilité. Et un des principaux candidats pour le baquet de Nasr pourrait être le poulain de Mercedes, Pascal Wehrlein.

Kaltenborn explique: "Nous avons plusieurs pilotes intéressés par notre équipe mais je dirais que Felipe Nasr est aussi l'un des pilotes qui figure sur notre liste."

"Felipe est certainement une de nos options, c'est clair, nous le connaissons bien, nous savons ses compétences. Nous avons eu beaucoup d'expériences avec lui: des bonnes et des mauvaises, donc nous pouvons très bien l'évaluer. Des discussions sont en cours, c'est ce que je peux vous dire."

"Nous sommes encore au stade où nous analysons nos options, mais cela ne va plus durer longtemps. Nous voulons faire l'annonce cette saison, donc il ne reste plus beaucoup de temps. C'est tout ce que je peux vous dire pour le moment."

La directrice d'équipe évoque également le retour de Jörg Zander chez Sauber.

"Nous connaissons Jörg Zander depuis pas mal de temps. Il était auparavant chez nous le chef designer et maintenant, nous avons décidé de reprendre un directeur technique et c'était tout à fait la personne à laquelle il fallait songer. Il a travaillé très longtemps pour Audi, il a à présent énormément d'expérience en sport mécanique, aussi bien en Formule 1 qu'en dehors, donc nous pensons qu'il est fait pour ce poste parce que nous avons aussi un secteur d'affaires en dehors de la Formule 1. Je suis sûre qu'il va apporter beaucoup de nouvelles idées et l'équipe ne peut que bénéficier de cela, parce que nous sommes maintenant dans une nouvelle ère. Vous savez, c'est un nouveau chapitre dans l'histoire de l'équipe et ce genre d'influence et ses idées ne pourront qu'être bénéfiques pour aller dans la bonne direction."
source: Nextgen-Auto.com

Arrivabene - Je n'ai aucun problème avec Vettel
Lorsque Sebastian Vettel s'est emporté à la radio il y a quinze jours, au Mexique, le patron de la Scuderia a dû intervenir en personne à la radio pour calmer son pilote après que ce dernier venait d'insulter Charlie Whiting.

"Je n'ai aucun problème avec Sebastian" rassure Maurizio Arrivabene. "Je l'ai dit plusieurs fois, Sebastian est impulsif, des fois il est plus latin que germanique. Il est très passionné, surtout au volant et en course, ce n'est pas une question de frustration. Parfois, il n'est pas satisfait tout comme nous, mais il n'est pas du genre à abandonner, il est plutôt de ceux qui continuent à attaquer. Quand l'adrénaline est à son maximum, il peut avoir des choix de mots malheureux et c'est mon rôle, comme à Mexico, de l'appeler et de recentrer sa concentration."

"Sebastian s'est excusé auprès de Charlie et de la FIA et la FIA lui a répondu. J'ai parlé tous les jours avec Sebastian et pas seulement après la course mexicaine. Peut-être que des gens pensent qu'on a des différends mais ce n'est pas le cas, nous jouons carte sur table. Nous avons une relation fantastique basée sur l'honnêteté. Je le respecte en tant que pilote, il est quadruple Champion du monde et s'implique énormément dans son travail. J'ai dit il y a quelques temps qu'il le faisait parfois trop, mais ce n'était pas une critique, au contraire. Il faut simplement lui dire, parfois, de se calmer, de regarder devant lui et d'attaquer, mais je ne vois rien de mal à cela."

Bernie Ecclestone a récemment déclaré que si Ferrari n'avait pas gagné de titre mondial lors des dix dernières années, c'était en partie dû au fait que l'équipe était 100% italienne.

"Nous connaissons tous Bernie" poursuit Arrivabene. "Il a dit le contraire le lendemain et il est également venu s'expliquer à moi sans que je lui ai demandé. Si je ne dis pas de bêtise, il a dit qu'il faudrait quelqu'un à mes côtés pour m'aider. Ce n'est pas le cas, je fais partie du département compétition de Ferrari et j'ai des centaines de personnes à mes côtés. Nous avons un département technique mené par Mattia Binotto. Tout le monde travaille très bien, c'est une fabuleuse équipe."

"J'ai toujours été passionné par Ferrari, toute ma vie, même avant d'être à ce poste, et Ferrari rime avec passion et émotion. Quand je suis à l'usine et que je traverse la route pour aller au département des voitures de route pour les voir sortir de l'usine, ce sont des moments remplis d'émotion. Ce n'est pas un handicap, c'est un rêve."

