En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Dimanche 26 Juin 2016

La FIA et Pirelli concluent un accord sur quatre ans
La FIA et Pirelli ont signé mercredi un accord portant sur les quatre prochaines années pour soutenir la campagne FIA Action For Road Safety.

L'un des objectifs prioritaire de ce programme, initié en soutien du "UN Decade of Action for Road Safety" mis en place par les Nations Unies sur la période 2011-2020, est de mieux informer et sensibiliser les usagers sur l'importance de respecter le code de la route. Selon l'Organisation Mondiale de la Santé, les accidents sont la première cause de mortalité chez les 15-29 ans.

En qualité de Partenaire Global de cette campagne, Pirelli s'attachera à promouvoir les 10 Règles d'Or (FIA 10 Golden Rules) de la sécurité routière à travers ses réseaux. Pirelli organisera également des programmes d'entraînement et proposera des moyens de sensibiliser aux bienfaits d'une conduite plus sûre, en collaboration avec une sélection de membres des Clubs de la FIA.

A l'occasion de la conférence FIA Sport, organisée cette semaine à Turin, Marco Tronchetti Provera, PDG de Pirelli, a déclaré: "La sécurité a toujours constitué une priorité pour Pirelli. Non content d'être l'expression de la haute technologie et de la performance qui garantissent un plaisir de conduite optimal, nos pneumatiques suivent cette tendance d'évolution constante en matière de sécurité, tant pour l'usager de la route que pour l'environnement."

Jean Todt, Président de la FIA, poursuit: "Je suis heureux que Pirelli ait choisi de s'associer à la campagne FIA Action for Road Safety. Associé aux membres des clubs, ce partenariat participera à sensibiliser le plus grand nombre au message de sécurité, et à l'importance de respecter les autres usagers de la route."

Le partenariat qui unit la FIA et Pirelli, relatifs aux conférences FIA Mobility et FIA Sport, a par ailleurs été prolongé.
source: Nextgen-Auto.com

Red Bull veut gâter ses fans en Autriche
La marque Red Bull a toujours surfé sur la vague d'une communication efficace et décontractée, très proche des fans des divers sports qu'elle sponsorise.

Le Grand Prix d'Autriche, qui se déroulera sur le Red Bull Ring le 3 juillet prochain, est une occasion de plus de faire plaisir aux passionnés de Formule 1 de tous âges.

Il y avait déjà eu cette année un concours pour recruter les Grid Girls 2016 où Daniel Ricciardo devait faire son choix en complément du vote des internautes.

Red Bull n'en reste pas là et a annoncé sur son site internet que le rêve de tout passionné de la catégorie reine va être exaucé pour l'un d'entre eux. Charlie Whiting le laissera en effet agiter le drapeau à damier à sa place à l'arrivée de la course.

Chaque personne présente à Spielberg pourra tenter sa chance en se prenant en photo avec un petit kit prévu à cet effet sur place. Un jury choisira le meilleur cliché.

Les fans en culotte courte ne sont pas en reste car il est prévu que 22 enfants soient choisis pour accompagner les pilotes lors de la célèbre "Drivers' Parade". Cette initiative, que l'on retrouve habituellement dans d'autres sports comme le football, aura lieu pour la première fois en Formule 1. Pour pouvoir accompagner leurs idoles, les enfants ne devront pas avoir plus de 14 ans, détenir un billet valable pour le jour de la course et s'inscrire avant le 26 juin. La sélection se fera après l'étude des formulaires de candidature mis en ligne.
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo ravi d'enchaîner deux Grands Prix en une semaine
Après le Canada et l'Azerbaïdjan coup sur coup, c'est au tour de l'Autriche et de l'Angleterre de s'enchaîner en l'espace d'une semaine. Pas de quoi déstabiliser Daniel Ricciardo, bien au contraire.

"J'adore quand les week-ends s'enchaînent, c'est super de continuer sur sa lancée" affirme l'Australien. "Une pause de trois semaines me couperait les jambes."

"L'ambiance à Spielberg est toujours assez excellente, et le cadre est extraordinaire car la campagne autrichienne est plutôt jolie. Le circuit est assez court mais néanmoins amusant. J'adorerais qu'il y ait un peu plus de virages mais en l'état, le tracé est bien, assez fluide et rapide. Nous n'y avons pas décroché les résultats escomptés ces dernières années mais je pense que cette saison, nous l'abordons avec notre meilleur package alors avec un peu de chance, nous finirons parmi les 5 premiers."

Et Ricciardo est encore plus impatient de s'attaquer au Grand Prix d'Angleterre.

