En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Archives » Courses 2008 » Grand Prix d'Europe

Grand Prix d'Europe

Tout savoir sur... la course


@EN BREF:
Douzième manche du Championnat du monde 2008 de F1. FIA F1WC
Dates: 22, 23 et 24 août. Lieu: Circuit de Valence (Espagne).
Engagés: 20. Qualifiés: 20. Partants: 20. Classés: 17.
Conditions atmosphériques: ciel légèrement nuageux. 29°C dans l'air, 44°C sur la piste et 67% d'humidité.
Affluence: environ 115 000 spectateurs le dimanche (212 000 sur les trois jours).


@LE GRAND PRIX:
circuit Année de création du Grand Prix: 1983.
Editions disputées à ce jour: 17 (2 à Brands Hatch, 12 au Nürburgring, 1 à Donington Park et 2 à Jerez).
Nouveau circuit.
 
Heure de départ: 14h.
Circuit: 5,419 km x 57 tours, soit 308,883 km au total.


@LES RECORDS:
Nouveau circuit, il n'y a donc aucune référence avec le passé.


LES RESULTATS EN UN CLIN D'ŒIL • Grille de départ • • Classement à l'arrivée • • Classement des championnats •


@LES FAITS DE COURSE:
Felipe Massa revient à 6 points de Lewis HamiltonEn dessinant le circuit de Valence, l'architecte allemand Hermann Tilke, concepteur des nouvelles pistes de Formule 1 (Istanbul, Sepang, Bahreïn, etc.), avait eu la riche et nécessaire idée de ménager des zones propices aux dépassements, histoire de ne pas se retrouver avec le même souci qu'à Monaco, l'autre tracé urbano-portuaire de la saison. Merci mais c'était inutile. Les seuls changements entre la grille et le classement final n'ont été dûs ce dimanche qu'à un abandon (Räikkönen, moteur cassé au 45ème tour alors qu'il était cinquième), un premier ravitaillement repoussé (Trulli sixième devant Vettel), une stratégie à un seul arrêt payante (Glock treizième sur la grille et septième au final) et un départ mieux négocié (Rosberg huitième devant Heidfeld). Tout ceci pour dire que "la clé du podium était les qualifications, a résumé Robert Kubica, troisième, son premier podium depuis cinq courses et sa victoire au Canada.

Or les qualifications avaient été le domaine de Felipe Massa, le seul pilote à être descendu en dessous des 1'39" lors des essais comme en course et donc auteur du triplé pole, victoire et meilleur tour en course. "Felipe avait réussi une performance étonnante hier (samedi)", a ajouté Kubica. Le fait que le Brésilien ait effectué son premier ravitaillement deux tours avant Lewis Hamilton donne une indication de la quantité d'essence embarquée par les deux hommes en Q3 et donc du léger avantage du Brésilien à ce moment-là. Mais tout mettre sur ce point serait oublier ce que tous le monde a remarqué: Massa est celui qui a trouvé la meilleure trajectoire à prendre dans la première moitié du circuit, où il s'est construit une avance rédhibitoire pour la concurrence. Restait à ne pas commettre d'erreur dimanche et à espérer que la F2008 ne casse pas, comme elle l'avait fait à trois tours de l'arrivée en Hongrie alors qu'il avait course gagnée.

Massa a mené à bien sa mission, obtenant sa quatrième victoire en 2008 (personne n'a fait mieux ou aussi bien), un total qu'il n'avait jamais atteint lors de ses cinq premières saisons en Formule 1, dont deux chez Ferrari. "Je suis fier et content, surtout après le désastre en Hongrie", a expliqué le Brésilien. "Mon départ était super, l'un des meilleurs de la saison". Hamilton ne pouvait pas en dire autant, lui qui a failli perdre la deuxième place au profit de Kubica. "J'étais du mauvais côté (le côté dévolu à la pole position avait été changé la veille, NDLR), j'ai juste essayé de garder ma position", a expliqué le Britannique, aidé sur le coup par... Massa. "J'allais le (Hamilton) passer mais Felipe a ralenti plus tôt dans le deuxième virage et j'ai freiné aussi", a expliqué Kubica. "Après, ça a été très relax", poursuivait Hamilton, qui a fini avec plus de trente secondes d'avance sur le troisième et six de retard sur Massa. "C'était très difficile de l'attaquer", concluait le leader de McLaren-Mercedes.

Massa a confirmé: "Lewis se battait, poussait, mais j'améliorais mes temps tour après tour. J'ai réussi à creuser un écart raisonnable. Je pouvais conduire vraiment relâché. C'est étonnant comment cette course a été parfaite." Et pourtant, alors que Hamilton avouait "ne pas avoir à se plaindre du résultat", il n'y avait aucune émotion particulière sur le visage de Massa. Il venait pourtant de prendre la deuxième place du classement des pilotes à six points de Hamilton, Räikkönen étant relégué à treize longueurs de l'Anglais. Plus qu'un petit incident avec Sutil dans les stands - "j'étais leader, il est en retard, je devais passer" - sanctionné de 10 000 euros d'amende, c'était la deuxième casse mécanique consécutive sur une F2008, celle du Finlandais cette fois, qui brouillait son visage et faisait répéter et répéter au Brésilien: "Il faut qu'on oublie, qu'on regarde devant, qu'on travaille dur, très dur." La bataille finale a débuté à Valence.
.:: Affiche ::.
>> 797ème Grand Prix de F1:
affiche
.:: Autres éditions ::.
>> Sélectionnez une année:
.:: Vue du ciel ::.
>> Découvrez ce circuit sur des photos satellite!
globe terrestre • Vous disposez du logiciel Google Earth, cliquez ici.

• Sinon, vous pouvez utiliser Google Map en cliquant ici.
.:: Site Mobile ::.
>> Suivez toute l'actualité de la Formule 1 où que vous soyez!
mobile • Connectez-vous sur notre mobile à l'adresse:
mobile.zonef1.com
.:: Publicité ::.