En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Jeudi 11 Février 2016

Toro Rosso a bien aidé Verstappen dans ses dépassements
Max Verstappen a souvent été encensé l'année dernière pour son pilotage et notamment pour ses dépassements incroyables, ce qui n'a pas empêché le Hollandais de commettre de grosses erreurs comme à Monaco, lorsqu'il a touché Romain Grosjean au freinage de Sainte Dévote.

Les qualités de Verstappen ont été d'autant plus mises en avant que sa Toro Rosso n'était pas équipée du moteur le plus puissant du plateau (le V6 Renault), loin de là.

James Key, le directeur technique, apporte un nouvel éclairage sur le sujet.

"Pour être honnête, quand vous avez un déficit de vitesse de pointe il faut être assez inventif dans votre façon de dépasser. Nous avons donc étudié cela, en analysant les meilleurs endroits selon les circonstances. Comment gérer le moteur à ce moment-là pour que ça passe? Comment définir la stratégie afin d'éviter le trafic et, lorsque nous sommes dedans, que faire?"

"Il faut donc penser un peu différemment mais tout ne peut être prévu à l'avance. Il faut en discuter avant la course. Cela a probablement aidé un peu Max dans ses choix en piste", ajoute Key.

"Bien entendu, c'est aussi grâce à son talent, parce qu'il a réussi beaucoup de dépassements que l'on ne pensait pas possibles! On se disait 'Mon Dieu, en temps normal, personne ne tenterait ça'. Mais ce qui était bien pour nous, c'est qu'il avait la confiance nécessaire dans sa voiture pour le faire."

"Dépasser à l'intérieur et à l'extérieur de Blanchimomt à Spa prouve aussi que la voiture fonctionnait bien. C'est une combinaison de plusieurs facteurs", conclut Key.
source: Nextgen-Auto.com

Schumacher, des soins à 10 millions d'euros annuels
Plus de deux ans après son grave accident de ski, Michael Schumacher reste dans un état de santé pour le moins précaire. Pris en charge et suivi par les équipes médicales à son domicile, le septuple Champion du monde coûte plus de 10 millions d'euros annuels à sa famille.

C'était le 29 décembre 2013. Victime d'un grave accident de ski, la vie de Michael Schumacher a basculé ce jour-là. Depuis un peu plus de deux ans, certaines personnes de son entourage donnent régulièrement des nouvelles, et si les sons de cloche étaient assez discordants les premiers mois, l'heure n'est, d'une manière générale, plus vraiment à l'optimisme. L'état de santé du septuple Champion du monde de Formule 1 reste très précaire. Pire, aucune amélioration ne semble avoir été perçue par les médecins.

Dernier en date à avoir osé évoquer le sujet, Luca Di Montezemolo s'était montré pour le moins pessimiste. "Je n'ai pas de bonnes nouvelles. Je sais comment il va. Malheureusement, une chute accidentelle à ski l'a détruit", avait lâché l'ancien patron de la Scuderia dans les colonnes de 'Bild', la semaine passée. Mais la famille continue évidemment de tout mettre en œuvre pour aider le pilote de 47 ans à revenir parmi les siens. Et il faut y mettre le prix.

Selon des informations de 'la Gazzetta dello Sport', ce sont pas moins de 191 000 euros par semaine qui sont nécessaires à payer les frais médicaux de "Schumi", soit un peu plus de dix millions d'euros annuels. Fort heureusement, selon 'X-Wealth', l'Allemand aurait amassé ces dernières années près de 730 millions d'euros en contrats publicitaires et salaires. Son entourage ne devrait donc pas rencontrer trop de difficultés à payer cette note très salée pour tenter de le remettre sur pied.
source: Sports.fr

L'avenir de Monza reste incertain
Le Grand Prix d'Italie sera bien au calendrier en 2016 mais il s'agit de la dernière année du contrat. Le circuit a des difficultés financières et Imola a voulu récupérer la course, avec une possible alternance, refusée par Monza.

Avant l'édition 2015, le circuit affichait son optimiste pour une prolongation du contrat. Le Sénat a autorisé un investissement de la région de Lombardie et selon 'la Gazzetta dello Sport', l'Automobile Club d'Italie a obtenu le droit de financer la course avec de l'argent public, alors que seul l'Automobile Club de Milan pouvait investir jusqu'à présent, avec comme seule source les revenus de la billetterie. L'optimisme était donc de mise sur l'avenir de l'épreuve.

