En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Archives » Courses 2007 » Grand Prix de France

Grand Prix de France

Tout savoir sur... la course


@EN BREF:
Huitième manche du Championnat du monde 2007 de F1. FIA F1WC
Dates: 29, 30 juin et 01 juillet. Lieu: Circuit de Magny-Cours, Nevers.
Engagés: 22. Qualifiés: 22. Partants: 22. Classés: 17.
Conditions atmosphériques: ciel nuageux. 24°C dans l'air, 37°C sur la piste et 61% d'humidité.
Affluence: environ 72 000 spectateurs le dimanche (130 000 sur les trois jours).


@LE GRAND PRIX:
circuit Année de création du Grand Prix: 1950.
Editions disputées à ce jour: 56 (11 à Reims, 5 à Rouen-les-Essarts, 4 à Clermont-Ferrand, 1 au Bugatti-Le Mans, 14 au Paul Ricard, 5 à Dijon-Prenois et 16 à Magny-Cours).
 
Heure de départ: 14h.
Circuit: 4,411 km x 70 tours, soit 308,586 km au total.
Décalage avec la ligne de départ: 184 m.


@LES RECORDS:
Pole position Meilleur temps en course
1'13"698 (moy. 215,469 km/h) par
Fernando Alonso (Renault R24) en 2004.
1'15"377 (moy. 210,669 km/h) par
Michael Schumacher (Ferrari F2004) en 2004.
 
@LE PODIUM 2006:
P Pilote Ecurie-Moteur Pneu Temps Moyenne
1 5. Michael Schumacher Ferrari 248 F1 (B) en 1h32'07"803 (200,968 km/h)
2 1. Fernando Alonso Renault R26 (M) à 0'10"131 (200,600 km/h)
3 6. Felipe Massa Ferrari 248 F1 (B) à 0'22"546 (200,151 km/h)


LES RESULTATS EN UN CLIN D'ŒIL • Grille de départ • • Classement à l'arrivée • • Classement des championnats •


@LES FAITS DE COURSE:
Kimi Räikkönen remporte son premier GP de FranceIl est difficile de faire la fine bouche alors que la saison va basculer dans sa seconde moitié cette semaine avec le court déplacement de Magny-cours à Silverstone. L'aspiration n'est plus réservée aux monoplaces en bout de ligne droite: elle est devenue un phénomène récurrent où la suprématie provisoire d'une écurie fournit l'élan nécessaire à son principal adversaire pour faire encore mieux. Alors que McLaren-Mercedes, porté par la maestria de Lewis Hamilton, avait répondu à deux victoires consécutives de Felipe Massa en cumulant trois succès en trois courses, dont deux doublés, Ferrari a retourné de nouveau la situation - et de manière ultra spectaculaire - pour le grand retour en Europe. "Il y a des courses où on doit se battre pour les points. On savait qu'on terminerait (au mieux) troisième, ce n'est donc pas si mal", concède Ron Dennis, un constat d'impuissance improbable il y a encore quelques semaines.

Alors que Hamilton n'avait manqué la pole position que pour 70 millièmes, le départ a sonné comme un coup de massue. Réputé pour ses départs cullotés, le prodige anglais a cédé d'emblée la deuxième place à Kimi Räikkönen. La néo-domination des Ferrari pouvait alors s'étaler au grand jour. "Je n'ai pas réussi un bon départ, contrairement à Kimi", reconnait Lewis Hamilton. "J'étais plus rapide que lui au début mais je n'ai pas réussi à le passer. Encore, ça a été difficile de rester au contact." Dès les premiers ravitaillements, l'écart entre les deux passait de deux à huit secondes. A l'inverse, Räikkönen, en repoussant son premier arret au stand, parvenait à revenir de cinq à deux secondes de Massa, leader depuis le départ, avant de prendre la tête en réitérant la manœuvre avant son second arrêt. "J'ai pu m'arrêter quand je le voulais, ce qu'il m'a permis de signer de bons chronos au bon moment", se félicite Räikkönen. "J'aurais probablement dû prendre plus d'avance lors de mon premier relais", concéde Massa. "Le deuxième s'est mal déroulé. J'ai perdu la course à cause du trafic. Trois, quatre voitures m'ont gêné, ce qui a chamboulé ma stratégie."

Derrière, Lewis Hamilton ne pouvait pas lutter pour la victoire avec une stratégie à trois arrêts, contre deux pour toutes les autres voitures classées dans les points. "Ça devait nous garantir la troisième place, voire mieux en attendant la pluie ou le safety-car", assure Ron Dennis, manière de dire qu'à la régulière, il était "quasiment impossible de viser la première ou la deuxième place". Là où Hamilton sauve les meubles, mais aussi 17 points d'avance sur Massa et 22 sur Räikkönen à neuf courses de la fin, Alonso, lui, perd gros. Parti de la dixième place en raison d'un problème mécanique en qualifications, le Champion du monde en titre a été batailleur, généreux dans ses multiples tentatives de dépassement. Tout ça pour finir septième au grè d'une stratégie mal maîtrisée, ce qui ne risque pas d'améliorer ses relations avec son écurie. "On pensait qu'Alonso finirait cinquième", révèle Ron Dennis. A l'aune du chassé-croisé entre McLaren et Ferrari, peut-on malgré tout dire que la Scdueria va dominer le reste de la saison? "Je pense que McLaren est encore un peu devant nous", plaide Felipe Massa. Mais "ça va nous rendre la vie plus facile après tant de décepion", corrige Kimi räikkönen. "Nous serons extrêmement compétitifs en Grande-Bretagne", veut croire Lewis Hamilton. "Je suis très confiant. Il nous faut juste de la fiabilité, or nous l'avons. J'attend cette course avec optimiste, surtout avec le soutien du public." Il est peu probable que Fernando Alonso partage sa bonne humeur.
.:: Affiche ::.
>> 776ème Grand Prix de F1:
affiche
.:: Autres éditions ::.
>> Sélectionnez une année:
.:: Vue du ciel ::.
>> Découvrez ce circuit sur des photos satellite!
globe terrestre • Vous disposez du logiciel Google Earth, cliquez ici.

• Sinon, vous pouvez utiliser Google Map en cliquant ici.
.:: Flux RSS ::.
>> Soyez averti des changements apportés sur le site ou des messages postés sur le forum!
RSS • Abonnez-vous à nos différents Flux RSS!
.:: Publicité ::.