Quant à la pression ressentie, Arrivabene ironise.

"La pression? Je peux en parler. Il n'y rien d'étrange pour moi là dedans parce que vous savez, le jour où vous signez votre contrat, que tout le monde surveille ce que fait Ferrari. Alors lorsqu'on me demande si je suis sous pression, ça me fait rire."
source: Nextgen-Auto.com

Lauda et Wolff - Liberté totale pour les pilotes Mercedes
Niki Lauda insiste sur le fait que Nico Rosberg et Lewis Hamilton sont totalement libres de se battre lors de cette fin de saison, qui doit décider du titre mondial.

L'Autrichien, qui admet avoir eu du mal à contrôler les deux pilotes par le passé, reconnait que c'est plus facile dans cette situation.

"Je ne leur parle plus. Ils sont libres de courir. Ils peuvent faire ce qu'ils veulent. Laissons-les tranquilles et profitons du spectacle. Il va être intéressant."

"Même si tout le monde dit que Nico a une avance confortable, de la pluie est prévue pour la course et cela peut causer bien des problèmes. En Formule 1, on ne peut jamais être certain d'être titré qu'après avoir effectivement remporté le titre."

Toto Wolff tient le même discours.

"Nous sommes dans une situation confortable puisque nous avons déjà gagné le Championnat des Constructeurs et celui des pilotes ne nous échappera pas. Maintenant, dans cette position, je me dois, et toute l'équipe aussi, d'être le plus neutre possible et de ne pas donner l'impression que j'aime davantage un pilote que l'autre", explique-t-il au 'Figaro'.

"Au Mexique, on a même fait en sorte que chacun des deux accorde le même temps à des moments marketing ou presse, pour qu'il n'y en ait pas un qui se plaigne d'avoir dû en faire davantage. Tout repose sur un équilibre le plus parfait possible afin qu'ils aient la même chance de performer."

L'Autrichien prédisait une bataille pour le titre jusqu'à la dernière course mais elle pourrait bien se terminer dimanche.

"Ma prédiction s'appuyait déjà sur ce constat simple: après l'abandon de Lewis en Malaisie, Nico savait qu'il pouvait finir deuxième de chaque grand prix - voire même une fois troisième - et remporter malgré tout le titre à la fin. Il était donc logique que Nico, même s'il cherche toujours à gagner, prenne un peu moins de risques et gère cette situation favorable alors que Lewis, lui, ne doit plus calculer."

"Après, j'avais aussi ce sentiment car nos deux pilotes sont très proches l'un de l'autre en termes de performance. Cela me semble donc être le scénario le plus probable que tout se joue lors de la dernière épreuve. Pour le bénéfice de la F1, Bernie Ecclestone en serait très content car l'audience monte."

Sa neutralité est-elle une réalité? C'est pourtant difficile à imaginer...

"Pourtant c'est le cas. C'est comme si j'avais deux enfants que j'aime de la même manière. Après, il arrive des moments où l'un peut m'agacer plus que l'autre, ou alors que l'un soit mieux que l'autre. Mais c'est absolument normal. En fait, c'est plus difficile à gérer tant que tout n'est pas encore gagné car à ce moment-là, la pression est très importante. Il ne faut pas oublier que nous représentons une grande marque et que nous nous devons d'être compétitifs."
source: Nextgen-Auto.com

Le Groupe Stratégie va demander une réduction des pénalités
Comme l'ont souligné quelques patrons d'équipe lors de la conférence de presse de la FIA d'hier , il est temps de simplifier les règles en Formule 1 parce qu'elles mènent à des pénalités parfois complexes à appliquer de manière constante et compréhensible.

Cet appel semble avoir été entendu par la FIA et la FOM de Bernie Ecclestone: le sujet sera débattu lors de la prochaine réunion du Groupe Stratégie de la F1.

Cette réunion, qui se tiendra mercredi, devrait permettre d'avoir un nouvel accord sur les règles sportives et notamment réduire de manière drastique les pénalités infligées aux pilotes.

"Les règles sont trop compliquées. Nous demanderons donc à la FIA lors de cette réunion de rendre les choses bien plus simples afin que tout le monde puisse comprendre. Parce que même moi je ne comprends plus", lance Bernie Ecclestone.

