En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Dimanche 23 Août 2015

Guy Ligier est décédé
Guy Ligier est mort ce dimanche, à l'âge de 85 ans. Il avait fondé Ligier, l'équipe française qui a participé au plus grand nombre de courses en F1.

L'équipe Ligier a fait ses débuts en 1976 et elle a été présente en Formule 1 jusqu'en 1996. Alain Prost l'a rachetée en 1997, pour en faire Prost GP.

Ligier a remporté neuf courses, grâce à Jacques Laffite, Patrick Depailler, Didier Pironi et Olivier Panis. La victoire de Panis à Monaco en 1996 est la dernière d'un pilote français.

Avant de créer son équipe, Guy Ligier a eu une carrière de pilote. Il a pris le départ de 12 courses, entre 1966 et 1977, et son meilleur résultat a été une sixième place. Il a également disputé les 24 Heures du Mans à huit reprises.

Ligier est par la suite devenu un constructeur automobile, la JS2 étant le modèle le plus célèbre. Actuellement, l'entreprise construit encore des voitures sans permis.

Le nom Ligier a fait son retour dans le sport automobile en 2014. Oak a choisi de renommer sa LMP2 Ligier aux 24 Heures du Mans.
source: SportAuto.fr

Renault discute aussi avec Force India
Renault étudie la possibilité d'un rachat de Lotus, avec une décision attendue le mois prochain. Le constructeur français discute également avec Force India. Cette possibilité avait été évoquée en début d'année. Elle semblait écartée mais Alain Prost, quadruple Champion du monde et ambassadeur de Renault, a discuté avec Force India d'une arrivée du constructeur dans le capital de l'équipe ce week-end.

"Hier, une conversation à leur initiative à eu lieu pour me tenir au courant du fait qu'aucune décision n'a été prise, ils n'ont pas fait de proposition au conseil d'administration de Renault", a déclaré Vijay Mallya, le patron de Force India, à 'Autosport'.

"Ensuite, il voulait savoir mon opinion sur un actionnariat. Est-ce que nous accepterions d'être minoritaires. Et si oui, quelles seraient nos attentes."

Force India est actuellement liée à Mercedes, mais la question du moteur n'a pas été évoquée: "Nous n'avons pas du tout parlé de la fourniture du moteur", précise Mallya. "Nous avons parlé de leur intérêt qu'ils deviennent potentiellement un constructeur, dans son ensemble, du fait qu'ils parlent à plusieurs équipes et de ma vision, de ce qui est possible et de ce qui n'est pas possible."

De son côté, Mallya n'exclut rien: "Ils m'ont demandé 'Seriez-vous prêt à travailler avec un actionnaire majoritaire?' Si j'avais dit non, peut-être que ça aurait été la fin de la discussion. J'ai dit que ça devait être étudié, à la lumière d'une offre potentielle, et ensuite j'ai demandé 'Quels sont les droits de protection que vous offrirez à un actionnaire minoritaire?'"

"Il n'y a pas d'accord proposé. Ils n'ont pas pris de décision sur leurs projets. C'est très préliminaire."

Vijay Mallya n'est pas le seul propriétaire de Force India. Sahara Group et la famille Mol sont également actionnaires. Ils devront être impliqués dans des discussions si Renault fait une offre.

"J'ai un mandat pour parler au nom des trois", indique Mallya. "Mais s'il y a une proposition faite, je dois en discuter avec le conseil d'administration."

"Je suis plus que confiant pour qu'ils suivent mes recommandations, mais nous sommes une organisation démocratique, gérée correctement."
source: SportAuto.fr

Smedley revient sur la boulette concernant les pneus de Bottas
Williams a fait perdre à Valtteri Bottas un très bon résultat aujourd'hui lors du Grand Prix de Belgique. Le Finlandais estime avoir loupé la 4ème ou la 5ème place à cause d'une "boulette" de son équipe.

En effet, le Finlandais a été pénalisé par un passage obligatoire par les stands parce que l'un de ses pneus (l'arrière droit en médium) n'était pas du même type que les autres (tendres).

Rob Smedley, le responsable de la performance, n'avait pas d'explication à fournir à l'arrivée.

"C'est une erreur humaine. Nous ne devons pas blâmer une personne en particulier. Nous sommes une équipe et nous allons devoir éviter cela à l'avenir. La seule chose que nous puissions faire c'est nous excuser auprès de Valtteri pour avoir ruiné sa course. Il était alors en bataille avec Vettel et Grosjean."

Le résultat final (6ème et 9ème en course) laisse Smedley très amer.

"Nous sommes extrêmement déçus. Les qualifications promettaient beaucoup mieux pour nous. Un podium aurait été possible avec Valtteri sans cette erreur mais, dès le départ, la course s'est mal déroulée pour nous. Les deux voitures ont perdu des places et ensuite notre rythme avec le plein n'a pas été bon. Les pneus ont vite pris du graining et cela nous a mis sur de mauvais rails pour la suite."

Smedley cerne un problème à résoudre. "Notre voiture a un souci pour bien faire fonctionner les pneus avant. Nous devons comprendre ce qui se passe et régler cela. Ce n'est pas systématique mais c'est arrivé aujourd'hui et cela nous a joué des tours."
source: Nextgen-Auto.com

Permane - Lotus n'a jamais été dans une telle crise financière
Le responsable des opérations piste de Lotus, Alan Permane, était évidemment ravi du podium décroché aujourd'hui en Belgique. Mais l'excellent résultat obtenu par Romain Grosjean est gâché par les actualités extra-sportives concernant l'équipe et notamment les huissiers qui bloquent le matériel à Spa dans l'affaire "Charles Pic".

Plus personne ne dément la crise financière qui secoue Lotus et Permane affirme même qu'elle est la pire de toutes celles qu'il a pu connaitre à Enstone.

"Nous avons eu une saison très, très difficile jusqu'à ce podium. Nous sommes dans la pire crise financière que nous ayons jamais connue. Réussir à aligner deux voitures à chaque Grand Prix est un effort énorme pour nous en ce moment. Alors finir sur le podium est simplement incroyable."

"Ce week-end a été très, très dur, surtout vendredi. Nous avons eu toutes sortes de problèmes d'argent mais l'arrivée des huissiers... malgré cela nous avons réussi à bien faire notre travail. J'ai entendu que les voitures risquent de rester ici, sous scellés, mais je suis certain que cela va être résolu en début de semaine afin d'aller à Monza."

Permane admet que la saison de Lotus aurait pu être bien différente avec plus d'argent.

"Nous n'avons pas vraiment développé notre voiture. Ici nous avions un nouvel aileron avant mais c'est tout. Avec un peu plus d'argent, cette 3ème place obtenue par Romain aurait pu être facile. Nous aurions pu faire bien mieux cette saison avec un petit peu plus d'investissement. Mais les propriétaires ont fait en sorte que l'équipe puisse continuer, ils ont mis l'argent nécessaire en attendant mieux."

Mieux? Ce serait le rachat de Lotus par Renault. Tout le monde le souhaite maintenant à Enstone.

