En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Vendredi 04 Novembre 2016

Lance Stroll va-t-il sauver le Grand Prix du Canada?
Le Grand Prix du Canada, rendez-vous historique de la F1, est pourtant menacé. Sa présence au calendrier, l'an prochain, n'est encore que conditionnelle et provisoire.

Cependant, une excellente nouvelle est arrivée hier en provenance de Grove: Williams a annoncé la titularisation de Lance Stroll, un pilote canadien, soutenu par un père milliardaire. Ainsi, le promoteur de la course canadienne, François Dumontier, se félicite de voir un de ses compatriotes peupler à nouveau le paddock, après Jacques Villeneuve:

"Ma première pensée est pour les fans. Une attente de dix ans prend maintenant fin. Le Grand Prix du Canada célébrera ses 50 ans en 2017 et nous voyons Lance comme un cadeau sympathique pour cet anniversaire. Bien sûr, nous pensons que cela aidera à vendre des billets." De quoi, par conséquent, assurer la rentabilité financière de l'événement - et son avenir.

François Dumontier se rappelle des débuts de Jacques Villeneuve en F1: débuts sensationnels et tonitruants, puisque le futur Champion du monde 1997 jouait la victoire avec Williams dès sa première saison. "Je pense que ça va être quelque chose d'énorme. Nous nous rappelons, lorsque Jacques conduisait... les fans étaient là, et ils applaudissaient Jacques. Je pense qu'ils feront exactement la même chose pour Lance."

Lance Stroll sera d'ailleurs l'an prochain le pilote le plus jeune du paddock, plus jeune même que Max Verstappen, ce qui devrait lui octroyer autant d'attention que de mansuétude.

Cependant, avant que la course de Montréal soit officiellement prolongée, Bernie Ecclestone doit être satisfait. Le grand argentier de la F1 a exigé diverses améliorations sur le circuit, notamment au niveau des infrastructures.

François Dumontier est sur ce sujet fort optimiste: "Je suis très confiant pour régler tout ce dossier dans les prochains jours. Les discussions se sont bien passées avec Bernie, moi-même et la ville de Montréal. Je pense que dans les prochains jours, ceci sera derrière nous."
source: Nextgen-Auto.com

Horner répond à Wolff - Verstappen a le droit d'attaquer les Mercedes
Soucieux de préserver l'équité entre ses deux pilotes, Toto Wolff a récemment adressé un message personnalisé à l'attention de Max Verstappen: que le Néerlandais, par ses manœuvres trop agressives, ne vienne pas tamponner une des deux Mercedes au risque de fausser l'issue du championnat!

Cet avis n'est certainement pas celui de Christian Horner, qui a tenu à rassurer son jeune pilote: "Ce n'est pas la responsabilité de Max. Il voit une ouverture, il tente le coup, c'est ce qui fait de lui un pilote si excitant."

Max Verstappen a failli d'ailleurs accrocher Nico Rosberg en piste au Mexique, mais Christian Horner ne varie pas d'opinion pour autant: "Il a vu une ouverture et y est allé. Il y avait une opportunité créée par un pilote retardataire, et il en a simplement profité."

Le directeur de Red Bull est en tout point satisfait de l'agressivité de Verstappen en course, puisque c'est bien aussi la preuve que les monoplaces autrichiennes peuvent désormais rivaliser avec les Flèches d'Argent.

"Pour Max, être capable de tenter un dépassement sur Nico, le suivre à la trace pendant toute une course, c'est vraiment une excellente nouvelle. Nous réduisons l'écart, et vous ne voyez pas l'avance que Mercedes avait les précédentes années, ce qui augure de bonnes choses, non pas seulement pour cette année, mais encore, je pense, pour avoir une F1 plus compétitive l'an prochain" a dit espérer Christian Horner.
source: Nextgen-Auto.com

Ferrari - Ecclestone n'aimerait pas être à la place d'Arrivabene
Cette saison, Maurizio Arrivabene a de nombreux problèmes à régler. Sous le feu des critiques en raison de la saison manquée de la Scuderia, le manager italien doit garder la confiance des siens (dont son patron, Sergio Marchionne), tout en étant vertement critiqué par les fans comme par la presse transalpine.

