En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Lundi 31 Octobre 2016

Vettel devrait savoir qu'on n'insulte pas l'arbitre
Nous n'étions même plus étonnés, vendredi, d'entendre Sebastian Vettel hurler à la radio qu'il ne comprenait pas pourquoi d'autres pilotes utilisaient le DRS en essais libres. Nous étions un peu plus surpris, hier, de l'entendre critiquer Felipe Massa qui ne faisait pourtant que défendre sa place en course, face à lui.

Mais quelle ne fut pas notre surprise de l'entendre insulter Charlie Whiting à la radio, à deux reprises, en fin de course!

Probablement frustré par une saison en dents de scie, l'Allemand s'agace et ne se montre pas sous son meilleur jour depuis quelques courses. On l'a entendu à de nombreuses reprises se plaindre des retardataires lors des dernières courses, souvent à juste titre malgré un langage fleuri qui n'était pas forcément nécessaire.

En revanche, son comportement à la radio ce week-end au Mexique frise le ridicule et tombe dans l'incorrect. Comment un pilote, certes habitué pendant plusieurs années à s'isoler en tête de course, peut-il traiter de stupide un autre pilote qui ne fait que défendre chèrement une place dans les points malgré des pneus moins performants?

Cette réplique au sujet de Felipe Massa est d'autant plus aberrante qu'elle s'est probablement moins faite sous le coup de l'adrénaline que ses déclarations de fin de course, mais ce sont ces dernières qui lui vaudront peut-être d'être puni par la suite.

En effet, considérant que Charlie Whiting joue un rôle qui se situe à mi-chemin entre représentant de la fédération et dirigeant du corps arbitral, si l'on veut faire l'analogie avec les sports collectifs, Vettel s'est clairement attaqué à l'inattaquable. Plus que critiquer les décisions de l'arbitre, ce qui est généralement interdit, il a carrément insulté ce dernier.

Et bien que Charlie Whiting ne soit pas toujours équitable dans ses décisions, l'arbitre a toujours raison!

La FIA promet maintenant de se pencher sur son cas, qui sera aggravé par le nombre de pilotes qu'il a vilipendés à la radio ces dernières semaines, et la pénalité pourrait être lourde. Bien évidemment, cela pourrait paraître disproportionné qu'il écope d'une course de suspension, traitement normalement réservé aux énormes erreurs de pilotage, mais sa déclaration d'hier, lorsqu'il a dit sans y mettre les formes que Charlie Whiting pouvait aller se faire voir, est bel et bien une sortie de piste!

En football, critiquer l'arbitre est passible d'un carton jaune alors que l'insulter fait souvent écoper aux joueurs de plusieurs matchs de suspension. Au football américain, toucher l'arbitre ou le remettre en question trop brutalement est passible d'une suspension immédiate en cours de jeu. Et même en Indycar, pour prendre un exemple plus proche de la F1, les autorités dirigeantes ont interdit les pilotes de critiquer les décisions prises (ou pas prises) sous peine de lourdes sanctions.

Ce sont des exemples parmi d'autres puisque chaque sport a sa personnalité ou son organisation qu'il est interdit de remettre en question. Partant de ce principe, et considérant que Charlie Whiting est celui qui remplit ce rôle en Formule 1, une course de suspension avec sursis semble la moins lourde des peines qui pourrait être appliquée à Sebastian Vettel. Et une course de suspension n'aurait donc rien de scandaleux.
source: Nextgen-Auto.com

Hülkenberg ému de quitter Force India
Nico Hülkenberg se réjouit de se retrouver chez Renault à partir de l'année prochaine: il a toujours voulu piloter pour un constructeur, et l'offre de l'équipe au Losange tombait à point nommé pour lui.

Malgré sa hâte d'entamer un nouveau chapitre de sa carrière, il n'a pas été simple pour lui d'annoncer à Force India sa décision. L'Allemand s'est toujours montré heureux de faire partie de cette écurie.

"C'est difficile quand on doit dire à son chef qu'on s'en va. Ça n'a pas été simple pour moi" avoue-t-il.

"J'ai un rapport particulier avec Vijay (Mallya) et avec la direction de Force India. Ce n'est pas comme c'est normalement entre un pilote et une équipe. Nous travaillons en toute amitié."

Le pilote n'est pas le seul à être ému de son départ: le directeur adjoint de l'écurie, Bob Fernley, se montre également très touché: "Nico va sûrement beaucoup nous manquer" reconnaît-il.
source: Nextgen-Auto.com

Kvyat - 2016, comme 10 saisons en une
Daniil Kvyat reconnaît se sentir "plus fort" en parlant de la fin de ce qu'il nomme la saison la plus difficile de sa carrière.

Le Russe avait entamé l'année chez Red Bull et a été sur le podium en Chine, mais son équipe l'a replacé dans la combinaison de Toro Rosso, l'équipe junior, afin de promouvoir Max Verstappen.

Par la suite, Kvyat s'est démené pour faire au mieux et semblait être hors-jeu pour 2017, mais Red Bull le conserve finalement dans l'équipe junior pour un an de plus.

Pour le pilote de 22 ans, l'année 2016 a été longue.

"On dirait que ça a été 10 saisons en 1. Ça a été très long. Mais je suis plus fort. J'ai survécu" explique-t-il.

Il admet aussi que la nouvelle de son nouveau contrat pour 2017 lui a enlevé un énorme poids.

"Après la confirmation pour 2017, je suis plus calme. Maintenant, je me concentre sur ce qui importe vraiment."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton: Je n'aurais pu rêver mieux
Grâce à sa 51ème victoire de la saison glanée hier au Mexique, Lewis Hamilton compte désormais autant de succès en Grands Prix qu'Alain Prost. Mercedes a également remporté son 17ème succès de la saison - jamais un constructeur n'en avait fait autant sur une seule saison. Qu'est-ce que cela inspire au double Champion du monde?

"Eh bien, le plus important est le record de l'équipe. C'est simplement incroyable, fantastique. J'ai gagné presque la moitié de mes courses avec cette équipe. C'est vrai, le groupe de personnes que nous avons, c'est juste incroyable, leur manière de travailler ensemble... et pour la 3ème année d'affilée ils ont prouvé qu'ils étaient la meilleure équipe. Donc je suis très fier, comme je le dis toujours, de faire partie de cette équipe. C'était le plan en signant chez Mercedes: m'intégrer, participer à la croissance de l'équipe, et gagner. Je n'aurais pu rêver mieux."