"Ce serait incroyable, tout le monde est vraiment excité par cette perspective. Nous accueillerions à nouveau Renault à bras ouverts. Nous avons une excellente relation avec Mercedes mais être de nouveau une équipe constructeur, ce serait fantastique. Nous pouvons construire sur ce que nous avons déjà et essayer de reproduire ce nous avons fait en 2005 et 2006 avec les titres mondiaux. C'est ce que nous voulons."
source: Nextgen-Auto.com

Grosjean - Pendant le dernier tour, j'ai souffert, je pleurais
Romain Grosjean a retrouvé le podium sur le circuit de Spa-Francorchamps, alors que son équipe traverse des moments difficiles hors piste.

Le Français admet avoir ressenti beaucoup d'émotions, notamment en fin de course, quand il a su que le podium était enfin pour lui.

"C'était un week-end extraordinaire et incroyable. On a fait une belle qualification hier. On avait une pénalité sur la grille, ça a rendu la course plus difficile mais aussi beaucoup plus excitante. Je me battais avec Vettel à la fin. Ils étaient partis sur une stratégie extrêmement agressive. Dommage pour lui, son pneu a éclaté à la fin. J'ai évité les débris et je me suis retrouvé troisième. Pendant le dernier tour, j'ai souffert, je pleurais, je n'y voyais plus rien", révèle-t-il, cité par 'RMC Sport'.

"On a enchainé 31 courses sans podium, c'est long. Honnêtement, c'est difficile à réaliser. J'ai envie de me donner une grande baffe pour comprendre ce qu'il se passe. C'est pour l'équipe, pour les mécanos, pour moi, pour tout le travail qui a été fait. Effectivement, il y a des problèmes autour mais on sait toujours sortir des performances incroyables à certains moments. Aujourd'hui, je n'ai qu'une envie, c'est de rentrer à la maison, prendre mes deux bouts-de-chou et ma femme dans les bras, leur dire que je les aime et qu'ils me regardent en disant: 'Papa a bien conduit la voiture'."

Grosjean admet que sans l'explosion du pneu de Vettel, il lui aurait été difficile de doubler l'Allemand avant la fin de la course.

"J'imagine qu'ils sont remontés contre Pirelli. J'ai de la chance qu'il ne parte pas en tête en queue parce que j'étais juste derrière avec le DRS ouvert. C'était très chaud. Faire plus de 21 tours avec les pneus, c'était tendu. Effectivement, ça m'arrange de gagner une position comme ça et de monter sur le podium. Il ne restait que deux tours pour aller chercher la 3ème place."

"C'était serré, je me battais, je donnais tout, mes pneus commençaient aussi à être un peu en souffrance. Je roulais depuis plus de 20 tours avec, ce n'était pas simple. J'attendais la faute, il commençait à en faire un peu à droite, à gauche. J'attaquais et on avait gardé les deux derniers tours avec la puissance maximale du moteur pour essayer d'y aller et tout donner."

Le Français a toutefois multiplié les dépassements en course. Par deux fois il a dépassé Valtteri Bottas mais il a aussi réussi à passer Daniel Ricciardo et le "très rapide en ligne droite", Sergio Pérez.

"C'est toujours chaud un dépassement. Je me suis fait une grosse frayeur derrière Bottas. On a joué avec les stratégies et avec le maximum de puissance qu'on avait dans le moteur. Je freinais très tard dans le virage 5 pour faire l'extérieur à chaque fois. C'était beau. C'était une très belle course. Je ne sais pas comment l'expliquer. C'était juste un beau feeling, une bonne journée, une bonne voiture, un bon arrêt aux stands. La safety car est entrée au moment où on voulait s'arrêter pour changer les pneus. Tout a été à merveille."

Grosjean est-il prêt à remettre ça sur un circuit encore plus rapide, Monza, qui conviendra bien à sa Lotus-Mercedes?

"Monza, c'est encore différent. Il faut attendre de voir ce qu'on aura là-bas, sur ce Grand Prix qui sort du lot. En termes de puissance, on est extrêmement bon. Est-ce qu'on sera aussi performant? Je ne sais mais là, on va célébrer un podium que personne n'attendait."
source: Nextgen-Auto.com

Le garage Lotus entouré par les huissiers
Le Grand Prix de Belgique est maintenant terminé et c'est entouré d'huissiers que le clan Lotus a commencé à ranger le garage et démonter le motorhome de Spa-Francorchamps.

Les voitures et le matériel ne quitteront pas le circuit tant qu'une solution n'aura pas été trouvée avec la justice belge, saisie par Charles Pic.

Les avocats de Lotus espèrent résoudre la situation d'ici demain. Charles Pic, l'ancien pilote de réserve, n'a pas eu droit au nombres de jours de roulage prévu et il serait question d'un dédommagement de 800.000 euros.

Les caisses de Lotus étant vides, c'est Genii Capital qui serait contraint de faire le chèque pour libérer les camions demain, qui doivent rentrer à Enstone avant de partir pour Monza.
source: Nextgen-Auto.com

Arrivabene défend la stratégie de Ferrari et Vettel
La polémique du jour à Spa-Francorchamps concerne l'éclatement du pneu arrière droit de Sebastian Vettel en fin de course. L'Allemand a tenté de faire un seul arrêt mais, au bout de 28 tours, un des pneus a décidé de rendre l'âme et a privé Ferrari du podium.

Erreur de la Scuderia en tentant de pousser trop loin les pneus ou défaillance du côté de Pirelli? Maurizio Arrivabene, le patron de la Scuderia, affirme en tout cas que son équipe n'a rien tenté de "fou".

"Notre stratégie était absolument la bonne. Je veux vraiment rendre cela clair parce que nous établissons une stratégie en fonction de données. Sebastian est bien évidemment déçu. Quand il vous reste un tour et demi à parcourir et que vous êtes 3ème, vous êtes forcément déçu de tout perdre subitement", déclare l'Italien.

"Même si la stratégie était agressive, elle était basée sur des données claires. Nous ne sommes pas assez fous ou stupides pour faire prendre un risque à notre pilote."

Arrivabene affirme même que Ferrari prévoyait un seul arrêt pour Vettel, qui partait en milieu de peloton.

"C'était notre plan avant le début de la course. Nous avons décidé cela à 11 heures. Pirelli ne nous a pas averti d'un éventuel problème à tenter cela. Nous disposons, comme chaque équipe, d'un ingénieur Pirelli. Le pneu était donné pour 40 tours. Notre ingénieur Pirelli n'est pas resté dans son coin à écouter, il doit vérifier les pneus et les données de notre équipe."

Arrivabene refuse toutefois de critiquer le manufacturier italien comme Vettel l'a fait.

"Je ne veux pas ouvrir une bataille sous quelque forme que ce soit. Je ne veux pas commencer une histoire qui ne fera que des allers et retours d'un camp à l'autre."
source: Nextgen-Auto.com

Sauber s'attendait à mieux qu'un maigre point
Au programme de Spa-Francorchamps, divers ennuis et infortunes pour les monoplaces de l'écurie Sauber. Mais malgré les problèmes, l'équipe suisse réussit à arracher le point de la 10ème place.