"J'adore vraiment Silverstone depuis que j'y pilote. Je suis fan de circuits urbains mais j'aime tout autant les virages et les tracés rapides, et Silverstone propose l'un des meilleurs enchaînements de l'année avec Magotts, Becketts et Chapel. Ils sont amusants et requièrent beaucoup d'engagement de la part des pilotes. Si on est au volant d'une bonne voiture, on peut y ressentir tout son potentiel."
source: Nextgen-Auto.com

Button - Nous avons besoin de bons circuits pour de bonnes courses
Jenson Button pense que la F1 ne fait pas un mauvais travail pour l'essentiel,mais il admet qu´il y a toujours de la place pour l´amélioration afin de garantir la tenue de bonnes courses.

Le Britannique, qui siège à l'une des places les plus importantes du GPDA et qui n´a jamais été timide lorsqu'il s'agit de faire part de ses opinions sur le sport, était très critique sur certains aspects concernant la sécurité lors de la première édition du Gand Prix d´Europe en Azerbaïdjan, en disant que le manque de dégagements dans certains virages était contradictoire aux changements effectués pour rendre la F1 encore plus sûre.

"Nous avons travaillé tellement dur pour la sécurité, nous avons constamment amélioré des circuits et nous arrivons ici avec des virages comme le 3, 7 et 15 qui n´ont aucun dégagement" a-t-il dit avant que des modifications mineures aient été faites après le premier jour à Bakou.

"Ce que je veux dire, c'est qu'ils font tous les tests possibles pour la sécurité et les dégagements. Et avec la pression que nous avons mis sur ces sujets dans le passé, vous pouvez penser qu'ils allaient continuer dans de sens. Mais peut-être que je me trompe."

Ensuite, le champion de 2009 a élargi son point de vue initial en admettant que la tâche d´équilibrer la notion de sécurité et la volonté de produire des courses excitantes, et cela, surtout pour un nouveau tracé, n´était pas chose facile. Mais il insiste en plaidant pour des circuits qui garantissent l'intensité de la F1 tout en assurant que les pilotes ne soient pas forcés à prendre des risques inutiles.

"Nous avons besoin de circuits qui sont bons pour la course" insiste Button. "Nous avons besoin de pilotes, de plusieurs équipes et pas juste une équipes, qui se battent pour la victoire. Nous avons besoin de circuits qui montrent les qualités des monoplaces de F1, des virages rapides..."

"Il nous faut des circuits qui conviennent aux voitures de F1, sur lesquels vous pouvez vous battre, où vous pouvez dépasser, sur lesquels on peut remonter. C`est ce que les gens adorent, voir des batailles. Quand vous regardez Barcelone, il y avait 4 voitures de 2 équipes différentes qui se battaient pour la victoire. Les gens ont allumé leurs télévisions pour voir cette course plus que n´importe qu´elle autre cette année à cause de cela."

"Cependant, en tant que pilotes, quelle que soit votre force ou quelle que soit la taille des couilles que vous pensez avoir, nous avons besoin de zones de dégagement parce que c´est nécessaire. C´est un sport dangereux et nous comprenons tous que c´est un sport dangereux mais il y a, à certains endroits, des risques inutiles."

"C´est notre rôle à nous tous de faire un meilleur travail, pour se rapprocher de la tête et rendre les courses meilleures, parce que ce sport est toujours populaire. Mais il y a encore beaucoup de place pour le progrès."
source: Nextgen-Auto.com

L'Azerbaïdjan n'a pas forcément besoin d'une course de nuit
Après la première édition du Grand Prix de Bakou dimanche dernier, l'Azerbaïdjan n'a pas écarté la possibilité d'organiser rapidement une course de nuit à l'avenir. Le circuit rejoindrait ainsi Singapour et Bahreïn dans la liste des Grands Prix nocturnes, mais son promoteur Arif Rahimov confie à Fox Sports qu'il n'en voit pas l'utilité pour le moment.

"Organiser une course de nuit complique l'affaire: l'éclairage nécessaire est très élaboré, et il doit évidemment être monté et démonté chaque année, comme ils font à Singapour. Ça coûte aux alentours de 20 millions de dollars si j'en crois les autres promoteurs, en plus de nécessiter plus de ressources énergétiques."

"À Singapour, ils ont fait de la course de nuit leur principal argument. Je pense qu'à Bakou, nous avons d'autres atouts dans la ville. Peut-être que dans quelques années, quand les gens se seront habitués au circuit et qu'ils ne le considèreront plus que comme une course de plus - si tant est que ça arrive - nous essaierons d'épicer un peu l'évènement en y ajoutant un nouvel élément. Mais je pense que dans les cinq ou six prochaines années, le Grand Prix de Bakou sera une destination privilégiée et que ce que nous avons actuellement est suffisant."