A Mexico, l'Anglais a vécu une course bien tranquille, à l'exception de son blocage de roues au premier tour...

"Oui, au tour de formation, mon frein avant-droit n'était pas chaud. Je n'avais pas pu le chauffer. Donc j'avais 500°C au disque avant-gauche et 150-200°C au disque avant-droit. Donc, je suis arrivé au virage un, et le pneu avant-droit s'est simplement bloqué. J'arrivais avec tant de vitesse... J'ai été chanceux de ne pas percuter le mur. Et après, j'ai eu de très fortes vibrations. Je ne savais pas si je serais capable de finir le premier relais. Honnêtement, je pensais que je devrais m'arrêter, les vibrations étaient si importantes... Je pouvais à peine voir, pour être honnête. C'était bien mieux quand j'ai eu des nouveaux pneus, des pneus frais, c'était beaucoup plus propre."

La course s'est donc animée ailleurs dans le peloton. Que penser de la pénalité infligée à Max Verstappen pour avoir gagné un avantage sur la piste en défendant sur Sebastian Vettel? L'Anglais lui-même a coupé le premier virage au départ... les situations ne sont-elles pas comparables?

"Eh bien, j'ai fait vraiment un plat sur mon pneu, donc ce n'était pas un avantage, mais je pense que j'étais toujours devant, je menais la course, donc non. Je ne crois pas."

C'est la deuxième fois que Lewis Hamilton courre sur ce nouveau circuit du Mexique. Qu'est-ce que l'on pourrait améliorer sur ce tracé?

"Je dirais que nous devrions amener des pneus beaucoup, beaucoup plus tendres ici. Un arrêt, je ne sais pas si c'est excitant pour les fans, mais plus d'arrêts, oui, avec peut-être un pneu qui ne tienne pas aussi longtemps. Avec les pneus médiums, nous pouvions faire toute la course. Donc, je ne sais pas, peut-être que ça nous permettrait d'avoir plus de batailles, plus de luttes, puisqu'aujourd'hui, c'était généralement très facile avec ces pneus, donc cela rend la course beaucoup plus aisée."
source: Nextgen-Auto.com

Rosberg - à une victoire du titre...
Nico Rosberg a de nouveau signé une seconde place, hier, au Mexique. Ce qui lui suffit dans la perspective d'être titré à la fin de la saison. Accepter la défaite, cela fait-il partie du jeu pour lui?

"Lewis a été trop rapide ce week-end, donc je dois simplement accepter la 2ème place. Nous avons eu quelques batailles importantes là-bas. Au départ, j'ai été menacé et ensuite Max m'a aussi chassé, donc c'est bien d'être deuxième."

L'Allemand a eu deux batailles en course avec Max Verstappen, une au premier tour, une au 49ème tour. Que dire du comportement du Néerlandais en piste?

"Oui, c'est un peu à la limite, mais c'est de la bonne course, je pense, donc je suis sûr que c'était plaisant à regarder à la TV. Depuis la voiture, c'était quelque chose d'assez excitant, et je suis très heureux d'avoir à chaque fois pu sortir devant, et de finir deuxième."

Mais Max Verstappen n'a-t-il pas été trop agressif?

"Comme je l'ai dit, c'est à la limite, et ce n'est pas à moi de juger cela après-coup. Je n'ai pas vraiment tout vu. C'était une bonne bataille."

A part cette lutte contre la Red Bull, Nico Rosberg n'a pas semblé être vraiment inquiété...

"Non, à part cela, tout était OK, oui. Lewis était simplement un peu trop rapide aujourd'hui, et tout le week-end. Donc, il a fait un travail formidable et je dois vivre avec cette deuxième place ce week-end."

Venons-en à l'essentiel: si l'Allemand gagne au Brésil lors de la prochaine course, il sera Champion du monde...

"Je n'y ai pas pensé de cette manière, mais oui, si vous le dites, je peux comprendre, ça semble bien. Pour le moment, je pense plus à cette victoire manquée aujourd'hui. Mais bien sûr, à partir de demain, je m'y pencherai. Mais je dois rester sur mon plan initial: juste penser à aller là-bas, et essayer de gagner, ce qui me donnera satisfaction sur les deux plans!"

Nico Rosberg n'a pas gagné comme l'an dernier au Mexique. Peut-on expliquer cela par une différence dans l'approche de la course, dans la préparation mentale?

"Est-ce que je m'attendais à gagner? C'est un grand mot, mais ça n'a pas marché. Lewis a simplement fait un meilleur travail ce week-end et à part cela, si l'on compare à l'an dernier, je me sens généralement très bien cette année. J'ai fait une saison formidable, j'en suis content. La seule chose à laquelle je peux penser, c'est ma vie privée. Je suis très, très heureux, parce que j'ai une famille adorable avec une fille d'un an et deux mois, et c'est très spécial, je pense que cela a des conséquences sur ma saison en F1, parce quand vous arrivez avec un sourire sur votre visage, cela fait une différence."

Le pilote Mercedes a couru, comme les autres, pour la deuxième année consécutive au Mexique. Qu'est-ce qui devrait être amélioré sur ce tracé?

"Eh bien, la F1 peut vraiment, vraiment être reconnaissante, parce que les Mexicains ont embrassé notre sport de manière incroyable. Une foule immense est venue ici et l'ambiance était incroyable. Ce qui peut être amélioré? Je ne sais pas. Je n'y pense pas beaucoup. Je pense que la couse était... semblait assez excitante. Avec beaucoup d'événements. Donc... non, rien à améliorer."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso, frustré, a hâte d'être en vacances
Fernando Alonso a reconnu au Mexique qu'il ne serait pas malheureux de voir le drapeau à damier s'abattre lors du dernier tour de la saison, à Abu Dhabi, dans un mois.

Le pilote McLaren Honda a encore été très frustré en course hier et cela s'est ressenti lors d'un échange radio avec son ingénieur de course.

Alors qu'Andrea Stella lui demandait d'attaquer, Fernando Alonso s'est lancé dans une longue tirade lui disant que c'était bien ce qu'il faisait, qu'il était payé pour ça avant de conclure en disant: "fais ton travail et je fais le mien."

Après la course, Alonso a mis cela sur le compte de la frustration et a ajouté: ""plus qu'un mois maintenant avant de finir la saison et d'être en vacances!"

