En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Archives » Courses 2010 » Grand Prix du Canada

Grand Prix du Canada

Tout savoir sur... la course


@EN BREF:
Huitième manche du Championnat du monde 2010 de F1. FIA F1WC
Dates: 11, 12 et 13 juin. Lieu: Circuit Gilles Villeneuve, Montréal.
Engagés: 24. Qualifiés: 24. Partants: 24. Classés: 19.
Conditions atmosphériques: ciel ensoleillé. 25°C dans l'air, 39°C sur la piste et 47% d'humidité.
Affluence: environ 110 000 spectateurs le dimanche (300 000 sur les trois jours).


@LE GRAND PRIX:
circuit Année de création du Grand Prix: 1967.
Editions disputées à ce jour: 40 (8 à Mosport Park, 2 à Mont-Tremblant et 30 à Montréal).
 
Décalage horaire: GMT -4h (-6h de France, heure d'été).
Heure de départ: 12h, heure locale (18h, heure française).
Circuit: 4,361 km x 70 tours, soit 305,270 km au total.


@LES RECORDS:
Pole position Meilleur temps en course
1'12"275 (moy. 217,220 km/h) par
Ralf Schumacher (Williams FW26-BMW) en 2004.
1'13"622 (moy. 213,246 km/h) par
Rubens Barrichello (Ferrari F2004) en 2004.
 
@LE PODIUM 2008:
P Pilote Ecurie-Moteur Pneu Temps Moyenne
1 4. Robert Kubica BMW Sauber F1.08 (B) en 1h36'24"447 (189,987 km/h)
2 3. Nick Heidfeld BMW Sauber F1.08 (B) à 0'16"495 (189,447 km/h)
3 9. David Coulthard Red Bull RB4-Renault (B) à 0'23"352 (189,223 km/h)


LES RESULTATS EN UN CLIN D'ŒIL • Grille de départ • • Classement à l'arrivée • • Classement des championnats •


@LES FAITS DE COURSE:
Hamilton et Button signent le 46ème doublé de McLarenLes pilotes ont raison d'aimer le circuit canadien, et les spectateurs ont eu raison de se déplacer en masse pour assister à la course, eux qui en avaient été privés la saison dernière pour des problèmes de gros sous. Le Grand Prix de dimanche, sans pluie, a certainement été le plus passionnant depuis le début de l'année, et était indécis jusqu'à dix tours de l'arrivée. Comme prévu, les pneus ont joué leur rôle en obligeant les écuries à tenter des coups stratégiques, et à ce jeu ce sont les McLaren qui sont sorties vainqueurs.

Dès le premier tour, Felipe Massa (Ferrari) et Vitantonio Liuzzi (Force India) ont montré la voie en s'accrochant sur plusieurs mètres, le Brésilien étant obligé de repasser par la case stands pour changer d'aileron avant. Le début d'un Grand Prix qui allait s'avérer catastrophique pour lui, avec une 15ème place finale. Hamilton conservait lui sa première place, devant Sebastian Vettel et Alonso. Mark Webber, pénalisé de cinq places à cause d'un changement de boîte de vitesses et donc septième sur la grille, se retrouvait cinquième après seulement quelques mètres.

Les deux pilotes Red Bull, équipés en pneus durs, profitaient des arrêts précipités de leurs principaux concurrents (Hamilton, Alonso et Button) pour prendre les rênes de la course dès le huitième tour. Mais Vettel et Webber s'arrêtaient aux 13ème et 14ème tour, laissant les trois hommes repasser devant. Cette première salve était d'ailleurs l'occasion d'une friction virile mais correcte entre Hamilton et Alonso, les meilleurs ennemis du paddock, à l'issue de laquelle l'Espagnol prenait la tête. Pendant une dizaine de tours, un calme précaire revenait sur la piste, jusqu'aux deuxièmes arrêts, entre le 26ème (Hamilton), le 28ème (Button et Vettel) et le 29ème tour (Alonso). Seul Webber, parmi les hommes de tête, poursuivait sa route, prenant le risque de pousser ses pneus durs au maximum.

Un pari qui semblait tout d'abord payant, avant de finalement se retourner contre lui. Après avoir pris le large, l'Australien voyait peu à peu ses adversaires revenir. Au 40ème tour, son stand l'avertissait de la dégradation de ses pneus. Dix tours plus tard, Webber rentrait enfin pour chausser des tendres, espérant finir en boulet de canon et misant sur une fin de course difficile pour les autres. Mais finalement les pneus de Hamilton, Button, Alonso et Vettel ont tenu. Le dernier fait de course marquant a concerné Alonso et Button. Au 56ème tour, l'Espagnol, gêné par une Hispania, était contraint de ralentir et Button en profitait pour s'emparer de la deuxième place, concluant en beauté un week-end que les McLaren auront dominé du début à la fin, laissant seulement la deuxième séance d'essais libres à Vettel.
.:: Affiche ::.
>> 828ème Grand Prix de F1:
affiche
.:: Autres éditions ::.
>> Sélectionnez une année:
.:: Vue du ciel ::.
>> Découvrez ce circuit sur des photos satellite!
globe terrestre • Vous disposez du logiciel Google Earth, cliquez ici.

• Sinon, vous pouvez utiliser Google Map en cliquant ici.
.:: Site Mobile ::.
>> Suivez toute l'actualité de la Formule 1 où que vous soyez!
mobile • Connectez-vous sur notre mobile à l'adresse:
mobile.zonef1.com
.:: Publicité ::.