"J'ai en premier lieu pris un bon départ pour passer Kvyat sur une bonne manœuvre au virage numéro 5", déclare Marcus Ericsson. "Assez tôt dans la course, nous avons réalisé que j'avais quelques débris accrochés au fond plat, ce qui nous a fait perdre des appuis pendant tout le premier relai. Nous avons alors marqué le pas, ce qui est assez frustrant. Nous avons nettoyé les débris pour le second relai et j'ai du coup pu attaquer davantage. Mais même avec ça, notre rythme n'était pas aussi soutenu qu'espéré et nous avons eu un peu de chance à la fin pour inscrire un point. Pour moi, c'est super d'être dans les points pour la deuxième course d'affilée."

Le Grand Prix a en revanche un peu moins souri à Felipe Nasr...

"Ce fut une course rude pour moi", déclare le Brésilien. "J'ai beaucoup lutté avec le patinage au départ et ai ainsi perdu quelques positions. Ma course a ensuite été compromise par des problèmes de freins et pour couronner le tout, j'ai souffert d'une crevaison lente sur mon pneu avant gauche pendant mon dernier relai. J'ai rencontré beaucoup de problèmes cette fois-ci, mais je suis confiant, la prochaine course à Monza sera meilleure."

"Ce fut un week-end difficile", admet quant à elle la directrice de Sauber, Monisha Kaltenborn, "et nous nous attendions à un peu mieux. Malgré divers problèmes, nous sommes tout de même parvenus à marquer un point avec de la chance en fin de course."
source: Nextgen-Auto.com

Course difficile pour Bottas et Massa
Valtteri Bottas s'est fait remarquer aujourd'hui en Belgique, mais pas de la façon qu'il espérait. Lors de son premier arrêt au stand, son équipe lui a en effet monté trois pneus tendres et un médium... Cette originalité lui a bien sûr valu une pénalité.

"Je n'avais jamais vu ça", déclare Valtteri Bottas, qui termine la course à la 9ème place. "C'est bien sûr très décevant d'avoir reçu une pénalité pour ça, cela m'a fait perdre quelques positions. Il faut que nous retenions la leçon. Je suis très déçu sur le coup. Nous pensions que nous allions être plus rapides en course, mais les pneus tendres du premier relais n'ont pas fonctionné comme nous l'espérions. Cela nous a mis en mauvaise position. Nous devons maintenant nous assurer que cela se passera mieux à Monza."

Felipe Massa a lui aussi connu une journée difficile. "Cette journée a été frustrante pour moi", explique le Brésilien, 6ème sous le drapeau à damier. "J'ai éprouvé des difficultés au départ et les pneus tendres n'ont pas bien fonctionné, ce qui m'a fait perdre des positions. Ensuite, les pneus médiums ont mieux marché, mais nous étions à l'arrière. Je n'ai pas réussi à dépasser Pérez en fin de course, car il avait une bonne vitesse de pointe. Cette journée a été difficile, mais au moins je décroche la sixième place et c'est ce que nous devrons retenir de ce week-end."
source: Nextgen-Auto.com

Maldonado rapidement éliminé de la course
Pastor Maldonado n'a pas été plus loin que le 2ème tour: sa voiture s'est arrêtée dans la montée du Raidillon. Une occasion manquée pour le Vénézuélien de marquer de bons points, ce dont la Lotus était capable.

"C'est dommage parce que nous faisions un excellent travail ce week-end, notamment hier. La voiture était vraiment compétitive et j'ai réussi à prendre un excellent départ", commente Maldonado.

"Malheureusement, nous avons eu un problème avec la voiture et l'équipe va enquêter pour savoir pourquoi elle s'est arrêtée. Je suis déçu mais c'est la course. Romain a montré ce qu'on était capable de faire. J'adore l'Italie et Monza alors j'espère enfin décrocher un très bon résultat là-bas."

Malheureusement pour lui, Maldonado semble être encore responsable de ce qui lui arrive. Nick Chester, le directeur technique, a indiqué qu'un passage un peu trop violent sur le vibreur à la sortie de l'Eau Rouge aurait déconnecté sa centrale d'alimentation électrique...
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen remonte fort, Sainz poursuit sa série noire
A l'instar de Force India, Toro Rosso a vu l'un de ses pilotes livrer une solide performance et l'autre abandonner suite à des problèmes de puissance. Max Verstappen s'est ainsi hissé à la 8ème position du Grand Prix de Belgique alors qu'il partait du fond de la grille suite à une pénalité de 10 places pendant que son coéquipier Carlos Sainz abandonnait à 11 tours du but pour préserver son moteur.

"Quelle course amusante!", s'exclame Verstappen. "Ce fut un accomplissement que de terminer 8ème en partant de si loin! Mon rythme était très bon et j'ai pris du plaisir à dépasser, alors nous pouvons être très contents de la course d'aujourd'hui. La voiture était super et nous avons pu tenir tête à Ferrari et Williams."

"Même si certains dépassements étaient osés, quand on s'élance de si loin il faut foncer si on veut remonter. Le week-end n'avait pas démarré de la meilleure des façons mais nous avons finalement pu accomplir un excellent travail et je voudrais remercier l'équipe pour ses gros efforts, tout comme mon public pour son soutien."

Le malheureux Carlos Sainz poursuit quant à lui sa série de problèmes techniques...

"Quelle frustration de terminer ainsi un week-end qui était bon jusqu'ici! J'ai senti que je n'avais pas de puissance durant le tour de formation et j'ai ainsi dû rentrer aux stands. Heureusement, l'équipe a réussi à résoudre le problème et j'ai pu ressortir pour prendre part à la course. Mais après deux relais, nous avons décidé d'abandonner pour économiser le moteur."

"Je suis évidemment très déçu et je voudrais à tout prix terminer une course, car ça fait quatre Grands Prix consécutifs que je dois abandonner alors que je me bats pour les points. Mais je ne me laisserai pas abattre, je continuerai à pousser et montrer mes bonnes performances à la moindre occasion, comme par exemple hier en qualifications... mais ainsi va la vie, et je suis certain que cette série noire prendra bientôt fin, à Monza peut-être!"

Le directeur de Toro Rosso, Franz Tost, se montre désolé des mésaventures du pilote espagnol.

"La voiture de Carlos a subi un problème électrique relatif au moteur et nous avons dû la rentrer au garage. Le problème de câble a été résolu et il a pu reprendre la piste, mais avec quelques tours de retard. Nous avons décidé de poursuivre car on ne sait jamais à Spa, il peut pleuvoir ou une voiture de sécurité peut entrer en jeu. Mais ce n'est jamais arrivé et nous avons choisi de préserver un peu le moteur à 11 tours de l'arrivée. Je voudrais présenter mes excuses à Carlos pour ça."

"Max a pour sa part livré une course fantastique: finir 8ème en lutte avec une Ferrari montre son niveau de pilotage et la compétitivité de la voiture. Sans le problème de Carlos, je pense que nous aurions pu inscrire davantage de points."
source: Nextgen-Auto.com

Les deux Manor sont à l'arrivée
Roberto Merhi et Will Stevens terminent le Grand Prix de Belgique aux deux dernières places et dans cet ordre. L'équipe Manor a toutefois atteint son objectif, qui était d'emmener ses deux voitures jusqu'à l'arrivée.

