En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Archives » Courses 2012 » Grand Prix d'Espagne

Grand Prix d'Espagne

Tout savoir sur... la course


@EN BREF:
Cinquième manche du Championnat du monde 2012 de F1. FIA F1WC
Dates: 11, 12 et 13 mai. Lieu: Circuit de Catalogne, Barcelone.
Engagés: 24. Qualifiés: 24. Partants: 24. Classés: 19.
Conditions atmosphériques: ciel ensoleillé. 22°C dans l'air, 34°C sur la piste et 56% d'humidité.
Affluence: environ 82 000 spectateurs le dimanche.


@LE GRAND PRIX:
circuit Année de création du Grand Prix: 1951.
Editions disputées à ce jour: 41 (2 à Pedrables, 9 à Jarama, 4 à Montjuich Park, 5 à Jerez et 21 à Catalogne).
 
Heure de départ: 14h.
Circuit: 4,655 km x 66 tours, soit 307,104 km au total.
Décalage avec la ligne de départ: 126 m.


@LES RECORDS:
Pole position Meilleur temps en course
1'19"995 (moy. 209,488 km/h) par
Mark Webber (Red Bull RB6-Renault) en 2010.
1'21"670 (moy. 205,192 km/h) par
Kimi Räikkönen (Ferrari F2008) en 2008
 
@LE PODIUM 2011:
P Pilote Ecurie-Moteur Pneu Temps Moyenne
1 1. Sebastian Vettel Red Bull RB7-Renault (P) en 1h39'03"301 (186,020 km/h)
2 3. Lewis Hamilton McLaren MP4/26-Mercedes (P) à 0'00"630 (186,001 km/h)
3 4. Jenson Button McLaren MP4/26-Mercedes (P) à 0'35"627 (184,912 km/h)


@LES FAITS DE COURSE:
Première pole et première victoire pour Maldonado!Pastor Maldonado (Williams) a respecté la logique de ce début de saison 2012. Après quatre Grands Prix, on comptait quatre vainqueurs différents. Le Vénézuélien est donc le cinquième en cinq courses, après sa formidable démonstration à Barcelone, où il a finalement devancé Fernando Alonso (Ferrari) de 3"1 et Kimi Räikkönen (Lotus) de 3"8. Maldonado a également respecté la logique qui prévaut en Catalogne, où l'auteur de la pole s'impose très souvent (11 fois sur les 12 dernières éditions). Il a pourtant très rapidement cédé cette première place, dont il avait hérité après le déclassement de Lewis Hamilton (McLaren), dès le premier virage, à cause d'un meilleur départ de la F2012. Mais il a eu le mérite, au volant d'une Williams au meilleur de sa forme, de ne jamais se laisser distancer par l'Espagnol, qui n'a pas réussi à prendre plus de quatre secondes d'avance.

Cela lui a permis de repasser devant lors du deuxième passage aux stands, lorsque Alonso, rentré deux tours après lui, a été retardé par la Marussia de Charles Pic (qui écopera d'un drive-through pour non-respect du drapeau bleu). Une fois leader, le champion de GP2 2010 a fait mieux que se défendre. Et même en fin de course, alors que ses pneus étaient de plus en plus dégradés (Maldonado a effectué son dernier arrêt au 42ème tour, Alonso au 45ème et Räikkönen au 49ème), il a réussi à résister pour offrir sa première victoire à Williams depuis celle de Juan-Pablo Montoya au Brésil en 2004. Une éternité pour une écurie de ce calibre, qui compte désormais 114 succès.

Alonso, qui était en lice pour une deuxième victoire en 2012 après celle en Malaisie, peut nourrir quelques regrets mais il a démontré que sa monoplace était redevenue compétitive, même si Felipe Massa n'a fini que 15ème. Et il peut se consoler en regardant le classement du Championnat du monde, où il pointe à la première place, à égalité de points avec Sebastian Vettel (Red Bull), sixième dimanche après une course difficile. Quant aux Lotus, elles ne passent à nouveau pas loin de leur premier succès cette saison, mais il faudra attendre encore un peu. Räikkönen est revenu très fort en fin de course mais a échoué de quelques dixièmes. Son coéquipier, Romain Grosjean, auteur d'un mauvais départ et rapidement handicapé après avoir abîmé son aileron avant suite à un contact avec Bruno Senna (Williams), a terminé quatrième.

Si, devant, il n'y a finalement pas eu trop de bagarre, comme on pouvait s'y attendre sur un circuit où doubler est très ardu, dans le peloton, certains pilotes ont assuré le spectacle. Kamui Kobayashi (Sauber), par exemple, qui a notamment tenté, et réussi, deux dépassements très osés sur Jenson Button (McLaren, 9ème) et Nico Rosberg (Mercedes, 7ème), pour aller glaner la cinquième place. Lewis Hamilton (McLaren), également, qui est remonté de la 24ème à la 8ème position après sa mésaventure des qualifications. Une performance de choix pour l'Anglais, qui aurait certainement dominé la course assez facilement s'il était parti en pole. Lui aussi aurait été un nouveau vainqueur cette saison. Mais les dieux de la F1 avaient semble-t-il choisi quelqu'un d'autre...
.:: Affiche ::.
>> 863ème Grand Prix de F1:
affiche
.:: Autres éditions ::.
>> Sélectionnez une année:
.:: Vue du ciel ::.
>> Découvrez ce circuit sur des photos satellite!
globe terrestre • Vous disposez du logiciel Google Earth, cliquez ici.

• Sinon, vous pouvez utiliser Google Map en cliquant ici.
.:: Publicité ::.