En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Archives » Courses 2007 » Grand Prix du Brésil

Grand Prix du Brésil

Tout savoir sur... la course


@EN BREF:
Dix-septième et dernière manche du Championnat du monde 2007 de F1. FIA F1WC
Dates: 19, 20 et 21 octobre. Lieu: Autodrome "José Carlos Pace", Interlagos.
Engagés: 22. Qualifiés: 22. Partants: 22. Classés: 14.
Conditions atmosphériques: ciel ensoleillé. 36°C dans l'air, 63°C sur la piste et 32% d'humidité.
Affluence: environ 150 000 spectateurs le dimanche.


@LE GRAND PRIX:
circuit Année de création du Grand Prix: 1973.
Editions disputées à ce jour: 34 (24 à Interlagos et 10 à Jacarepagua).
 
Décalage horaire: GMT -3h (-5h de France, heure d'été).
Heure de départ: 13h, heure locale (18h, heure française).
Circuit: 4,309 km x 71 tours, soit 305,909 km au total.
Décalage avec la ligne de départ: 30 m.
ATTENTION: la course s'effectue dans le sens inverse des aiguilles d'une montre!


@LES RECORDS:
Pole position Meilleur temps en course
1'10"646 (moy. 219,579 km/h) par
Rubens Barrichello (Ferrari F2004) en 2004.
1'11"473 (moy. 217,039 km/h) par
Juan-Pablo Montoya (Williams FW26-BMW) en 2004.
 
@LE PODIUM 2006:
P Pilote Ecurie-Moteur Pneu Temps Moyenne
1 6. Felipe Massa Ferrari 248 F1 (B) en 1h31'53"751 (199,732 km/h)
2 1. Fernando Alonso Renault R26 (M) à 0'18"658 (199,058 km/h)
3 12. Jenson Button Honda RA106 (M) à 0'19"394 (199,032 km/h)


LES RESULTATS EN UN CLIN D'ŒIL • Grille de départ • • Classement à l'arrivée • • Classement des championnats •


@LES FAITS DE COURSE:
Kimi Räikkönen remporte son premier titre mondialLes grands moments sportifs se jouent souvent à un détail près. Ce fut le cas sur le circuit d'Interlagos dimanche. L'erreur de Lewis Hamilton dès le premier tour de piste aura permis aux Ferrari de prendre le large et à Kimi Räikkönen de finalement s'imposer. Pourtant outsider avant le début de la course, comptant 7 points de retard sur Hamilton et 3 sur Fernando Alonso, le pilote finlandais a fait preuve de maîtrise et de sang-froid tout au long d'une course qui a confirmé la supériorité des monoplaces de la Scuderia en cette fin de saison. A deux doigts d'être sacré Champion du monde il y a deux semaines en Chine, Hamilton n'a pas su gérer la pression qu'il s'était mise lui-même en permettant à ses adversaires de revenir dans la course au titre à Shanghai, et a donc raté l'occasion unique de devenir Champion du monde dès sa première saison en Formule 1, et le plus jeune de l'histoire, à 22 ans. Auteur d'une saison remarquable sur tous les plans, le rookie de McLaren a été victime de son manque d'expérience dans les moments décisifs. En bonne posture pour profiter des soucis de son coéquipier, Alonso n'a pu rivaliser avec les Ferrari. Le double tenant du titre mondial doit se contenter de la troisième place finale, avec le même nombre de points que son coéquipier.

Sous un soleil de plomb, les trois prétendants au sacre suprême s'élançaient derrière l'«arbitre» désigné Felipe Massa, et Alonso était le premier à agir. L'Espagnol dépassait Hamilton par l'intérieur dès le deuxième virage. Cherchant à récupérer sa deuxième place immédiatement, le Britannique négociait mal le virage suivant et sortait de la piste, laissant plusieurs voiture lui griller la politesse. Hamilton repartait en huitième position mais à ce moment-là de la course, tout était encore jouable pour le rookie. Sept tours plus tard, le titre s'était pratiquement envolé: victime d'un problème électronique, sa monoplace ne répondait plus et roulait au ralenti. Dépassé par de nombreux concurrents, Hamilton repartait finalement en 18ème position, mais voyait surtout les Ferrari prendre une avance considérable. Quand Räikkönen prenait la tête du Grand Prix à son coéquipier Massa, à la faveur d'un ravitaillement effectué plus tard que le Brésilien, Hamilton devait terminer au moins 5ème pour s'emparer de la couronne mondiale.

Mais, même dans l'adversité, le jeune pilote ne renonçait pas et continuait sa remontée, même s'il était freiné par un trafic compact devant lui. De son côté, Alonso faisait preuve d'une frilosité inhabituelle depuis le début de la course, et ne cherchait pas à prendre trop de risques. Une fois le Finlandais en tête, le double Champion du monde était contraint d'hausser le rythme, mais c'était trop tard. En pleine possession de ses moyens et au volant de la voiture la plus fiable de cette fin d'exercice, Räikkönen restait concentré jusqu'au bout et pouvait lever les bras une fois la confirmation par radio de son cournonnement mondial. Troisième au classement avant la course, le Finlandais a réussi l'improbable et rentre au Panthéon des Champions du monde de Formule 1. Pour sa première saison parmi l'élite du sport automobile, Lewis Hamilton a démontré toute l'étendue de son talent. Peu entreprenant ce dimanche, Fernando Alonso n'a jamais paru en mesure d'aller contester la victoire à Räikkönen et rate l'occasion d'ajouter un troisième titre consécutif à son palmarès. Mais son sourire en disait long sur le podium: quitte à perdre son titre, il préférait que ce soit au profit d'un pilote Ferrari que de son coéquipier. Un symbole de l'ambiance délétère régnant chez McLaren. L'écurie de Ron Dennis a perdu en quelques semaines la couronne des constructeurs pour une affaire d'espionnage, puis le titre des pilotes pour avoir tout misé sur Hamilton plutôt qu'Alonso.
.:: Temps et résumés ::.
.:: Affiche ::.
>> 785ème Grand Prix de F1:
affiche
.:: Autres éditions ::.
>> Sélectionnez une année:
.:: Vue du ciel ::.
>> Découvrez ce circuit sur des photos satellite!
globe terrestre • Vous disposez du logiciel Google Earth, cliquez ici.

• Sinon, vous pouvez utiliser Google Map en cliquant ici.
.:: Flux RSS ::.
>> Soyez averti des changements apportés sur le site ou des messages postés sur le forum!
RSS • Abonnez-vous à nos différents Flux RSS!
.:: Publicité ::.