En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Archives » Courses 2012 » Grand Prix du Brésil

Grand Prix du Brésil

Tout savoir sur... la course


@EN BREF:
Vingtième et dernière manche du Championnat du monde 2012 de F1. FIA F1WC
Dates: 23, 24 et 25 novembre. Lieu: Autodrome "José Carlos Pace", Interlagos.
Engagés: 24. Qualifiés: 24. Partants: 24. Classés: 19.
Conditions atmosphériques: ciel variable. 19°C dans l'air, 23°C sur la piste et 63% d'humidité.
Affluence: ---.


@LE GRAND PRIX:
circuit Année de création du Grand Prix: 1973.
Editions disputées à ce jour: 39 (29 à Interlagos et 10 à Jacarepagua).
 
Décalage horaire: GMT -2h (-3h de France, heure d'hiver).
Heure de départ: 14h, heure locale (17h, heure française).
Circuit: 4,309 km x 71 tours, soit 305,909 km au total.
Décalage avec la ligne de départ: 30 m.
ATTENTION: la course s'effectue dans le sens inverse des aiguilles d'une montre!


@LES RECORDS:
Pole position Meilleur temps en course
1'10"646 (moy. 219,579 km/h) par
Rubens Barrichello (Ferrari F2004) en 2004.
1'11"473 (moy. 217,039 km/h) par
Juan-Pablo Montoya (Williams FW26-BMW) en 2004.
 
@LE PODIUM 2011:
P Pilote Ecurie-Moteur Pneu Temps Moyenne
1 2. Mark Webber Red Bull RB7-Renault (P) en 1h32'17"464 (198,877 km/h)
2 1. Sebastian Vettel Red Bull RB7-Renault (P) à 0'16"983 (198,269 km/h)
3 4. Jenson Button McLaren MP4/26-Mercedes (P) à 0'27"638 (197,889 km/h)


@LES FAITS DE COURSE:
Button gagne dans le chaos et Vettel remporte le titre!Tout le monde espérait du suspense et de l'animation pour la dernière course de la saison, à Interlagos, et personne n'a pas été déçu. Des accrochages à répétition, de la pluie, deux sorties de la voiture de sécurité, des choix de pneus bizarres, plusieurs changements de leader, et au final un scénario qui a sacré le favori, Sebastian Vettel (Red Bull), qui a pourtant connu bien des frayeurs sur la piste d'Interlagos.

Tout a commencé dès le départ, que l'Allemand a manqué, au contraire de son seul rival pour le titre, Fernando Alonso (Ferrari), parti lui comme une fusée de sa septième place, dans le sillage de son poisson pilote Felipe Massa. Vettel, coincé dans le peloton, a été percuté par la Williams de Bruno Senna au bout de la première ligne droite. Un accrochage qui a provoqué l'abandon du Brésilien et celui de Sergio Pérez (Sauber), victime collatérale. Quant au pilote Red Bull, il a eu de la chance dans son malheur, car sa monoplace n'a été touchée que sur le flanc droit, et s'il s'est retrouvé 20ème, il a rapidement réussi à remonter dans la hiérarchie. Au 9ème tour, il était déjà 8ème.

Devant, les deux McLaren menaient les débats, et, au 8ème tour, alors que la pluie faisait son apparition, Jenson Button a profité d'une petite erreur de Lewis Hamilton pour prendre les commandes. Alonso était alors 4ème, et donc toujours pas sur le podium, condition sine qua non pour être sacré. Tandis que Nico Hülkenberg, déchaîné au volant de sa Force India, prenait la tête au 19ème tour après avoir dépassé Button, la voiture de sécurité faisait sa première apparition, au 23ème tour, afin que les commissaires de piste puissent évacuer des débris qui venaient de provoquer la crevaison de Nico Rosberg (Mercedes). Les positions se sont alors resserrées en tête, avec un Alonso 4ème et un Vettel 5ème.

Mais l'Allemand n'était pas au bout de ses peines. Décidé à prendre le moins de risques possibles, il s'est fait rapidement dépassé par Kamui Kobayashi (Sauber), puis par Massa. Quelques tours plus tard, et alors que Hamilton, qui venait de doubler son coéquipier, a récupéré la première place après un travers de Hülkenberg, la pluie a redoublé et certains pilotes sont rentrés pour chausser des pneus intermédiaires. Vettel est passé aux stands mais est ressorti en slicks. Un choix pour le moins étonnant, que Red Bull a aussitôt regretté. Trois tours plus tard, l'Allemand est rappelé aux stands pour mettre des intermédiaires. Entre temps, Hülkenberg a accroché Hamilton et l'Anglais a abandonné: Button est alors à nouveau leader.

Alonso, qui a fait un passage aux stands de moins que son rival, se retrouve 4ème, et Vettel 10ème. L'Allemand est alors champion pour deux points. Mais l'Espagnol a rapidement doublé Hülkenberg et Massa pour se hisser au deuxième rang. Malheureusement pour lui, Vettel a de son côté pris le meilleur sur Kobayashi, puis sur Jean-Eric Vergne (Toro Rosso) et Michael Schumacher (Mercedes). De quoi glaner les points de la 6ème place et s'assurer "tranquillement" une troisième couronne mondiale consécutive. A 25 ans, Vettel devient l'égal d'Ayrton Senna, de Niki Lauda ou de Nelson Piquet. Mais il aura souffert jusqu'au bout de cette saison complètement folle.
.:: Temps et résumés ::.
.:: Affiche ::.
>> 878ème Grand Prix de F1:
affiche
.:: Autres éditions ::.
>> Sélectionnez une année:
.:: Vue du ciel ::.
>> Découvrez ce circuit sur des photos satellite!
globe terrestre • Vous disposez du logiciel Google Earth, cliquez ici.

• Sinon, vous pouvez utiliser Google Map en cliquant ici.
.:: Publicité ::.