Sur une note plus positive, il conclut: "nous essayerons d'améliorer au Brésil. Mais il y a eu quelques courses cette saison où nous n'avons pas été très compétitifs, comme ici au Mexique."
source: Nextgen-Auto.com

Wolff - Rosberg a son destin entre les mains
Nico Rosberg peut devenir Champion du monde au Brésil s'il remporte la course, quel que soit le résultat de Lewis Hamilton.

Et selon Toto Wolff, le directeur de Mercedes en F1, c'est peut-être le meilleur scénario possible pour l'Allemand.

"Ce week-end, il était peut-être moins rapide inconsciemment parce qu'il sait qu'il doit éviter les erreurs. Mais au Brésil, il peut devenir Champion du monde s'il gagne. Cela va simplifier son approche du week-end et il se libérera probablement", explique l'Autrichien.

"Les gens arrêteront de lui dire qu'il doit se contenter de finir 2ème. Il a son destin entre les mains. Ce sera plus facile pour gérer la pression parce qu'il aura encore une chance, ensuite, à Abu Dhabi."

Rosberg peut aussi devenir Champion du monde dans d'autres cas de figure, s'il ne gagne pas, du moment qu'il totalise plus de 25 points d'avance sur Hamilton à la fin de la course. Il en compte pour l'instant 19.
source: Nextgen-Auto.com

Pirelli - Un arrêt a suffi à Lewis Hamilton au Mexique
Le pilote Mercedes Lewis Hamilton s'impose au Mexique depuis la pole position. Le Britannique s'élance chaussé des pneumatiques tendres et respecte une stratégie d'un seul et unique arrêt aux stands en basculant plus tard sur les pneumatiques medium.

Durant cette épreuve, Valtteri Bottas, pensionnaire de l'écurie Williams, est quant à lui relevé à une vitesse de 372,54 km/h (avec les enveloppes medium), soit une valeur officielle record, en course, en Formule 1.

A l'instar des deux Mercedes qui occupent la première ligne, la majorité des pilotes s'élance avec les mélanges tendres. Juste derrière elles, les deux Red Bull démarrent avec les super-tendres qui doivent, théoriquement, leur permettre de prendre un départ plus incisif au détriment de la longueur du premier relais. Daniel Ricciardo chausse néanmoins les medium durant le Safety Car Virtuel déployé dès le premier tour, puis les tendres pour un sprint final qui le voit rallier l'arrivée en 4ème position grâce à l'usage des trois types de gommes disponibles.

À l'exception de la Toro Rosso de Daniil Kvyat, tous les pilotes privilégient les pneumatiques medium durant leur deuxième relais, Felipe Nasr et sa Sauber s'étant pour leur part élancés en medium. Auparavant, Sebastian Vettel (Ferrari) boucle le plus long run de départ avec les tendres, n'en changeant pour les medium qu'au 32ème tour. Nasr effectue quant à lui le plus long relais de l'épreuve. En basculant des medium aux super-tendres au 49ème tour, il démontre ainsi la longévité de cette sélection en course, tandis que Jolyon Palmer, à un tour près, était en passe de boucler le Grand Prix en medium.

Les températures ont été plus élevées qu'elles ne l'ont été durant les essais libres, les valeurs sur la piste demeurant tout juste en dessous de 40°C tout au long de l'épreuve. La longueur de la pit-lane, fut l'un des paramètres clé du succès, puisque sa longueur - la plus importante de la saison - augmenta la durée de chaque pit-stop.

"La course s'est caractérisée par une forte dose d'éléments stratégiques, puisque les pilotes qualifiés en première ligne s'élançaient en gommes tendres et ceux de la seconde en super-tendres. Les teams ont cependant dû se montrer réactifs face aux éléments extérieurs et au scénario de la course pour profiter de la moindre opportunité. Mais comme nous l'avions imaginé, la plupart des pilotes rallia l'arrivée en ne respectant qu'un arrêt grâce au faible niveau de dégradation des pneumatiques", note Paul Hembery, Directeur de Pirelli Motorsport.

Le Baromètre vérité Pirelli: Lewis Hamilton s'est élancé en pneumatiques tendres avant de s'arrêter au 17ème tour pour chausser les medium. Soit la stratégie adoptée par son équipier Nico Rosberg qui s'arrêta quant à lui à l'issue de la 20ème boucle.
source: Nextgen-Auto.com

Ecclestone - Hockenheim n'a pas encore de contrat pour 2017
Bernie Ecclestone a fait le point sur la situation du Grand Prix d'Allemagne pour la saison 2017.

Un Grand Prix a bien été inscrit au calendrier de la FIA et celui-ci doit se dérouler à Hockenheim. Mais le circuit n'a pas de contrat pour l'édition 2017: son contrat en cours prévoit encore une édition, en 2018, dans le cadre de l'alternance qui avait été signée avec le Nürburgring il y a de nombreuses années déjà.

"Pour le moment, Hockenheim n'est pas encore certain d'être au calendrier l'année prochaine", explique Ecclestone à Mexico.

"S'ils n'ont pas envie de mettre sur la table la même somme d'argent que les autres promoteurs en Europe, continuer à organiser une course en Allemagne sera presque impossible."

Le directeur du circuit, Georg Seiler, s'était lui montré ouvert à la possibilité de signer un accord pour 2017, à partir du moment où les risques financiers étaient couverts par Ecclestone.

Le grand argentier est-il alors prêt à devenir le promoteur de la course dans ce cadre?

"Pour le moment, je ne peux rien dire", déclare Seiler.
source: Nextgen-Auto.com

Vasseur - La course de Magnussen reste un mystère
Frédéric Vasseur, directeur de l'équipe Renault F1, n'avait pas vraiment de quoi se réjouir après l'arrivée du Grand Prix du Mexique.

Il n'y a eu aucun point à l'arrivée pour les monoplaces jaunes et le Français reste très perplexe quant à la prestation de Kevin Magnussen.

"La course de Kevin est encore un mystère. Il était bien placé au départ, mais il luttait pour trouver du rythme et ce sur toutes les gommes. Nous allons passer beaucoup de temps à vérifier sa monoplace et à analyser la course pour comprendre comment nous aurions pu mieux faire", dit-il.

Vasseur était plus positif concernant la prestation de Jolyon Palmer. A l'heure où Renault F1 cherche son 2ème pilote, le Britannique continue de se signaler de manière positive.