"Ce fut une bonne course pour moi", affirme Roberto Merhi. "J'étais devant mon équipier dès le premier tour et je suis resté devant lui jusqu'à l'arrivée. Pour tout dire, ce fut une course en solitaire pour moi. Notre stratégie était la bonne pour minimiser le désavantage des drapeaux bleus. C'est toujours très agréable de rouler ici à Spa, on ne se lasse jamais de passer dans l'Eau Rouge. Nous commençons cette deuxième moitié de saison avec nos deux voitures à l'arrivée, c'est donc un bon week-end."

"Mon départ était probablement bon", raconte Will Stevens. "J'ai réussi à devancer Nasr dans le premier virage, mais j'ai ensuite été pris en sandwich entre deux voitures et je ne savais plus où me mettre. J'ai été touché et cela a compromis ma course. J'avais pourtant un bon rythme après ça, mais je n'ai jamais été en mesure de regagner les positions perdues. Cette course ne s'est donc pas déroulée comme je le voulais, mais elle a été positive pour l'équipe avec les deux voitures à l'arrivée."
source: Nextgen-Auto.com

Meilleur résultat de la saison pour Pérez
Auteur d'un excellent départ lors du Grand Prix de Belgique, Sergio Pérez s'est finalement adjugé la 5ème place finale alors que son malheureux coéquipier Nico Hülkenberg a dû abandonner avant même l'extinction des feux.

"Les 10 points de la cinquième place représentent un bon résultat", déclare Pérez, "car nous manquions de rythme pour nous battre pour le podium aujourd'hui. J'ai pris un départ très solide et ai failli m'emparer de la première place lors du premier tour, quand je me suis porté à hauteur de Lewis Hamilton après l'Eau Rouge. Je me suis ensuite calé sur un bon rythme, mais nous avons souffert d'une haute dégradation des pneus tendres durant les deux premiers relais. En médiums, ce fut un peu meilleur, même si nous avons lutté dans le secteur médian avec peu d'appuis aérodynamiques. Nos rivaux étaient rapides et ce fut difficile de se battre contre Grosjean et Kvyat, alors il va falloir analyser nos performances et voir ce que nous pourrons améliorer. Je suis impatient d'arriver à Monza, qui est une autre piste où nous devrions être compétitifs."

Evidemment, Hülkenberg est un peu plus déçu.

"C'est toujours décevant de voir la course se terminer avant même d'avoir commencé", déclare-t-il, "mais ça arrive. En route pour la grille, j'ai senti une perte de puissance. Nous avons tenté de comprendre et résoudre le problème, mais celui-ci est réapparu pendant le tour de chauffe. La puissance est ensuite revenue par intermittence, mais elle a ensuite disparu de nouveau avant le départ et j'ai dû abandonner. C'est vraiment dommage parce que la voiture était très rapide ce week-end et nous avions là l'occasion d'inscrire des points importants."

Et le directeur de Force India, Vijay Mallya, de conclure:

"Nous quittons la Belgique avec des sentiments partagés: d'un côté, Sergio a livré une performance de haute volée et a tiré tout ce qu'il a pu de la VJM08. Le podium était à sa portée en début de course mais il a fini par signer son meilleur résultat de l'année avec cette 5ème place. Sergio n'a pas mis une roue de travers ce dimanche et a pu garder certains pilotes très compétitifs derrière lui grâce à un pilotage intelligent et défensif."

"De l'autre côté, il y a beaucoup de regrets concernant ce qu'aurait pu faire Nico sans ses problèmes. Nous n'avons pas pu y remédier avant le départ, mais nous allons mener une enquête rigoureuse avec Mercedes. La bataille pour la 5ème place du Championnat des Constructeurs reste ouverte et nous sommes impatients de nous rendre à Monza pour nous en emparer à nouveau."
source: Nextgen-Auto.com

Le courant était alternatif pour Button
La course de Jenson Button a été des plus ternes et cela s'explique par des soucis techniques dès le début de la course.

"J'ai eu des problèmes avec le ERS dès les premiers tours. Il fonctionnait de temps en temps, mais jamais correctement", raconte Jenson Button. "Il coupait par exemple juste après le Raidillon et je ne pouvais plus compter que sur la récupération d'énergie de la chaleur du moteur."

"Il me manquait donc beaucoup de puissance et on ne peut donc pas espérer grand-chose dans ces conditions. Les F1 d'aujourd'hui ne sont pas très rapides sans l'énergie électrique. On perd 160 à 180 chevaux. C'est assez embarrassant de rouler en fin de peloton. Finalement, lorsque les leaders m'ont pris un tour, j'ai pu voir les batailles pour les premières places", ajoute le Britannique.
source: Nextgen-Auto.com

La course de Ricciardo s'est arrêtée au 19ème tour
Daniel Ricciardo avait bon espoir de marquer de gros points aujourd'hui à Spa, mais une panne technique sur sa Red Bull l'a contraint à l'abandon au 19ème tour.

"J'ai pris un bon départ et je me suis retrouvé à la troisième place", raconte Daniel Ricciardo. "Nous n'avions pas une voiture très bien équilibrée sur les pneus durs, mais nous avions l'espoir de faire mieux avec les tendres lors du dernier relais. C'est décevant de ne pas avoir terminé la course."

"Nous ne savons pas encore ce qui nous est arrivé, l'équipe examine cela à l'heure actuelle. J'ai perdu de la puissance en entrant dans la chicane, tout s'est arrêté, y compris l'affichage sur mon volant. Cela ressemble à un problème électrique, mais nous verrons bien lorsque l'équipe aura terminé ses investigations", ajoute le pilote australien.
source: Nextgen-Auto.com

Räikkönen n'est pas satisfait de sa 7ème place
Kimi Räikkönen avait le désavantage de partir de très loin sur la grille de départ, mais il est remonté jusqu'à la septième position aujourd'hui en Belgique. Cela satisfait son patron, Maurizio Arrivabene, mais pas le pilote finlandais.

"Nous ne pouvons certainement pas être contents de notre classement", déclare Kimi Räikkönen. "On espérait faire bien mieux. Bien sûr, ce qui m'est arrivé hier en qualification a eu une grosse influence sur ma course d'aujourd'hui. Nous devons améliorer les choses."

"Nous avions quelques nouveautés pour cette course et cela nous donne l'espoir de signer un très bon résultat à Monza. Ce serait une bonne chose de pouvoir se battre pour les premières places lors de notre Grand Prix à domicile", ajoute-t-il.
source: Nextgen-Auto.com

Alonso prend les choses du bon côté
Fernando Alonso a décroché une peu glorieuse 13ème place à l'arrivée du Grand Prix de Belgique, mais il ne semblait pas trop mécontent de lui et il nous explique pourquoi.

"C'est probablement ma plus belle course à Spa, c'est comme ça", affirme Fernando Alonso. "Ma position à l'arrivée n'est pas géniale, mais j'ai 40 secondes d'avance sur Button qui a signé la pole et la victoire ici il y a trois ans. Cela signifie que je lui ai pris pratiquement une seconde par tour au volant de la même voiture et c'est ce que je vais retenir de cette course."