"Nous sommes proches d'un accord", déclarait Angelo Sticchi Damiani, le Président de l'Automobile Club d'Italie, à 'Autosprint' fin janvier. "Nous devons voir quelques détails, mais la base du contrat est maintenant fixée. J'espère que nous pourrons éclaircir les derniers doutes avec quelques réunions. Disons que l'accord est fait à 80%. J'ai l'intention de le signer avant fin février."

"Il y a deux options: pour quatre ans ou pour sept ans. Dans le premier cas, la course est assurée jusqu'en 2020, dans l'autre cas c'est jusqu'en 2023."

Bernie Ecclestone, le gestionnaire commercial de la F1, avait même fait un geste: "Ecclestone voulait 28 millions de dollars (24,7 millions d'euros), mais après les discussions il a baissé ça à environ 20 millions de dollars (17,6 millions d'euros), ce qui est plus ou moins ce que les organisateurs des Grands Prix d'Espagne et de Belgique paient", précisait Damiani.

De nouvelles réunions ont eu lieu entre Bernie Ecclestone, Angelo Sticchi Damiani et l'ancien pilote Ivan Capelli, Président de l'Automobile Club de Milan, qui gère le circuit.

Ils ne sont toujours pas parvenus à trouver un accord pour assurer l'avenir de la course. Selon 'Autosport', Ecclestone souhaiterait obtenir des garanties sur une modernisation des installations.

Monza souhaiterait améliorer ses tribunes et les zones dédiées au public. Les accès au circuit, notamment les parkings, devraient également être revus. Le circuit est cependant situé dans un parc, ce qui complique toute extension.

Une nouvelle réunion devrait avoir lieu dans le courant du mois pour tenter de trouver un accord définitif.
source: SportAuto.fr

Magnussen sera surmotivé selon Vasseur
Lors de la présentation du Renault Sport F1 Team le 3 février dernier, Kevin Magnussen a été confirmé à la place du Vénézuélien Pastor Maldonado, et sera l'équipier du Britannique Jolyon Palmer. Un retour au premier plan pour le Danois, relégué au rang de troisième pilote chez McLaren après l'arrivée de Fernando Alonso à Woking. Une année passée loin des courses qui ne semble pas inquiéter Magnussen.

"J'ai passé peu de temps dans une voiture de course, mais lorsque j'en ai eu l'opportunité, je me sentais bien. J'étais toujours surpris de voir à quelle vitesse je me réadaptais au pilotage malgré cette pause forcée. En essayant la Porsche qui court au Mans, j'étais dans le rythme quasiment instantanément. Et je l'ai toujours été au volant d'une F1. Je suis prêt."

Pour Frédéric Vasseur, directeur de la compétition de Renault, l'ancien champion Formule Renault 3.5 possède les atouts nécessaires pour se hisser aux avant-postes dans les prochaines années. "Kevin possède le bon équilibre entre expérience et jeunesse. Il avait réalisé une saison solide chez McLaren il y a deux ans, après avoir démontré ses capacités dans les formules de promotion comme la Formula Renault 3.5. Il a le talent pour viser des courses et des titres", explique Frédéric Vasseur.

"Son manque de roulage en 2015 va le motiver et il va tout donner pour retrouver la compétition. C'est un aspect important car nous savons que l'année 2016 ne sera pas facile. Nous savons d'où nous partons et nous avons besoin de personnes motivées comme Kevin pour mener l'assaut."
source: AUTOhebdo.fr

Key - En 2015, terminer 5ème c'était jouable
Avec ses deux nouvelles recrues Max Verstappen et Carlos Sainz, Toro Rosso s'était fixée l'objectif ambitieux de terminer le Championnat des Constructeurs en 5ème position en 2015. Mais malheureusement pour elle, l'écurie de Faenza n'a décroché que la 7ème place, et James Key se dit très frustré.

"Nous avons rencontré des problèmes, la malchance, etc... Nous avons livré deux courses propres sans qu'un quelconque souci ne vienne compromettre nos performances. Sans qu'il soit question d'abandon, nous avons fait face à des nuisances comme des pénalités ou un arrêt aux stands à cause de problèmes. Je ne les énumèrerai pas toutes parce qu'il y en a eu beaucoup!"

"Ca a été une année très frustrante parce que nous avions la vitesse pour atteindre notre objectif final et terminer 5ème au championnat. Nous avions tout ce qu'il fallait pour que ça se passe presque parfaitement, même s'il restait quelques déficiences qui n'étaient pas de notre ressort. Mais c'était jouable."

