En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Archives » Courses 2007 » Grand Prix du Canada

Grand Prix du Canada

Tout savoir sur... la course


@EN BREF:
Sixième manche du Championnat du monde 2007 de F1. FIA F1WC
Dates: 08, 09 et 10 juin. Lieu: Circuit Gilles Villeneuve, Montréal.
Engagés: 22. Qualifiés: 22. Partants: 22. Classés: 12.
Conditions atmosphériques: ciel ensoleillé. 26°C dans l'air, 53°C sur la piste et 32% d'humidité.
Affluence: environ 105 000 spectateurs le dimanche (303 000 sur les trois jours).


@LE GRAND PRIX:
circuit Année de création du Grand Prix: 1967.
Editions disputées à ce jour: 38 (8 à Mosport Park, 2 à Mont-Tremblant et 28 à Montréal).
 
Décalage horaire: GMT -4h (-6h de France, heure d'été).
Heure de départ: 13h, heure locale (19h, heure française).
Circuit: 4,361 km x 70 tours, soit 305,270 km au total.


@LES RECORDS:
Pole position Meilleur temps en course
1'12"275 (moy. 217,220 km/h) par
Ralf Schumacher (Williams FW26-BMW) en 2004.
1'13"622 (moy. 213,246 km/h) par
Rubens Barrichello (Ferrari F2004) en 2004.
 
@LE PODIUM 2006:
P Pilote Ecurie-Moteur Pneu Temps Moyenne
1 1. Fernando Alonso Renault R26 (M) en 1h34'37"308 (193,573 km/h)
2 5. Michael Schumacher Ferrari 248 F1 (B) à 0'02"111 (193,501 km/h)
3 3. Kimi Räikkönen McLaren MP4/21-Mercedes (M) à 0'08"813 (193,273 km/h)


@LES FAITS DE COURSE:
Lewis Hamilton remporte sa première course en F1Sans répit. Gilles Villeneuve, le regretté et tellement fougueux pilote canadien qui a donné son nom au circuit de F1 de Montréal, n'aurait certainement pas renié le déroulement de cette sixième manche du Championnat du monde. La course a connu en effet un nombre tout à fait extraordinaire de rebondissements du début à sa fin. Et s'est conclue, nouvel événement exceptionnel, par la victoire du Britanique Lewis Hamilton. Le jeune pilote McLaren-Mercedes, âgé de seulement 22 ans, remporte le premier Grand Prix de sa carrière, dans le droit fil de son extraordinaire début de saison. Hamilton était monté sur le podium à chacun des cinq premiers Grands Prix et comptait avant montréal le même nombre de points au Championnat des Pilotes que son illustre coéquipier, Fernando Alonso, qu'il devance désormais de huit longueurs (48 points contre 40). Le double Champion du monde en titre a vécu un après-midi très difficile, ne cessant de lutter contre la mauvaise tenue de sa voiture ou les faits de course qui lui étaient défavorables les uns après les autres.

La course avait d'ailleurs commencé de la plus mauvaise des manières pour Alonso, qui manquait son premier virage et cédait sa deuxième place d'entrée à Nick Heidfeld. Hamilton en profitait pour prendre le large et compter une avance confortable d'une quinzaine de secondes sur l'Allemand au bout d'une vingtaine de tours, moment des premiers arrêts aux stands.

Ceux-ci allaient s'avérer décisifs tout au long de la course. Alonso (McLaren) et Rosberg (Williams) y perdaient des plumes en y pénétrant sans autorisation alors que la course avait été neutralisée une première fois (quatre au total) en raison d'une touchette de la voiture d'Adrian Sutil (Spyker). Felipe Massa (Ferrari) et Giancarlo Fisichella (Renault) ont eu encore moins de chance, le Brésilien et l'Italien ayant été carrément exclus par la direction de course après avoir "grillé" le feu rouge interdisant la sortie de ces stands à l'occasion de la deuxième interruption de course.

Mais la grosse frayeur du jour se produisait au 27ème tour avec l'accident ultra-spectaculaire de Robert Kubica dont la monoplace s'envolait littéralement de la piste pour heurter un muret à 280 km/h et se disloquer. Le pilote polonais restait immobile dans ce qui restait de sa voiture et l'on craignait alors le pire. Kubica, transporté à l'hopital, s'en tirait avec un minimum de conséquences, probablement un pied cassé. Alors qu'Hamilton caracolait en tête, suivi par Heidfeld, Alonso effectuait un retour d'enfer, battant record du tour sur record du tour. Mais l'Espagnol connaissait à nouveau des problèmes de tenue de route, et se faisait passer dans les derniers virages par le Japonais Takuma Sato (Super Aguri) pour la sixième place. L'Allemand Nick Heidfeld (BMW Sauber) et l'Autrichien Alexander Wurz (Williams) tiraient magnifiquement leur épingle du jeu en montant sur le podium. Heikki Kovalainen terminait 4ème et redonnait un peu de couleurs à Renault. Les Ferrari, de leur côté, faisaient grise mine avec le drapeau noir à l'encontre de Massa et la peu reluisante cinquième place de Kimi Räikkönen.
.:: Affiche ::.
>> 774ème Grand Prix de F1:
affiche
.:: Autres éditions ::.
>> Sélectionnez une année:
.:: Vue du ciel ::.
>> Découvrez ce circuit sur des photos satellite!
globe terrestre • Vous disposez du logiciel Google Earth, cliquez ici.

• Sinon, vous pouvez utiliser Google Map en cliquant ici.
.:: Publicité ::.