Bernie Ecclestone, le grand argentier de la F1, sait que la discipline a besoin de son écurie phare. Mais "Bernie" sait aussi que la tâche de Maurizio Arrivabene est immense...

"Tout ce que j'espère, c'est que Ferrari va commencer à gagner des courses. Ce dont Maurizio Arrivabene a désespérément besoin, c'est d'un bon soutien en coulisses, comme Mercedes l'a, par exemple. Si l'équipe Ferrari avait le soutien de sa maison-mère autant que Mercedes, alors, Ferrari gagnerait des courses. Je suis aussi sûr que vous verrez une Ferrari différente l'an prochain."

Bernie Ecclestone dresse un parallèle peu flatteur pour Maurizio Arrivabene: l'arrivée de Jean Todt au sein de la Scuderia. "C'était un peu un risque pour Jean de le faire: Ferrari était une équipe 100 % italienne, et ils étaient un peu inquiets d'engager un étranger. Mais je leur ai dit: quand vous gagnerez le championnat, vous trouverez assurément un ancêtre de Jean en Sicile."

Le problème de Ferrari ne serait-il justement pas d'être trop italiano-centré? Bernie Ecclestone le pense à demi-mot: "Maintenant, Ferrari est redevenue une équipe très italienne. Et elle est gérée comme une équipe italienne. Donc je n'envie pas le boulot de Maurizio. Je n'aurais pas envie de le faire."
source: Nextgen-Auto.com

Sauber - l'argent est revenu, les recrutements s'amplifient
Sauber, depuis son rachat par Longbow Finance, continue de recruter tous azimuts. Récemment, Sauber a déjà attiré dans les montagnes suisses Xevi Pujolar, engagé comme ingénieur en chef, Nicolas Hennel de Beaupreau, nouveau chef de l'aérodynamique, ou encore Ruth Buscombe, nouvel ingénieur en stratégie.

La prochaine cible de l'écurie suisse devrait se nommer Jörg Zander, l'ancien directeur technique d'Audi en WEC. Le poste de directeur technique est justement vacant chez Sauber, depuis le départ de Mark Smith en début de saison.

L'homme de 52 ans a quitté Audi en 2015. La F1 ne lui est certainement pas inconnue: Jörg Zander a déjà travaillé pour Toyota, avant de rejoindre Bar-Honda en 2005 et BMW-Sauber en 2006. Il a ensuite encore changé d'écurie, en 2007, pour retourner chez Honda, alors écurie d'usine, où il était directeur technique adjoint. Jörg Zander a participé à la conception de la fameuse Brawn GP de 2009, avant de créer sa propre entreprise d'ingénierie à la mi-2009, en Suisse.

Il serait une recrue de poids pour Sauber - une de plus, ce qui montre que les nouveaux propriétaires semblent bien décidés à mettre tout l'argent nécessaire pour refaire de l'écurie suisse une des valeurs sûres du plateau.
source: Nextgen-Auto.com

Bottas pense pouvoir gagner avec Williams
Titulaire au sein de l'écurie Williams depuis 2013, Valtteri Bottas totalise pour le moment 9 podiums en Formule 1 avec une 2ème place pour meilleur résultat. L'an prochain, le Finlandais poursuivra son chemin avec l'écurie de Grove et explique aujourd'hui les raisons de son choix.

"Je pense que quand il y a un gros changement de règlements comme l'an prochain, c'est une excellente occasion de rattraper les écuries les plus rapides. Williams a souvent été plutôt bonne après un changement de règles: l'équipe a été très rapide pour comprendre la nouvelle voiture et trouver les ajustements nécessaires, et je crois en elle. Je pense toujours que nous pouvons faire mieux que ces trois dernières années, et c'est pour ça que j'ai voulu rester."

"Je veux que nous fassions plus de grandes choses ensemble et je crois que nous pouvons remporter des courses. Mais il nous faut vraiment y travailler dur et espérer que ce soit possible l'an prochain. Nous ne sommes là que pour la victoire, et je suis convaincu que Williams peut le faire."