"Des occasions manquées, donc. Mais le côté positif est que nos pilotes ont fait du bien à la fois à Toro Rosso et à la Formule 1. Ils ont fait du super boulot et ont vraiment animé les courses. Nous sommes très contents de les avoir. Impossible de savoir si des débutants seront capables de se montrer à la hauteur, mais eux l'ont été. Et le châssis également."

Et justement, le châssis de la STR10 était-il aussi bon que celui des écuries de tête?

"C'est difficile à dire parce que quand on se livre à une telle comparaison, il faut prendre en compte le moteur tout comme la trainée aérodynamique et c'est toujours un peu hasardeux. Il faut aussi tenir compte des pilotes et, non pas qu'il y ait quoi que ce soit à redire à leur sujet, ils apprenaient les tracés. Contre un Vettel ou un Alonso, ils ne sont clairement pas au top, mais ce sera le cas l'an prochain."

"Il faut donc prendre la chose avec des pincettes, mais si on se penche sur les vitesses de passage en courbe au niveau des virages à moyenne et haute vitesse, nous sommes dans le peloton de tête avec les autres. En fait, quand nous nous sommes qualifiés 5ème et 6ème à Barcelone, une seule des deux Mercedes nous devançait dans les virages rapides. Nous avons donc là une bonne indication de notre niveau d'aérodynamique. Pour le reste, c'est moins clair."

"Nous avions pu avancer après avoir beaucoup appris de la STR9. Nous avons fait un bond en avant et avons compris pourquoi sur presque tous les points, mais nous avons peut-être eu quelques bonnes surprises aussi et progressé davantage qu'initialement prévu."

"Alors nous avons construit sur ces bases. Dans certains cas, il faut réinventer certaines choses pour en extraire plus de potentiel, et dans d'autres cas, il s'agit de pousser le développement jusqu'à devoir redessiner une pièce, ce qui est impossible en cours de saison."
source: Nextgen-Auto.com

Esteban Ocon roulera en DTM cette année
Mercedes-AMG a annoncé la composition de ses équipes en DTM cette saison et Esteban Ocon, prêté à Renault F1 pour le poste de pilote de réserve cette année, sera bien de la partie.

Le champion en titre du GP3 ne savait pas encore où il poursuivrait sa carrière en compétition en 2016, hésitant entre le DTM et le GP2.

Ce sera finalement le DTM, comme l'a confirmé la marque à l'étoile ce matin.

A 19 ans seulement, le Français fera donc ses débuts dans la catégorie.

"C'est un sentiment incroyable de courir au sein d'une telle équipe et dans un championnat aussi relevé, je suis ravi de piloter pour Mercedes Benz. C'est la meilleure équipe en DTM et je suis reconnaissant d'avoir cette opportunité fantastique", déclare Ocon.

"Mercedes est le constructeur le plus victorieux en DTM. Vous ne pouvez arriver à un tel résultat sans passion et sans un dur travail, des valeurs que je partage avec la marque. J'ai hâte de participer à ma première course en DTM, après le test en essais libres à la fin de la saison dernière, à Hockenheim. J'ai évidemment beaucoup à apprendre mais mon objectif sera de me battre pour les victoires aussi vite que possible."
source: Nextgen-Auto.com

Haas aura des tenues Alpinestars
A moins de deux semaines du début des essais privés, Haas a annoncé son premier partenaire, l'équipementier Alpinestars. L'entreprise italienne fournira tous les vêtements techniques de l'équipe, comme les combinaisons des pilotes.

"En course et en particulier en Formule 1, chaque élément de l'équipe est analysé pour assurer de tirer le maximum de performances, et cela comprend la performance humaine", déclare Günther Steiner, le team manager de Haas.

"Les vêtements techniques d'Alpinestars sont légers, bons pour la respiration et confortables, et ils offrent une protection inégalée. C'est exactement ce dont nous avons besoin pour protéger nos pilotes et notre personnel tout en leur permettant d'être à leur meilleur niveau."

Les liens entre Alpinestars et Haas existent déjà en NASCAR aux Etats-Unis. L'équipe Stewart-Haas utilise les produits d'Alpinestars pour Kevin Harvick et Kurt Busch. Tony Stewart et Danica Patrick ont en revanche des combinaisons de Sparco, un concurrent. Alpinestars renforce son implication en Formule 1 avec ce partenariat.