"Jolyon a accompli une course solide où nous avons profité d'une stratégie agressive avec un arrêt anticipé durant la neutralisation. Il a effectué soixante-dix tours sur le même train de pneus et il s'est montré très régulier pour finir devant certains de nos plus proches rivaux. Il a défendu solidement sa position, notamment contre Jenson et Fernando. C'était une très belle prestation de sa part."

Le directeur français prévient toutefois: "Au Brésil, nous voulons clairement que nos deux voitures jouent les points.»
source: Nextgen-Auto.com

Mercedes se félicite du doublé après une course compliquée
L'équipe Mercedes a signé au Mexique son sixième doublé de la saison au terme d'une course à rebondissements qui a vu les deux flèches d'argent en difficultés à un moment donné de la course.

"Peut-être que ça semblait facile de l'extérieur, mais ce n'était pas le cas vu de l'intérieur" avoue Wolff. "Tout a commencé au premier virage quand Lewis a fait un plat sur une de ses roues au freinage. Nous nous sommes cassés la tête à savoir si l'on faisait un arrêt car les vibrations étaient de pire en pire. Nous l'aurions arrêté dans n'importe quelle autre course à cause du risque de rupture de suspension mais ça lui aurait coûté le championnat. Il a pu s'en tirer et après son arrêt, il a maîtrisé son rythme jusqu'à l'arrivée. Nous l'avons fait s'arrêter le plus tôt possible pour que la stratégie à un arrêt fonctionne."

"Du côté de Nico, la course était un peu plus compliquée car il était sous la menace directe des Red Bull durant toute la course. Sous pression, il n'a pas fait une seule erreur et a terminé à une solide deuxième place. C'était finalement une très belle journée, Lewis est devenu l'égal de Prost au nombre de victoires et je le félicite pour cet accomplissement. Maintenant nous allons au Brésil où Nico pourrait être champion s'il s'y impose, et nous chercherons à donner une voiture parfaite à chacun de nos pilotes."

Paddy Lowe est heureux de voir ses deux pilotes en haut du classement après une course aussi compliquée: "C'était très stressant en début de course avec le plat sur le pneu de Lewis. Les vibrations et la charge qu'elles mettaient sur les suspensions étaient largement au-dessus des valeurs permises. Je me rappelle de la rupture de suspension pour Kimi en 2005 dans des circonstances similaires. Nous savions qu'un arrêt aux stands de précaution ruinerait la course de Lewis et potentiellement son championnat, donc nous avons croisé les doigts et nous avons légèrement anticipé son arrêt pour que la stratégie fonctionne. Les craintes de Nico étaient surtout dues aux attaques de Verstappen ainsi qu'au dépassement des retardataires, mais il a réussi une très belle course jusqu'à la deuxième place."
source: Nextgen-Auto.com

Steiner - Nous n'avons pas fait d'offre à Magnussen
Günther Steiner a reconnu que l'équipe Haas est en pourparlers avec Kevin Magnussen en vue de la saison prochaine mais réfute les rumeurs selon lesquelles une offre serait déjà sur la table. Magnussen n'a pas eu de réponse de la part de Renault et prospecte donc pour s'assurer un avenir en F1, sans pour autant que l'équipe américaine n'ait transmis une proposition au pilote.

"J'étais étonné de lire cela, nous n'avons pas fait d'offre à Kevin Magnussen" explique le directeur de l'équipe. "Nous n'avons pas encore pris de décisions quant à notre duo de pilotes pour 2017 et nous parlons avec plusieurs pilotes. C'est notre travail, ça n'a rien d'étrange."

"Nous discutons avec Kevin de la même manière que nous discutons avec d'autres pilotes, mais la liste n'est plus à dix pilotes, simplement à deux ou trois, et Esteban en fait également partie. Ce n'est pas un secret que nous avons déjà parlé avec Kevin à Monza l'an dernier, et nous étions restés en contact avec lui depuis. Il mérite d'être en Formule 1."

Steiner réfute en tous cas les pistes menant à Felipe Nasr et Jolyon Palmer, pourtant soutenus financièrement: "Pour être honnête, je n'ai pas discuté avec eux."
source: Nextgen-Auto.com

FIA - Une course de suspension pour Vettel?
Sebastian Vettel risque maintenant de s'attirer les foudres de la FIA selon les spéculations d'après-course dans le paddock du Grand Prix du Mexique.

Pour ses insultes lors de la course envers le directeur de course, Charlie Whiting, l'Allemand pourrait être convoqué et sommé de s'expliquer sur ce langage, censuré à la télévision. Tout le monde a toutefois bien compris qu'il avait dit à Whiting "d'aller se faire foutre".

Jean Todt, le président de la FIA, n'est évidemment pas ravi.

"Ce que Vettel a fait est tout simplement ridicule", déclare son ancien patron chez Red Bull Racing, Christian Horner. "Je me demande s'il va s'en tirer comme ça."

Dans le paddock on évoque déjà une course de suspension, avec sursis, au mieux, ou ferme, au pire.

Arrivabene a demandé à son pilote de se calmer à la radio et a confié après l'arrivée:

"Il n'y a pas de frustration de sa part. C'est juste son tempérament. Sebastian exprime ses émotions. Il est allé présenter ses excuses à Charlie. Nous lui avons parlé, c'est tout."

Les pilotes Red Bull en ont rajouté une couche en déclarant tous les deux que "Vettel était très frustré cette année".

Nico Hülkenberg, son compatriote, craint une sanction pour le pilote Ferrari.

"Il a toujours l'impression que le monde est contre lui en course. Il doit faire attention. Et ce qu'il a dit à Charlie est vraiment extrême."
source: Nextgen-Auto.com

Lauda - Verstappen est une cause perdue
Après la tentative de dépassement de Verstappen sur Rosberg en début de course, qui aurait pu laisser le pilote Mercedes sur le carreau, Niki Lauda a exprimé sa colère envers le Néerlandais.

"Nico était clairement devant et Verstappen l'a chargé et poussé hors de la piste", critique Lauda. "Cela aurait pu coûter le championnat à Nico, c'est inacceptable. Son talent est incroyable mais il le gâche avec toutes ces actions stupides."

Toto Wolff reconnaît le spectacle proposé par le pilote de 19 ans mais regrette ce sentiment d'impunité qui se dégage de ses actions, et du manque de limites qu'il semble avoir.