Rahimov espère de plus pouvoir bénéficier d'un calendrier plus aéré l'an prochain.

"Je ne pense pas que nous soyons programmés la semaine qui suivra le Canada l'an prochain, parce que ça a été très délicat de tout rapatrier avant le mardi, surtout que c'était la toute première édition. Nous avons évidemment dû apprendre à gérer les choses dans le paddock et ça s'est bien passé mais dans l'idéal, il faudrait une semaine d'écart avant et après."
source: Nextgen-Auto.com

Les améliorations 'insolites' nécessaires pour l'an prochain à Bakou
La première édition du Grand Prix à Bakou a été une bonne surprise pour les pilotes.

Malgré certains doutes émis par rapport à la sécurité ou le côté particulier du tracé, bon nombre d'entre eux ont été enchantés de relever les nouveaux défis posés par cette course. Cependant, le vainqueur et son dauphin ont abordé certains points à améliorer à l'avenir.

Tout comme Romain Grosjean, Vettel a été gêné par les nombreux détritus qui jonchaient la piste, tout particulièrement lorsqu'un sac en plastique bleu s'est accroché à sa monoplace. Le quadruple Champion du monde a craint quelques instants de le recevoir en pleine visière.

Ce fait est d'autant plus étrange puisque le problème avait déjà été souligné vendredi lors de la réunion des pilotes.

"Daniel Ricciardo était très content du circuit mais il a pensé que le nombre de poubelles n'était pas suffisant. Il y avait beaucoup de cochonneries (sic) comme des bouteilles, des sacs en plastique par terre qui peuvent venir se loger dans les conduits de refroidissement. Dans ce cas, la course se termine très vite. Je suis d'avis qu'il faudrait travailler ce détail pour l'année prochaine."

Nico Rosberg a quant à lui parlé d'une chose inattendue qui a fait rire les journalistes, lorsqu'il lui a été demandé ce que l'on pourrait modifier à l'avenir.

"Ce serait gentil de la part des organisateurs de prévoir un plus grand nombre de toilettes. J'ai dû bien trop souvent faire la queue tout le long du week-end."
source: Nextgen-Auto.com

Pirelli - Impossible de se passer du monde réel
À l'occasion de la conférence de presse de la FIA cette semaine à Turin, Pirelli s'est exprimé par la voix de son vice président et directeur exécutif, Marco Tronchetti Provera. Avec les nouvelles règles en approche pour 2017, le manufacturier unique de la Formule 1 en profite pour souligner une nouvelle fois l'importance de mener à bien toutes sortes d'essais.

"S'engager dans les sports mécaniques signifie pousser la technologie à l'extrême. Innover à la fois sur le plan des performances et de la sécurité est un défi permanent et créé un environnement où la passion prévaut. Le Pirelli d'aujourd'hui n'en serait pas là sans sa longue implication dans le sport automobile."

"La Formule 1 est pour nous un moyen de tester diverses technologies dans des conditions extrêmement variées. Chaque week-end, nous récupérons une quantité astronomique d'informations. L'an prochain, nous produirons des pneus plus larges, un changement qui affectera énormément la performance des voitures. Impossible de se passer du monde réel: même si les technologies numériques prennent de plus en plus de place dans la recherche et le développement de nouveaux produits, rien ne remplacera les pilotes et leurs voitures."

Pour conclure, Provera n'a pu s'empêcher de revenir sur les heures glorieuses de l'automobile.

"Nous avons quelque peu perdu la passion pour les voitures avec les nouvelles générations, car la conception des voitures n'est plus faite avec amour et l'élégance n'est plus un élément aussi important qu'avant. Il y a bien évidemment des exceptions, mais nous serions bien inspirés de nous pencher sur la chose à l'avenir."
source: Nextgen-Auto.com

Les restrictions radios imposent de communiquer avec parcimonie
Les restrictions imposées aux communications radio entre les équipes et leurs pilotes ont failli coûter cher à Mercedes à Bakou puisque Lewis Hamilton a roulé pendant 12 tours en cherchant d'où venaient ses problèmes tandis que Nico Rosberg a subi une petite alerte en milieu de course avant de régler le problème de manière hasardeuse. Le tout alors que dans les garages, les ingénieurs savaient exactement ce qui arrivait aux deux W07.