Probablement courtisé par Renault et souvent lié à Ferrari, Bottas ne s'encombre pas d'arrière-pensées: "aujourd'hui, mes autres perspectives ne comptent pas du tout. Je serai chez Williams en 2017 et j'en suis tout à fait ravi."

Et en 2017 justement, Bottas sera le pilote le plus expérimenté au sein de l'écurie de Grove, suite à la retraite prochaine de Felipe Massa et l'engagement du jeune Lance Stroll. Un coup de vieux pour le Finlandais?

"Ça fait bizarre, j'ai commencé encore récemment mais il y a des pilotes bien plus jeunes maintenant en Formule 1! Je pense que Lance Stroll a beaucoup de talent, à en juger par sa carrière impressionnante avant la F1. Il a remporté chaque championnat dans lequel il a couru et a dominé la F3, où le niveau est très relevé. Il apprendra rapidement et l'équipe sera là pour l'aider. Je ne vois rien qui puisse l'empêcher de rapidement se montrer à la hauteur et je suis certain que nous pouvons former un bon duo. Évidemment, c'est la première fois que je serai le plus expérimenté des deux pilotes, mais je suis prêt."
source: Nextgen-Auto.com

Nasr 'assez confiant' dans ses chances de rester en F1
S'il avait débuté sa carrière en Formule 1 en tant que pilote d'essais pour Williams, Felipe Nasr avait par la suite décroché un baquet de titulaire avec Sauber en 2015. Dans la foulée, il signait le meilleur résultat de sa carrière en Australie mais, presque deux ans plus tard, le Brésilien n'est pas encore assuré de poursuivre en F1 l'an prochain après une saison minée par les problèmes financiers de Sauber.

"Rien n'est totalement certain mais je suis assez confiant quant à mes possibilités de rester en Formule 1 l'année prochaine, affirme ainsi Nasr. Tout le monde veut savoir dans quelle écurie, mais je ne sais pas encore. Avec un peu de chance, nous saurons bientôt."

Pour le moment, il reste des volants chez Force India, Renault, Haas et Manor. Même si certains semblent plus alléchants que son baquet actuel, le Brésilien ne semble pas forcément privilégier l'aspect performances.

"Il y a de meilleures chances de signer des résultats ailleurs, mais je suis chez Sauber depuis deux ans maintenant et nous avons tissé des liens. C'est bien plus facile de savoir comment travailler avec eux."

Le premier point de l'année pour Sauber est-il envisageable au Brésil la semaine prochaine?

"À São Paulo, on sait tous que la météo est une véritable inconnue. Il peut faire soleil comme pleuvoir le même jour, alors ça pourrait tourner à notre avantage si les conditions sont délicates. Ça nous aiderait à marquer un point parce qu'en temps normal, nous n'avons pas la voiture pour figurer parmi les dix premiers. Espérons que mon Grand Prix à domicile nous donne un coup de pouce!"
source: Nextgen-Auto.com

Essais Pirelli 2017 - Gasly termine 2 jours d'essais sur le mouillé
Pirelli poursuivait cette semaine les essais de ses pneus larges pour 2017, avec deux jours de tests à Abu Dhabi, sur le circuit de Yas Marina.

Le manufacturier italien a profité des installations du circuit pour faire tourner Pierre Gasly et sa Red Bull 2015 modifiée sur une piste artificiellement mouillée.

Le Français a couvert 286 tours en l'espace de deux jours, soit l'équivalent de 5 Grands Prix!

Grâce à l'éclairage, Gasly a pu tourner jusqu'à 21h chaque jour.

C'est la première fois que la Red Bull était chaussée des pneus pluie et intermédiaires prévus pour 2017, les précédents essais de ces pneus ayant été menés par Ferrari à Fiorano et Mercedes au Paul Ricard.