"Comme je l'ai déjà dit, c'est assez rafraîchissant, il conduit sans tergiverser et j'aime ça", avoue Wolff. "Son équipe lui a dit de rester propre avec Nico quand il remontait, et c'est exactement ce que je lui aurait dit. On ne va pas au contact du leader du championnat à trois courses de la fin de saison. L'équipe lui a donné la marche à suivre mais peut-être que c'est différent dans la voiture, une fois la visière baissée."

L'avis de Niki Lauda est toutefois différent, et il ne semble pas s'intéresser à l'aspect rafraîchissant de Verstappen: "Quelqu'un qui fait autant d'erreurs doit être pénalisé, Helmut Marko devrait lui parler. Si Verstappen ne pilotait pas aussi agressivement, il progresserait bien mieux, il ne se rend pas compte à quel point. Il pense qu'il fait tout comme il faut mais ce n'est pas le cas, il doit se calmer. Je ne sais pas d'où lui vient cette arrogance, je ne comprends pas, c'est une cause perdue. La colère des autres pilotes ne cesse de grandir."

Et l'Autrichien en rajoute une couche, sur un ton bien plus débridé.

"Par rapport à sa pénalité, si ça avait été objectif, on lui aurait collé 10 secondes, dont 5 secondes pour le début de course, avec Nico. Max était coupable. Au bout d'un moment, il faut qu'il se rende compte que ça ne va pas. Je trouve la décision juste, que les commissaires disent enfin pour une fois, qu'un récidiviste comme lui doit être sanctionné. Je suis certain que Marko et Horner vont le contester, mais je trouve ça équitable et juste."

"Je ne suis pas toujours d'accord avec les verdicts donnés par les commissaires, parce qu'ils - disons-le comme ça - ne décident pas toujours de manière constante. Mais dans ce cas-là c'est correct. Je lui aurais collé 10 secondes direct, parce que la situation avec Nico était tout aussi dure."

"Ce qui serait raisonnable, c'est que Marko le chope entre 4 yeux (sic) à la place de se plaindre aux commissaires, parce que cela ne servira à rien."

Et les pilotes, doivent-ils parler à Verstappen?

"Ils l'ont déjà tous fait, mais il ne comprend tout simplement pas! Mais avec la pénalité d'aujourd'hui, en perdant la 3ème place, cela devrait le faire réfléchir. Il doit simplement devenir un peu plus calme. Il doit vraiment arrêter de rouler comme s'il était déjà une diva de la course automobile! La colère des autres pilotes ne va qu'augmenter. Et un jour, ils vont lui en coller une!"
source: Nextgen-Auto.com

Marko - Vettel n'a pas eu la classe d'un Champion du monde
Helmut Marko était très énervé après la course hier, notamment après Sebastian Vettel.

Selon le consultant au sport automobile de Red Bull, son ancien pilote n'a pas montré toute la classe que devait avoir un quadruple Champion du monde de F1.

"Pour moi cette situation n'est pas digne de lui, de son statut de quadruple champion. Son choix de mots (pour insulter Verstappen et Charlie Whiting) n'est pas de première classe", commente l'Autrichien.

Et le comportement en piste de Vettel laisse aussi à désirer.

"Il y a eu une règle claire concernant les freinages et il a changé de ligne de manière très nette. Daniel a été poussé vers le côté de la piste et il n'a pas eu de place. Vettel tourne vraiment sur lui. Et c'est bien ce que la loi anti-Verstappen comme elle a été appelée interdit."

Concernant la pénalité infligée à Verstappen, Marko n'est évidemment pas content.

"Il aurait dû garder son podium. Nous soutenons Max, la décision n'est pas compréhensible. C'était la même chose avec Rosberg au 1er tour. Les commissaires utilisent parfois différents standards pour juger et ça ne va pas. Il y a de la politique dans tout ça."
source: Nextgen-Auto.com

Les pilotes Red Bull réagissent à la pénalité de Vettel
Respectivement cinquième et troisième à l'arrivée du Grand Prix du Mexique, Daniel Ricciardo et Max Verstappen ont été classés aux troisième et quatrième places après que ce dernier puis Sebastian Vettel ont été pénalisés. Le premier l'a été pour avoir coupé la chicane et gagné un avantage, en plus d'une attaque trop agressive sur Rosberg en début de course, alors que le deuxième l'a été pour s'être décalé dans une zone de freinage.

"Je suis heureux de marquer des points supplémentaires et ça m'assure d'être troisième au Championnat des Pilotes donc je suis assez fier de cette saison", déclare Ricciardo. "J'aurais aimé monter sur le podium et en profiter mais c'était une situation particulière. La course était amusante et bien que j'étais un peu frustré après cet incident, la bataille fut amusante. Etre dans la position du chasseur en fin de course est bien plus sympa que de conduire tout seul, la course s'est animée et on l'a un peu épicée."

"Je veux me battre, ces pénalités d'après course ne sont pas géniales mais j'ai eu l'impression que c'était nécessaire aujourd'hui. J'ai lancé mon attaque et il m'a coincé. On se doit de lutter, et je ne m'attends pas à ce qu'on me fasse signe de passer gentiment, mais les changements de trajectoire au freinage sont interdits dans les textes aujourd'hui. Je suis seulement déçu de ne pas avoir profité du podium dans le stade."

Verstappen défend quant à lui sa sortie de piste qu'il juge similaire à celle de Lewis Hamilton au premier tour: "Il est lui aussi sorti et en a gagné un avantage, alors que moi je n'en ai même pas gagné, j'étais devant au freinage et quand je suis revenu sur la piste, j'avais la même avance, donc je ne comprends pas ma pénalité. Ce n'était que justice de voir Seb pénalisé, c'était une mauvaise défense et elle a été punie conformément au règlement. Tant que nous pouvons nous en tenir aux règles chaque week-end, nous n'aurons pas de frustration comme celle ressentie hier après la course."

"Je suis très heureux pour Daniel qui récupère ce podium après une course solide, et c'est un très bon résultat pour l'équipe. Elle renforce notre deuxième place au Championnat des Constructeurs et confirme la troisième place de Daniel à celui des pilotes. Après un peu de stress nous terminons le week-end avec le sourire, j'aurais pu faire quelques tours supplémentaires en super tendres afin d'être en mesure de dépasser Nico, mais les dépassements étaient compliqués à cause de la ligne droite. Les Mexicains ont encore une fois été extraordinaires."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton fier d'égaler Alain Prost
Lewis Hamilton a signé la 51ème victoire de sa carrière hier, en s'imposant au Grand Prix du Mexique. Il égale ainsi Alain Prost, le quadruple Champion du monde français.