En plus de Red Bull, Sauber, Renault et Ferrari, Niki Lauda soutient cette position pour Mercedes.

"Oui la situation est devenue folle. On prend maintenant des heures après la course pour juger si un dépassement est conforme ou pas à des règles. Mais quelles règles? Un dépassement, ça doit être un acte de pilotage, lié à l'instinct. Il faut simplifier les règles et supprimer les pénalités stupides."
source: Nextgen-Auto.com

Un coup de fil entre Wolff et Verstappen énerve Marko!
Un coup de téléphone donné par Toto Wolff a provoqué de nouvelles tensions entre Mercedes et Red Bull.

Le patron de Mercedes en F1 a en effet appelé Jos Verstappen, le père de Max, après le Grand Prix du Mexique. L'Autrichien a demandé à Jos de calmer son fils, qui est allé au contact de Nico Rosberg à Mexico City, lors de la course.

"Max est très controversé comme personnage. Il conduit très bien, il a beaucoup de talent mais il l'exprime de façon parfois un peu dure. Personnellement, j'aime cela. Il est important de laisser un peu de souplesse aux pilotes pour s'exprimer. En cela, Max fait du bien à la Formule 1. Après, il doit juste essayer de faire attention dans certaines situations", déclare Wolff.

"Au Mexique, il a eu une manœuvre très limite vis-à-vis de Nico. Si Max avait sorti Nico, cela n'aurait pas été que moi qui aurais été fâché après lui mais la moitié du monde qui lui aurait reproché d'avoir interféré inutilement dans la course au titre. Je trouve cela dangereux pour lui car il a plus à perdre dans cette situation qu'à gagner."

Quant à ce fameux coup de fil, "je voulais simplement dire à son père, que je connais depuis longtemps, que ce serait bien dommage si son fils interférait dans le résultat final du championnat à cause d'une manœuvre un peu trop dure."
Evidemment, chez Red Bull, Helmut Marko s'est mis en colère.

"Cela devient de plus en plus absurde! Si Wolff veut quelque chose de notre part, il n'a qu'à contacter les gens de chez nous et pas le père d'un pilote."

"Nous faisons notre propre course. Ce n'est pas comme si nos pilotes étaient à un tour. Dans ce cas nous comprendrions qu'il faut laisser de l'espace."

"Franchement, je n'ai jamais vu une telle interférence dans le passé", ajoute Marko. "Appeler le père d'un pilote pour le manipuler, c'est très mauvais."

Wolff se défend et tacle Marko.

"Max fait confiance à son père, c'est le seul qu'il écoute. Il y a actuellement une spirale d'histoires plus négatives les unes que les autres sur Max et il ne les mérite pas. Mais si une collision avec Nico ou Lewis venait à se produire, son image négative serait complète. Je voulais juste qu'il en prenne conscience."
source: Nextgen-Auto.com

La simplification des règles est une priorité pour tout le monde
Après les incidents du premier virage au Mexique, et les pénalités qui ont été données, ou n'ont pas été données, le monde de la Formule 1 arrive à se mettre d'accord sur une chose: les règles concernant les passages hors piste doivent être clarifiées et simplifiées.

"Les pilotes doivent prendre le règlement avec eux dans la voiture le dimanche et le consulter avant d'attaquer ou défendre leur position" ironise Christian Horner. "Il y a trop de place à l'interprétation des événements. Lewis Hamilton va tout droit au premier virage au Mexique, en ressort 500 mètres plus loin, est-ce un avantage ou un désavantage par rapport à Max qui sort et revient dans la même position avec des pneus sales? C'est très difficile pour les équipes, pour les pilotes, et évidemment pour les spectateurs, de savoir ce qui est autorisé et ce qui ne l'est pas. Je pense qu'il faudrait que ce soit plus simple."

Horner pousse les dirigeants de la F1 à trouver des solutions pour que les pilotes soient pénalisés par le simple fait de sortir de la piste, plutôt que de faire appel aux commissaires qui doivent ensuite évaluer le besoin de mettre une pénalité et la teneur de celle-ci.

"Je dirais qu'il faut moins de règles, et plus de clarté. Personne ne veut voir un pilote dangereux mais laissons-les faire la course. Laissons-les se battre roue contre roue. Tout le monde parle des derniers tours à Mexico et soyons honnêtes, le reste de la course était assez ennuyeux. Les dix derniers tours étaient fantastiques et on en a beaucoup parlé depuis car c'est comme ça qu'est censée être la F1."