Hier, il n'attendait pas grand-chose de cette course. "Cela s'est mieux passé que ce à quoi je m'attendais. La voiture se comportait bien en course. Il y avait beaucoup de vent. Nous étions inquiets, car cette course s'annonçait difficile pour nous, mais la voiture avait un bon comportement. Il nous manquait toutefois de la vitesse en ligne droite", ajoute le champion espagnol.
source: Nextgen-Auto.com

Pirelli - Paul Hembery répond à Vettel
Vettel a attaqué Pirelli à l'arrivée du Grand Prix de Belgique: suite à l'explosion de son pneu arrière droit, l'Allemand a perdu le podium et est passé proche d'un gros accident dans l'Eau Rouge.

La réaction du patron de Pirelli en F1, Paul Hembery, n'a pas tardé, au micro de la 'BBC'.

Est-il surpris par la stratégie à un arrêt de Vettel et Ferrari?

"Vous devez forcément l'être un petit peu car c'est la seule voiture qui a tenté cela. Nous pensions que c'était une course à 2 arrêts et certains en ont même fait 3. Parfois vous essayez de faire quelque chose de différent et, si ça passe, vous êtes un génie."

Mais là, ce n'est pas passé. Que pense-t-il de la réaction agressive de Vettel envers Pirelli?

"Il faut lui laisser le bénéfice du doute. Il est chaud, il est en colère et frustré de ne pas avoir obtenu le résultat qu'il voulait. Je ne vais pas le critiquer pour ça."

"Il était à la fin de vie de ses pneus. Pour n'importe quel pneu dans le monde, quand vous êtes à sa fin de vie, vous allez avoir un problème. Il a fait 28 tours avec, bien plus que ce que nous pensions pouvoir faire. Ferrari a cru cela possible. Nous avons donné une durée de vie estimée à 40 tours mais ce n'est qu'une indication, personne n'a testé cela. Les conditions peuvent changer et ce n'est pas précis. D'ailleurs toutes les autres équipes ont choisi une autre direction."
source: Nextgen-Auto.com

Rosberg reconnaît son erreur au départ
Après avoir raté son départ, l'objectif de Nico Rosberg a été de remonter à la deuxième place, derrière son équipier Lewis Hamilton. Ce dernier a contrôlé la course et Nico Rosberg n'a jamais été vraiment en mesure de lui contester la première marche du podium.

"J'ai tout simplement raté mon départ", reconnaît Nico Rosberg. "Nous avons fait un tour de formation en plus et cela n'a pas arrangé les choses: les températures ont augmenté et c'est ce qui a joué sur mon départ. C'est bien sûr mon travail de bien faire les choses et je n'ai pas rempli ma part du contrat. Je pense que j'ai besoin d'un peu plus d'entraînements."

"Après ça, je me suis battu du début à la fin. Je me suis donné au maximum, j'étais à la limite partout. Ma voiture était exceptionnelle, géniale à piloter. Mais Lewis a fait du très bon boulot et cela n'a donc pas suffi", ajoute le pilote allemand.

Rosberg a aussi évoqué l'explosion du pneu de Vettel.

"Encore une fois, cela fait peur. Un peu avant et il aurait subi une grosse sortie de piste. Il a été chanceux comme je l'ai été. Il n'a rien touché mais nous devons savoir ce qui est arrivé. Il faut que cela devienne plus sûr. Si le pneu était en fin de vie, il faudrait que nous puissions en être alerté avant. Monza arrive et il y a de très hautes vitesses là-bas. Nous allons en discuter."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel en colère contre Pirelli
Lors du Grand Prix de Belgique, Sebastian Vettel a vu son pneu arrière droit éclater en vue de l'arrivée. Le pilote allemand perd le podium pour Ferrari et a dû abandonner, hors des points.

Mais Vettel a vite attaqué Pirelli après la course, car il ne croit pas que les 27 tours infligés à ses pneus étaient trop pour eux.

"Des choses comme cela ne devraient pas arriver! Si c'était arrivé 200 mètres plus tôt, dans l'Eau Rouge, je ne serais pas là pour vous en parler en ce moment", lance-t-il.

"Ce genre de choses (crevaisons) continuent mais ce n'est pas acceptable. Quelle est la réponse cette fois? Une coupure, des débris, je suis allé trop loin de la trajectoire? Si Nico Rosberg (qui a explosé un pneu vendredi) dit qu'il n'a pas été hors piste, alors il ne l'a pas fait."

"Je ne l'ai pas fait non plus mais, comme ça, sans prévenir, le pneu explose. Ce n'est pas acceptable."

Maurizio Arrivabene, son patron, a calmé le jeu et a demandé d'attendre l'analyse du pneu pour conclure quoi que ce soit.

Chez Mercedes, Toto Wolff estime que Vettel et Ferrari ont joué avec le feu. "Faire 27 tours, c'est très courageux mais c'était leur seule solution pour garder leur podium. Dommage pour eux mais je pense que c'était un peu trop osé."
source: Nextgen-Auto.com

Grosjean - Je n'arrive pas à croire que je suis sur le podium
Romain Grosjean a mené la plus belle course de sa carrière, selon son ingénieur de piste, Julien Simon-Chautemps. Une course qu'il termine sur le podium grâce à l'explosion du pneu de Vettel dans les derniers moments de la course.

"Bonjour, à tous, merci à tous d'être venus ici!" lance Grosjean en français sur le podium. "C'était un week-end incroyable pour nous!"

Il poursuit alors en anglais, comme le veut la règle.

"Hier nous avons fait de très belles qualifications même si malheureusement nous avions une pénalité. La course a été superbe, je n'arrive pas à croire que nous soyons sur le podium!"

"Tous les gars travaillent si fort pour que nous en arrivions là aujourd'hui, que nous soyons en mesure de monter à nouveau sur le podium."

"Dès que je prends un départ à Spa, je repense au départ de 2012. Alors j'ai été prudent cette fois. Merci à l'équipe de m'avoir permis de monter une 10ème fois sur le podium, le sentiment est encore meilleur. Pour tout dire, c'est comme une victoire pour nous!"
source: Nextgen-Auto.com

Kvyat volait en fin de course
Un peu en retrait en début de course, le Russe Daniil Kvyat a terminé le Grand Prix de Belgique en état de grâce. Il décroche finalement la quatrième place après avoir effectué quelques beaux dépassements.

"La seconde moitié de ma course a été pratiquement parfaite", raconte Daniil Kvyat. "En fin de course, je ne roulais plus, je volais! J'ai été en mesure de dépasser des voitures plus compétitives que la mienne."

"Le début de la saison a été difficile pour nous, mais nous avons appris comment nous adapter à la situation. Ce ne sera pas facile à Monza, il faudra trouver le bon compromis, mais nous sommes capables de faire ça", ajoute le pilote russe.
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton - Un week-end incroyable
Fort de son sixième succès de la saison décroché à Spa, Lewis Hamilton a été intouchable durant tout le Grand Prix de Belgique et il effectue une très bonne opération au championnat en prenant 28 points d'avance au championnat sur Rosberg.

"Ce fut un week-end incroyable, l'équipe a réalisé de l'excellent travail", a déclaré le vainqueur sur le podium. "Ce fut une course de rêve."

"Nico était rapide également, mais j'étais en mesure de le contrer à chaque fois. La voiture était super et répondait très bien et il a fallu que je gère bien les pneus en fin de course. Cela a permis à Nico de se rapprocher mais je suis parvenu à rester devant."