Sa victoire a été un peu mise dans l'ombre des polémiques d'après-course mais elle est évidemment très importante pour lui.

"Il me fallait cette victoire, pour le championnat. Nico finit 2ème, il a assuré son travail mais rien n'est terminé", déclare Hamilton.

"Maintenant, je dois dire que je n'arrive pas à croire que c'est la 51ème victoire. Cela ne me parait pas réel d'égaler Alain Prost. Tout passe si vite en Formule 1."

"Ca me parait étrange parce que j'ai grandi en suivant ces gars. Alain, Ayrton, chez McLaren. J'espérais juste un jour pouvoir faire comme eux. Alors c'est un honneur d'en être arrivé là aujourd'hui."
source: Nextgen-Auto.com

Horner est heureux de la décision des commissaires
D'abord sur le podium avec Max Verstappen, l'équipe Red Bull avait perdu sa place parmi les trois premiers suite à la pénalité du pilote néerlandais. Son équipier avait donc fini au pied du podium après avoir été retenu de manière un peu chaotique par Vettel qui héritait du podium une poignée de minutes après la course, avant de passer aux célébrations.

Alors que les deux enquêtes, celle concernant la manœuvre de Verstappen et celle au sujet de la défense de Vettel face à Ricciardo, étaient lancées en même temps, le pilote Ferrari était pénalisé près de trois heures après l'arrivée du Grand Prix et glissait jusqu'à la cinquième place, offrant le podium sur tapis vert à Daniel Ricciardo, pourtant cinquième sous le drapeau à damiers.

"Je suis heureux de voir les commissaires prendre la bonne décision au sujet de l'incident entre Ricciardo et Vettel, ce qui nous permet d'augmenter notre avance sur Ferrari à 62 points", déclarait Christian Horner. "Ce fut une fin de course intéressante, pas forcément le genre de final que chacun veut voir, mais je suis heureux que Daniel ait validé sa troisième place au classement des pilotes, il a fait une saison excellente et il le mérite. Daniel et Max ont très bien piloté, ils ont augmenté leur niveau et c'est beau de les voir courir à ce niveau."

"Nous sommes pressés d'être au Brésil et c'est encourageant de voir que nous nous rapprochons de Mercedes. Voir Max être capable de suivre Rosberg tout au long de la course est une très bonne nouvelle. Mercedes n'a plus l'avance qu'elle avait auparavant, ce qui est bien pour le sport, non seulement pour cette fin de saison mais également en vue de 2017."

Christian Horner oublie toutefois de préciser qu'à trop vouloir suivre Rosberg, Verstappen a fusillé ses gommes et en ont résulté ses difficultés lors des derniers tours.
source: Nextgen-Auto.com

Arrivabene - Une pénalité trop dure et injuste pour Vettel
Sebastian Vettel a été privé d'un podium hier lors du Grand Prix du Mexique par une pénalité trop dure et injuste. C'est en tout cas la première réaction de Maurizio Arrivabene, le directeur de la Scuderia.

L'Allemand a été considéré coupable d'avoir bougé dans la zone de freinage lorsque Daniel Ricciardo a tenté de le dépasser. 10 secondes de pénalité l'ont fait rétrograder de la 3ème à la 5ème place.

"Malheureusement nous ne pouvons pas faire appel de ces 10 secondes de pénalité. Ce n'est pas possible avec ce type de sanction", se lamente-t-il.

"Pour nous, cette pénalité est trop dure et injuste", ajoute l'Italien. "Cela aurait pu être une journée spéciale. Nous méritions ce podium, qui nous a été pris par la bureaucratie. Notre équipe va rester soudée dans ce moment difficile."

Arrivabene voit le bon côté des choses.

"Notre stratégie a été la bonne, nous avons bien fait progresser nos deux pilotes pendant la course. Ils ont fait du très bon travail."

Sebastian Vettel reconnait que "je me battais durement contre Daniel mais j'ai essayé de lui laisser de l'espace et je pense l'avoir fait. Je respecte beaucoup Daniel et ce n'est jamais idéal quand vous vous touchez. Malheureusement je suis pénalisé."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton a failli faire un arrêt imprévu en début de course
Mercedes a révélé que la décision de faire rentrer Lewis Hamilton pour un arrêt en urgence a failli être prise au premier tour du Grand Prix du Mexique. L'Anglais avait fait un plat énorme lors de son freinage raté au premier virage et les vibrations étaient telles qu'un arrêt impromptu a été envisagé par Mercedes.

"Le calcul des vibrations était inquiétant dès le départ", révèle Toto Wolff. "Simon Cole, l'ingénieur de piste, et moi-même avons eu une conversation à la radio pour savoir s'il fallait s'arrêter pour des raisons de sécurité. Dans n'importe quelle course, nous l'aurions fait et perdu la course, mais nous l'avons laissé en piste de manière à ne pas ruiner sa fin de championnat."

Malgré ces vibrations, dont il se plaignait pendant la période sous régime de voiture de sécurité, Hamilton a réussi à prendre le large une fois le drapeau vert abaissé: "A chaque tour, durant chaque ligne droite, nous vérifiions les vibrations. Notre équipe a fait un travail fantastique afin de garder tout cela sous contrôle et nous l'avons fait rentrer un peu plus tôt car les vibrations s'intensifiaient et qu'une rupture de suspension était possible. Ce n'était pas une situation confortable entre le championnat à ne pas perdre et le risque d'une rupture de suspension."
source: Nextgen-Auto.com

Ocon voit l'arrivée, Wehrlein abandonne au premier virage
La course de l'équipe Manor, qui s'annonçait positive après les qualifications, a tourné au fiasco après que Pascal Wehrlein a été sorti de la piste par Esteban Gutiérrez au premier virage. Esteban Ocon a fait ce qu'il a pu avec une voiture qu'il n'a pas réussi à appréhender de tout le week-end.

"Cette course ne restera pas comme l'une de mes préférées de la saison, et c'est dommage car la piste est géniale et c'est une belle destination pour la F1", explique le Français. "La course n'était pas si mauvaise en comparaison du week-end mais on n'a pas réussi à résoudre les problèmes rencontrés avec la maniabilité de la voiture. Je suis finalement heureux d'avoir franchi l'arrivée."