"En 2016, il y a bien plus de restrictions que les précédentes saisons, sur les modes du moteur, de la boîte de vitesses, sur les procédures de départ également" explique Ron Meadows, directeur sportif de Mercedes. "C'est pour cela qu'il y a tant d'inégalités sur les départs et dans les performances. Il faut tout d'abord s'assurer de ne rien dire au pilote qui pourrait par la suite nous causer du tort. Si l'on doit communiquer une information au pilote qui est interdite, il faut en parler à la direction de course et faire la demande à Charlie Whiting."

"Une fois que le problème est identifié, nous devons lui envoyer une preuve de ce problème et parler aux ingénieurs de notre côté et à ceux de la FIA afin de savoir comment procéder pour résoudre ce souci. Il faut prouver que la sécurité est en jeu ou que l'abandon se joue sur ce problème et il prend ensuite sa décision. Lors du Grand Prix d'Europe nous parlions également aux ingénieurs restés à nos usines de Brixworth et Brackley autant qu'à ceux qui étaient avec nous dans les garages, en essayant de comprendre le problème. Une fois identifié, le plus dur a été de l'expliquer à Lewis."

Pour Meadows, c'est en comprenant mieux les limites et l'exactitude de ces règles que Mercedes pourra éviter la même déconvenue qu'en Azerbaïdjan: "Il faudra mieux comprendre les règles et savoir ce que l'on peut concrètement demander car c'est assez subjectif et c'est impossible de faire une liste complète de ce que l'on peut ou ne peut pas dire. La liste est mise à jour au fur et à mesure des week-ends et des courses. Charlie ne veut pas entraver les courses, il veut que tous les pilotes finissent mais ne veut pas que nous pilotions la voiture à la place du pilote."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton - Mes relations avec Nico sont meilleures que jamais
Lewis Hamilton a révélé que ses relations avec Nico Rosberg se sont grandement améliorées ces dernières semaines.

Les deux hommes ont même pu discuter récemment autour de la piscine qu'ils partagent au sein de la résidence où ils vivent tous les deux, à Monaco.

"Cela se passe plutôt bien avec Nico pour le moment", dit-il. "Vraiment, vraiment bien. C'est même surprenant."

"Je peux clairement dire que je ne m'attendais pas à ce que ce soit comme ça. C'est probablement lié au fait que nous vieillissons. Il a maintenant une famille, un enfant. Il a certainement grandi avec ça comme j'ai grandi avec l'âge. Le respect dont nous avons toujours parlé entre nous est plus grand que jamais."

"Alors maintenant nous discutons juste de choses et d'autres. Quand nous ne sommes pas heureux de quelque chose, nous nous le disons, en face à face. Si j'ai un problème je vais frapper à sa porte et je lui demande si je peux lui parler en privé. Nous ne le faisons jamais en public ou devant l'équipe. En tout cas jusqu'à présent."

"On se dit les choses directement comme 'Eh mec, ça c'était pas cool'. Et il le fait aussi souvent avec moi que je ne le fais avec lui."

"L'autre jour, je nageais dans la piscine de notre résidence, là où nous vivons tous les deux à Monaco. Je pense qu'il m'a vu depuis son appartement et il est descendu pour discuter avec moi depuis le plongeoir. Nous avons parlé pendant 20 ou 30 minutes. C'était relax."
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo se laisse 18 mois pour se battre pour le titre
Daniel Ricciardo a du mal à contenir sa soif de victoire: dans une discipline où la compétition est omniprésente, difficile de ne pas céder à la tentation de se comparer à ses prédécesseurs. Le pilote australien ne fait pas exception.

"Je deviens complétement nerveux, lorsque je pense à Sebastian. Il n´a que deux ans de plus que moi mais il a déjà 4 titres en poche" dit-t-il à 'Sport Bild'.

Helmut Marko a déjà signifié aux autres écuries que Ricciardo a prolongé son contrat avec Red Bull Racing jusqu´en 2018. Ce dernier a finalement décidé de rester, convaincu par les progrès et les performances de l´équipe.

Fort de ses atouts et de sa cote en hausse, l´Australien était au centre des débats dans le marché des transferts. Popularité qui lui laisse du choix pour son avenir.

"Je me laisse entre les 12 et 18 mois prochains pour avoir une voiture capable de me permettre de me battre pour le titre de Champion du monde."

Le pilote se montre ouvert concernant les nombreuses rumeurs le liant à Ferrari.