"J'ai aussi été prudent quand le pneu de Vettel a explosé mais quel week-end! Le circuit, les fans, le travail incroyable de l'équipe. Aujourd'hui c'est un rêve, la voiture a été fantastique."

Pense-t-il au championnat et à son 2ème titre?

"Non, pas encore, il est trop tôt. La clé, c'est de transformer les poles en victoires et j'ai commencé à faire cela aujourd'hui."
source: Nextgen-Auto.com

GP de Belgique - Course
Lewis Hamilton remporte sa sixième victoire de la saison en remportant le GP de Belgique à Spa-Francorchamps, où il s'était déjà imposé en 2010. Le double Champion du monde a conservé l'avantage de sa pole, contrairement à Nico Rosberg qui a perdu deux positions et qui a dû s'employer pour offrir un nouveau doublé à Mercedes. Le Britannique signe son 80ème podium dans la discipline et égale ainsi la performance d'Ayrton Senna. Il dispose désormais de 29 points d'avance sur son coéquipier.

Romain Grosjean (Lotus) signe son premier podium depuis le GP des Etats-Unis à Austin au Texas en 2013, alors qu'il a dû s'élancer de la neuvième place suite à sa pénalité. Le Français était au contact de Sebastian Vettel (Ferrari) lorsque le quadruple Champion du monde a vu son pneu arrière-droit éclater à deux tours de l'arrivée (comme Nico Rosberg en essais). C'est le dixième podium du Français en F1. L'Allemand termine finalement à la 12ème place.

Daniil Kvyat (Red Bull) a réalisé une superbe remontée depuis la 12ème position pour prendre la quatrième place devant Sergio Pérez (Force India).

Williams a vécu un Grand Prix difficile. Felipe Massa a terminé à la sixième place tandis que Valtteri Bottas s'est classé neuvième après avoir écopé d'un drive-through. Le Finlandais s'est retrouvé en piste avec deux types de pneus différents suite à une erreur de son équipe.

Kimi Räikkönen (Ferrari) prend les points de la septième place après avoir résisté à la pression de Max Verstappen (Toro Rosso) dans les derniers tours et sauve ainsi un Top 10 pour le 900ème Grand Prix de Ferrari. Marcus Ericsson (Sauber) complète le Top 10.

Carlos Sainz (Toro Rosso) et Daniel Ricciardo (Red Bull) ont abandonné sur problème mécanique, tout comme Pastor Maldonado (Lotus) et Nico Hülkenberg (Force India). Le vainqueur des 24 Heures du Mans n'a même pas pu prendre le départ. (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Prost confirme une décision en septembre pour Renault F1
Alain Prost n'a rien voulu lâcher au micro de 'Canal+' concernant l'avenir de Renault en F1, marque dont il est ambassadeur.

Prost a mené avec Cyril Abiteboul un audit de la situation du Losange en Formule 1 et le rapport a été rendu à Carlos Ghosn.

"Nous sommes à la fin de notre étude. La décision sera prise le mois prochain. Cela a été un peu repoussé par rapport à ce qui était prévu mais c'est ainsi", dit-il lorsqu'on lui demande où en est le dossier.

"Les choses continuent à évoluer de minute en minute, je ne peux donc rien vous dire. Pour la décision il faudra donc attendre un peu."

Quand aux rumeurs de sortie de contrat anticipée de Red Bull, Prost ne s'avance pas.

"Je ne sais pas, ce ne sont pas mes affaires. Il est difficile de dire ce qui va se passer mais si c'est profitable à Red Bull et à Renault, cela pourrait se faire. Cela se discute au plus haut niveau, avec Carlos Ghosn."
source: Nextgen-Auto.com

Kvyat et Verstappen lassés des problèmes de Renault
Daniil Kvyat a appelé Renault a mettre fin le plus tôt possible à ses difficultés pour permettre à Red Bull de retrouver l'avant du peloton.

Le motoriste français souffre depuis le début de saison et malgré un contrat le liant à Red Bull pour 2016, l'accord pourrait être rompu plus tôt que prévu.

"J'espère que les progrès arriveront aussi vite que possible," a déclaré Kvyat. "Il est évident que nous souhaitons nous battre à l'avant dans un avenir proche. Je ne sais pas comment nous pouvons y parvenir, mais il faut que nous le fassions à n'importe quel prix."

"Si quelque chose peut changer, nous devons le faire. Nous voulons gagner des courses mais, pour cela, il faut prendre des mesures."

Le jeune Russe n'est pas le seul à être frustré par cette situation. Max Verstappen l'est tout autant. Le Néerlandais attend beaucoup de l'évolution moteur qu'apportera Renault lors du Grand Prix de Russie et espère que cela sera de bon augure pour la saison 2016.

"Si nous faisons un grand pas en avant, alors nous pourrons être optimistes pour l'année prochaine", a déclaré le pilote Toro Rosso. "Mais si ce n'est pas le cas, il faudra à nouveau partir d'une feuille blanche mais cela signifiera que 2016 est déjà compromise."

"Est-ce que je crois encore en Renault? Si ce n'était pas le cas, les choses seraient encore pires. J'espère simplement que la situation actuelle va bientôt s'arrêter."
source: Nextgen-Auto.com

Toro Rosso sur le point de confirmer Sainz et Verstappen pour 2016
Toro Rosso devrait vraisemblablement poursuivre avec Carlos Sainz et Max Verstappen en 2016. Les deux débutants apportent en effet satisfaction et il n'y a ainsi aucune raison de changer.

Verstappen serait même lié à Ferrari pour la saison 2017, pour remplacer Kimi Räikkönen qui vient d'être prolongé pour 2016, mais l'intéressé ne confirme pas la rumeur.

"Ce n'est qu'une hypothèse", déclare le Néerlandais. "Nous verrons plus tard ce que je ferai après. Mais je me sens déjà reconnu par les autres pilotes et prêt à franchir de nouveaux paliers."

Le Docteur Helmut Marko a admis qu'il comprenait l'intérêt des grandes équipes pour son pilote de 17 ans.

"Max a un talent extraordinaire", explique l'Autrichien. "Je pense que les autres écuries s'en sont aperçues."

Sainz est également serein sur ses chances de poursuivre en Formule 1 l'année prochaine.

"Je n'ai pas encore signé de contrat", a admis l'Espagnol. "Il sera renouvelé lorsque mon patron décidera de le faire. Mais c'est bon signe qu'aucun autre nom n'ait été mentionné durant l'été."

"Je ne pense pas qu'il serait inspiré de remercier deux jeunes pilotes après seulement une année. Nous pouvons apporter de la performance et de la stabilité. Je ne suis pas encore sûr de rester, mais je suis persuadé que ce sera le cas."
source: Nextgen-Auto.com

Räikkönen pénalisé de cinq places
Kimi Räikkönen a eu un problème technique durant les qualifications, avec un moteur qui faisant des à coups. Ferrari a dû remplacer sa boîte de vitesses.

Les boîtes doivent disputer six week-ends de courses consécutifs, en comptant le samedi et la course. Räikkönen a donc reçu une pénalité de cinq places.

Il était classé au 14ème rang après son problème en qualifications. Sa pénalité devrait en fait le faire chuter au 16ème rang.