"J'espère que les problèmes du week-end étaient spécifiques au circuit, je pense qu'on arrivera à trouver leur cause et que les choses reviendront à la normale au Brésil. C'était une course difficile et l'on ne pouvait rien faire, surtout avec 20 voitures à l'arrivée avec nous."

Quant à son coéquipier, il a vu sa belle performance de la veille ruinée après quelques centaines de mètres de course: "Je n'ai pas réussi à y croire, ça m'a brisé le cœur. Nous avions une chance de faire une belle course et c'est difficile d'accepter que cette chance soit ruinée au tout début de la course. J'avais pris un bon départ et gagné deux places et d'un coup, c'était terminé. J'étais devant et quand j'ai tourné, Gutiérrez m'a heurté par l'arrière. L'impact m'a fait décoller et m'a envoyé sur Marcus Ericsson. Ma suspension était cassée et ma course terminée, j'avais pourtant laissé de l'espace car j'étais à l'extérieur du virage, je ne comprends pas comment on peut faire une manœuvre aussi risquée au début d'une longue course."

Le motif de satisfaction restera l'apparition en Q2 pour Wehrlein, sa quatrième de l'année: "En effet, nous n'avons pas eu le résultat que nous méritions mais il y a beaucoup de positif à tirer des essais, des qualifications, et de la manière dont l'équipe a été performante ici. Nous devons continuer à travailler à ce niveau afin de sécuriser notre place au championnat, pour que le résultat en Autriche compte."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel pénalisé de 10 secondes et Ricciardo récupère le podium!
Sebastian Vettel a hérité d'un podium au Grand Prix du Mexique sur tapis vert... et il vient de le perdre sur tapis vert après avoir été pénalisé de 10 secondes par les commissaires de course de la FIA.

L'Allemand était jugé coupable d'avoir défendu sa place de manière trop agressive face à Daniel Ricciardo, en bougeant dans la zone de freinage. Ce qui est explicitement interdit par la loi "anti-Verstappen" depuis quelques jours.

Vettel, qui avait récupéré la 3ème place de Verstappen suite à la pénalité infligée à ce dernier, glisse maintenant au classement derrière les deux pilotes Red Bull. Il est désormais classé 5ème de la course. C'est Daniel Ricciardo qui récupère le podium!

Il écope aussi de 2 points de pénalité sur sa licence.
source: Nextgen-Auto.com

McLaren aurait dû tenter un arrêt au premier tour
Les difficultés rencontrées par Alonso et Button en qualifications se sont confirmées lors des 71 tours de la course à Mexico. Malgré des dépassements opérés sur leurs rivaux directs, les deux pilotes McLaren n'ont pu que constater les lacunes de leur monture et terminent aux 12ème et 13ème places.

"Je pense qu'on aurait pu faire un peu mieux, malheureusement nous étions au mauvais endroit au mauvais moment dans le premier tour", explique Alonso en référence au passage hors piste provoqué par Sainz. "Nous avons eu un petit incident qui nous a mis dans le trafic et nous avons passé 40 tours derrière Sainz. Il y a également eu un souci lors du deuxième arrêt qui n'a rien arrangé. L'un des pneus durait longtemps, l'autre nettement moins, donc nous avons tenté deux stratégies mais ni Jenson ni moi n'avons terminé dans les points. Au final, tout est bien plus facile quand on a un bon rythme."

Le constat est aussi douloureux pour Jenson Button qui, malgré une belle agressivité en piste, n'était que spectateur de son manque de performance: "Nous avons tenté une stratégie à un arrêt mais le souci pour nous, et pour tout le monde en fait, est que l'on ne pouvait pas dépasser. Nous avons perdu énormément de temps dans le premiers relais à cause du trafic. J'ai été coincé derrière Kevin, puis Fernando, Carlos et enfin derrière Palmer. Les dépassements étaient compliqués mais je les ai tous passés car notre rythme était très bon à ce moment-là. Cependant, je ne pense pas que nous aurions pu terminer dans les dix premiers, même sans être gênés."

"Le rythme n'était pas si mauvais en course, comme je l'ai dit j'ai pris du plaisir à dépasser et je me suis fait plaisir avec de belles batailles, mais c'est simplement difficile de doubler ici. On ne dirait pas, avec ces longues lignes droites, mais le dernier virage empêche de rester proche de la voiture qui nous précède. Et lorsque j'y arrivais enfin, j'avais déjà perdu du temps par rapport à ceux qui s'étaient arrêtés au premier tour. Nous aurions également pu le faire mais quand on est 12ème ou 13ème, même si ce n'est pas un bon résultat, ce n'est pas non plus un assez mauvais résultat pour tenter un pari. C'était une course assez étrange et c'est dommage car nous aurions pu finir bien plus haut si nous avions tenté ce pari, mais on ne sait jamais à l'avance."
source: Nextgen-Auto.com

70 tours avec un seul train de pneus pour Palmer
Jolyon Palmer et le Renault Sport Formula One Team ont mené une solide charge stratégique pour terminer quatorzièmes du Grand Prix de Formule 1 du Mexique après être parti du fond de grille. Vingt-et-unième au départ, Jolyon a effectué un seul arrêt dès la fin du premier tour et sous le régime de la voiture de sécurité. Le Britannique a ainsi bouclé un impressionnant relais de soixante-dix tours avec le composé médium apporté par Pirelli. Kevin Magnussen commençait l'épreuve au quatorzième rang et sa stratégie basculait d'un à deux arrêts pour un dernier run en pneus super tendres.

Kevin débutait la course depuis la quatorzième position avec un train de tendres neufs. Il chaussait des médiums neufs au douzième tour puis des super tendres neufs au cinquante-et-unième passage.

"Le week-end dernier, le relais tardif en super tendres avait vraiment bien fonctionné. C'était une tout autre histoire aujourd'hui. Il semble que nous n'avions pas le rythme nécessaire, qu'importe le pneu utilisé. C'était une course frustrante pour moi. Mon premier train de gommes tendres s'est effondré comme prévu, mais nous n'avons pu maintenir le rythme en médiums. Nous avons donc changé notre stratégie en faveur des super tendres, mais nous étions déjà trop loin. J'espère que nous pourrons connaître une bien meilleure course au Brésil."

Jolyon s'élançait de la vingt-et-unième place après en avoir gagné une, Romain Grosjean démarrant depuis les stands. Jolyon s'arrêtait au terme du premier tour sous le régime de la voiture de sécurité. Il échangeait alors ses super tendres neufs pour des médiums neufs qu'il menait jusqu'à l'arrivée.