"Ce serait vraiment génial de pouvoir gagner un titre avec eux. Mais mon premier objectif est d´être titré avec Red Bull. Ferrari n´a pour le moment aucun contact avec moi."
source: Nextgen-Auto.com

La recette pour former des champions selon Franz Tost
S´il y a une personne de nos jours qui s'y connaît dans l'initiation des jeunes talents en Formule 1, c´est bien Franz Tost, le chef de l´équipe Toro Rosso dans la mesure où une des missions de l´écurie de Faenza et de préparer au mieux les espoirs repérés par Helmut Marko, afin qu´ils puissent mener Red Bull à la victoire.

La méthode de l´Autrichien semble fonctionner à merveille, vu le palmarès de ses meilleurs éléments, comme Sebastian Vettel, quatre fois Champion du monde ou encore Max Verstappen, devenu récemment le plus jeune vainqueur de l´histoire de la Formule 1.

Les plus grands espoirs de la discipline sont passés par "l´école" de Franz Tost. Voilà sa recette pour former des vainqueurs.

"Quand un jeune pilote arrive dans notre équipe, il s´agit tout d´abord pour lui de connaître le côté mécanique. L´étape suivante est l´aérodynamique pour laquelle il doit pouvoir développer une certaine sensibilité. Plus ses capacités et son talent sont grands, plus il apprendra rapidement cet aspect", explique Tost.

"La passion est selon moi le deuxième point le plus important. Si un pilote veut réussir, il doit vivre pour ce sport nuit et jour, tout au long de l'année. Sur ce point, je vois des différences entre les pilotes."

Tost considère que l´engagement est également un élément essentiel pour prétendre à la réussite. Il étaye ses propos en rappelant le rythme effréné du septuple Champion du monde Schumacher.

"Michael gagnait la course le dimanche, mais du mercredi au vendredi, il faisait des tests au Mugello et le week-end, il faisait du karting. Il s´engageait à 100% dans le sport."

A entendre Franz Tost, le secret de la réussite est plus que jamais un savant mélange de multiples facteurs.

"Si on veut gagner des courses et des titres mondiaux, il faut se retrouver dans la bonne écurie au bon moment. La gestion de la maturité est aujourd'hui une chose importante. Un pilote doit aussi avoir des idées et savoir ce qu´il veut faire plus tard. Il doit se procurer un avantage contre ses adversaires lors de sa préparation. Enfin, quand un pilote veut réussir, il doit être égoïste."
source: Nextgen-Auto.com

Prost - Renault doit choisir entre 2016 et 2017
Ambassadeur de Renault, et donc indirectement de l'équipe Renault Sport F1, Alain Prost confirme qu'il est difficile pour l'équipe française de se tourner entièrement vers 2017 tant la saison en cours est catastrophique. Renault savait que l'année 2016 servirait de transition mais avec six petits points et une neuvième place provisoire au classement des constructeurs, abandonner maintenant compromettrait fortement les espoirs de mieux figurer.

"C'est peut-être plus dur qu'ils le pensaient à cause de la décision tardive" de racheter l'équipe, explique Prost. "Je m'attendais à un niveau un peu meilleur mais pas trop. Je pense que le problème n'est pas ce que l'on voit aujourd'hui, mais plutôt comprendre ce qui ne fonctionne pas d'ici à la fin de l'année. Il faudra réussir à garder tout le monde motivé et heureux jusqu'à la fin de l'année et avoir la meilleure voiture possible en 2017."

"Je ne sais pas ce qu'ils feront pour les trois, quatre ou cinq prochaines courses, mais à un moment il faudra prendre une décision, est-ce que l'on continue à développer la voiture de cette année ou est-ce que l'on passe à 2017? C'est une décision difficile à prendre et encore plus quand on est aussi loin au classement. C'est plus simple si l'on est au milieu ou à l'avant du peloton."

Compte tenu des moyens que Renault compte injecter dans son équipe de Formule 1, le quadruple Champion du monde est convaincu que ce n'est qu'une question de temps avant son retour au sommet.

"Les choses bougent, d'autres personnes devraient venir. Quand j'avais mon équipe il y a longtemps, on a commencé avec 65 personnes et on est arrivé à 200. Et même de 65 à 200 personnes c'est dur de garder de la cohésion et de faire travailler tout le monde dans le même sens. On se retrouve avec les anciens et les jeunes. Il y a ce que les gens faisaient dans le passé, et quand des nouvelles personnes arrivent, il faut un peu de temps. La malchance de Renault est que la voiture ne marche pas bien du tout, ça complique les choses" conclut Prost.
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> Le paddock perd la mémoire!
memory • Retrouvez toutes les associations nom + image en retournant les cartes deux par deux!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.