Les prochains essais de Pirelli se feront toujours à Yas Marina mais avec Ferrari, du 15 au 17 novembre, sur piste sèche cette fois.
source: Nextgen-Auto.com

70 millions d'euros pour permettre à Stroll d'arriver en F1
L'arrivée de Lance Stroll en Formule 1 aura coûté une fortune à son père, le milliardaire canadien Lawrence Stroll.

Selon les estimations, il aurait déjà dépensé pas moins de 70 millions d'euros pour son fils.

Stroll a notamment racheté l'équipe Prema de Formule 3 et débauché l'ancien ingénieur de Ferrari, Luca Baldisserri, pour superviser l'ascension de son fils.

Il a également acheté un 2ème simulateur à l'équipe Williams, à Grove, afin que Lance puisse s'entrainer au mieux, quel que soit le planning des titulaires (Bottas et Massa).

Et dernièrement, il a monté une campagne d'essais privés avec une Williams de 2014 autour du monde. Lance a pu roulé sur les circuits de Silverstone, Budapest, Monza, Red Bull Ring, Barcelone, Yas Marina, Austin et Sotchi!

Cela a mobilisé 20 personnes et 5 ingénieurs de Mercedes, qui lui ont préparé deux moteurs.

"Le dernier débutant à avoir pu rouler autant de kilomètres avant ses débuts en Grands Prix, chez nous, c'était Jacques Villeneuve", a reconnu Pat Symonds, le directeur technique de Williams.
source: Nextgen-Auto.com

Williams 'fait ce qu'il faut pour franchir un cap' en 2017
Bien que son équipe ait plutôt bien négocié les derniers changements de règlement en 2014, Claire Williams affirme néanmoins ne pas se montrer "trop optimiste" à l'aube d'une nouvelle aire pour la Formule 1. Si l'écurie Williams avait en effet profité du passage aux V6 hybrides pour remonter de la 9ème à la 3ème place du Championnat des Constructeurs, les monoplaces plus rapides et plus larges prévues pour 2017 pourraient encore bouleverser la hiérarchie.

"L'an prochain, le changement sera radical, affirme ainsi Claire Williams. L'équipe avait abattu un travail fantastique pour 2014, tout particulièrement après des années à terminer 8ème ou 9ème. Mais il est encore trop tôt pour se prononcer et nous verrons bien."

"Je sais que nos départements en aérodynamique, ingénierie et conception ont fait un travail formidable jusqu'ici - à tel point que nous leur avons fixé des objectifs plus ambitieux - mais il est impossible de savoir où on se trouve dans la hiérarchie avant les premiers essais et la première course, parce qu'on ne sait pas ce que nos rivaux ont fait."

Après avoir terminé à la 3ème place du championnat en 2014 et 2015, Williams a eu plus de mal cette année et voit Force India lui disputer la 4ème position finale. Malgré cette baisse de forme, Claire Williams assure agir pour rester parmi les plus rapides.

"Comme je le dis toujours, nos objectifs sont clairs et nous sommes ici pour gagner, pas pour être en milieu de grille et terminer 15ème. Nous avons donc tous la pression à Grove. Nous travaillons évidemment en coulisses puisque les équipes de Formule 1 ne cessent jamais d'évoluer, et il nous faut nous pencher sur nos faiblesses et résoudre les problèmes."

"Il est trop tôt pour prévoir où nous serons en 2017, mais nous savons que nous sommes en train de faire ce qu'il faut pour franchir un cap."
source: Nextgen-Auto.com

Ecclestone - Brawn pour me remplacer? Du 'grand n'importe quoi'
Cette semaine, le bruit a couru dans le paddock que l'ancien ingénieur Ross Brawn pourrait être placé à la tête de la Formule 1 par ses nouveaux propriétaires, le groupe Liberty Media.

Si Brawn a affirmé n'être qu'un simple consultant et que son avenir dépendrait de l'actuel directeur de la FOM, Bernie Ecclestone, ce dernier nie toute modification de l'organigramme: "je reste le patron, ça ne changera pas. Je peux vous assurer que tout restera comme c'est actuellement" dit-il au Bild.

