En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Archives » Courses 2007 » Grand Prix de Malaisie

Grand Prix de Malaisie

Tout savoir sur... la course


@EN BREF:
Deuxième manche du Championnat du monde 2007 de F1. FIA F1WC
Dates: 06, 07 et 08 avril. Lieu: Circuit de Sepang, Kuala Lumpur.
Engagés: 22. Qualifiés: 22. Partants: 22. Classés: 18.
Conditions atmosphériques: ciel ensoleillé. 34°C dans l'air, 56°C sur la piste et 60% d'humidité.
Affluence: environ 115 500 spectateurs le dimanche.


@LE GRAND PRIX:
circuit Année de création du Grand Prix: 1999.
Editions disputées à ce jour: 8 (toujours sur le même circuit).
 
Décalage horaire: GMT +8h (+6h de France, heure d'été).
Heure de départ: 15h, heure locale (09h, heure française).
Circuit: 5,543 km x 56 tours, soit 310,408 km au total.


@LES RECORDS:
Pole position Meilleur temps en course
1'33"074 (moy. 214,397 km/h) par
Michael Schumacher (Ferrari F2004) en 2004.
1'34"223 (moy. 211,783 km/h) par
Juan-Pablo Montoya (Williams FW26-BMW) en 2004.
 
@LE PODIUM 2006:
P Pilote Ecurie-Moteur Pneu Temps Moyenne
1 2. Giancarlo Fisichella Renault R26 (M) en 1h30'40"529 (205,397 km/h)
2 1. Fernando Alonso Renault R26 (M) à 0'04"585 (205,224 km/h)
3 12. Jenson Button Honda RA106 (M) à 0'09"631 (205,034 km/h)


@LES FAITS DE COURSE:
Fernando Alonso remporte sa première course en GrisL'explosion était inattendue. Les murs ont bougé mais les fondations ne sont pas forcément touchées. Que reste-t-il aujourd'hui du statut de favori de Ferrari, bâti au fil des essais hivernaux, renforcé par le succès autoritaire de Kimi Räikkönen en Australie et confirmé par la pole position de Felipe Massa ce samedi? La victoire de Fernando Alonso à Sepang, la première dans le baquet d'une McLaren-Mercedes et la seizième de sa carrière, ainsi que le doublé réussi par l'écurie de Ron Dennis, le premier depuis le Grand Prix du Brésil en septembre 2005 (Montoya devant Räikkönen), changent les regards, modifient les analyses, mais restent pourtant sujets à caution. Le vainqueur a été le premier à admettre que ce succès est le surtout le fruit d'un excellent départ.

Parti en première ligne alors que Felipe Massa lui avait subtilisé la pole position au tout dernier moment des essais qualificatifs, Fernando Alonso a basculé en tête à l'intérieur au premier virage. "Quand j'ai regardé pour la première fois dans mes rétroviseurs, j'ai vu que c'était Hamilton derrière moi. A partir de ce là, c'était plus facile de prendre le large", a commenté le double Champion du monde. Parti en quatrième position, débarrassé d'entrée de Kimi Räikkönen, l'Anglais a refait le même coup qu'à Melbourne en tenant l'extérieur durant trois virages avant de se rabattre devant Massa. En suivit le spectacle hallucinant d'un pilote de 21 ans tenant tête aux deux Ferrari avec force et roublardise. "J'avais deux tâches rouges dans mes rétroviseurs. J'ai tendu un piège à Massa, il est tombé dedans, (m'a dépassé) et je suis repassé devant au virage suivant." Alors qu'Alonso s'échappait au rythme d'une seconde par tour, le Brésilien a tenté la manœuvre de trop, passant dans l'herbe et se retrouvant cinquième derrière Heidfeld au cinquième tour. Jamais il ne repassera devant la BMW Sauber, quatrième comme en Australie. Une cinquième place décevante après une sixième pour débuter la saison: Massa déçoit. Quand à Räikkönen, hormis une tentative de dépassement sur son équipier au quatième tour, on ne l'a pas beaucoup vu, sauf pour revenir à une seconde de Hamilton - mais dans le dernier tour, ce qui l'a rendu "content de prendre des points mais déçu de terminer la course ainsi".

Räikkönen est un peu sur la réserve. Il est déjà en mode "gestion de championnat" et il a préféré assurer. Ce qui lui permet de rester à deux points de Fernando Alonso, hextatique à l'arrivée après avoir fait cavalier seul. Après avoir levé les poings au ciel une centaine de fois, l'Espagnol s'est réjoui de cette victoire "absolument fantastique", de cette "extraordinaire surprise". D'autant que le garçon d'Oviedo reconnait que "si Massa était parti en tête, il aurait été difficile de le suivre". Avec des si, Lewis Hamilton aurait dû craquer après avoir vécu "la course la plus difficile de sa vie", d'autant qu'il n'avait plus d'eau dès la moitié du Grand Prix, et il n'aurait pas signé le meilleur tour en course. Avec cette deuxième place, Hamilton devient le premier pilote à terminer les deux premières courses de sa vie sur le podium depuis son compatriote Peter Arundell en 1964.
.:: Affiche ::.
>> 770ème Grand Prix de F1:
affiche
.:: Autres éditions ::.
>> Sélectionnez une année:
.:: Vue du ciel ::.
>> Découvrez ce circuit sur des photos satellite!
globe terrestre • Vous disposez du logiciel Google Earth, cliquez ici.

• Sinon, vous pouvez utiliser Google Map en cliquant ici.
.:: Publicité ::.