Il y a de nombreuses pénalités sur la grille, avec Romain Grosjean, Max Verstappen, Jenson Button et Fernando Alonso également sanctionnés.

La pénalité de Kimi Räikkönen devrait le faire chuter au 19ème rang, mais il va ensuite bénéficier des sanctions de Max Verstappen, Jenson Button et Fernando Alonso, ce qui va lui faire gagner trois positions.

Felipe Nasr va récupérer la 14ème place sur la grille, devant Will Stevens, Kimi Räikkönen, Roberto Merhi, Max Verstappen, Jenson Button et Fernando Alonso.
source: SportAuto.fr

Arai dément avoir affirmé que le moteur Honda serait au niveau du Ferrari
Avant Spa-Francorchamps, le responsable de Honda en F1, Yasuhisa Arai, avait déclaré que l'évolution moteur attendue en Belgique placerait le bloc japonais à la hauteur de son concurrent italien, expliquant que "la version 3 du moteur débutera à Spa et nous serons au même niveau que Ferrari. C'est un gros pas en avant."

Mais une fois sur place, le doute est permis puisque les seules monoplaces devancées par les McLaren se trouvent être les Manor, équipées d'un moteur Ferrari... de 2014. Jenson Button lui-même s'est dit surpris de ce rythme qui le place à une seconde des concurrents précédents.

"Je ne sais pas ce que nous pourrons faire dimanche", avoue le Britannique. "Nous ferons la course entre nous et, si nous parvenons à distancer les Manor, je pense que les seules autres voitures que nous verrons par la suite seront celles qui nous prendront un tour."

Après un tel aveu d'impuissance, les déclarations d'Arai risquent de se heurter à un mur de scepticisme grandissant. Mais le Japonais se défend d'avoir tenu les propos qu'on lui prête.

"Je n'ai pas dit ça concernant Ferrari", déclare-t-il. "Les améliorations que nous avons apportées ne sont pas aussi efficaces que ce que nous espérions parce que ce n'est pas un circuit facile. Nous n'avons de plus pas eu beaucoup de temps pour les évaluer lors des séances d'essais. Les évolutions fonctionnent plutôt bien mais ce n'est malheureusement pas autant le cas ici. Il nous faut plus de temps."

Le directeur de course de McLaren, Eric Boullier, a quant à lui tempéré les doutes concernant son équipe, selon lesquels la situation désespérée d'une grande équipe comme McLaren ne pouvait plus durer.

"Nous n'avons pas perdu patience avec Honda, et nous sommes heureux de les avoir comme partenaires. Peut-être qu'il aurait été plus sage d'attendre une année de plus et ne se lancer qu'avec un moteur Honda avancé, mais Ron Dennis et moi-même adorons ce défi, et l'équipe tout comme nos pilotes auront finalement mérité leurs résultats."
source: Nextgen-Auto.com

Boullier rassuré par Pirelli, Mercedes sceptique
Si la cause de l'explosion du pneu de Nico Rosberg reste un mystère peut-être impénétrable, les têtes pensantes de chez McLaren et Mercedes gardent toute leur confiance dans les gommes de Pirelli. Éric Boullier s'est notamment dit rassuré après moult discussions avec le manufacturier italien, même si leurs conclusions et celles de Mercedes ne convergent pas vraiment...

"Nous sommes constamment en contact avec Pirelli et suivons de très près leur analyse de la situation", explique Boullier, "de même que nous leur apportons tout notre soutien. Comme vous le savez, il n'y a pas de réponse claire pour le moment mais Pirelli a passé en revue toutes les possibilités et la plus probable est qu'un élément de la carrosserie de la Mercedes a touché le pneu. Ne prenez cependant pas ce que je vous dis comme une affirmation, parce qu'il n'y a aucune preuve. Mais ça reste une explication logique qui met hors de cause la structure de pneus, entre autres."

"Nous avons donc discuté samedi matin avec Fernando Alonso et Jenson Button, et disposer d'une telle explication nous fait nous sentir un peu mieux. Les investigations sont toujours en cours au moment où nous parlons, et je sais que Pirelli a analysé tous les pneus hier sans trouver quoi que ce soit d'anormal."

Dans le garage Mercedes, on est cependant convaincu que la vérité est ailleurs: l'écurie a en effet procédé à de nombreux essais sans parvenir à recréer l'incident. Mais on n'est jamais trop prudent...

"Nous avons passé un temps fou avec Pirelli pour analyser ce qui s'est passé", déclare Toto Wolff, "mais nous n'avons pas trouvé le problème. Ainsi, je suis plutôt convaincu qu'il s'agit d'un débris ou autre qui s'est fiché dans le pneu, ce qui rend la situation étrange mais incompréhensible."

"Nous avons tout de même pris toutes les mesures pour que ça n'arrive plus. Pirelli nous avait imposé quelques limites concernant le fonctionnement mécanique de ses pneus et nous nous y étions conformés. Mais nous sommes allés plus loin aujourd'hui en nous éloignant encore plus desdites limites."
source: Nextgen-Auto.com

Sotchi souhaite prolonger son contrat et devenir une course de nuit
La Russie dispose de son Grand Prix depuis un an à peine et possède un contrat jusqu'en 2020 mais elle pense déjà à prolonger son accord avec Bernie Ecclestone afin de pérenniser sa présence dans le calendrier de la Formule 1.

Malgré les rumeurs alarmants sur les finances du circuit (soutenues par la présidence de Vladimir Poutine), Alexander Saurin, le vice-gouverneur de la région de Krasnodar, et le promoteur de la course, Sergei Vorobyov, sont présents à Spa-Francorchamps pour des discussions avec Bernie Ecclestone.

"Nous avons commencé les discussions pour prolonger notre contrat", affirme Saurin, "mais pour le moment cela reste au niveau de simples discussions. La situation économique difficile est une réalité, nous la considérons et je dois dire que Bernie l'a entendu. Merci à lui, il semble toujours écouter la Russie."

Il faut dire que Sotchi paye le prix fort pour sa course: 45 millions d'euros par an, alors que la moyenne tourne aux alentours des 25 à 30 millions d'euros pour les Grands Prix arrivés au calendrier ces dernières années.

Qu'en dit Bernie Ecclestone?

"Vous pouvez réserver vos billets pour les 10 prochaines années", affirme-t-il, révélant l'autre partie des négociations: "Nous avons discuté avec Sotchi à Spa et nous voulons une course de nuit. Cela se fera peut-être dès 2017. Ils sont d'accord."
source: Nextgen-Auto.com

Rosberg et Vettel pas rassurés par Pirelli
Après la crevaison à haute vitesse du pneu de Nico Rosberg, Pirelli a établi de son côté que l'incident n'était pas lié à un défaut de structure du pneumatique mais dû à une source extérieure. La cause exacte n'a donc pas été trouvée et deux pilotes, dont le principal intéressé, ne sont pas totalement rassurés.

"Nous ne comprenons toujours pas pour quelle raison le pneu a éclaté", commente Rosberg. "On suppose que ça vient d'un élément extérieur. C'est la théorie. Mais personne ne sait vraiment. Alors c'est inquiétant, ça l'est pour tout le monde. Nous avons ajusté quelques réglages pour éviter encore plus les ennuis mais nous allons devoir surveiller cela de près pour que ça ne se reproduise pas."