"Former un partenariat avec Haas F1 Team est le prolongement naturel de la forte implication d'Alpinestars en F1", estime Gabriele Mazzarolo, le Président d'Alpinestars. "Avec notre forte présence dans le sport automobile aux Etats-Unis et de grosses installations de recherche et développement à Los Angeles en plus de nos centres pour la compétition et le développement des produits en Italie, Alpinestars a conscience de la force de développement et de la culture de la course chez Haas F1 Team."

"Nous sommes impatients de travailler avec l'équipe pour leurs débuts en Formule 1 et, à l'avenir, de savoir que nous partagerons une collaboration technique avec des bénéfices pour les deux parties."

L'an dernier, Alpinestars fournissait ses vêtements à Williams, Red Bull, Force India, Lotus et Toro Rosso. Mercedes et Ferrari étaient liées à Puma, Sauber à OMP, et McLaren et Manor à Sparco. Cette année, Red Bull quitte Alpinestars pour renouer avec Puma.
source: SportAuto.fr

Marko - Les pilotes de F1 actuels sont trop payés
Le Dr Helmut Marko, consultant pour le sport automobile de Red Bull, a lancé une nouvelle polémique en affirmant que les stars de la Formule 1 actuelle étaient trop payées.

Dans le viseur il y a évidemment Lewis Hamilton, Fernando Alonso ou encore Sebastian Vettel, qui a profité de son départ de chez Red Bull pour doubler son salaire chez Ferrari.

"Pour résumer, les pilotes actuels sont vraiment trop payés", lance l'Autrichien.

"Deux raisons à ce que j'affirme: premièrement, il y a maintenant seulement un petit risque d'accident sérieux ou mortel. Deuxièmement, de jeunes talents comme Verstappen ou Wehrlein peuvent facilement pousser à la limite ces F1 sur 100 tours sans effort."

C'est évidemment l'occasion de tacler la F1 actuelle pour Marko.

"Avant, même un pilote comme Vettel qui arrivait en F1 devait faire des pauses parce qu'il n'était pas habitué à de telles forces physiques. Cela veut dire que les voitures sont plus faciles à piloter et que les pilotes en font donc moins."

Marko a déjà reçu la réponse de Niki Lauda, directeur non exécutif de Mercedes en F1. Et son compatriote n'est pas d'accord.

"Les pilotes ne gagnent pas trop d'argent. Nous ne devons pas oublier les revenus que génèrent la Formule 1 chaque année et à quel point les pilotes y contribuent."
source: Nextgen-Auto.com

Prost espère une lutte à trois à l'avant
Lewis Hamilton a remporté les deux derniers titres, en étant assez nettement au dessus du lot. Nico Rosberg l'a longtemps menacé en 2014, aidé par des soucis techniques pour son équipier, mais l'Allemand a été largement dominé l'an dernier, même s'il a bien fini la saison.

Pour que le championnat soit intéressant cette année, Alain Prost espère que le duel sera plus intense et que Sebastian Vettel pourra réellement se mêler à la lutte.

"Lewis devrait encore être le favori pour le championnat mais ce qui serait bon pour la Formule 1, ça serait une grosse bagarre entre Lewis et Nico, et peut-être Vettel au milieu", a déclaré le Français à 'Sky Sports News'.

"La première course sera importante pour voir où est la concurrence. Est-ce que (Ferrari) a pu revenir sur Mercedes? Je ne pense pas qu'ils peuvent le faire complètement."

Ferrari espère de son côté avoir un groupe propulseur aussi bon que celui de Mercedes.

Nico Rosberg eu l'avantage à la fin de la saison dernière, en remportant les trois derniers Grands Prix, mais le titre de Lewis Hamilton était déjà assuré. Alain Prost est impatient de voir l'évolution de la lutte entre les deux pilotes Mercedes cette année. Il pense que Hamilton va retrouver son véritable niveau.

"La bagarre entre Lewis et Nico sera intéressante parce que la fin de l'année dernière était vraiment incroyable avec les performances de Nico", explique-t-il.

"Mais c'était assez serré, et je suis certain que Lewis va revenir avec une énorme faim pour être encore champion."
source: SportAuto.fr
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> Le pendu de la F1!
pendu • Découvrez le mot mystère en commettant moins de 6 erreurs et sauvez notre pilote de la pendaison!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.