En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Archives » Courses 2012 » Grand Prix d'Italie

Grand Prix d'Italie

Tout savoir sur... la course


@EN BREF:
Treizième manche du Championnat du monde 2012 de F1. FIA F1WC
Dates: 07, 08 et 09 septembre. Lieu: Autodrome National de Monza.
Engagés: 24. Qualifiés: 24. Partants: 24. Classés: 22.
Conditions atmosphériques: ciel ensoleillé. 28°C dans l'air, 39°C sur la piste et 36% d'humidité.
Affluence: ---.


@LE GRAND PRIX:
circuit Année de création du Grand Prix: 1950.
Editions disputées à ce jour: 62 (61 à Monza et 1 à Imola).
 
Heure de départ: 14h.
Circuit: 5,793 km x 53 tours, soit 306,720 km au total.
Décalage avec la ligne de départ: 309 m.


@LES RECORDS:
Pole position Meilleur temps en course
1'20"089 (moy. 260,395 km/h) par
Rubens Barrichello (Ferrari F2004) en 2004.
1'21"046 (moy. 257,321 km/h) par
Rubens Barrichello (Ferrari F2004) en 2004.
 
@LE PODIUM 2011:
P Pilote Ecurie-Moteur Pneu Temps Moyenne
1 1. Sebastian Vettel Red Bull RB7-Renault (P) en 1h20'46"172 (227,848 km/h)
2 4. Jenson Button McLaren MP4/26-Mercedes (P) à 0'09"590 (227,398 km/h)
3 5. Fernando Alonso Ferrari 150 (P) à 0'16"909 (227,056 km/h)


LES RESULTATS EN UN CLIN D'ŒIL • Grille de départ • • Classement à l'arrivée • • Classement des championnats •


@LES FAITS DE COURSE:
Hamilton se promène et revient à 37pts du leader Alonso!La victoire lui était promise depuis vendredi, au vu de ses performances en essais. Elle ne lui a pas échappé. Lewis Hamilton (McLaren) s'est imposé dimanche à Monza avec brio, à tel point que le Britannique n'a quasiment jamais eu besoin d'effectuer le moindre dépassement sur ses rivaux. Tout juste a-t-il remis les choses en place à mi-course lorsque Sergio Pérez (Sauber) a brièvement occupé la tête avant de s'arrêter une seule fois aux stands. Parti en pole position sur la grille de départ, le peut-être futur pilote de Mercedes s'est contenté de gérer son avance, tout en jetant un œil sur la fin dans le rétro. Car Pérez aurait pu lui rendre la pareille s'il y avait eu quelques tours de plus. A la faveur d'une excellente stratégie et d'un meilleur choix de pneus, le Mexicain a terminé à seulement 4"356 du vainqueur, devant Fernando Alonso (Ferrari) en personne. Ce dernier conforte néanmoins sa place leader du championnat, puisque dans le même temps, Sebastian Vettel (Red Bull) a abandonné.

Car s'il n'y a pas eu de suspense ou presque pour la victoire, la bagarre a bel et bien fait rage pour les places d'honneur. Longtemps possible voire programmé, le doublé McLaren s'est finalement envolé lorsque Jenson Button, alors solide deuxième, a dû rendre les armes face à une mécanique défaillante. Vainqueur avec la manière la semaine dernière à Spa, le Britannique n'a toutefois rien à se reprocher. Une constatation également valable pour Vettel qui aura tout tenté pour limiter les dégâts. Mais parfois, mieux vaut ne pas lutter... En difficultés depuis le début du week-end, l'Allemand a pourtant cru qu'il pourrait repartir d'Italie avec quelques précieux points dans la course pour le titre. Meilleur sur les longs relais, le double champion en titre a longtemps contenu Alonso avant d'être doublé par l'Espagnol, puis freiné par les commissaires de course. Coupable selon eux d'avoir volontairement ralenti le pilote Ferrari, il a écopé d'une pénalité. Pis encore, il a ensuite été définitivement stoppé sur problème technique, le même sort réservé à son coéquipier Mark Webber, laissant Red Bull sur un zéro pointé.

Au milieu de cette agitation, un homme s'est distingué par son audace. Déjà deuxième en Malaise en début de saison, Sergio Pérez a récidivé, prouvant aux plus sceptiques que ce n'était donc pas un accident. En pneus tendres pour terminer et avec le même moteur que les Ferrari, le Mexicain tournait une seconde plus rapide que tout le monde à mesure que l'arrivée se rapprochait. Malgré toute sa bonne volonté, Massa ne pouvait pas lutter. En dépit d'une belle puissance et d'une fiabilité retrouvée, Michael Schumacher (Mercedes) s'est aussi rapidement rendu à l'évidence pour finir à la sixième place, derrière Kimi Räikkönen (Lotus), nouveau troisième au général. Remonté dans ce même classement en deuxième position, Hamilton a retrouvé le sourire. Même si elle avait bien mal commencé (abandon à Spa, rumeurs de transfert démenties), sa semaine s'est parfaitement achevée. Il n'en espérait pas tant.
.:: Temps et résumés ::.
.:: Affiche ::.
>> 871ème Grand Prix de F1:
affiche
.:: Autres éditions ::.
>> Sélectionnez une année:
.:: Vue du ciel ::.
>> Découvrez ce circuit sur des photos satellite!
globe terrestre • Vous disposez du logiciel Google Earth, cliquez ici.

• Sinon, vous pouvez utiliser Google Map en cliquant ici.
.:: Jeu ::.
>> La F1 s'emmêle les pédales!
taquin • Reconstituez l'image originale découpée en 15 petits carrés mélangés!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.