D'autres théories ont été avancées depuis, comme la possibilité qu'une partie du fond plat de la Mercedes soit allée au contact du pneu, sous la forte charge aérodynamique, pour le cisailler. Mais Mercedes n'a rien trouvé qui allait dans ce sens.

"Il n'y a aucune preuve qui confirme cette théorie", ajoute l'Allemand.

Sebastian Vettel, un des directeurs du GPDA, ajoute: "Je voulais savoir et j'ai demandé. Mais je n'ai pas vraiment eu de réponse. Pour le moment nous devons vivre avec ça. Bien entendu, nous espérons tous que tout va bien se passer en course."
source: Nextgen-Auto.com

Grosjean - Avec un peu plus d'argent chez Lotus...
Romain Grosjean affirme à Spa-Francorchamps que sa performance des qualifications rappelle à quel point Lotus sait produire une bonne Formule 1. De quoi rassurer Renault avant un éventuel rachat? Peut-être... mais le Français suggère qu'avec un peu plus d'argent la E23 serait encore mieux placée.

"Ma 4ème place démontre à quel point nous avons un groupe technique fort. J'ai dit depuis le premier jour que la E23 était une bonne base. Avec de bons développements, elle pourrait devenir une très bonne voiture", affirme Grosjean.

"Nous pouvons concevoir des F1 qui sont très bonnes, dignes du podium ou même de la victoire. Nous n'avons pas eu beaucoup de nouveautés cette année alors imaginez juste que nous ayons eu des pièces qui valaient 5 dixièmes. Nous serions très proches des Mercedes ici, ce qui est plutôt pas mal."

Malheureusement, hors piste, Lotus est sous pression financière. Après l'affaire Pirelli en Hongrie, c'est Charles Pic qui s'en mêle à Spa en attaquant en justice. Mais d'autres créanciers se sont aussi manifestés comme Bell (casques) ou Toyota (location du motorhome). Des créanciers qui n'ont pas été payés.

Bernie Ecclestone admet avoir peu de sympathie pour Lotus, qu'il espère vite rachetée par Renault.

"Je pense qu'ils sont dans les problèmes depuis un bout de temps. Spa était un bon endroit pour que quelqu'un (Charles Pic) lance une action contre eux. Les gens devraient payer leurs factures, n'est-ce pas? Cela a toujours été ma position. Si vous devez de l'argent à quelqu'un, vous devez le payer. Il ne devrait pas être nécessaire d'en arriver à ce genre de choses."
source: Nextgen-Auto.com

Wolff - Mercedes attend aussi la décision de Renault
Alors que les spéculations suggèrent de plus en plus un divorce entre Red Bull et Renault à la fin de la saison, tous les regards se tournent vers Mercedes.

Si Red Bull a bien décidé de rompre son contrat avec son motoriste actuel, c'est que l'équipe autrichienne doit bien avoir une solution de secours. Elle serait chez Mercedes et non chez Ferrari.

Toto Wolff, interrogé à ce sujet, affirme que rien n'a encore été négocié en coulisses.

"Pour l'instant, ce sujet n'est pas entre nos mains. Officiellement, Red Bull est encore avec Renault et, comme Daimler Mercedes et Renault ont des contrats industriels depuis de nombreuses années, nous n'allons pas interférer avant de savoir quelle décision Renault va prendre pour son avenir en F1", commente le patron de Mercedes en F1.

"Nous l'avons dit, et c'est toujours la situation en vigueur, que légalement nous ne nous mettrons pas en porte-à-faux parce que ce n'est pas notre façon de gérer le business en général."

"Nous avons une relation très amicale avec Renault sur le plan industriel, attendons donc que la situation soit résolue entre les deux parties. Avant cela, nous ne commencerons pas la moindre discussion. Cette étape n'est pas encore à l'ordre du jour car le scénario est encore très complexe et beaucoup de décisions différentes peuvent encore être prises."

Wolff ne rejette pas l'idée de motoriser Red Bull, même dès 2016.

"Il y a beaucoup de pour et de contre, il y a les contrats en cours, nous avons déjà 4 équipes. Ferrari n'en aura que 3 (avec Haas) et Honda n'en a qu'une seule. Il y a aussi l'intérêt de la Formule 1 en général. Le fait est que Red Bull est une marque attractive mais cela ne suffit pas à dire oui."
source: Nextgen-Auto.com

Horner ne lâche rien sur le contrat Red Bull - Renault
L'information du jour, ce samedi dans le paddock de Spa, c'est que Red Bull aurait décidé de couper les ponts avec Renault dès la fin de cette saison. Helmut Marko a refusé de confirmer ou d'infirmer, même chose avec Christian Horner qui fait le point sur la situation du couple Red Bull-Renault à quelques semaines de la décision du constructeur français.

"Tout ce que je peux vous dire, c'est que nous avons un contrat avec Renault qui va jusqu'à fin 2016. Telle est la situation. Nous attendons de savoir ce que va faire Renault sur le long terme et, une fois que nous aurons compris ce qu'ils veulent, nous prendrons les décisions qui s'imposent pour notre avenir", explique Horner.

Sous-entendu: si Renault rachète Lotus, les ponts seront coupés?

"Pas nécessairement. Nous voulons juste savoir ce qu'ils vont faire. Quoi qu'ils choisissent, s'ils restent, il leur faudra un moteur compétitif. Nous avons vécu de très bonnes années avec Renault, avec 8 titres, 50 victoires. Renault avait 4 équipes jusqu'à l'an dernier. Lotus a quitté Renault, Caterham a fait faillite. Nous sommes les deux seules équipes qui restent, par défaut. Mais Renault doit être compétitif, que ce soit avec une, deux ou quatre équipes, c'est la base."

Le contrat peut-il être rompu en mettant en avant une clause de performance comme l'indiquent les rumeurs?

"Ça, c'est top secret. Le contenu de chaque contrat est confidentiel, mais comme d'habitude, dans tout contrat il y a des obligations pour les deux parties. Et elles sont claires."

Si Red Bull et Renault viennent à se séparer, ce qu'Horner ne confirme pas, il faudra que Red Bull sache rapidement quel sera le motoriste remplaçant.

"Un moteur fait partie intégrante d'une voiture, le concept d'une monoplace se fait autour d'un moteur. Mais il y a des situations comme Brawn en 2009 où ils ne connaissaient pas leur moteur avant novembre ou décembre. Cela compromet inévitablement les choses mais ce n'est pas insurmontable, Brawn en a donné la preuve."

"Mais ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit: nous travaillons en supposant que nous aurons encore un moteur Renault dans la voiture l'an prochain."

Horner est toutefois très clair: 2016 devra être marqué par un retour à la victoire.

"Nous ne pouvons plus passer une nouvelle saison comme celle-là. Cela nous coûte cher. Nous avons investi dans ce moteur nous aussi, il n'est pas gratuit. Et quand on est client d'un produit, parfois la frustration atteint des sommets."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: YouTube ::.
>> Découvrez les vidéos postés par les acteurs de la F1 et par les journalistes sportifs!
YouTube • Retrouvez-nous sur YouTube à l'adresse:
youtube.com/ZoneF1TV
.:: Publicité ::.