"Je pense que la quatorzième place est ce que nous pouvions avoir de mieux en partant du fond de peloton. Je suis donc content! J'ai eu de très belles et amusantes batailles avec les McLaren et ces soixante-dix tours sur un seul train de pneus doivent probablement constituer un record... C'était un peu un défi, mais cela allait toujours bien sur la fin. Nous étions assez rapides pour contenir nos concurrents. Dans l'ensemble, je suis assez heureux de la journée."
source: Nextgen-Auto.com

Les Toro Rosso loin des points au Mexique
Après avoir pris la dixième place sur la grille de départ, Carlos Sainz espérait bien marquer l'un ou l'autre point aujourd'hui à Mexico, mais cela n'a pas été possible.

"Ce n'était tout simplement pas notre jour", déclare Carlos Sainz. "Quel après-midi! Durant le tour de mise en grille, j'avais déjà remarqué que quelque chose ne fonctionnait pas bien sur ma boîte de vitesses lorsque je rétrogradais. Mes freins aussi surchauffaient, et ce, dès le premier tour. Nous n'étions pas assez rapides et ces problèmes ne nous ont pas aidés. A cela, il faut ajouter 5 secondes de pénalité pour ce que j'ai fait à Fernando (Alonso) lors du premier tour. Cela a donc été une course très difficile dès le premier tour."

Daniil Kvyat est au contraire assez content de sa course. "Je suis assez content de ma course, même si je l'ai terminée en 18ème position. J'ai apprécié quelques belles batailles, quelques dépassements. Je me suis beaucoup amusé. Mais pour tout dire, nous étions trop lents aujourd'hui pour nous battre pour une meilleure position. Concernant ma pénalité de 5 secondes, je dois dire qu'il n'y a aucune constance dans les décisions. Je ne suis pas d'accord avec cette sanction même si après avoir vu les images, je changerai peut-être d'opinion."

Daniil Kvyat a en effet dépassé Romain Grosjean en sortant des limites de la piste. Il aurait pu éviter une pénalité en rendant sa position au pilote français, mais il ne l'a pas fait...
source: Nextgen-Auto.com

Force India marque sept points supplémentaires
Qualifié cinquième, Nico Hülkenberg portait de gros espoirs sur cette course et a réussi à prendre un bon départ pour se hisser au quatrième rang à la fin du premier tour. Toutefois, il a été contraint de céder face aux assauts de Kimi Räikkönen et a finalement terminé septième après un tête à queue.

"Ce n'était pas mauvais aujourd'hui, bien au contraire, c'était le meilleur résultat possible dans des conditions normales", assure Hülkenberg. "J'ai pris un bon départ mais une fois que les arrêts aux stands étaient passés, ça s'est transformé en un long après-midi solitaire. Cela m'a permis de contrôler l'usure de mes pneus. La bataille avec Kimi s'annonçait compliquée car il avait un gros avantage au niveau des pneus et j'ai même été surpris d'avoir pu me défendre aussi longtemps."

"Je me suis défendu autant que je le pouvais à l'intérieur, mais freiner sur une zone poussiéreuse avec des pneus qui ont 60 tours est assez délicat! Il est passé à ma hauteur et je n'avais pas d'autre choix que de faire un tête à queue pour éviter le contact. Au final c'est un très bon week-end, j'ai fait ma meilleure qualification et nous avons accompli un bon résultat. Nous quittons Mexico en ayant renforcé notre quatrième place au classement des constructeurs donc il y a de quoi avoir le sourire."

Un sourire qu'a du mal à partager Sergio Pérez après une course décevante à domicile: "Bien que je marque un point, c'était une course frustrante car j'étais bloqué derrière une Williams que je n'ai pas pu dépasser. J'ai tout essayé mais c'était compliqué à cause de sa vitesse de pointe. Il y a eu des moments où j'étais proche de pouvoir passer Felipe mais ça ne fonctionnait pas. Je pense que nous aurions pu essayer quelque chose de différent au niveau de la stratégie car nous avons sous-estimé l'effet du pneu médium qui s'est avéré plus résistant que prévu."

"On aurait peut-être pu s'arrêter plus tôt et tenter un relais plus long en médiums. C'est quelque chose que l'on devra étudier pour savoir si ça aurait pu faire une différence sur nos résultats. Les fans me soutenaient même avec cette dixième place, ils sont tellement loyaux, toujours derrière moi et ils m'ont donné énormément d'énergie positive tout au long de la semaine. Bien que j'aurais aimé leur offrir un meilleur résultat, ça a été la course la plus plaisante de la saison."
source: Nextgen-Auto.com

Sauber manque encore son premier point de peu
Marcus Ericsson et Felipe Nasr terminent le Grand Prix du Mexique respectivement en 11ème et 16ème positions. L'un était bien sûr plus satisfait que l'autre, même si le score de l'équipe suisse au championnat est toujours vierge...

"J'ai fait une très belle course aujourd'hui", affirme Marcus Ericsson. "Pour tout dire, je n'ai pas eu de chance avec mon accrochage au départ. J'ai eu peur que ma course s'arrête déjà là. Je suis rentré pour que l'équipe change le nez de ma voiture. Nous avons aussi vu grâce aux données de la télémétrie que mon fond plat était abîmé. Malgré tout ça, j'avais un bon rythme en course. Nous étions près des points aujourd'hui, mais pas assez. Nous devons toutefois rester positifs, car la course d'aujourd'hui démontre que nous avons pris la bonne direction."

Felipe Nasr avait peut-être choisi la mauvaise stratégie. "J'ai pris le départ en pneus médiums et j'étais le seul sur la grille de départ à avoir fait ce choix. Le premier tour n'était pas mal, car j'ai gagné quelques positions, mais ensuite je crois que j'ai eu de la malchance avec la voiture de sécurité. Tout le monde s'est regroupé et cela ne m'a pas aidé avec ma stratégie. Il est temps maintenant de penser à la prochaine course au Brésil. C'est toujours génial pour moi de revenir à la maison et de rouler à Interlagos."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Twitter ::.
>> Actualité, commentaires, résultats... retrouvez les tweets postés par notre équipe!
Twitter • Suivez-nous sur Twitter à l'adresse:
twitter.com/ZoneF1
.:: Publicité ::.