"Évitons les situations où les pilotes peuvent couper les virages et en gagner un avantage, mettons des bacs à graviers, quelque chose pour ralentir les voitures. Comme cela, on évite aux commissaires de devoir interpréter subjectivement les événements. Je pense que pour les équipes, pour les pilotes, et surtout pour les fans, il faut revenir à quelque chose de plus clair, plus simple, qui soit plus facile à comprendre."

Malgré le différend qui les oppose, puisque deux de leurs pilotes ont été pénalisés au Mexique pour des faits de course, Horner et Maurizio Arrivabene sont bien d'accord sur un point, à savoir qu'il faut faciliter la compréhension du règlement.

"Si l'on repense à Mexico ou à d'autres courses, je comprends les difficultés auxquelles les commissaires font face car ils doivent prendre une décision rapide en accumulant le maximum de données et de preuves en aussi peu de temps que possible, ce n'est pas un travail simple. Le groupe stratégie a très souvent demandé une simplification des règles et je pense que c'est une chose à laquelle on doit penser à l'avenir afin de ne pas avoir à écrire une règle A doublée par une B, elle-même couverte par une C, et ainsi de suite", déclare le directeur de la Scuderia.

"S'il y a une règle elle doit se suffire à elle-même. Je dis cela avec tout le respect possible pour les gens qui s'en occupent, mais je pense que ce sport est déjà compliqué technologiquement. Je pense que cette simplification aiderait tout le monde."

Pour Monisha Kaltenborn, la simplification est une chose, mais il faut aussi que les règles soient appliquées de la même manière pour tout le monde: "Il faut simplifier mais il faut surtout appliquer les règles de manière logique. Cela dépend toujours de l'interprétation des gens qui les font appliquer, mais en plus de les simplifier, il faut également les appliquer à la lettre pour tout le monde. Il faut que ça dépende toujours des mêmes personnes afin qu'il y ait une certaine régularité dans l'application du règlement."

Fred Vasseur, dernier directeur d'équipe à s'exprimer sur le sujet, pense qu'il est surtout difficile de satisfaire tout le monde avec un tel règlement.

"Ce n'est pas simple car il faut d'abord savoir si la décision sera prise pendant la course ou non, et il y aura toujours des insatisfaits. Si on la prend pendant la course, il faut quand même prendre du temps et si elle est prise après, on chamboule le résultat de la course ou du podium. Nous aurons toujours ce genre de problèmes dans les chicanes et la seule solution serait certainement de faire toutes les courses à Monaco. Ralentir les voitures lorsqu'elles coupent des virages serait la meilleure, il faut trouver une solution pour que les pilotes soient immédiatement pénalisés afin d'éviter les discussions et les commissaires, sans quoi ce sera toujours compliqué après la course" conclut Vasseur.
source: Nextgen-Auto.com

Palmer et Magnussen s'échangent quelques politesses
Jolyon Palmer pense que Kevin Magnussen a fait une erreur en refusant le contrat d'une année que lui proposait Renault. Le Danois a expliqué qu'il ne voulait pas jouer les jokers pour le constructeur français, et c'est Jolyon Palmer qui a hérité du rôle aux côtés de Nico Hülkenberg pour 2017, ce qui ne le perturbe pas.

"Je suis surpris d'entendre ça pour être honnête" avoue Palmer. "Si Renault s'est tournée vers Kevin il a fait une erreur en refusant car je pense que Renault devancera Haas l'année prochaine. Si l'on a le choix d'aller un an chez Red Bull, c'est mieux que d'aller chez Toro Rosso pour deux saisons. Au final, ça m'est égal car je suis là pour une année supplémentaire et rien ne change pour moi."

"J'ai une option pour le futur, je dois faire un bon travail l'an prochain. C'est compréhensible de la part de Renault car ils veulent voir comment je m'en sors face à Nico. Je crois en mon potentiel et la voiture sera forte l'année prochaine, plus forte, et c'est à moi de faire le meilleur travail possible afin de satisfaire Renault".

Des propos qui n'ont pas laissé Magnussen de marbre, lui qui a préféré s'assurer deux ans en Formule 1. Le choix de Haas est cependant compréhensible tant les performances affichées par l'écurie américaine pour ses débuts ont été encourageantes.