Certains affirment néanmoins qu'Ecclestone serait progressivement mis à l'écart par Liberty Media, qui souhaite procéder à des changements en F1. Quoi qu'il en soit, le Britannique assure qu'il ne faut pas s'attendre à des évolutions à court terme car le changement de propriétaire n'est pas encore totalement effectif.

"C'est assez simple: les accords Concorde courent jusqu'en 2020. Et jusqu'à cette date, ni les équipes ni les règles ne changeront. Les actionnaires peuvent bien évidemment changer, et les nouveaux mettront davantage l'accent sur la publicité que CVC."

"Ils n'ont pas le contrôle de l'entreprise. Ils en détiennent 10% et pour le moment, j'en suis toujours le PDG. Si Liberty prend les commandes, ils pourront faire ce qu'ils veulent. Mais ce n'est pas encore le cas alors ils ne peuvent pas faire comme bon leur semble."

De plus, Ecclestone ne semble pas disposé à faire de la place pour Brawn.

"Je serais ravi qu'il rejoigne la FIA, mais il ne peut rien pour nous en ce moment. Nous n'avons pas besoin d'un ingénieur ou de quiconque avec les compétences de Ross. Je ne lui ai pas parlé depuis longtemps et je n'ai aucune idée de ce qu'il va faire."

Brawn ne serait donc pas le "nouvel Ecclestone", comme certains l'ont affirmé? Le grand argentier de la F1 tranche: selon lui, "c'est du grand n'importe quoi.»
source: Nextgen-Auto.com

Renault - Une décision prise avant le GP du Brésil
Gunther Steiner prédisait une accélération des décisions sur le marché des transferts d'ici au prochain Grand Prix du Brésil et ce n'est pas Frédéric Vasseur qui va donner tort au directeur de Haas F1.

Le directeur de l'équipe Renault F1 espère signer avec un 2ème pilote avant la prochaine course, qui aura lieu la semaine prochaine.

"On avance doucement. Je pense que nous aurons pris une décision avant le Brésil", confie-t-il à 'Canal+'.

Kevin Magnussen et Jolyon Palmer vont donc être rapidement fixés. Le Danois semble toutefois être le favori pour rester, d'autant plus qu'il serait courtisé par Haas F1 maintenant. Vasseur relativise.

"Il ne faut pas écouter les rumeurs, c'est un truc de journalistes!"
source: Nextgen-Auto.com

Vandoorne est 100% concentré sur 2017
Maintenant que le championnat de Super Formula vient de se terminer, Stoffel Vandoorne va pouvoir se consacrer pleinement au rôle qu'il a tant attendu et qui le fait tant rêver: être pilote titulaire en Formule 1.

A partir du Grand Prix d'Australie 2017, il roulera sous les couleurs de McLaren-Honda en occupant le baquet laissé vacant par Jenson Button.

Le pilote belge se prépare déjà pour la saison prochaine, du mieux qu'il peut, et prend son nouveau statut déjà très au sérieux.

"Depuis le début de la saison, j'ai été présent à chaque Grand Prix et depuis la confirmation, je passe plus de temps avec les ingénieurs et la direction de McLaren-Honda", explique-t-il à APJ-Motorsports.

"Depuis que ma saison en Super Formula est finie et que la saison de Formule 1 va bientôt toucher à sa fin, je passe plus de temps avec les ingénieurs à l'usine et dans les différents services de l'entreprise. Je vais voir comment se présente l'évolution de la voiture pour l'année prochaine, et je vais aussi me retrouver plus souvent dans le simulateur: je vais essayer moi-aussi de développer la voiture pour 2017."

"En fait, tout ça me semble normal, parce que je connais déjà un peu tout le monde dans l'équipe. J'effectue la même préparation que Jenson (Button) et Fernando (Alonso) ont fait l'an dernier. A la base, j'avais déjà fait la même préparation auparavant, sauf que je ne pilotais pas le week-end de course. A présent, je vais me retrouver enfin dans la voiture."

La première saison de Vandoorne compotera un défi de taille: son coéquipier sera Fernando Alonso, l'un des pilotes les plus expérimentés de la grille. Pourtant, le Belge ne ressent pas une pression supplémentaire.