"Je pense qu'il peut être heureux que je sois parti" rétorque Magnussen, sous-entendant que sans ça, Palmer n'aurait pas été retenu. Le futur pilote Haas assume son choix et pense qu'il sera le bon malgré les hauts et les bas qu'a connu l'équipe débutante.

"Ce n'est pas la seule équipe qui a rencontré des hauts et des bas. Il n'y a sûrement que trois ou quatre équipes qui ont été stables tout au long de la saison. Ce n'est pas un problème, du moins même si c'est un problème, de nombreuses équipes l'ont rencontré. Leur première saison a été très impressionnante car ce n'est pas une équipe qui en a racheté une autre, ils ont créé une toute nouvelle structure et ont marqué des points dès leur première course. C'est très impressionnant, l'équipe n'est pas une structure comme les autres mais reste néanmoins fascinante."
source: Nextgen-Auto.com

Pirelli - Une usure assez prononcée sur la piste d'Interlagos
En raison des conditions sèches et de la chaleur présente sur le circuit d'Interlagos, les pilotes ont été en mesure de chausser les trois types de gommes disponibles durant les essais libres ce vendredi. Les prévisions sont cependant incertaines pour le reste du week-end, puisque des ondées demeurent possibles en qualifications, ainsi que dimanche pour la course. Les relevés du jour ne se révèleront donc pas forcément représentatifs.

Une Mercedes s'est portée au sommet de la hiérarchie à l'issue des deux séances, mais elles ont senti le souffle de la concurrence sur une piste en constante évolution, notamment du pilote Williams Felipe Massa qui s'est affirmé aux avant-postes pour sa dernière apparition dans le cadre de son Grand Prix.

Les températures sur l'asphalte ont atteint jusqu'à 50°C à la fin des EL2, quand les écuries se sont concentrées à boucler de longs relais, chaussées de gommes diverses et de différentes charges de carburant. Jusqu'à présent, environ 1"3 d'écart a été observée entre les mediums et les tendres, tandis que la différence entre les durs et les mediums est légèrement inférieure.

Au cours des essais matinaux, les concurrents ont nettoyé une piste encore poussiéreuse et 'verte', avant que de la gomme ne se dépose l'après-midi, offrant des conditions idéales pour simuler de longs runs, même avec le mélange le plus dur. Le meilleur chrono de la journée revient à la Mercedes de Lewis Hamilton qui, grâce aux pneumatiques tendres, domina les EL1 lorsque les teams se sont concentrés sur des simulations de qualifications, sous un thermomètre affichant des valeurs encore peu élevées et en réalisant des performances à une demi-seconde de la pole position établie l'an passé.

"Une journée très productive à Interlagos, aujourd'hui, mais nous saurons plus tard si cela aura été très utile", observe Paul Hembery, Directeur de Pirelli Motorsport.

"Les écuries ont en tout cas été en mesure de se faire une idée du degré d'usure et de dégradation qui semblent assez élevées, notamment avec les tendres, et en particulier le pneumatique arrière-droit qui est le plus sollicité à Interlagos. Que la piste soit humide ou sèche en course, nous devrions assister à des stratégies à plusieurs pit-stops, mais la météo restera le paramètre clé, tant en qualifications qu'en course."
source: Nextgen-Auto.com

La FIA rejette l'appel de Ferrari
Ferrari avait déposé un appel auprès de la FIA concernant la pénalité donnée à Sebastian Vettel au Mexique.

La Scuderia déclarait avoir de nouveaux éléments en sa possession mais la FIA a rejeté l'appel à Interlagos, suite à une séance de visioconférence avec les commissaire qui ont officié au Mexique.

La défense de Ferrari s'appuyait tout d'abord sur le fait que Charlie Whiting aurait pu demander à Max Verstappen de se replacer derrière Vettel et ne pas attendre la fin du Grand Prix.

La FIA note que c'est effectivement le cas mais que ce n'est pas une obligation pour le directeur de course.

Ensuite Ferrari a demandé à la FIA d'étudier les données GPS du contact entre Vettel et Ricciardo mais Jock Clear, l'ingénieur en chef de Ferrari, a reconnu que les données ne contredisaient pas celles déjà étudiées (télémétrie).

Ferrari a donc vu son appel rejeté.
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> Le pendu de la F1!
pendu • Découvrez le mot mystère en commettant moins de 6 erreurs et sauvez notre pilote de la pendaison!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.