"Je trouve ça positif d'avoir Fernando à mes côtés. Il est double Champion du monde et tout le monde sait à quel point il est bon et quelles qualités il a. Je suis très heureux de l'avoir près de moi et de pouvoir apprendre de lui. Déjà pendant cette saison, j 'ai appris beaucoup de lui et de Jenson (Button). L'avoir comme coéquipier sera une bonne chose, car si j'arrive à briller à côté de lui, alors ça aidera aussi ma carrière."

Jenson Button, qui ne pilotera pas en 2017, a un contrat le liant à McLaren jusqu'en 2018, et il n'est pas impossible que le Champion du monde 2009 veuille revenir dans la compétition en F1. Vandoorne ne se fait pas de souci particulier à ce sujet.

"Je n'y pense pas pour le moment. Je me prépare pour ma première saison en Formule 1 et je ne pourrai faire que de mon mieux. C'est ce que je compte faire et c'est ce que j'ai fait les années précédentes dans toutes les séries. Pour le moment, nous devons nous bouger en tant qu'équipe afin de pouvoir revenir à la pointe, parce que les résultats actuels ne sont pas ceux que nous voulons. Donc pour l'instant, la plus grande priorité est de travailler main dans la main, très dur, pour gagner à nouveau."

Le jeune pilote se montre très prudent quand il s'agit d'estimer les progrès futurs de son écurie. Est-ce que selon lui McLaren sera capable de se battre pour le titre en 2017?

"C'est difficile et en plus trop tôt pour le dire, parce que nous en sommes encore très loin. Nous sommes conscients que nous avons réalisé de gros progrès depuis un an et demi."

"Le début de la collaboration de McLaren avec Honda a été quelque peu difficile. Cela a été dur d'avoir de bons résultats, mais les dernières courses ont été assez positives pour nous. Mais c'est tout de même encore trop éloigné des meilleurs. Espérons que les nouvelles règles en vigueur l'année prochaine puissent être une opportunité pour nous. Beaucoup de choses vont changer, mais pour tout le monde ce sera l'inconnu. Je pense qu'il faut attendre jusqu'au premier test et alors nous verrons qui montrera de bons résultats."

Le nouveau règlement fait parler de lui depuis des mois. Vandoorne donne son opinion sur les changements de l'année prochaine.

"Ce sera définitivement une grande étape. Il apparaît que les voitures vont devenir significativement plus rapides, ce qui est naturellement une bonne chose, pour nous les pilotes. A chaque changement de règlement, il y a une modification des rapports de forces. Nous ne savons pas qui sera bon, ou si une équipe va trouver quelque chose de particulier et devenir imbattable. J'espère que McLaren va trouver quelque chose de magique pour revenir à la pointe. Nous verrons bien. Mais, dans tous les cas, c'est bien que les choses changent l'année prochaine et je me réjouis déjà de voir comment seront les voitures."

L'introduction du Halo, qui devait se faire en 2017, a été reportée. Depuis plusieurs semaines, les pilotes actuels testent le système pour se faire un avis, qui s'avère très mitigé pour le moment. Pour Vandoorne, il est plutôt bienvenu.

"La FIA fait certainement du bon travail pour améliorer la sécurité dans le cockpit. Cela fait maintenant pas mal de temps que nous observons le Halo, même s'il ne sera pas présent sur les voitures l'année prochaine. Je pense qu'ils vont l'introduire certainement en 2018. Nous nous retrouvons encore pour le moment à un point où nous évaluons tout le positif et le négatif, et nous essayons d'améliorer ce système. Peut-être que la FIA va arriver dans quelques mois avec un tout autre système. Finalement, on ne peut pas dire non à un dispositif qui rend les sports automobiles plus sûrs."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: YouTube ::.
>> Découvrez les vidéos postés par les acteurs de la F1 et par les journalistes sportifs!
YouTube • Retrouvez-nous sur YouTube à l'adresse:
youtube.com/ZoneF1TV
.:: Publicité ::.